Les fleurs de l'ombre

Couverture du livre « Les fleurs de l'ombre » de Tatiana De Rosnay aux éditions Robert Laffont/heloise D'ormesson
Résumé:

La romancière Clarissa Katsef quitte son mari à la suite d'une découverte qui l'a profondément bouleversée et peine à trouver un nouveau toit. La chance semble tourner lorsqu'elle est admise, contre toute attente, dans la très convoitée résidence pour artistes CASA. Mais est-ce vraiment une... Voir plus

La romancière Clarissa Katsef quitte son mari à la suite d'une découverte qui l'a profondément bouleversée et peine à trouver un nouveau toit. La chance semble tourner lorsqu'elle est admise, contre toute attente, dans la très convoitée résidence pour artistes CASA. Mais est-ce vraiment une chance ?
Après quelques jours passés dans son superbe appartement, au huitième étage d'un immeuble ultramoderne, elle éprouve un malaise diffus, le sentiment d'être observée en permanence. Ses nuits sont agitées, des traumatismes passés reviennent la hanter.
Qui se cache derrière CASA, projet à visée philanthropique ? Que veut vraiment ce « bienfaiteur » ? Affaiblie par le drame qui a fait imploser son mariage, tenaillée par le doute, Clarissa s'interroge.
A-t-elle raison de se méfier ou cède-t-elle à la paranoïa, victime d'une imagination beaucoup trop fertile ?

Donner votre avis

Avis (3)

  • Clarissa vient de quitter son mari et est à la recherche d'un logement ... Cette femme dans la soixantaine, est devenue écrivain il y a une dizaine d'années après avoir été géomètre .Nous sommes dans un futur proche où une vague d'attentats a touché le cœur des principales villes occidentales et...
    Voir plus

    Clarissa vient de quitter son mari et est à la recherche d'un logement ... Cette femme dans la soixantaine, est devenue écrivain il y a une dizaine d'années après avoir été géomètre .Nous sommes dans un futur proche où une vague d'attentats a touché le cœur des principales villes occidentales et la Tour Eiffel , effondrée est remplacée par un hologramme .

    Clarissa est intégrée dans le programme CASA fournissant un appartement dans une résidence neuve pour artistes . Bientôt elle a l'impression d'être surveillée , a des nuits perturbées, même le chat est inquiet ...Que cache vraiment CASA ?

    On peut voir cette lecture de deux façons , celle qui a mon avis est la plus intéressante où l'auteur par l'intermédiaire de Clarissa explore l'âme des maisons , en particulier les demeures où ont vécu et sont morts Virginia Wolf et Romain Gary . Parcourir les pièces où elle ressent la présence de ces personnalités a une résonance dans mon vécu . Lorsque Clarissa emménage dans un logement neuf, l'atmosphère est toute autre surtout avec les nouveaux gadgets de surveillance , l'absence de mémoire entre ces murs impersonnels lui devient pesante . Chacun a pu vivre les mêmes expériences .

    L'autre versant du roman m'a laissé un sentiment plus tiède , c'est à la fois assez banal et surtout nettement moins abouti avec une fin qui n'en est pas vraiment une et abandonne le lecteur au milieu de ses questionnements , dommage .

    Je remercie NetGalley et les Éditions Robert Laffont .

    #LesFleursdelombre #NetGalleyFrance

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Depuis sa séparation avec François, Clarissa une romancière cherche un appartement qui pourrait être une sorte de refuge, un endroit où elle se sente bien, qui l'abrite, qui la protège. Elle pense l'avoir trouvé à CASA une résidence réservée aux artistes. Une sécurité absolue, des caméras dans...
    Voir plus

    Depuis sa séparation avec François, Clarissa une romancière cherche un appartement qui pourrait être une sorte de refuge, un endroit où elle se sente bien, qui l'abrite, qui la protège. Elle pense l'avoir trouvé à CASA une résidence réservée aux artistes. Une sécurité absolue, des caméras dans toutes les pièces. Elle vit seule avec Chablis son chat et Mrs Dalloway une assistante virtuelle. Chablis fait le dos rond, les oreilles aplaties comme s'il sentait une présence. Clarissa a l'impression que quelqu'un l'observe en permanence.

    Tatiana de Rosnay nous entraîne dans un futur apocalyptique, des quartiers entiers de Paris ont été dévastés par des attentats, la tour Eiffel a été remplacée par un hologramme qui s'illumine le soir. Les robots se substituent aux humains. L'écriture est fluide et l'atmosphère suffisamment inquiétante pour intéresser le lecteur.

    Je ne suis pas adepte des romans de science-fiction où règne l'intelligence artificielle. Mais compte tenu de la qualité des romans précédents de Tatiana de Rosnay, j'espérais un roman dont le suspens me tiendrait en haleine jusqu'au bout. Hélas ! La fin est complètement bâclée et le lecteur se retrouve abandonné au bord de la route.

    « Pourquoi un artiste devrait-il se justifier ? Sa création parlait d'elle même. Des lecteurs lui demandaient de temps en temps d'expliquer la fin de ses livres. Cela la faisait rire, pleurer parfois, ou la mettait dans une rage folle. Elle écrivait pour inciter à réfléchir, et non pour donner des réponses. »
    Sans commentaire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre qui se lit bien. On retrouve la belle écriture de Tatiana de Rosnay : fluide, touchante dans ses descriptions de lieux, dans les introspections des personnages.
    Mais, et c'est déjà un premier écueil, Tatiana de Rosnay ne s'est pas renouvelée. On retrouvait déjà les thèmes de...
    Voir plus

    Un livre qui se lit bien. On retrouve la belle écriture de Tatiana de Rosnay : fluide, touchante dans ses descriptions de lieux, dans les introspections des personnages.
    Mais, et c'est déjà un premier écueil, Tatiana de Rosnay ne s'est pas renouvelée. On retrouvait déjà les thèmes de l'isolement, de la surveillance malsaine et de l'importance des lieux dans "le voisin" , "l'appartement témoin" ou même "Rose".
    Quand on connait les romans de cette auteure, on ne peut donc qu'être déçue.
    Certes le décor a changé : on se retrouve dans un futur proche, à Paris, où des attentats ont fait des ravages. Les insectes, la flore ont disparu, le monde est régi par des robots.
    C'est d'ailleurs le thème dominant du roman : l'Intelligence Artificielle. C'est vrai que Tatiana arrive à nous emporter dans cet univers aseptisé, angoissant, étouffant. On a peur avec Clarissa. Tout devient sujet à suspicion.
    Mais l'auteur a compris les rouages d'un bon livre. Du coup, tout semble artificiel : on surfe sur l'écologie, la surveillance, le féminisme.
    Au bout d'un moment, on se lasse comme un soufflé qui, à la sortie du four, s'affaisserait.
    Les références à Virginia Woolf et Romain Gary m'ont parue intéressantes, au premier abord, car je ne connaissais pas leur histoire. Cela m'a même donné envie de lire leurs livres (un bon point pour cela). Mais ensuite quel intérêt ? Sinon de nous emmener sur une piste savonneuse ?
    Et la fin… Mon Dieu, la fin… Dommage que je ne puisse rien dévoiler. Je crois que si la fin n'avait pas été sabotée, j'aurais pu aimer ce roman. Malheureusement, la fin ne répond pas à aucune question. On ne peut même pas dire, comme dans de fins romans psychologiques, c'est sûrement ceci ou cela. Non, rien.
    Bref, très décevant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions