Petit pays

Couverture du livre « Petit pays » de Gael Faye aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien... Voir plus

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d'Afrique brutalement malmené par l'Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l'envahit, l'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français...
« J'ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux, discrets comme des filles de bonnes familles: le parfum de citronnelle dans les rues, les promenades le soir le long des bougainvilliers, les siestes l'après-midi derrière les moustiquaires trouées, les conversations futiles, assis sur un casier de bières, les termites les jours d'orages... J'ai écrit ce roman pour crier à l'univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu'à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d'exilés, de réfugiés, d'immigrés, de migrants. » Avec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d'un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu. Nourri d'un drame que l'auteur connaît bien, un premier roman d'une ampleur exceptionnelle, parcouru d'ombres et de lumière, de tragique et d'humour, de personnages qui, tous à leur manière, tentent désespérément de survivre à la tragédie.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(101)

  • Comme une résurgence de son fameux album intitulé « Pili pili sur un croissant au beurre » en fond, ce poète urbain qui a d’abord fait ses armes en en qualité d’auteur-compositeur-interprète nous plonge autrement dans une écriture romancée tout aussi musicale où chaque mot est choisi, efficace,...
    Voir plus

    Comme une résurgence de son fameux album intitulé « Pili pili sur un croissant au beurre » en fond, ce poète urbain qui a d’abord fait ses armes en en qualité d’auteur-compositeur-interprète nous plonge autrement dans une écriture romancée tout aussi musicale où chaque mot est choisi, efficace, percutant. Le rythme est tantôt calme au gré des siestes et du temps qui s’étire dans le pays de son enfance ou celui qu’il imagine, le Burundi, et tantôt pressant comme l’ambiance de conflit latent et historique qui gronde en fond. En échos de l’évolution de l’histoire familiale et du couple de ses parents. A moins que ce ne soit l’inverse. Une autre façon d’incanter Cesaria à travers la nostalgie de l’enfance sous toutes ses facettes y compris les plus douloureuses, et par-là la question des racines, de la culture, du soi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • S'il y a un livre à lire sur la situation au Rwanda et au Burundi, c'est Petit Pays. La fiction, largement irriguée par l'enfance du franco-rwandais Gaël Faye permet de faire passer toute la complexité de la situation qui a commencé dans les années 60 et est loin d'être terminée au Burundi,...
    Voir plus

    S'il y a un livre à lire sur la situation au Rwanda et au Burundi, c'est Petit Pays. La fiction, largement irriguée par l'enfance du franco-rwandais Gaël Faye permet de faire passer toute la complexité de la situation qui a commencé dans les années 60 et est loin d'être terminée au Burundi, toujours secoué par des troubles politiques. A travers les yeux du narrateur, un jeune garçon qui vit dans les beaux quartiers de Bujumbura on voit l'enchaînement de petits évènements qui mèneront à la catastrophe et ne laissera personne indemne. Un très beau livre, écrit simplement mais sans concession

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jolie plume, bouleversant, je le recommande pour ne jamais oublier

    Jolie plume, bouleversant, je le recommande pour ne jamais oublier

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Gaby petit garçon de 10 ans, nous raconte ses souvenirs d'enfance et sa vie à Bujumbura au Burandi.
    Une famille ordinaire composée d'un père français, d'une mère rwandaise, de l'aîné Gaby et de sa soeur Anna.
    L'enfance du petit est heureuse, il s'éclate avec ses copains, n'aime pas trop...
    Voir plus

    Gaby petit garçon de 10 ans, nous raconte ses souvenirs d'enfance et sa vie à Bujumbura au Burandi.
    Une famille ordinaire composée d'un père français, d'une mère rwandaise, de l'aîné Gaby et de sa soeur Anna.
    L'enfance du petit est heureuse, il s'éclate avec ses copains, n'aime pas trop l'école, entretient une correspondance avec une française, il respire l'innocence et l l'insouciance... une innocence qui au fil des pages lui sera arrachée, le malheur rode dans la ville, un coup d'état se prépare, au rwanda pays voisin les Tutsis se font massacrer par les Huttus... des événements politiques qui ternissent le quotidien des familles, qui éveillent les enfants, qui murissent et grandissent trop vite.
    Gaby cet enfant qui ne veut pas que sa vie change, se refugie dans les livres, un échappatoire pour oublier les malheurs, le génocide qui comme le décrira l'auteur " est une marée noire, ceux qui s'y sont noyés sont mazoutés à vie"
    Un premier roman réussi, une écriture simple concise.
    Si vous voulez d'autres romans sur le génocide des Tutsis, je vous conseille la femme aux pieds nus de scolastique mukasonga que j'ai beaucoup apprécié.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Magnifique roman sur Le Rwanda et les pays limitrophes en guerre et l'impact de cette guerre sur une famille, celle de l'auteur même si c'est romancé.

    Magnifique roman sur Le Rwanda et les pays limitrophes en guerre et l'impact de cette guerre sur une famille, celle de l'auteur même si c'est romancé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très joli texte sur la guerre raconté à hauteur d'enfant. On y découvre le Burundi, petit pays malmené par la guerre. Se lit vite et bien.

    Très joli texte sur la guerre raconté à hauteur d'enfant. On y découvre le Burundi, petit pays malmené par la guerre. Se lit vite et bien.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre est bouleversant, l'auteur raconte la guerre dans son « petit pays » le Burundi à travers les yeux d'un enfant, Gaby, un double de Gaël, que l'on va suivre de l'âge de dix ans à treize ans. Son père est Français, sa mère a fui le Rwanda. Avant, c'était le bonheur avec ses parents et sa...
    Voir plus

    Ce livre est bouleversant, l'auteur raconte la guerre dans son « petit pays » le Burundi à travers les yeux d'un enfant, Gaby, un double de Gaël, que l'on va suivre de l'âge de dix ans à treize ans. Son père est Français, sa mère a fui le Rwanda. Avant, c'était le bonheur avec ses parents et sa petite soeur Ana, mais il ne le savait pas. Un premier séisme apparaît avec le divorce qui se passe mal.
    Gaby se tourne vers sa bande de copains, Gino, les jumeaux dans leur impasse. Après l'école ils vont chaparder les mangues chez les voisins, tirent des plans sur la comète dans un vieux Combi Volkswagen, voulant à tout prix rester dans l'enfance et ne pas voir la violence qui monte, la haine entre Hutu et Tutsi gagnant le pays.
    L'auteur nous décrit la montée de la violence, les tueries de masse qui réduisent la famille de sa mère à néant, et comment peu à peu, elle en vient à toucher les enfants, à modifier leur façon de penser. On passe de l'insouciance de l'enfance au coup d'état et la prise de conscience brutale de l'intolérance, du racisme interethnique, de la peur, de l'horreur.
    « Cet après-midi-là, pour la première fois de ma vie, je suis entré dans la réalité profonde de ce pays. J'ai découvert l'antagonisme hutu tutsi, infranchissable ligne de démarcation qui obligeait chacun à être d'un camp ou de l'autre. Ce camp, tel un prénom qu'on attribue à un enfant, on naissait avec, et il nous poursuivait à jamais. »
    C'est la rencontre avec les livres que lui prête une voisine grecque qui va modifier son existence : il peut ainsi échapper à l'horreur, apprendre à penser par lui-même car elle le fait parler de ses lectures, ne pas seulement résumer mais dire ce qu'il ressent.
    « Bien sûr, un livre peut te changer ! Et en même temps changer ta vie. Comme un coup de foudre. On ne peut pas savoir quand la rencontre aura lieu. Il faut se méfier des livres, ce sont des génies endormis. »
    Gaël Faye ne tombe jamais dans le pathos, car il n'est jamais facile de raconter des évènements dramatiques, la sortie brutale de l'enfance, le fait de s'apercevoir qu'on est métis alors que l'on ne s'était jamais posé la question d'une identité quelconque, l'obligation de choisir, la perte de l'innocence, la possibilité de résilience à travers les livres. le style est simple, presque épuré mais beau car on imagine les manguiers, les bougainvilliers, la brutalité des orages, les pluies diluviennes, les termites…
    Je ne connaissais pas le chanteur mais son roman m'a donné envie de faire plus ample connaissance, de découvrir son univers. Comme il le dit, c'est en France qu'il a pu parler du Burundi et maintenant qu'il vit au Rwanda, c'est de la France qu'il a envie de parler d'écrire, comme si l'éloignement était nécessaire à l'inspiration.
    C'est un premier roman, qui a fait partie de la sélection finale du Goncourt et qui a reçu le Goncourt des Lycéens.
    Note : 9/10
    Lien : https://leslivresdeve.wordpr..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman très bien écrit et construit , qui commence dans le bonheur des jeux d'enfants sous le soleil et évolue progressivement pour finir dans l'horreur du génocide . Un roman sur la fin de l'enfance et ses terres irrémédiablement perdues. TB

    Un roman très bien écrit et construit , qui commence dans le bonheur des jeux d'enfants sous le soleil et évolue progressivement pour finir dans l'horreur du génocide . Un roman sur la fin de l'enfance et ses terres irrémédiablement perdues. TB

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions