Petit pays

Couverture du livre « Petit pays » de Gael Faye aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien... Voir plus

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d'Afrique brutalement malmené par l'Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l'envahit, l'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français...
« J'ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux, discrets comme des filles de bonnes familles: le parfum de citronnelle dans les rues, les promenades le soir le long des bougainvilliers, les siestes l'après-midi derrière les moustiquaires trouées, les conversations futiles, assis sur un casier de bières, les termites les jours d'orages... J'ai écrit ce roman pour crier à l'univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu'à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d'exilés, de réfugiés, d'immigrés, de migrants. » Avec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d'un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu. Nourri d'un drame que l'auteur connaît bien, un premier roman d'une ampleur exceptionnelle, parcouru d'ombres et de lumière, de tragique et d'humour, de personnages qui, tous à leur manière, tentent désespérément de survivre à la tragédie.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Gabriel, un jeune enfant de 10 ans nous raconte son quotidien de fils d’expatrier Français dans le Burundi des années 90. Il nous raconte sa bande de copains, sa bande rivale, sa famille, ses voisins. Il nous raconte sa petite routine ordinaire qui se met à dérailler quand doucement, mais...
    Voir plus

    Gabriel, un jeune enfant de 10 ans nous raconte son quotidien de fils d’expatrier Français dans le Burundi des années 90. Il nous raconte sa bande de copains, sa bande rivale, sa famille, ses voisins. Il nous raconte sa petite routine ordinaire qui se met à dérailler quand doucement, mais surement, la guerre civile s’invite dans son quartier, sa ville, son pays et surtout, le pays voisin, le Rwanda. Ainsi, à travers les yeux d’un enfant, jusque-là privilégié, on découvre avec horreur que la violence ne s’arrête pas aux frontières.

    Gabriel, c’est Gaël Faye, ce rappeur de génie ! Il nous parle de lui, de son parcours, son histoire, son immigration, son intégration. Il nous parle Europe, Afrique. Il nous parle identité, sens de la vie. Il nous parle amour et violence. Il nous parle de guerre civile et surtout de nostalgie. Dans un style tout en simplicité. Une simplicité qui dénote un travail d'écriture de forçat, j'en suis certaine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un moment fort de lecture, car il nous entraîne dans le monde de l'enfance, une enfance heureuse qui, même si elle est loin de celle que j'ai vécue, fait résonner quelques souvenirs. Et pourtant, cette enfance qui ne demande rien se heurte à la violence, à l'horreur. Ce qui m'a touché, au-delà...
    Voir plus

    Un moment fort de lecture, car il nous entraîne dans le monde de l'enfance, une enfance heureuse qui, même si elle est loin de celle que j'ai vécue, fait résonner quelques souvenirs. Et pourtant, cette enfance qui ne demande rien se heurte à la violence, à l'horreur. Ce qui m'a touché, au-delà de cette dure réalité, c'est la nostalgie qui évoque à la fois la perte d'un lieu et d'une époque, tout ce qui nous semble acquis et immuable quand on est enfant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une belle découverte.
    Un livre bien écrit, sensible.
    Habituellement je déteste les livres dans lesquels l'auteur voit le monde et ses vicissitudes au travers du regard d'un enfant ( je trouve toujours qu'ils "sonnent" faux) mais ici le récit sonne juste. Je pensais même qu'il s'agissait d'une...
    Voir plus

    Une belle découverte.
    Un livre bien écrit, sensible.
    Habituellement je déteste les livres dans lesquels l'auteur voit le monde et ses vicissitudes au travers du regard d'un enfant ( je trouve toujours qu'ils "sonnent" faux) mais ici le récit sonne juste. Je pensais même qu'il s'agissait d'une biographie !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Petit Pays est un roman boulversant, accessible à tous.
    On Gabriel, 13 ans, dans sa petite vie tranquille au Burundi. Fils d'un expatrié belge et d'une rwandaise, il vit au coeur de la classe privilégiée burundaise. Pourtant, les crimes inhumains de la guerre du Rwanda, et ses répercussions...
    Voir plus

    Petit Pays est un roman boulversant, accessible à tous.
    On Gabriel, 13 ans, dans sa petite vie tranquille au Burundi. Fils d'un expatrié belge et d'une rwandaise, il vit au coeur de la classe privilégiée burundaise. Pourtant, les crimes inhumains de la guerre du Rwanda, et ses répercussions dans le Burundi voisin ne laissera, ni lui, ni sa famille intacte. Loin d'être un récit naïf, celui de Gabriel pose des questions pertinente sur l'identité, l'appartenance et la loyauté dans le contexte post-colonial rwandais et burundais. C'est un regard réaliste et déchirant, le récit d'une enfance tiraillée par les conflits éthniques crées par la colonisation.
    Un roman à lire absolument, pour en savoir plus sur le génicide rwandais et ses conséquences sur les pays voisins.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai gagné le livre audio "Petit pays" (éditions Audiolib) de Gaël Faye à un jeu-concours organisé par Lecteurs.com fin 2017.
    Je n'avais jamais lu de livres audio auparavant. Je pensais que c’était réservé à un public de mal-voyants. Mais j'ai été agréablement surpris du résultat.

    Ce livre...
    Voir plus

    J'ai gagné le livre audio "Petit pays" (éditions Audiolib) de Gaël Faye à un jeu-concours organisé par Lecteurs.com fin 2017.
    Je n'avais jamais lu de livres audio auparavant. Je pensais que c’était réservé à un public de mal-voyants. Mais j'ai été agréablement surpris du résultat.

    Ce livre mérite largement les prix qu’il a reçu. Et particulièrement le Prix Audiolib 2017 car la voix et le ton de l'auteur nous plonge dans l'ambiance de son roman. Les chants et musique africains (très courts) entre chaque chapitre accentuent cet effet.
    Lien : http://www.audiolib.fr/actualites/retour-en-images-sur-le-prix-audiolib-2017

    l'histoire est touchante, drôle et tragique.

    L'entretien de 27 minutes avec Gaël Faye est un bonus appréciable car on apprend des choses intéressantes sur son parcours, ses projets, son rapport à l'écriture et la musique (le rap), etc.

    Une très belle découverte qui m'incite à écouter d'autres livres Audio.

    Un excellent livre audio que je vous recommande vivement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La rentrée littéraire 2016 a vu débarquer un livre sorti de nulle part. « Petit pays », premier roman de l'auteur, compositeur, interprète Gaël Faye a créé un raz de marée en remportant plusieurs prix littéraires et en enthousiasmant la critique. J'ai profité de sa sortie poche pour me faire mon...
    Voir plus

    La rentrée littéraire 2016 a vu débarquer un livre sorti de nulle part. « Petit pays », premier roman de l'auteur, compositeur, interprète Gaël Faye a créé un raz de marée en remportant plusieurs prix littéraires et en enthousiasmant la critique. J'ai profité de sa sortie poche pour me faire mon idée.

    Gaël Faye se met dans la peau d'un enfant afin de nous narrer de l’intérieur, l’arrivée de la guerre civile qui a décimé un peuple du Burundi. Le lecteur est donc mis en situation par l'intermédiaire de deux éléments : La naïveté de l’enfant et la dureté des événements. Toute la beauté du texte réside d'ailleurs dans ce mélange de genres. On suit les pérégrinations de Gabriel avec ses préoccupations de gamin mais on sent bien la guerre et ses violences en toile de fond. Cette manière de raconter permet d'aborder ce thème douloureux avec un peu de légèreté sans toutefois éluder les faits.

    Ce roman parle aussi de la différence et du rejet de celle-ci. Quand on voit que des habitants d'un même pays, de même couleur, sont capables de se détester sur des questions de physiques ou d'origines, on n’est pas vraiment surpris de constater que la peur de l’étranger est immortelle et universelle. En période de crise, le repli sur soi est une arme de défense qui divise les gens. Il faut choisir son camp et ça débouche sur des carnages. Ce livre en est le parfait témoignage.

    Gaël Faye signe un beau premier roman. Sans jamais tomber ni dans le pathétique ni dans le morbide, il met en lumière un épisode dramatique que l'on connait peu. Je regrette seulement que l’ouvrage soit un peu court. Son manque de consistance risque de ne pas laisser de traces dans ma mémoire. Malgré ce petit regret, je conseille cette lecture qui est nécessaire pour l’Histoire et traitée de belle manière par un écrivain plein d'avenir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un père expatrié français, une mère exilée rwandaise, une petite sœur studieuse, une grande maison au fond d'une impasse d'un quartier résidentiel de Bujumbura...La vie est belle pour le petit Gaby dans ce petit pays qu'est le Burundi. Avec sa petite bande de copains, il écume le quartier à...
    Voir plus

    Un père expatrié français, une mère exilée rwandaise, une petite sœur studieuse, une grande maison au fond d'une impasse d'un quartier résidentiel de Bujumbura...La vie est belle pour le petit Gaby dans ce petit pays qu'est le Burundi. Avec sa petite bande de copains, il écume le quartier à chercher les plus belles mangues à chaparder, à plonger dans la rivière, à fumer en cachette, à partager des moments de fête et d'insouciance. Bien éloignée des problèmes politiques qui agitent le pays, Gaby tente de prolonger l'enfance malgré les orages qui menacent : ses parents qui se séparent, les rumeurs qui arrivent du Rwanda, porteuses de menaces et de haine. Pourtant la réalité va venir le débusquer jusque dans le petit monde qu'il s'est crée. Ses amis s'éloignent, pris par le conflit qui oppose hutus et tutsis. Gaby ne veut pas prendre parti, ne veut pas s'impliquer mais la guerre n'épargne personne. Au Rwanda, le génocide, au Burundi la même haine qui se propage. Gaby doit quitter les livres dans lesquels il se réfugiait pour regarder en face son pays qui se désagrège, sa mère qui devient folle, son univers qui s'écroule.

    Avec sa plume pleine de poésie et d'humanité, Gaël Faye met des mots sur les maux de la guerre qui tue l'innocence, l'enfance, la beauté des jours heureux. Le génocide rwandais qui a contaminé le Burundi voisin est ici décrit par un enfant candide qui tente coûte que coûte de rester éloigner de l'horreur qu'il pressent aux portes de son monde. Malgré lui, il va découvrir la haine, la cruauté, la bêtise des hommes qui s'entretuent sans autre motif qu'une différence ethnique. Français, rawandais, burundais, métis, tutsi...Gaby ne veut pas choisir son camp mais les évènements se précipitent, pour lui comme pour ses voisins, ses amis, sa famille. Sa mère ne se remettra jamais du massacre de sa famille, c'est par elle que l'enfer entre dans la tête d'un Gaby désemparé qui souffre pour sa mère mais voudrait qu'elle s'en aille avec sa douleur, les scènes d'horreur qu'elle ressasse, la mort qu'elle porte en elle.
    Récit émouvant d'une enfance brisée plein de douceur, de nostalgie et d'amour pour ce ''Petit pays'' a jamais disparu, pour cet ''avant'' au goût de mangue et d'insouciance. A lire et à faire lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le succès de « Petit Pays » a provoqué un raz de marée de critiques, majoritairement très positives, c’est pourquoi je n’ajouterai pas un commentaire inutile sur l’histoire de Gabriel et d’un « petit pays » si fragile.
    Je souhaite seulement partager le plaisir de cette lecture et exprimer mon...
    Voir plus

    Le succès de « Petit Pays » a provoqué un raz de marée de critiques, majoritairement très positives, c’est pourquoi je n’ajouterai pas un commentaire inutile sur l’histoire de Gabriel et d’un « petit pays » si fragile.
    Je souhaite seulement partager le plaisir de cette lecture et exprimer mon empathie pour Gabriel, de l’enfant insouciant à l’adolescent blessé, évoquer la légèreté d’un pays aux notes fleuries et aux saveurs sucrées sans cesse déstabilisé par les luttes ethniques et autre génocide, incrustant à jamais leurs traces dans la mémoire et le corps des hommes.
    Malgré les fissures, la noirceur des événements, le style de Gaël Faye ne fait pas sombrer le lecteur dans le désespoir, on perçoit la jeunesse de l’auteur qui manie avec pudeur les mots porteurs d’une sobre mélancolie.
    A juste titre récompensé par le Prix Goncourt des Lycéens, ce roman est à la fois un excellent outil d’informations pour les ados et ne peut manquer d’interpeller les adultes.
    L’écrivain m’a incitée à découvrir l’auteur, compositeur et interprète, rappeur ; J’ai découvert bien davantage, Gaël Faye est un artiste trop peu connu.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La langue est belle et simple. Mais qu'est ce que c'est dur! G. Faye le dit, pr nous, vu d'ici, la guerre est loin. Dans son roman, il nous la met devant les yeux, et ça fait mal. Oui, les gens qui quittent leur pays ont une histoire et parfois il est bon de se l'entendre rappeler.
    Ce livre...
    Voir plus

    La langue est belle et simple. Mais qu'est ce que c'est dur! G. Faye le dit, pr nous, vu d'ici, la guerre est loin. Dans son roman, il nous la met devant les yeux, et ça fait mal. Oui, les gens qui quittent leur pays ont une histoire et parfois il est bon de se l'entendre rappeler.
    Ce livre devrait absolument être au programme à l'école! C'est de l'histoire, c'est de la géographie, c'est de la citoyenneté, tt simplement.
    Ce livre est un véritable coup de cœur. Prenez qq heures pr le lire, vous ne serez pas déçus!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très beau récit sur cette violence que sont la guerre et l'exil.
    A la fois bouleversant et terrorisant ...

    Très beau récit sur cette violence que sont la guerre et l'exil.
    A la fois bouleversant et terrorisant ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine