Lithium

Couverture du livre « Lithium » de Gougaud Aurelien aux éditions Albin Michel
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel
  • EAN : 9782226329752
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Elle, vingt-trois ans, enfant de la consommation et des réseaux sociaux, noie ses craintes dans l'alcool, le sexe et la fête, sans se préoccuper du lendemain, un principe de vie. Il vient de terminer ses études et travaille sans passion dans une société où l'argent est roi. Pour eux, ni passé ni... Voir plus

Elle, vingt-trois ans, enfant de la consommation et des réseaux sociaux, noie ses craintes dans l'alcool, le sexe et la fête, sans se préoccuper du lendemain, un principe de vie. Il vient de terminer ses études et travaille sans passion dans une société où l'argent est roi. Pour eux, ni passé ni avenir. Perdus et désenchantés, deux jeunes d'aujourd'hui qui cherchent à se réinventer.
Dans un texte crépusculaire, Aurélien Gougaud entremêle leurs voix, leurs errances, leur soif de vivre, touchant au plus près la vérité d'une génération en quête de repères. Un premier roman d'une surprenante maturité, qui révèle le talent d'un jeune auteur de vingtcinq ans.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Elle, 23 ans, « Prénom : sans importance » (p. 7), travaille comme standardiste et auteur dans une émission matinale de radio. Lui, même génération, travaille comme commercial dans le quartier des affaires de la Défense. Tous deux sont désabusés. « L’Amour. Naïveté contraignante à laquelle il ne...
    Voir plus

    Elle, 23 ans, « Prénom : sans importance » (p. 7), travaille comme standardiste et auteur dans une émission matinale de radio. Lui, même génération, travaille comme commercial dans le quartier des affaires de la Défense. Tous deux sont désabusés. « L’Amour. Naïveté contraignante à laquelle il ne voit que deux explications plausibles : la solitude et l’ennui. Aimer, c’est pour ceux qui n’ont que ça à faire. C’est la solution la plus populaire pour donner du sens aux vies qui en sont dénuées. » (p. 14). [J’ai l’impression que c’est plutôt « dénué » qui aurait été correct.] Au bout de six mois, Elle donne sa démission. « J’suis pas faite pour ça… J’suis pas faite pour grand-chose en réalité. » (p. 66). Elle décide de partir à l’autre bout du monde, en Australie.
    Huit jours dans la vie de Elle et de Lui. Du samedi au samedi suivant. Les chapitres sont alternés : les impairs sont consacrés à la voix de Elle, les pairs à la voix de Lui. Point fort de l’auteur de s’être mis dans la vie, dans la tête de deux personnages, un féminin, un masculin, tous deux très réalistes. Elle et Lui ne se connaissent pas, ils vont se rencontrer par hasard. Mais cette rencontre va-t-elle changer leurs vies ? « À force d’avoir l’air détaché on le devient réellement, comme un mensonge martelé finit par devenir vérité commune. Avec un peu d’obstination, on devient ce que l’on prétend être : heureux, triste, haineux, indifférent ; mentir pour mieux se convaincre. » (p. 129). Je me suis demandé pourquoi Lithium, à quoi correspond ce titre ? En tout cas, ce premier roman est une grande réussite ! Je l’ai apprécié même si ces jeunes Parisiens qui s’éclatent sont bien loin de mon univers. Aurélien Gougaud s’interroge sur l’amour, le bonheur, la vie (écoutez la vidéo ci-dessous) : un jeune auteur à suivre !
    Ce qui m’a fait rire : « J’me lisse les cheveux ? – Non. Après, tu ressembles à un abat-jour. » (p. 136).
    https://pativore.wordpress.com/2016/11/18/lithium-d-aurelien-gougaud/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lithium premier roman désabusé sur une jeunesse parisienne paumée. D’un côté elle qui travaille dans une radio, sans plus de conviction et dont les seules bouées de sauvetage sont les fêtes, les cafés du weekend. C’est la même chose pour lui, il a un job sans panache, il vend à des personnes...
    Voir plus

    Lithium premier roman désabusé sur une jeunesse parisienne paumée. D’un côté elle qui travaille dans une radio, sans plus de conviction et dont les seules bouées de sauvetage sont les fêtes, les cafés du weekend. C’est la même chose pour lui, il a un job sans panache, il vend à des personnes âgées des volets roulants hors de prix mais travail à la défense, partage une coloc avec un collègue et a une histoire compliquée avec Sophia. Monde d’amertume, de cynisme, désabusé alors qu’ils ont la vingtaine, jeunesse uniquement préoccupée par son plaisir, la défonce et l’alcool. Vision triste de jeunes adultes revenus de tout. Le livre est bien construit, on alterne les 2 points de vue sur une semaine entre les 2 personnages principaux et on revit des scènes selon leurs points de vue. Description de leur vie comme un ethnologue au final banal, pas de choc avec ce roman mais il brosse un tableau sans concession de notre monde moderne.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Des méduses... Oui ce sont des méduses que m'ont évoqué les deux protagonistes principaux de "Lithium". Comme dans la dernière scène de "On connaît la chanson" d'Alain Resnais, Elle et Lui dérivent lentement au gré des courants de la vie contemporaine sans que rien semble pouvoir les amarrer. A...
    Voir plus

    Des méduses... Oui ce sont des méduses que m'ont évoqué les deux protagonistes principaux de "Lithium". Comme dans la dernière scène de "On connaît la chanson" d'Alain Resnais, Elle et Lui dérivent lentement au gré des courants de la vie contemporaine sans que rien semble pouvoir les amarrer. A peine plus de vingt ans et déjà, ils posent sur le monde et leur avenir un regard désenchanté. On les suit durant une semaine dans leur errance urbaine, balisée par les rues parisiennes, les lieux de rencontres aléatoires et les gestes indéfiniment reproduits.
    Bon. A dire vrai j'ai bien des difficultés à résumer un tant soit peu une intrigue que je n'ai pas su saisir ! Ou, en tout cas, dont je n'ai su apprécier l'intérêt. L'écriture, la trame narrative, les personnages possèdent tous les attributs du contemporain. Oui. Et ?... Et rien justement ! Rien ne m'a fait vibrer. Rien ne m'a émue, piquée, titillée, attirée, intéressée... J'ai eu l'impression d'un manque de cohérence et d'homogénéité dans la narration, dans la construction de personnages qui me sont restés inconsistants, désincarnés.
    Sans doute suis-je trop éloignée culturellement et générationnellement pour apprécier avec justesse ce premier roman dont la lecture n'a pas été franchement désagréable, ni passionnante, ni... ni... Je n'en finis pas d'inventorier tout ce qu'elle n'a pas été... Peut-être est-ce là le fil conducteur d'une possible interprétation ? Être ou n'être pas ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lithium se lit très vite mais cela a été sans enthousiasme pour moi.
    La première chose qui m'a dérangée est que l'auteur ne nomme pas ses deux principaux personnages, "Elle" et "Lui" seulement, est-ce pour tenter de rendre leur histoire universelle ?
    La seconde chose qui m'a encore plus gênée...
    Voir plus

    Lithium se lit très vite mais cela a été sans enthousiasme pour moi.
    La première chose qui m'a dérangée est que l'auteur ne nomme pas ses deux principaux personnages, "Elle" et "Lui" seulement, est-ce pour tenter de rendre leur histoire universelle ?
    La seconde chose qui m'a encore plus gênée est le choix délibéré de l'auteur de nous décrire la vie "désabusée" des jeunes adultes parisiens, alcool, sexe sans lendemain, boulots dégradants, amitiés qui n'en sont pas ...
    La jeunesse parisienne est-elle aussi désenchantée, sans les valeurs que nos parents nous ont transmis ?
    Encore une fois je trouve que le livre caricature trop cette jeunesse qui je l'espère n'est pas toute aussi "perdue".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il y a Il, il y a Elle, il y a Paris, la ville. Deux trajectoires, deux jeunes gens de cette génération Y née avec les smartphones et les réseaux sociaux, légèrement décalés, blasés, par la vie qui ne leur promet pas grand-chose d’excitant et ni de vraiment nouveau…
    Il se lève tous les matins...
    Voir plus

    Il y a Il, il y a Elle, il y a Paris, la ville. Deux trajectoires, deux jeunes gens de cette génération Y née avec les smartphones et les réseaux sociaux, légèrement décalés, blasés, par la vie qui ne leur promet pas grand-chose d’excitant et ni de vraiment nouveau…
    Il se lève tous les matins pour regagner les tours de la Défense où il exerce un emploi qui n’a vraiment rien de glorieux, partage son appartement avec Édouard, son colocataire, sa vie parfois avec Sofia, la petite amie qu’il n’aime pas mais dont l’existence le rassure et lui permet de ne pas se sentir totalement seul.
    Elle se lève chaque jour à l’heure où les autres rentrent de boite de nuit, pour se rendre à la radio, ce lieu quasi mythique dont elle a rêvé plus jeune, mais où elle traine un ennui mortel à préparer les répliques d’un animateur radio star de l’audiovisuel, pédant, désobligeant, incompétent. Désenchantement, désillusion, contact froid avec le monde égo-centré et souvent faux du travail et des relations entre collègues.
    Leurs seuls échappatoires, chacun de son côté, l’alcool, les soirées avec les potes, les joints qu’on fume et qu’on se passe, les filles qu’on note ou qu’on critique, les mecs qu’on juge ou qu’on jette. Chronique parfois grinçante d’une jeunesse en mal de repères qui s’oublie dans l’alcool et la drogue pour arrêter de penser à tous ses rêves de réussite et de bonheur. Rêves qui semblent le plus souvent inatteignables et totalement utopiques. Jeunesse qui parle, rencontre, écoute, au travers de son smartphone et des réseaux sociaux, là où chacun s’expose, se découvre, se cherche et se retrouve.
    La structure du roman, une semaine égrenée jour par jour, deux personnages, deux points de vue, pour une rencontre, est intéressante. Même si à certains moments ce côté blasé et désespéré est un peu déprimant, il est sans doute également le reflet d’une société qui n’a pas grand espoir à donner à sa jeunesse. Premier roman attachant d’un jeune auteur qui semble raccord avec ses personnages tant il nous fait vivre dans leurs têtes et leurs sentiments.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2016/09/lithium.html

    Malheureusement, j'ai eu du mal avec ce livre. Il n'est en aucun cas mal écrit ni inintéressant, c'est juste que je n'ai pas su être transporté par son histoire.
    L'auteur nous présente ses personnages par, il et par elle et...
    Voir plus

    http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2016/09/lithium.html

    Malheureusement, j'ai eu du mal avec ce livre. Il n'est en aucun cas mal écrit ni inintéressant, c'est juste que je n'ai pas su être transporté par son histoire.
    L'auteur nous présente ses personnages par, il et par elle et j'avoue que c'est assez déroutant, mais au si fait. Le plus dans cette histoire, ce sont les différents points de vue à chaque chapitre. Cela nous donne plus d'informations sur nos deux personnages principaux.

    Je n'ai pas réussi à cerner nos deux personnages et j'avoue qu'ils ont une personnalité un peu complexe. Elle, elle vit le jour au jour et ne se tracasse pas du lendemain. Elle noie ses peurs dans l'alcool, le sexe... Lui, il travaille comme agent commercial pour seul objectif, soutirer de l'argent.

    D'après ce que j'ai lu, c'est son premier livre et malgré tout, il peut en être fier. Ce n'est pas donné à tout le monde d'écrire un livre.

    Pour conclure, comme d'habitude il ne faut pas s'arrêter à un avis négatif parce que cette histoire peut vous plaire. Je conseille quand même, cette histoire au plus de 16 ans/18 ans.
    La plume de l'auteur est fluide et légère. Je vous laisse juger par vous-même.
    6/10

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Histoire de 2 personnes, 1 homme, 1 femme sur 1 semaine. Chaque jour donne droit à 1 chapitre du point de vue de Mr et un autre de Mme.
    Elle, salariée d'une radio, lui "vendeur-escroqueur" s'enivrent les WE et parfois en semaine pour oublier leurs vies qu'ils trouvent insatisafaisantes. Elle,...
    Voir plus

    Histoire de 2 personnes, 1 homme, 1 femme sur 1 semaine. Chaque jour donne droit à 1 chapitre du point de vue de Mr et un autre de Mme.
    Elle, salariée d'une radio, lui "vendeur-escroqueur" s'enivrent les WE et parfois en semaine pour oublier leurs vies qu'ils trouvent insatisafaisantes. Elle, elle passe d'un mecà un autre, claque sa démission, projette de tout plaquer pour l'Australie. Lui vivote dans son emploi, pas vraiment motivé, regrette son ex... jusqu'à ce vendredi soir, où ils se rencontrent le long des quais parisiens et ce 2 jours avant l'exil de Mme. Cette rencontre va t elle changer leurs plans? Ces 2 âmes égarées vont elles se sauver mutuellement?
    Livre étrange, sans les prénoms des héros.. On voit comment l'être humain peut se perdre, s'égarer, voir tout plaquer mais sans oser. Livre assez saccadé, montrant le désespoir de toute une frange de la population jeune ou moins jeune actuelle..., vision assez réaliste..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Que ce soit le résumé ou la couverture, tout m’attirait dans ce roman et je ne suis absolument pas déçue puisque j’ai adoré du début à la fin.
    On suit deux personnages Elle et Lui, dont on ne connaîtra pas les prénoms, sur l’espace d’une semaine. On vit chaque jour avec eux en alternance. On a...
    Voir plus

    Que ce soit le résumé ou la couverture, tout m’attirait dans ce roman et je ne suis absolument pas déçue puisque j’ai adoré du début à la fin.
    On suit deux personnages Elle et Lui, dont on ne connaîtra pas les prénoms, sur l’espace d’une semaine. On vit chaque jour avec eux en alternance. On a donc leurs deux points de vue sur la même journée. Même quand ils en viennent à se rencontrer, on a la même journée de leurs deux points de vue. Cela donne une vraie valeur ajoutée à ce livre et c’est vraiment ça, en plus du style totalement abouti, qui m’a plu.
    Elle bosse à la radio, un job dont elle rêvait depuis toujours mais qui, finalement, ne la comble pas au quotidien. Accro aux réseaux sociaux, elle noie ses craintes dans l'alcool et le sexe. Son boulot à lui, c’est arnaquer des gens de façon totalement légale. Tout comme elle, il ne s’épanouit pas dans son travail, loin de là. Leurs échappatoires sont donc les soirées, où l’alcool et les joints sont consommés sans modération. Véritable reflet de la jeunesse Y, ils sont tous deux en quête de repères et surtout, d’un sens à leur vie.
    Je me suis vraiment attachée à ces deux personnages dont, au final on ne sait quasiment rien. Finalement, pas besoin d'en savoir plus, l'essentiel est là. Ils sont un peu perdus, ne se projettent pas dans l'avenir, vivent au jour le jour. Ils nous ressemblent, en tout cas ils me ressemblent, sur certains points. Je n'avais vraiment pas envie de les quitter et j'ai adoré cet épilogue, qui ne m'a nullement déçue.
    Aurélien Gougaud, du haut de ses 25, frappe fort pour un premier roman. Assurément c’est un auteur que je vais suivre de près tant ce livre m’a plu et m’a marqué. Le style nerveux, sans complaisance, ainsi que le regard acerbe qu’il jette sur la jeunesse d’aujourd’hui est terriblement réaliste, vraiment plaisant à suivre et à lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechatquilit.e-monsite.com

    Lithium de Aurélien GOUGAUD

    Ils ont un peu un peu plus qu’une vingtaine d’années, ils vivent à Paris une vie palpitante remplie de week end où tout est permis, l’alcool, la drogue, le sexe et les nuits sans fin.
    Il ont un boulot qui leur plaît plus ou moins,...
    Voir plus

    Lechatquilit.e-monsite.com

    Lithium de Aurélien GOUGAUD

    Ils ont un peu un peu plus qu’une vingtaine d’années, ils vivent à Paris une vie palpitante remplie de week end où tout est permis, l’alcool, la drogue, le sexe et les nuits sans fin.
    Il ont un boulot qui leur plaît plus ou moins, pratiquent les réseaux sociaux à profusion. Ils ne se connaissent pas, amis ils se ressemblent.
    Bref c’est une histoire contemporaine, presque banale, que nous livre l’auteur, où nous suivons simultanément le quotidien de chacun de nos jeunes gens (homme et femme).

    Aurélien Gougaud, l’auteur, est arrivé à m’emporter, de par son écriture rapide et passionnée, à me faire aimer ces deux jeunes et les sentiments qui les animent.
    J’ai apprécié ce livre, que j’ai lu pratiquement d’une traite, j’ai souri, mais aussi, parfois râler devant leur insouciance (défaut de mère surement…). Ce roman est le reflet de la vie actuelle, avec les joies, les rêves et les désespoirs d’une génération.

    Un bon premier roman !


    Extraits :

    Mais … C’est moi qui rentre avec toi, pas lui. Il n’y a pas de raison que je sois jaloux de quelqu’un qui ne t’aura jamais. Quand on aime, on ne doute pas !

    Avec Agathe, ils se questionnent souvent sur la relation que pouvaient avoir leurs parents à l’époque où ils s’aimaient encore? S’aimaient - ils d'ailleurs ? C’est presque inconcevable aujourd'hui. Seul le regard de sa mère traduit parfois la réminiscence d’une souffrance passée, d’un traumatisme enfoui au fond d’une boîte de Prozac.

    D’implants mammaires en taxes fiscales, la discussion dérive jusqu’à ce que l’écran plasma ait raison de la conversation. La télévision a toujours la dernier mot. On ferme sa gueule, on écoute, on regarde pour ne pas voir. Aspirés par ce néant pixélisé, ils végètent quelques heures, le temps qu’Edouard rassemble le force nécessaire pour parcourir le mètre et demi le séparant de son oreiller.

    Mais qui troquerait sa vie pour un air plus pur ou une planète plus propre, pour laisser un monde meilleur à ses hypothèses arrière - petits - enfants ? Pas moi, pas lui. Préserve ta santé et celle de ton poisson rouge, ce sera déjà pas mal. Vincent est écologiste. Le sort d’un sans - abri l’indiffère plus que celui d’un koala.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pour son premier roman, Aurélien Gougaud n’est pas aller trop loin pour trouver l’inspiration, puisqu’il nous raconte la vie de parisiens de son âge, c’est-à-dire autour de 25 ans. L’un des personnages travaille également comme lui, au sein d’une chaîne de radio.
    Portrait d’une génération, son...
    Voir plus

    Pour son premier roman, Aurélien Gougaud n’est pas aller trop loin pour trouver l’inspiration, puisqu’il nous raconte la vie de parisiens de son âge, c’est-à-dire autour de 25 ans. L’un des personnages travaille également comme lui, au sein d’une chaîne de radio.
    Portrait d’une génération, son livre ausculte cette période un peu étrange où l’on commence à gagner sa vie, ou il faudrait se construire un avenir, alors même que l’on doute en permanence de ses choix. Peut-on s’imaginer continuer toute sa vie comme agent commercial dans une entreprise qui n’a pour objectif que de soutirer de l’argent à des personnes un peu fragiles ? Faut-il tous les jours subir les railleries d’un supérieur qui se prend pour une vedette, alors qu’il ne serait rien sans son équipe ? Ou encore cette question cruciale : Ne serait-il pas temps de s’engager dans une relation plus stable que ces coucheries d’un soir ?
    Car au traditionnel métro-boulot, il n’y a guère pour l’instant qu’un complément apéro-bistro-disco, notamment en fin de semaine. Il s’agit alors de remplir l’agenda pour ne pas sombrer dans la dépression. Pour Elle comme pour Lui qui nous suivront durant une semaine, un jour et un chapitre pour lui, un jour et un chapitre pour elle. S’ils ont des rêves, ce sont sans doute les dures réalités de leurs vies professionnelles respectives qui les découragent le plus. Les réseaux sociaux ne les distraient plus, l’alcool n’est plus un compagnon de fête, mais plutôt l’étape obligée avant de vomir leur mal-être, la drogue n’est plus un excitant hors-la-loi, mais une sorte de médication pour tenir le coup dans cette misère ambiante.
    O rage, o désespoir ! N’y aurait-il pas d’échappatoire possible ?
    Après une nouvelle journée d’humiliations, Elle croit avoir trouvé la solution. Plutôt que de subir une nouvelle séance débriefing durant laquelle «les gros salaires profitent de leur statut pour discréditer les autres, tandis que les petits n’aspirent qu’à prendre la place de leurs aînés.» il suffit de démissionner et de partir, de préférence loin. En Australie par exemple.
    L’ironie du sort veut que c’est à ce moment que nos deux jeunes désabusés se rencontrent. Qu’elle est prête à changer de vie, qu’il est prêt à réviser sa théorie de l’amour : «Un type a dit qu’aimer, c’est la préférence de l’autre à soi-même. Pour lui, c’est juste la prise de risque à plein temps. L’Amour. Naïveté contraignante à laquelle il ne voit que deux explications plausibles : la solitude et l’ennui. Aimer, c’est pour ceux qui n’ont que ça à faire. C’est la solution le plus populaire pour donner du sens aux vies qui en sont dénuées.»
    Je vous laisse découvrir l’épilogue de ce premier roman qui place le cynisme sur un piédestal, pour le plaisir du lecteur. Ce cynisme que mon dictionnaire définit comme un «mépris effronté des convenances et de l'opinion qui pousse à exprimer sans ménagements des principes contraires à la morale, à la norme sociale.» Les exemples fourmillent dans le livre. En voici un : «La radio, au fond, c’est un peu comme le communisme : dans l’idée c’est formidable, mais la nature humaine rend l’idéal inapplicable et l’applicable forcément nauséabond.»
    Au fait, ayant le dictionnaire à portée de main, j’en ai profité pour consulter la définition du mot lithium (symbole chimique Li). J’y ai appris que ce métal est «le plus léger de l'ensemble des métaux connus sur terre, il est aussi le premier alcalin» et qu’il «est utilisé en psychiatrie pour soigner les psychoses maniaco-dépressives». Voilà qui peut expliquer le titre énigmatique de cette intéressante étude de mœurs !
    http://urlz.fr/42ue

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.