Manger l'autre

Couverture du livre « Manger l'autre » de Ananda Devi aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Une jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s'isole. Sa mère s'enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand oeil d'internet. Son père, convaincu qu'elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour... Voir plus

Une jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s'isole. Sa mère s'enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand oeil d'internet. Son père, convaincu qu'elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour nourrir « ses princesses ». Seule, effrayée par ce corps monstrueux, elle tente de comprendre qui elle est vraiment. Quand elle rencontre par accident l'amour et fait l'expérience d'autres plaisirs de la chair, elle semble enfin être en mesure de s'accepter. Mais le calvaire a-t-il une fin pour les êtres « différents » ?
Conte de la dévoration et roman de l'excès, Manger l'autre est une allégorie de notre société avide de consommer, obsédée par le culte de la minceur et de l'image conforme.
Avec force, virtuosité, et humour, Ananda Devi brise le tabou du corps et expose au grand jour les affres d'un personnage qui reflète en miroir notre monde violemment intrusif et absurdement consumériste.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (14)

  • Ce livre raconte la vie d'une jeune ado "super-obèse" mal dans sa peau.

    J'ai éprouvé de la sympathie et de la pitié (maltraitance de la part des élèves à l’école : injures et photos dégradantes postées sur les réseaux sociaux) pour ce personnage hors-norme ainsi que de la répulsion à son...
    Voir plus

    Ce livre raconte la vie d'une jeune ado "super-obèse" mal dans sa peau.

    J'ai éprouvé de la sympathie et de la pitié (maltraitance de la part des élèves à l’école : injures et photos dégradantes postées sur les réseaux sociaux) pour ce personnage hors-norme ainsi que de la répulsion à son égard à cause de son appétit féroce et insatiable (ça devient vite écœurant) : "Manger encore, manger comme haute ambition, manger comme but ultime […] je ne suis qu'un ventre" (page 95).

    La narratrice connaît même l'amour avec un dénommé René (on n'y croit pas !) et pourtant...

    Certains passages m'ont rappelé le style d'Amélie Nothomb.

    Ananda Devi dénonce dans ce roman très bien écrit une société de consommation absurde, intrusive (Internet) et violente.

    Un livre conseillé par un libraire dans l'émission "La grande librairie" sur France5.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • « Après neuf mois et dix jours très exactement, ces dix jours lui ayant paru aussi longs que les neuf mois qui les avaient précédés, ma mère donna naissance à un éléphant rose. Il pesait dix kilos et deux cents grammes. […] Je n’avais ni trompe ni grandes oreilles, mais il était impossible de...
    Voir plus

    « Après neuf mois et dix jours très exactement, ces dix jours lui ayant paru aussi longs que les neuf mois qui les avaient précédés, ma mère donna naissance à un éléphant rose. Il pesait dix kilos et deux cents grammes. […] Je n’avais ni trompe ni grandes oreilles, mais il était impossible de nous réconcilier, moi et le mot “bébé”.

    Rejetée par sa mère, souffre-douleur de ses camarades de classe, elle n’a, pour se consoler de sa difformité, que la nourriture. Elle en rêve, l’attend, l’espère, toujours plus grasse et plus abondante. Elle n’envisage plus de se soustraire à l’obésité, elle est née obèse, elle mourra obèse, autant en profiter.

    Sa mère, incapable d’aimer le monstre qu’elle a enfanté, a déserté. Est-ce parce que, fœtus, elle a avalé sa sœur qu’elle a grossi sans cesse depuis sa naissance ? Son père ne lui en veut pas, il la nourrit pour deux, lui parle comme si elle était deux. Jamais de “tu”, toujours ce “vous” morbide, fou. Dans la schizophrénie qu’il lui impose, elle n’a pas la place de vivre. Pas la force, non plus, de demander à ce père de ne l’aimer qu’elle, sa fille en vie.

    Des maltraitances au lycée au harcèlement qui la poursuit à la maison par le biais des réseaux sociaux, la narratrice crache son mépris d’elle-même, remisée dans sa chambre, guettant l’odeur de friture qui donnera une raison d’être à cette journée de souffrance. Emprisonnée dans ce corps-cercueil qui ne répond plus de rien sinon à l’appel de la bouffe, elle pleure. Puis vient la rencontre. Inespérée. René s’intéresse à elle, la chérit, la désire, l’admire. Elle est encore bien jeune pour un homme de son âge, mais y en aura-t-il un jour un autre ? Son père va jusqu’à fermer les yeux sur cette relation et leur laisse le champ libre : sa chambre d’adolescente devient alors le théâtre de leurs jeux sexuels. Elle se sent merveilleuse. Mais pour combien de temps ?

    Je crois que dès les premières pages, j’ai su que je n’aimerais pas ce roman. Le sujet est intéressant, j’étais curieuse de le voir traiter crûment dans une fiction. Mais l’attitude du personnage m’a rebutée. Cerné par le dégoût, la haine, le lecteur, ici, n’a pas sa place. Le genre de monologue qui ne vous implique pas. Si le calvaire que vit cette ado est indéniable, je suis désolée de le dire parce que je m’attendais à tout autre chose, mais il n’y a pas d’émotion dans ses propos. Internet – le thème du voyeurisme en général – n’est que bien peu exploité alors qu’il offre d’innombrables possibilités. J’ai eu l’impression, en refermant ce roman, de m’être trompeusement laissé appâter par le résumé. Le comportement du père, qui ne peut rester sans une explication à l’obésité de sa fille, jette sur ce récit un sacré malaise. C’est, pour moi, le seul point positif à relever. La critique de la société annoncée m’a semblé inexistante, le discours de l’héroïne répétitif et poussif, à la limité du vide, l’intrigue inaboutie. Après avoir oscillé entre agacement et indifférence, je peux dire que je suis passée complètement à côté de ce bouquin.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Manger l'autre est l'histoire terrifiante d'une jeune fille hors norme qui se livre sans fard ni pudeur devant l'oeil avide d'internet.
    Elle a 16 ans et raconte comment depuis sa naissance elle ne cesse de grossir, habitée par un appétit d'ogre qui la pousse à manger sans fin et l'enferme dans...
    Voir plus

    Manger l'autre est l'histoire terrifiante d'une jeune fille hors norme qui se livre sans fard ni pudeur devant l'oeil avide d'internet.
    Elle a 16 ans et raconte comment depuis sa naissance elle ne cesse de grossir, habitée par un appétit d'ogre qui la pousse à manger sans fin et l'enferme dans un corps de presque 200 kg.
    Son obésité morbide lui interdit de vivre d'abord normalement puis de vivre tout court. Elle meurt à petit feu. Abandonnée par sa mère, gavée par son père, humiliée et stigmatisée par les autres, elle se retrouve piégée dans une immense solitude jusqu'à ce qu'on lui offre la possibilité de porter un autre regard sur elle même. Mais cela suffira-t-il à la délivrer du poids de son énorme souffrance...
    Ce roman qui dénonce "le gonflement grotesque de l'inutile" et la tyrannie du regard de l'autre qui juge tout en incitant à s'exposer d'avantage, est une lecture coup de poing. Elle risque de heurter les natures délicates par le caractère horrifique de son propos mais l'écriture sensuelle d'Ananda Devi l'adoucit et la rend totalement addictive. Elle sait tellement bien mettre en appétit avec la description de nourritures succulentes que vous pourriez céder à la tentation de satisfaire vos papilles gustatives mises en émoi . Au risque de le regretter...
    J'ai dévoré cette histoire d'une traite et ne peux que vous conseiller d'en faire de même. C'est tout simplement éblouissant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'étais donc persuadée de tomber dans le mille avec cette lecture mais dès les premières pages, la noirceur que dégage ce livre m'a glacé le sang. du début à la fin, nous nous retrouvons face à de l'autoflagellation. le personnage principal ne se fait que des reproches et encore des reproches,...
    Voir plus

    J'étais donc persuadée de tomber dans le mille avec cette lecture mais dès les premières pages, la noirceur que dégage ce livre m'a glacé le sang. du début à la fin, nous nous retrouvons face à de l'autoflagellation. le personnage principal ne se fait que des reproches et encore des reproches, sur son corps, sa personnalité, la vie… C'en est à devenir dépressif… ! C'est certainement voulu par l'auteur mais je pense qu'un peu de positif aurait fait du bien à ce roman.
    Le harcèlement scolaire, la haine sur les réseaux sociaux sont bien traités, on ressent très bien son désarroi face au harcèlement qu'elle subit au quotidien. Mais cela développe en elle une haine inconsidérée sur les personnes de corpulence « normale ». Les jugements corporels m'ont énormément dérangés, qu'une personne soit maigre ou ronde, les jugements ne sont pas les bienvenus, cela va dans les deux sens…
    Le seul point positif est le style d'écriture de l'auteur, je l'ai trouvé très bien écrit, certains paragraphes sont très beaux. Mais encore une fois, le côté glacial est perturbant. Je n'avais qu'une seule envie : fermer ce livre avant de finir complètement déprimée… !
    Pour résumé, ce n'est pas un livre que je vous recommanderai… les différents messages que cherche à faire passer l'auteur sont très bons mais cela n'a pas du tout fonctionné sur moi, bien au contraire, cette lecture m'a agacée…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'aime beaucoup les romans et nouvelles d'Ananda Devi, un auteur exigeant à l'écriture élégante.
    "Manger l'autre" est une histoire surprenante avec une fin inattendue. Le sujet de l'obésité est abordé de façon réaliste avec un brin de fantastique. Il y a aussi de la poésie dans les réflexions...
    Voir plus

    J'aime beaucoup les romans et nouvelles d'Ananda Devi, un auteur exigeant à l'écriture élégante.
    "Manger l'autre" est une histoire surprenante avec une fin inattendue. Le sujet de l'obésité est abordé de façon réaliste avec un brin de fantastique. Il y a aussi de la poésie dans les réflexions de cette jeune fille obèse au delà de l'entendement;
    C'est parfois oppressant mais toujours passionnant.
    Très belle lecture que je recommande

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/08/manger-lautre-dananda-devi.html

    Ce roman est un conte dans lequel Ananda Devi met en scène une jeune fille obèse. Elle pesait 10 kgs à la naissance, bébé complètement hors normes, elle avait l'apparence d'un bouddha chinois. Sa mère déserte le...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/08/manger-lautre-dananda-devi.html

    Ce roman est un conte dans lequel Ananda Devi met en scène une jeune fille obèse. Elle pesait 10 kgs à la naissance, bébé complètement hors normes, elle avait l'apparence d'un bouddha chinois. Sa mère déserte le foyer, son père, passionné de cuisine, la gave. Incapable d'admettre le problème de sa fille, il invente le mythe selon lequel elle aurait dévoré in utéro sa sœur jumelle, du coup le père appelle sa fille "mes chéries". Quel poids fait-il porter à la jeune fille qui va entretenir des conversations imaginaires avec sa jumelle anorexique !

    Elle ne cesse de réclamer à manger et grossit, grossit... Elle ne vit que pour manger, "prisonnière de ses besoins... entre faim et honte, le choix est vite fait" et doit faire face à l'école aux moqueries et à la haine de ses camarades de classe qui la surnomment "La couenne"... Sa vie n'est que souffrance et solitude jusqu'à ce qu'un homme s'intéresse à elle... Va-t-elle réussir échapper à sa vie de recluse?

    Je ne pense pas que j'aurai lu ce roman s'il n'avait pas été finaliste du prix Orange. J'ai été ravie de découvrir la magnifique plume de cette auteure que je ne connaissais pas. Dans ce roman très sombre qui est une sorte d'allégorie de notre société de consommation Ananda Devi pose la question de la norme, du diktat de la minceur, des préjugés et de la solitude dans nos sociétés. Un roman plein de noirceur allégé par de nombreux traits d'humour.

    Ce roman a reçu le Prix Ouest France Étonnants Voyageurs

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je me suis demandé si finalement ce roman pouvait s’appeler "celle qu'on ne nommait pas " ou un titre de ce genre car enfin on ne parle jamais du prénom de ce personnage ?!
    J'avoue ne pas y avoir fait attention tout de suite et en réfléchissant à ma critique j'ai découvert ce détail qui pour...
    Voir plus

    Je me suis demandé si finalement ce roman pouvait s’appeler "celle qu'on ne nommait pas " ou un titre de ce genre car enfin on ne parle jamais du prénom de ce personnage ?!
    J'avoue ne pas y avoir fait attention tout de suite et en réfléchissant à ma critique j'ai découvert ce détail qui pour ma part n'en est pas un .Quand on n'a pas de prénom,pas de contour ,pas de forme comment voulez vous exister?
    On parle de ce fait d'une allégorie ?

    C'est donc un joli tour de passe passe que nous joue Ananda Devi en sortant le lecteur de son ronronnement confortable . En premier en faisant de son personnage un bébé macrosome qui fait fuir sa propre mére et en second en faisant de son père un esclave de son hyperphagie qui cultive la monstruosité en affublant sa fille d'une anthropophagie fratricide .
    On est presque dans un déni Gargantuesque !

    J'ai tout de suite aimé le contexte .Fan de la couverture (oui j'avoue ...j'ai un faible pour les belles images ou photo en 1er de couverture) j'ai "avalé " le roman en quelques jours . Que dire ensuite ?
    Pas si simple ! Beaucoup de critiques parlent de l’allégorie du consumérisme ,j'avoue être passé à côté .J'ai surtout assisté à la longue agonie d'une enfant "hors norme" qui subit et encaisse les insultes du regard des autres et qui s'isole . L'isolement terrible est effectivement pratiqué avec l'entretien méticuleux des couches successives de graisse qui marque la distance avec les autres. Pas une fois en effet on ne ressent l'empathie chez ses camarades ,pas un seul ami à part son père qui ne devrait pas en être un. Tout semble irrémédiable dans cette monstruosité irréversible où même les coups de cœur se transforme en coups de grâce .
    C'est un regard troublant finalement sur le monstre que nous portons en chacun de nous et sur le caractère intraitable de la norme dans notre société moderne qui par son effet de masse se transforme bien souvent en rouleau com-presseur .
    Pas étonnant qu'il soit dans les finalistes du prix Orange 2018 !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Récit d'une adolescente obèse.
    Un livre dérangeant qui impose une réflexion sur la société actuelle et le paraître, sur la norme, la solitude, l'amour et ses mystères.
    Un livre très bien écrit dont j'ai du mal à dire si je l'ai aimé ou non !

    Récit d'une adolescente obèse.
    Un livre dérangeant qui impose une réflexion sur la société actuelle et le paraître, sur la norme, la solitude, l'amour et ses mystères.
    Un livre très bien écrit dont j'ai du mal à dire si je l'ai aimé ou non !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions