Mourir n'est pas de mise

Couverture du livre « Mourir n'est pas de mise » de David Hennebelle aux éditions Autrement
  • Date de parution :
  • Editeur : Autrement
  • EAN : 9782746747739
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

À bord d'un grand voilier, un homme laisse derrière lui le ciel gris et bas de Belgique, les paparazzis, les salles de concert enfumées. Sur les îles Marquises, il veut devenir un autre et retrouver le paradis perdu de l'enfance. Mais il reste toujours le plus grand : Jacques Brel.

Roman... Voir plus

À bord d'un grand voilier, un homme laisse derrière lui le ciel gris et bas de Belgique, les paparazzis, les salles de concert enfumées. Sur les îles Marquises, il veut devenir un autre et retrouver le paradis perdu de l'enfance. Mais il reste toujours le plus grand : Jacques Brel.

Roman biographique et onirique, Mourir n'est pas de mise redonne vie avec grâce et émotion aux quatre dernières années mythiques de Jacques Brel, entre grandes fêtes, vie solitaire, compositions, échappées sur mer ou dans les airs. Des années de beauté, de gravité, d'une vie réinventée, tel un conte merveilleux et cruel.

Donner votre avis

Avis(5)

  • voir l'avis de Henri-Charles et mon commentaire!

    voir l'avis de Henri-Charles et mon commentaire!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pas inoubliable

    Ce livre avait tout pour plaire : un bon sujet, un bon auteur et une belle couverture. Seulement voilà il n'a pas su me convaincre. Je suis restée sur ma faim.

    Le style est bon et l'histoire pas mal : les dernières années de la vie de Jacques Brel, qui m'était inconnues...
    Voir plus

    Pas inoubliable

    Ce livre avait tout pour plaire : un bon sujet, un bon auteur et une belle couverture. Seulement voilà il n'a pas su me convaincre. Je suis restée sur ma faim.

    Le style est bon et l'histoire pas mal : les dernières années de la vie de Jacques Brel, qui m'était inconnues j'avoue et sa quête du bonheur seulement je trouve que l'auteur survole le sujet. Je sais qu'il doit garder les faits qui se sont passés et ne pas en inventer mais je trouve que c'est un peu court, dans ce cas pourquoi ne pas avoir raconté toute sa vie?

    A lire si vous êtes vraiment fan de Jacques Brel ou cherchait une lecture légère.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une fois n’est pas coutume, commençons cette chronique en citant non pas un passage du roman, mais le début de «Les Marquises», l’une des dernières chansons de Jacques Brel:
    Ils parlent de la mort
    Comme tu parles d'un fruit
    Ils regardent la mer
    Comme tu regardes un puit
    Les femmes sont...
    Voir plus

    Une fois n’est pas coutume, commençons cette chronique en citant non pas un passage du roman, mais le début de «Les Marquises», l’une des dernières chansons de Jacques Brel:
    Ils parlent de la mort
    Comme tu parles d'un fruit
    Ils regardent la mer
    Comme tu regardes un puit
    Les femmes sont lascives
    Au soleil redouté
    Et s'il n'y a pas d'hiver
    Cela n'est pas l'été
    La pluie est traversière
    Elle bat de grain en grain
    Quelques vieux chevaux blancs
    Qui fredonnent Gauguin
    Et par manque de brise
    Le temps s'immobilise
    Aux Marquises
    Des paroles qui sont une belle introduction à ce magnifique hommage au chanteur belge dont on commémore le 9 octobre 2018 les 40 ans de la disparition. On y parle aussi de la mort, on y regarde aussi la mer, on y parle aussi de la pluie, on y parle aussi de Gauguin et on y immobilise aussi le temps.
    En retraçant les dernières années de la vie de Brel, David Hennebelle fige pour l’éternité la légende de ce compositeur-interprète à nul autre pareil. Depuis ce jour de 1974 où son bateau quitte le port d’Anvers jusqu’au pèlerinage devant la pierre tombale aux Marquises, on va (re)découvrir l’homme au travers d’un récit aussi émouvant que documenté.
    Au moment de lever l’ancre à bord de l’Askoy, le bateau qu’il a acheté pour l’occasion, ce sont les rêves de grand large et d’aventure qu’il entend partager avec son équipage, sa compagne et ses filles. Après une dernière tournée épuisante et le tournage du film L’Emmerdeur, il a en effet décidé de larguer les amarres, même si personne ne croit vraiment qu’il ait définitivement dit adieu à la scène. Il a envie de profiter de la vie, de fuir les paparazzis qui ne le quittent pas d’une semelle et de profiter de sa nouvelle liberté.
    Mais les problèmes de santé, la météo et les tensions qui naissent à bord vont transformer le beau voyage en une difficile odyssée qu’il va du reste interrompre à plusieurs reprises. Fatigué et fragilisé, il s’effondre quand on lui annonce le décès de Georges Pasquier. «Il se trouva submergé par un chagrin dont rien ne pouvait le tirer. Il pleurait et parlait en même temps, hoquetant comme le font beaucoup les enfants. Ceux qui les connaissaient bien avaient raison de dire que Jojo était son ami le plus cher, depuis leur rencontre aux Trois Baudets, depuis ces fins fonds de la nuit où aucun des deux n’arrivait à dire à l’autre que, peut-être, il serait préférable d’aller dormir. Assez vite il avait travaillé pour lui, abandonnant son métier d’ingénieur pour le conduire d’une ville à l’autre, pour lui servir de secrétaire ou de régisseur. »
    Après des obsèques déchirantes pour celui qu’il aimait «plus et mieux qu’une femme», il retrouve son bateau. Même si les médecins lui déconseillent de reprendre la mer, il poursuit son rêve, aussi entêté que L’Homme de la Mancha, cette comédie musicale qu’il a adaptée et montée.
    Et il finit par l’atteindre… « Les Marquises invitaient au cabotage. Les îles portaient des noms inconnus qu’on apprivoisait d’abord à la lecture des cartes marines. On s’emplissait la bouche de Tahuata, Ua Pou, Nuku Hiva ou Ua Huka. Chacune portait un mystère qui ne se dissipait pas avec la venue du rivage. En tout, il y en avait douze ; la moitié se passait des hommes. Brel était subjugué. Il se surprenait à les aimer plus encore qu’il n’avait aimé les Açores. L’Askoy partit vers le nord. À Nuku Hiva, ils se prêtèrent, amusés, à l’accueil fort cérémonieux des autorités de l’île. Le champagne n’était pas frais. Ils ne s’attardèrent pas; ils savaient déjà qu’ils étaient bien mieux accordés à Hiva Oa. »
    Peut-être pressent-il que c’est dans cet archipel qu’il finira sa vie aux côtés de Maddly, sa dernière compagne. Après avoir repris la mer jusqu’à Tahiti, il revient s’installer aux Marquises où il va trouver une maison où il rêve d’accueillir ses amis. Après un voyage à Bruxelles pour une visite de contrôle, il renouvelle sa licence de pilote et va dès lors servir de pilote aux habitants qui l’ont adopté, y compris les religieuses.
    Désormais installé, il recommence à composer, parfait ses talents de cordon-bleu – il aime surprendre ses amis en leur concoctant des menus dignes d’un grand-chef – et attend avec impatience Charley Marouani pour lui présenter son nouvel album dont la sortie provoquera un vrai raz-de-marée, entre autres par une promotion assurée par celui qui deviendra quelques années plus tard président de la République: François Mitterrand.
    Mais alors que Brel fourmille de projets, la maladie va le rattraper. Une embolie pulmonaire va l’emporter. Aujourd’hui il repose près de Gauguin, dont il disait qu’il avait gardé l’âme de l’enfant dans l’adulte. On pourrait sans doute en dire autant de lui-même.
    http://urlz.fr/7JJo

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
    • annie-france belaval le 20/01/2019 à 18h26

      Qu'ajouter à cette belle chronique?Bien documentée! et quelle bonne idée de rappeler les paroles du dernier album de Brel! J'ai rencontré hier aux Bouquinales d'Hazebrouck l'auteur de ce livre simple et court qui m'a fait découvrir les dernières années du chanteur poète, disparu il y a déjà 40 ans mais toujours présent. Ce midi, nous en parlions à table et ma petite fille de dix ans a ouvert des yeux comme des soucoupes; nous avions évoqué les Bigotes, les Bourgeois et surtout Ne me quitte pas; nous nous sommes quittés avec l'envie de nous replonger dans nos disques.
      Merci encore pour cette chronique.

      thumb_up J'aime flag Signalez un abus
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Un roman très court bien écrit et poétique qui retrace les 3 dernières années de Jacques Brel.
    Brel épuisé par sa vie de vedette, épris de liberté, a décidé de tout arrêter et de partir pour un tour du monde en bateau. Son tour du Monde s’arrêtera aux Marquises où il trouvera enfin la...
    Voir plus

    Un roman très court bien écrit et poétique qui retrace les 3 dernières années de Jacques Brel.
    Brel épuisé par sa vie de vedette, épris de liberté, a décidé de tout arrêter et de partir pour un tour du monde en bateau. Son tour du Monde s’arrêtera aux Marquises où il trouvera enfin la sérénité mais sera également rattrapé par la maladie.
    Un roman qui n’apporte rien de réellement nouveau mais se lit agréablement comme une parenthèse, roman empreint des couleurs et des odeurs de ces îles et qui donne une furieuse envie de s'y réfugier !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions