Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Légendes noires, légendes dorées

Couverture du livre « Légendes noires, légendes dorées » de Nathalie Grande aux éditions Pu De Rennes
Résumé:

L'histoire, dans ses aspects les plus célèbres comme dans ses particularités les plus ignorées, se présente aux créateurs comme un réservoir irremplaçable de personnages étonnants, d'intrigues surprenantes, de lieux et d'époques qui suscitent l'imaginaire. C'est pourquoi les liens complexes... Voir plus

L'histoire, dans ses aspects les plus célèbres comme dans ses particularités les plus ignorées, se présente aux créateurs comme un réservoir irremplaçable de personnages étonnants, d'intrigues surprenantes, de lieux et d'époques qui suscitent l'imaginaire. C'est pourquoi les liens complexes entre littérature et histoire ne cessent de passionner la critique littéraire : comment la littérature fabrique-t-elle l'histoire ? Comment, en s'emparant des événements et des personnages historiques, transforme-t-elle les faits, transmue-t-elle les vérités, métamorphose-t-elle les êtres ? Pourquoi, dans quelle direction, avec quelle orientation, au service de quelles idées, pour quel public, ces métamorphoses ont-elles lieu ? La construction légendaire, parce qu'elle se situe à la confluence de l'histoire et de la littérature, parce qu'elle donne à lire ce qui doit être lu, c'est-à-dire ce qu'il faut connaître et ce qu'il faut comprendre de l'histoire, apparaît comme le lieu privilégié de la transmutation d'un réel en imaginaire ou, autrement dit, d'un récit scientifiquement vraisemblable en un discours tenu sur le passé adressé à un présent.

Professeure à l'université de Nantes, Nathalie Grande s'intéresse depuis longtemps à la question de l'accès des femmes à l'écriture, aux genres qu'elles pratiquent, à leur place dans le champ littéraire du XVIIe siècle. C'est en s'interrogeant plus généralement sur les liens réciproques entre littérature et société qu'elle en est venue à la question de la réception des autrices et des représentations des figures historiques. Elle vient de publier un volume de la revue canadienne Tangence (n°114 - 2017) consacré à Viol et littérature XVIe-XIXe siècle.

Donner votre avis