Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mélusine t.28 ; le surréalisme en héritage ; les avant-gardes après 1945

Couverture du livre « Mélusine t.28 ; le surréalisme en héritage ; les avant-gardes après 1945 » de Collectif aux éditions L'age D'homme
Résumé:

« Le surréalisme, pourtant, a sa statue, ses dieux et sa mythologie, ses croix-de-feu et sa légende, ses recettes et ses dogmes, son patois, et rien n'est plus facile, pour les collectionneurs, que de le mesurer à un centimètre près : les statues sont les plus dociles des cadavres. » (Dotremont)... Voir plus

« Le surréalisme, pourtant, a sa statue, ses dieux et sa mythologie, ses croix-de-feu et sa légende, ses recettes et ses dogmes, son patois, et rien n'est plus facile, pour les collectionneurs, que de le mesurer à un centimètre près : les statues sont les plus dociles des cadavres. » (Dotremont) - « dans l'occultisme ou l'alchimie, Breton n'a proposé que du bavardage insignifiant de sous-"souffleur" ou de sous-"non-initié" ; dans l'économie politique, il n'a produit que du sous-trotskysme invertébré. » (Isou) - « Breton, aujourd'hui c'est la faillite. Il y a trop longtemps que votre entreprise est déficitaire. Ce ne sont décidément pas vos associés qui vous sortiront de là. Ils ne savent même pas se tenir à table. » (Internationale Lettriste) - « Eux-mêmes, les Inconscients du Grand Truc, se survivent dans l'anodin, dans la belle humeur des amusements banalisés vers 1930. » (Guy Debord) - « Quel emmerdement que leur salon littéraire ! » (Topor) - « Pour le surréalisme, Lautréamont reste un prétexte à inflation verbale, une référence d'autant plus insistante qu'elle est moins interrogée, une ombre, une expression, un mythe, sous le couvert duquel se perpétue un confusionnisme lyrique, moral et psychologique. » (Philippe Sollers) - « Et que dire des petites queues de la comète surréaliste : brocante d'images, rêves désespérément interchangeables, clichés libertaires, calembours pénibles, sublimités d'éros riquiqui ? » (Christian Prigent)

Donner votre avis