Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Pleine terre

Couverture du livre « Pleine terre » de Corinne Royer aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330153908
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Avis (10)

  • Jacques Bonhomme est en fuite. Tueur ? Voleur ? Rien de tout cela. Jacques est agriculteur et il a dit non.
    Non aux contrôles administratifs, aux primes à l'hectare, aux cotisations, aux crédits d'impôts, au plan de compétitivité, aux rendements, à l'agriculture intensive, aux normes de...
    Voir plus

    Jacques Bonhomme est en fuite. Tueur ? Voleur ? Rien de tout cela. Jacques est agriculteur et il a dit non.
    Non aux contrôles administratifs, aux primes à l'hectare, aux cotisations, aux crédits d'impôts, au plan de compétitivité, aux rendements, à l'agriculture intensive, aux normes de qualité, à la PAC, à l'aberration d'un système qui élimine les paysans et leur fait perdre le sens premier du métier. Non au cercle vicieux de la bureaucratie qui sacrifie sur l'autel de la productivité et de la traçabilité toute une profession.

    En s'inspirant d'une histoire vraie, l'autrice raconte les 9 jours de cavales de Jacques Bonhomme, entrecoupés de chapitres qui donnent la parole à ses proches.
    Symbole d'une jacquerie moderne, le personnage de Corinne Royer est un résistant, un convaincu, un passionné épuisé. Un homme humilié qui a choisi la fuite dans une situation où ses amis n'ont eu d'autres solutions que le suicide.

    Ce roman, c'est le contraire d'un roman qui fait du bien. Dramatique, bouleversant. Entre la force des faits et la force de la langue, c'est un coup de poing avec un final éprouvant.
    Si au départ j'ai noté des passages, il a bien fallu que je m'arrête en me rendant compte que j'allais recopier toutes les pages.

    « Pleine terre » n'est pas simplement un état des lieux du monde agricole, je crois que c'est un livre politique. Par conséquent, on peut ne pas être totalement d'accord avec ce qui est dit mais deux choses peuvent faire consensus: le monde agricole souffre et Corinne Royer sait l'écrire

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans l’habitacle de sa vieille Volvo, au milieu des arbres ou au cœur de la clairière de son adolescence, Jacques Bonhomme cherche à retrouver ce qui l’anime, ce qui fait de lui un homme. Les gendarmes le cherchent et l’attendent depuis 9 jours. Ces ombres veulent le faire passer pour ce qu’il...
    Voir plus

    Dans l’habitacle de sa vieille Volvo, au milieu des arbres ou au cœur de la clairière de son adolescence, Jacques Bonhomme cherche à retrouver ce qui l’anime, ce qui fait de lui un homme. Les gendarmes le cherchent et l’attendent depuis 9 jours. Ces ombres veulent le faire passer pour ce qu’il n’est pas : un fou à enfermer, un homme violent qui court à l’affrontement… Il n’est pourtant qu’un simple paysan, à qui on a tout pris, qu’on a mis plus bas que terre et qu’on veut faire taire…

    Pleine terre est un roman qui remue. Qu’il s’agisse de la force de son histoire, de l’humanité de son écriture, de son attachement à une dure réalité ou aux regards émouvants qui le ponctuent, c’est un roman qui vous prend au ventre, vous enserre et ne vous lâche plus.

    Corinne Royer signe ici un récit tout aussi dur que touchant, aussi lumineux que sombre, aussi doux qu’effrayant… Elle nous offre les derniers jours de Jacques Bonhomme, un paysan voué à sa terre, ses bêtes, sa ferme. Un agriculteur écrasé par une administration lourde et sans âme. Un homme qui perd sa dignité et le sens de son combat quand il se voit arracher tout ce qu’il possède.

    La voix des voisins, des amis de longue date, des sœurs, retentit au milieu de ce chaos. Elle explique, elle raisonne, elle soutient et cherche à apaiser. Mais elle est bien trop fragile pour stopper la machine terrible qui est en marche. Jacques Bonhomme ne peut plus reculer…

    C’est en homme à genoux, démuni, dépouillé, qu’il s’enfuit de sa ferme. C’est en homme debout, libre et digne qu’il quittera le monde. Ce monde dans lequel il ne reconnaissait plus les valeurs qu’il chérissait : une agriculture juste, à l’écoute et où chacun trouve sa place et puise ses forces…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un éleveur qui n’a pas rempli toutes ses obligations administratives se retrouve pourchassé par les gendarmes comme un criminel. Quel enchaînement terrible a fini par l’entraîner dans cette cavale ? Inspiré d’un fait divers récent, ce roman psychologique, politique et lyrique alerte sur...
    Voir plus

    Un éleveur qui n’a pas rempli toutes ses obligations administratives se retrouve pourchassé par les gendarmes comme un criminel. Quel enchaînement terrible a fini par l’entraîner dans cette cavale ? Inspiré d’un fait divers récent, ce roman psychologique, politique et lyrique alerte sur l’effondrement du monde paysan : il dénonce les logiques productivistes qui dégradent notre rapport au vivant et pointe la fragilité des agriculteurs face au chaos de nos sociétés contemporaines.
    Lecture en cours. Il semble que dans cette lutte du pot de terre contre le pot de fer, le petit paysan est condamné alors que c'est lui qui respecte sans doute le mieux la terre, la nature, les animaux et ses contemporains en essayant de proposer des produits de qualité mais cela ne rapporte pas assez aux grands consortiums de l'agro-alimentaire.
    Le système les broient allègrement en les poussant au désespoir, à la ruine, au suicide....

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Entendez-vous l’hallali du monde paysan !
    Le chant du coq pour réveil, la porte de la ferme reste ouverte, à l’intérieur les étagères croulent sous les livres, les volets bleus pour seule lueur.
    Les champs où les vaches attendent les pis gonflés.
    Il court droit devant lui, sa carcasse de...
    Voir plus

    Entendez-vous l’hallali du monde paysan !
    Le chant du coq pour réveil, la porte de la ferme reste ouverte, à l’intérieur les étagères croulent sous les livres, les volets bleus pour seule lueur.
    Les champs où les vaches attendent les pis gonflés.
    Il court droit devant lui, sa carcasse de colosse se déploie, ses muscles déforment le blouson, il avale l’air à grande goulée.
    Droit devant lui, s’enfoncer dans la forêt amie, et protectrice, celle dont les murmures apaisent ses maux.
    Laisser derrière soi la folie des hommes, ceux qui n’ont jamais planté une salade ni trait une vache et qui décide de tout, de votre travail et de votre santé mentale.
    Ceux qui sont habilités à tuer, en toute impunité, toute une population, celle qui a fondé la France, les paysans.
    Cet état dont on hérite.
    « Il était l’unique représentant de la gent masculine sur une lignée de trois enfants. Au sein d’une famille où la vocation d’agriculteur se transmettait comme une providence… »
    Jacques Bonhomme, ce colosse, qui comme le beau brocard qui le regarde courir sur son territoire, a l’allure fière et décidée, le cœur cogne contre les parois de son large thorax, sa peau exsude une odeur âcre, presque animale, puisqu’il en est réduit à cela, vivre comme un animal aux abois. Le brocard n’a pas peur de lui il le reconnait comme un frère en danger.
    J’ai lu ce livre en apnée, la respiration bloquée et les yeux noyés. C’est un monde que je connais, et l’humanité mise dans ce texte est juste exceptionnelle. Elle nous fait vivre ce drame de l’intérieur.
    Un drame qui nous concerne tous.
    En narrant la cavale de Jacques et en alternant le récit des voisins de ce petit village, le lecteur a une vue au plus près de ce qui se passe dans ce monde rural.
    Un monde qui ne demande rien d’autre que faire son métier et bien le faire.
    Un monde écrasé, comme une fourmilière par un coup de bottes. Sans en connaitre la richesse.
    Les voisins et les sœurs racontent la droiture de Jacques, l’entraide, la fierté de ce paysan, sa culture aussi pas seulement celle de la terre. Celle puisée dans les livres.
    Ils racontent les tracasseries, le harcèlement, toujours, encore et encore, sans une once d’humanité ni envers l’homme et encore moins avec le cheptel. C’est juste une infamie.
    Ils racontent le monde rural et cet attachement viscéral à la terre.
    Corinne Royer de sa belle écriture nous raconte un drame (inspiré de la réalité) avec des mots forts mais elle nous crie la vie de la nature et de ceux qui contribuent à la préserver, à garder l’essence de ce qu’est la France.
    Les paysans meurent ce ne sont pas seulement des hommes qui meurent, c’est la mort de tous, qui est bien entamée, avec la perte de goût, de valeurs, de sens.
    Parlons-en du sens de la vie, alors que le monde marche sur la tête avec nos silences qui servent d’acquiescement.
    C’est notre tombe que nous creusons.
    Un livre qui a une force inouïe, les mots coulent dans nos veines, nous broient le cœur et nous essorent l’âme.
    La beauté de l’écriture est aussi limpide que l’eau de la rivière nimbée par le soleil.
    Je referme ce livre avec dans les oreilles le meuglement long et désespéré de ces limousines dans leur pré.
    « Cinq bêtes se débattaient au fond de la rivière. Les autres, encore debout, les piétinaient pour tenter de s’extraire des eaux. Les vociférations des trois agents ne faisaient qu’entraîner davantage de panique. Jacques a parlé aux bêtes, calmement, Tay-Tay-Tay, du calme… »
    De longs frissons pour signifier cette onde de chocs.
    ©Chantal Lafon

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le voilà. Mon premier coup de massue de cette rentrée littéraire qui semble bruisser de talent, mon premier roman de cette auteure que je découvre. Je l’ai pris en pleine tête, en plein ventre, en plein cœur, et c’est lui qui m’a cueillie : le magnifique Pleine terre, de Corinne Royer.
    Je l’ai...
    Voir plus

    Le voilà. Mon premier coup de massue de cette rentrée littéraire qui semble bruisser de talent, mon premier roman de cette auteure que je découvre. Je l’ai pris en pleine tête, en plein ventre, en plein cœur, et c’est lui qui m’a cueillie : le magnifique Pleine terre, de Corinne Royer.
    Je l’ai su dès les premières pages que ça allait faire mal, que le sillon que ce roman-là, que ces mots-là, allaient creuser au fond de mes tripes serait profond, durable, tenace et douloureux. Je l’ai su parce que, dès les premières lignes, derrière ce titre de chapitre qui ne laissait aucun doute—Cavale Jour 1--, j’ai senti monter l’odeur de la terre, de la forêt et du brouillard. L’odeur du malheur aussi. Rien n’arrêtera le cours de la vieille qui moissonne le bois mort de ses doigts gourds, ni rien ni personne, car Bonhomme va mourir de mort naturelle…Sitôt connu le nom de son personnage principal, Jacques Bonhomme, choisi comme un symbole, choisi en toute conscience pour mieux contenir le souvenir de tant d’autres, ce sont les paroles de cette vieille chanson de Georges Brassens qui se sont imposées à moi, accompagnant ma lecture. Sauf que la « mort naturelle » semble ne plus avoir cours dans ces campagnes où même la vie ne l’est plus, où des logiques venues d’en haut font d’un Bonhomme un Bas-homme et mettent les bêtes plus bas que terre. Comme la terre épaisse, lourde, riche, la terre aimée et nourricière, la terre tombe et berceau que des normes aveugles et sourdes le condamnent à fuir, j’ai collé aux semelles de Jacques, de page en page, de cache en cache, m’attachant aux pas de ce colosse aux pieds d’argile, de ce géant au cœur fragile. Le mien s’est alourdi du poids de ses souvenirs, égrenés entre les lignes par les voix des témoins, des proches, tuteurs devenus inutiles, petits cailloux d’un chemin qui s’est égaré.
    Pleine terre est un roman de pleine tempête, de pleine déroute, l’histoire d’un homme qui, comme tant d’autres, s’est vu arraché à la sienne par une lourde machine à l’avancée inexorable, broyant, sans états d’âme, une mémoire aux parfums d’humus, de fumier et de respect sur son funeste passage. Sous les mots précis et justes de Corinne Royer, sous son phrasé d’une élégance à se pâmer, j’ai vu sourdre la force d’une colère, d’une douleur, dont la puissance n’a d’égale que la retenue. Ses phrases sont des poings serrés, entre rage et pudeur, de ces poings que l’on serre au fond de ses poches pour ne pas les abattre, pour que la violence apparaisse au bon endroit, que l’on sache où, réellement, elle prend racine.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Pleine terre, sans surprise, a pour cadre le monde paysan, dont l’existence conditionne la distribution de notre nourriture, fut-elle carné ou végétale. Aux premières loges, en contact direct avec la nature,, et pourtant, ce monde agricole a profondément muté dans les cinquante dernières années,...
    Voir plus

    Pleine terre, sans surprise, a pour cadre le monde paysan, dont l’existence conditionne la distribution de notre nourriture, fut-elle carné ou végétale. Aux premières loges, en contact direct avec la nature,, et pourtant, ce monde agricole a profondément muté dans les cinquante dernières années, en faisant évoluer les fermes polyvalentes en exploitations spécialisées, noyées sous le poids des contraintes administratives, des contrôles et asservies aux banques dans un cercle vicieux qui brise le lien à la terre.

    C’est ce que vit Jacques, seul dans la ferme familiale qu’il a voulu à son tour faire vivre. Un contrôle des services vétérinaires, des veaux étiquetés mais non déclarés, sans intention de se soustraire à cette formalité, et c’est le début d’une spirale infernale qui conduira l’homme a s’enfuir, à se terrer comme un gibier traqué.

    L’histoire est construite à partir d’un fait divers, mais le personnage principal, lui, est fictif, issu de l’imagination créatrice de Corinne Royer. Si j’ai adhéré totalement à ce que met en lumière le roman, cette difficulté gigantesque à maintenir un mode de gestion des fermes à taille humaine, les règlements et normes étant conçus pour répondre aux exigences des méga-exploitations, aberrations écologiques et éthologiques, le personnage central m’a paru peu crédible, trop romanesque, voire romantique pour faire corps avec le sujet du roman.

    Il n’en reste que c’est un roman nécessaire pour faire prendre conscience de l’impasse dans laquelle sont pris au piège les paysans du monde entier.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Excellent ! remarquable ! CM

    Excellent ! remarquable ! CM

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • C’est l’histoire de Jacques, un éleveur qui se révolte face à une administration aveugle et harcelante, un combat perdu d’avance.

    La narration se situe intégralement durant les 9 jours de cavale de Jacques, acculé et désespéré.

    Le texte est entrecoupé de témoignages de proches qui...
    Voir plus

    C’est l’histoire de Jacques, un éleveur qui se révolte face à une administration aveugle et harcelante, un combat perdu d’avance.

    La narration se situe intégralement durant les 9 jours de cavale de Jacques, acculé et désespéré.

    Le texte est entrecoupé de témoignages de proches qui éclairent sur la personnalité de Jacques et par son parcours durant sa cavale.

    Corinne ROYER dresse un constat, certes réaliste et documenté de l’agriculture aujourd’hui, mais je n’ai hélas pas été convaincue par le récit.

    Je n’ai pas adhéré totalement. D’une part, trop de clichés : la démonstration sur la conversion au bio, l’agriculture intensive, le sort du copain agriculteur homosexuel.
    D’autre part, le style très travaillé, trop certainement qui m’a lassée, des citations en grand nombre car Jacques est un fin lettré et des descriptions de la nature interminables et artificielles. Dans un film on dirait que c’est « surjoué »

    Dommage car beaucoup de lecteurs ont manifestement été conquis et que le sujet était digne d’intérêt.

    C’est un roman librement inspiré du destin tragique de Jérôme LARONZE, un agriculteur abattu par les forces de l’ordre en 2017.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com