Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Petit pays

Couverture du livre « Petit pays » de Gael Faye aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien... Voir plus

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d'Afrique brutalement malmené par l'Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l'envahit, l'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français...
« J'ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux, discrets comme des filles de bonnes familles: le parfum de citronnelle dans les rues, les promenades le soir le long des bougainvilliers, les siestes l'après-midi derrière les moustiquaires trouées, les conversations futiles, assis sur un casier de bières, les termites les jours d'orages... J'ai écrit ce roman pour crier à l'univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu'à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d'exilés, de réfugiés, d'immigrés, de migrants. » Avec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d'un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu. Nourri d'un drame que l'auteur connaît bien, un premier roman d'une ampleur exceptionnelle, parcouru d'ombres et de lumière, de tragique et d'humour, de personnages qui, tous à leur manière, tentent désespérément de survivre à la tragédie.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (111)

  • Gaël Faye sait nous murmurer ce que l'enfance a de léger jusqu'à ce que l'horreur la rattrape.
    Il sait nous dire comment la guerre pourrit tout, nous chanter l'apaisement qu'on attend et qui ne vient jamais.
    En lisant certaines pages, j'ai éprouvé le besoin de m'isoler et de laisser venir...
    Voir plus

    Gaël Faye sait nous murmurer ce que l'enfance a de léger jusqu'à ce que l'horreur la rattrape.
    Il sait nous dire comment la guerre pourrit tout, nous chanter l'apaisement qu'on attend et qui ne vient jamais.
    En lisant certaines pages, j'ai éprouvé le besoin de m'isoler et de laisser venir les larmes.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Beau livre sur l'innocence de l'enfance et l'entrée dans le monde des adultes d'une folie destructrice qu'est la guerre !
    On n'en ressort pas indemne.

    Beau livre sur l'innocence de l'enfance et l'entrée dans le monde des adultes d'une folie destructrice qu'est la guerre !
    On n'en ressort pas indemne.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Petit pays de Gaël Faye

    Direction l'Afrique de l'Est, plus précisément à Bujumbura au Burundi, où Gabriel et ses copains ne se soucient que des mangues qu'ils volent chez les voisins pour les revendre. Son père est français et sa mère est Tutsi. Son père l'épargne, lui et sa soeur Ana, de...
    Voir plus

    Petit pays de Gaël Faye

    Direction l'Afrique de l'Est, plus précisément à Bujumbura au Burundi, où Gabriel et ses copains ne se soucient que des mangues qu'ils volent chez les voisins pour les revendre. Son père est français et sa mère est Tutsi. Son père l'épargne, lui et sa soeur Ana, de tout ce qui est en lien avec la politique. Mais la guerre civile des ethnies Hutu et Tutsi va faire éclater ce "Petit pays", jusqu'au Rwanda, générant le génocide des Tutsi, en 1994.
    20 ans plus tard, Gabriel raconte avec ses yeux d'enfant de 11 ans, comment il a dû "choisir son camp" malgré lui, la violence de cette guerre civile, les gangs de quartier dont faisaient partis de jeunes enfants.. le tout sous un "Je m'en foutisme" complet des pays européens et des médias, pourtant au courrant avant même le dernier coup d'Etat...
    Beaucoup d'émotions dans ce livre. J'aimerais voir le film.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gabriel est un jeune burundais qui vit entre des parents qui se déchirent au sein d'un pays qui se disloque. On assiste avec lui, impuissants, aux violences qui opposent les Tutsi aux Hutus. Et là dedans, lui, fils d'une mère rwandaise et d'un père français, il ne trouve pas sa place...
    Comment...
    Voir plus

    Gabriel est un jeune burundais qui vit entre des parents qui se déchirent au sein d'un pays qui se disloque. On assiste avec lui, impuissants, aux violences qui opposent les Tutsi aux Hutus. Et là dedans, lui, fils d'une mère rwandaise et d'un père français, il ne trouve pas sa place...
    Comment garder son innocence dans un contexte aussi hostile? Comment grandir au milieu de tant de haine et de guerres territoriales?
    Gaël Faye propose dans ce roman de raconter une de ces guerres qu'on connaît tous "de loin" en nous faisant plonger dans l'intimité d'une famille aux premières loges. C'est très bien écrit et on plonge sans difficulté dans le quotidien de Gabriel.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaby a dix ans et nous raconte les derniers moments de son enfance, avant que le monde, son monde, ne bascule dans l’horreur. Ses parents, papa français et maman rwandaise, d'origine Tutsi, déjà exilée au Burundi ne s’entendent plus. La tension est palpable au sein du couple, mais Gaby a sa...
    Voir plus

    Gaby a dix ans et nous raconte les derniers moments de son enfance, avant que le monde, son monde, ne bascule dans l’horreur. Ses parents, papa français et maman rwandaise, d'origine Tutsi, déjà exilée au Burundi ne s’entendent plus. La tension est palpable au sein du couple, mais Gaby a sa petite sœur Ana, et surtout ses copains. Gino, au fait de l’actualité internationale, prêt à prendre les armes mais qui tremble quand les éclairs transpercent le ciel ; les jumeaux, métis aussi, des « prestidigitateurs de la vérité », et Armand, « le seul noir de la bande ». Tous les cinq « passent leur temps à se disputer, mais s’aiment comme des frères » au fond de cette impasse, où l’odeur des bougainvilliers, des arbres fruitiers, des palmiers, des plants de citronnelle l’emporte sur celle de la terre mouillée par les averses. Tranquilles et heureux, ils rêvent et refont le monde dans leur Combi Volkswagen.
    L’orage gronde à la maison mais aussi à l’extérieur. Nous sommes au Burundi en 1994 et le conflit qui couve dans le Rwanda voisin va vite bouleverser leur vie. Les garçons vont être confrontés à la brutale réalité d’un pays en conflit, où le racisme est omniprésent. Gaby va (trop vite) découvrir et comprendre les codes et les regards des adultes, les non-dits qui font qu’on distingue un Tutsi d’un Hutu, là où lui et ses amis voyait des gens, des amis.
    Les réactions des copains divergent et parce que la violence dans laquelle certains d’entre eux plongent ne convient pas à Gaby, lui se réfugie dans les livres. « Grace à mes lectures, j’avais aboli les limites de l’impasse, je respirai à nouveau, le monde s’étendait plus loin, au-delà des clôtures qui nous recroquevillaient sur nous-mêmes et nos peurs ».
    Ça commence par un prologue où on parle de la grosseur du nez, on enchaine sur l’aparté nostalgique d’un exilé et on rentre dans ce merveilleux et tragique récit avec les yeux d’un enfant de dix ans qui va trop brutalement plonger dans la violence du monde des adultes. C’est fort, puissant, émouvant, bouleversant … Bref à lire absolument pour ceux qui n’auraient pas encore découvert cette pépite.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans ce livre inspiré de sa propre vie, Gael Faye, nous plonge au cœur du conflit Tutsis et Hutus.
    Tout comme Gaby, le petit héros de l’histoire, Gael Faye et né au Burundi d’un père français et d’une mère rwandaise et suite à la guerre dans son pays et le génocide des Tutsis au Rwanda, il...
    Voir plus

    Dans ce livre inspiré de sa propre vie, Gael Faye, nous plonge au cœur du conflit Tutsis et Hutus.
    Tout comme Gaby, le petit héros de l’histoire, Gael Faye et né au Burundi d’un père français et d’une mère rwandaise et suite à la guerre dans son pays et le génocide des Tutsis au Rwanda, il devra fuir sa terre natale pour venir vivre en France.
    « Petit pays » c’est l’histoire très émouvante d’un petit garçon et de ses amis, pour qui la vie était faite d’amusements, de bêtises, d’insouciance et de jeux d’enfants jusqu'à ce qu'ils se retrouvent plongés au cœur des conflits adultes et de ses atrocités.
    Perdu dans cette guerre qu’il ne comprend pas, le petit Gaby, déboussolé, verra des choses horribles, verra sa mère devenir folle d’avoir vu ce qu’elle a vu, verra ses amis changer pour devenir ce que lui ne veut pas devenir et perdra la quasi-totalité de sa famille.
    Cela fait déjà beaucoup pour un homme, encore plus pour un enfant qui devra dire adieu trop vite à l’innocence de son enfance.
    Avant son départ pour la France, grâce à une voisine, c’est dans les livres qu’il trouvera refuge pour s’évader ailleurs, soulager un peu son esprit et ne plus penser et voir toute cette violence qui l’entoure.

    Un personnage très touchant, une histoire qui ne laisse pas insensible et qui, même si on le sait déjà, nous fait voir à quel point, nous, nés en France, sommes des privilégiés.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lecture difficile au début et puis à un moment j'ai réussi à entrer dans l'histoire. J'ai aimé particulièrement la narration "confiée" à un enfant d'une dizaine d'années. C'est touchant, dur, mais j'ai appris des choses que j'ignorais, bien qu'ayant été "témoin" de cette tragédie par le biais...
    Voir plus

    Lecture difficile au début et puis à un moment j'ai réussi à entrer dans l'histoire. J'ai aimé particulièrement la narration "confiée" à un enfant d'une dizaine d'années. C'est touchant, dur, mais j'ai appris des choses que j'ignorais, bien qu'ayant été "témoin" de cette tragédie par le biais des médias il y a plus de vingt-cinq ans maintenant. L'écriture est touchante, frôlant parfois l'absurde, comme dans le prologue où Gaby évoque les différences nasales entre Hutu et Tutsi. Absurde, comme toute guerre...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Gaby vit à Bujumbura, capitale du Burundi, avec sa sœur Ana, son père Michel, un français installé dans le pays, et sa mère Yvonne, une réfugiée tutsie rwandaise ayant acquis la nationalité française par mariage avec Michel. C'est le temps de l'insouciance. Gaby joue avec les copains de sa rue,...
    Voir plus

    Gaby vit à Bujumbura, capitale du Burundi, avec sa sœur Ana, son père Michel, un français installé dans le pays, et sa mère Yvonne, une réfugiée tutsie rwandaise ayant acquis la nationalité française par mariage avec Michel. C'est le temps de l'insouciance. Gaby joue avec les copains de sa rue, Armand, Gino et les jumeaux, dans un quartier calme et prospère. Il découvre la lecture chez une voisine.
    Mais la famille éclate ; la maman quitte le foyer conjugal. Un président d'opposition est élu au Burundi, puis renversé par un coup d'état militaire. La violence, insidieuse, gagne progressivement la rue, réveillant les vieilles haines entre entre Hutus et Tutsis. Puis un attentat tue le président du Burundi et celui du Rwanda, le prétexte choisi par les fanatiques hutus rwandais pour engager une véritable chasse aux Tutsis. Le Rwanda bascule dans l'horreur.

    Gaël Faye se met dans la peau de Gaby pour décrire, avec les yeux d'un enfant, les horreurs des luttes tribales entre Hutus et Tutsis. Elles accompagnent la sortie de l'enfance des petits héros de cette histoire.
    L'auteur nous livre là une fiction qui se lit comme le récit d'une tranche de vie ; à moins que ce ne soit l'inverse, un bout de biographie qui se lirait comme un roman ?
    Il y a beaucoup d'amour, de tendresse, d'amitié, mais aussi des déchirements, pas seulement entre les adultes, de la violence, et un racisme sous-jacent. On rit avec ces gamins, on a peur pour eux, on pleure avec les familles... Le lecteur est immergé dans cette histoire, qui est aussi une tranche d'Histoire peu glorieuse pour l'humanité.
    L'écriture est simple et fluide. Elle ne cherche pas d'effets de manche, se contente de soutenir la narration. Le résultat est limpide, plutôt facile à lire, sans tomber dans le pathos... Un roman fort ! Et si on est un peu curieux, on a envie d'en lire plus sur la tragédie vécue par ces deux petits pays, par exemple en lisant La stratégie des antilopes de Jean Hatzfeld.

    Pour moi ce livre est un vrai coup de cœur. Je ne cherche pas systématiquement à lire les livres primés (et celui-ci l'a été de nombreuses fois !), mais cela faisait quelques temps que celui-ci me tentait, et je l'ai déjà offert plusieurs fois.
    Je le lis donc avec bientôt quatre ans de retard, mais je ne regrette rien. Il n'a pas pris une ride, et comme les bons vins se déguste avec encore plus de plaisir en vieillissant.
    Pour terminer, je ne résiste pas à l'envie de partager avec mes lecteurs quelques bonnes pages sur la découverte de la lecture par un pré-ado, vue par Gaël Faye. Je ne sais pas s'il a lui-même vécu cette expérience, mais je la souhaite à tous nos enfants et petits-enfants.

    http://michelgiraud.fr/2020/05/31/petit-pays-gael-faye-grassetle-livre-de-poche-un-roman-tres-fort-un-coup-de-coeur/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.