Les sept jours du talion

Couverture du livre « Les sept jours du talion » de Patrick Senecal aux éditions Alire
  • Date de parution :
  • Editeur : Alire
  • EAN : 9782922145663
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Il s'appelle bruno hamel, il a trente-huit ans et il est chirurgien.
Avec sa petite famille - sylvie, sa conjointe, et jasmine, sa fille de sept ans -, il habite drummondville et, comme tous les gens heureux, il n'a pas vraiment d'histoire. jusqu'à ce que jasmine, par un bel après-midi... Voir plus

Il s'appelle bruno hamel, il a trente-huit ans et il est chirurgien.
Avec sa petite famille - sylvie, sa conjointe, et jasmine, sa fille de sept ans -, il habite drummondville et, comme tous les gens heureux, il n'a pas vraiment d'histoire. jusqu'à ce que jasmine, par un bel après-midi d'automne, soit violée et assassinée. dès lors, l'univers de la famille hamel bascule. mais lorsque la police arrête le meurtrier, un terrible projet germe dans l'esprit enténébré de bruno : il va s'emparer du monstre et lui faire payer ce qu'il a fait à sa petite fille.
Le jour de la comparution du meurtrier, hamel, qui a minutieusement préparé son coup, kidnappe le monstre, puis transmet aux autorités policières un message laconique : celui qui a violé et tué sa petite tille va souffrir pendant sept jours, après quoi il sera exécuté. ensuite seulement, lui-même se rendra. les sept jours du talion : un suspense d'une rare intensité dont personne - et surtout pas le lecteur ! - ne sort indemne.

Donner votre avis

Avis(4)

  • 4,5/5 - Mon premier Senécal, et certainement pas le dernier. Un livre coup de poing, coup de masse , coup de.....
    Une histoire de vengeance, de justice et d'injustice. Une violence poussée à l’extrême mais loin d’être gratuite, a mille lieues d’être dénuée de morale. On prend parti et puis on...
    Voir plus

    4,5/5 - Mon premier Senécal, et certainement pas le dernier. Un livre coup de poing, coup de masse , coup de.....
    Une histoire de vengeance, de justice et d'injustice. Une violence poussée à l’extrême mais loin d’être gratuite, a mille lieues d’être dénuée de morale. On prend parti et puis on s'y refuse pour en fin y revenir et ainsi de suite.
    Un roman qui nous dévoile la double face de l’être humain, capable du meilleur comme du pire, renfermé dans son éternelle dualité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En lisant le résumé jai tout de suite pensé au film "prisoners" que j'avais adoré. J'y ai d ailleurs retrouvé pas mal de similitudes au point de me demander sur le film ne s'est pas inspiré du livre !

    En tout cas c'est un véritable coup de coeur ! Ce livre se dévore. Patrick Senecal...
    Voir plus

    En lisant le résumé jai tout de suite pensé au film "prisoners" que j'avais adoré. J'y ai d ailleurs retrouvé pas mal de similitudes au point de me demander sur le film ne s'est pas inspiré du livre !

    En tout cas c'est un véritable coup de coeur ! Ce livre se dévore. Patrick Senecal retranscrit d'une façon tellement juste les émotions que l'on ne peut qu'être captivé pendant la lecture. Il orchestre parfaitement la descente aux enfers de ce père qui n'a plus qu'un but dans la vie: se venger de l'assassin de sa fille. Et pour cela il va l'enlever et le séquestrer pendant 7 jours. Sept jours où la folie meurtrière de cet homme va augmenter crescendo, sept jours de torture. Et l'auteur ne nous épargne pas. Certaines scènes m'ont fait grimacer.
    Et ce livre m'a d'autant plus plu que par moment on ne sait plus où se positionner. Une lecture qui fait réfléchir car dans ce deferlement de violence, de haine et d'horreur, qui est le monstre? Qu'auriez-vous fait vous à la place de ce père meurtri et complètement anéanti ?

    "C'est facile d'être un bien-pensant quand tout va bien dans sa vie! C'est facile d'être un humaniste quand on a pas connu la souffrance et le malheur!"

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • A peine le livre entamé, on sait déjà tout du plan qu’a établit Bruno Hamel, le personnage principal qui vient de retrouver sa petite fille Jasmine, violée et tuée. Le coupable est rapidement arrêter et même s’il risque une condamnation de 25 ans derrière les barreaux, il est plus probable qu’il...
    Voir plus

    A peine le livre entamé, on sait déjà tout du plan qu’a établit Bruno Hamel, le personnage principal qui vient de retrouver sa petite fille Jasmine, violée et tuée. Le coupable est rapidement arrêter et même s’il risque une condamnation de 25 ans derrière les barreaux, il est plus probable qu’il n’en fasse que 15. Alors on peut tout à fait comprendre le plan que met en place le Docteur Hamer, il kidnappera le meurtrier, lui fera subir les pires sévices pendant 7 jours et finira par lui ôter la vie et se rendra à la police.
    J’appréhendais les passages de tortures infligées par Hamel « au monstre ». Comme la profession d’Hamel est chirurgien, je me disais que cela pourrait vite devenir insupportable pour moi. Il faut reconnaître que certaines scènes sont plutôt gore et que la montée en puissance des « punitions » nous fait craindre pire à chaque fois. Pourtant rien n’est laissé au hasard chaque acte infligé est une réponse à ce que le monstre à fait à sa petite fille. Non pas que cela légitime l’acte mais cela le rend compréhensible, il y a une sorte de logique justicière, en tout cas au début car c’est une lente descente aux enfers qui s’annonce et la folie n’est pas loin. Le fait que le justicier Hamel change en cours de route, qu’il y est une évolution psychologique apporte un grand intérêt au livre. Qui ne voudrait pas rendre justice soi-même face au meurtre de son enfant ?
    J’ai aussi bien accroché avec l’enquêteur Mercure, qui est un personnage qui a un point commun avec Hamel, même s’ils n’ont pas la même réponse. Suivre l’enquête était aussi passionnant et savoir comment ils allaient s’y prendre pour réussir à stopper Hamel avant qu’il n’exécute son prisonnier. Mais ce qui fait la force de ce livre c’est toute l’introspection psychologique dont fait preuve Hamel, toutes les dérives de son esprit, tous ses raisonnements, c’était à la fois instructif et poignant. La haine est un sentiment destructeur et il est parfaitement exploité ici. Patrick Senécal fait un beau travail de psychanalyste plus que d’auteur d’horreur même s’il faut avouer que question hardcore il sait très bien y faire. Un livre qui m’a fait réfléchir sur ce que pourrait être ma réaction face au meurtre d’un de mes enfants mais aussi quelle confiance j’aurai en la justice de mon pays. Un livre à découvrir. Bonne lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est ce qui me vient en tête quand je pense à ce livre. Des jours après il me marque encore et j'ai du mal à mettre des mots dessus. C'est percutant, prenant, marquant. Il fait parti de ces livres qui remettent la plus intime de vos convictions en question. Les sept jours du Talion m'a ébranlé...
    Voir plus

    C'est ce qui me vient en tête quand je pense à ce livre. Des jours après il me marque encore et j'ai du mal à mettre des mots dessus. C'est percutant, prenant, marquant. Il fait parti de ces livres qui remettent la plus intime de vos convictions en question. Les sept jours du Talion m'a ébranlé car au-delà de la violence physique, c'est la violence psychologique qui prend le pas dans cette histoire.

    C'est l'histoire d'un homme qui perd tout le jour où sa fille est retrouvée morte. C'est l'histoire d'un homme qui devient fou de douleur et ivre de vengeance. C'est l'histoire de Bruno Hamel mais surtout ça pourrait être votre histoire, vos émotions.

    C'est une sensation qui va crescendo. Au début ne respire que la violence, la haine mais aussi le chagrin. Ce chagrin qui traverse de part en part et que tu ressens au plus profond de tes entrailles. C'est d'abord ça que nous présente l'auteur.

    Et vient le moment où Bruno Hamel "vrille" et kidnappe le meurtrier pour le torturer durant sept jours. Sept jours c'est une éternité et pour nous lecteurs, pour moi, ça était le début d'un supplice.

    Ah je l'ai beaucoup fermé ce bouquin. J'ai même mis deux jours avant d'entamer le troisième jour de torture. Ca m'a pris aux tripes parque l'auteur ne lésine pas sur les détails et que je me suis totalement laissée emporter par cette histoire, par toute cette douleur.

    En effet, ce n'est pas que Bruno Hamel qui souffre mais tous ces personnages que l'on côtoie et qui traîne derrière eux plusieurs valises.

    L'empathie prend ici tout son sens, car encore une fois ce qu'ont vécu les personnages, qu'ils soient du bon ou mauvais côtés de la Loi, j'ai eu l'impression d'être à leurs côtés ou du moins pas très loin.

    Je pense également que cette sensation est liée à l'environnement, aux descriptions de l'ambiance, des lieux mais aussi de la météo. On évolue dans une ambiance qui devient sombre, pesante avec un décor pluvieux voire orageux. C'est un peu comme si le temps se calquait sur les sentiments des protagonistes. J'ai en tête la scène du début où le père ramasse les feuilles mortes en attendant sa fille et qu'il ne la verra jamais revenir. La saison de l'automne où tout se meurt peu à peu, où le changement de temps s'opère petit à petit. J'ai trouvé ça limite poétique même si sincèrement, je ne sais pas si cela a été fait intentionnellement.

    On évolue dans un environnement où les protagonistes ne sont ni bons ni mauvais. Nous ne sommes pas dans du pur manichéisme. Le meurtrier n'est pas qu'un tueur d'enfants, Bruno n'est pas qu'un chirurgien souriant et aimant, et le sergent-détective Mercure n'est pas là que pour sauver la veuve et l'orphelin. C'est ce qui fait que je me suis attachée à ces personnages, que j'ai partagé avec eux leurs émotions jusqu'à me poser cette question : Et toi, tu réagirais comment ?

    Parce que cette question elle vient à l'esprit, de façon insidieuse, perfide. Et elle te colle jusqu'au bout. Quelle est la vraie justice ? Celle imposait par la Loi ou celle prodiguait par l'homme ? D'autant plus que ces questions s'installent au fur et à mesure que passent les jours jusqu'au dénouement final.

    Et quel dénouement ! C'est l'apothéose de tous les ressentis dont je viens de vous parler. C'est cette ultime question de comment ça va se terminer qui taraude. C'est comme si on arrivait en fin de course et qu'on y arrivait épuisé mais heureux d'être parvenue jusqu'au bout.

    En bref,

    Un livre qui vous procurera des sueurs froides. Des tortures autant physiques que psychologiques favorisées par des décors, un environnement oppressant. Je vous avoue qu'il peut être à certains moments difficile à lire et il ne laisse clairement pas indemne. Les sept jours du Talion aura marqué mon année 2018.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions