Le jour d'avant

Couverture du livre « Le jour d'avant » de Sorj Chalandon aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J'allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J'allais punir les Houillères, et tous... Voir plus

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J'allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J'allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n'avaient jamais payé pour leurs crimes.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Voici deux ans, j'avais lu " Profession du père " de Sorj Chalandon. Son roman autobiographique décrivant un père mythomane et brutal m'avait fortement impressionné et m'a incité à lire son nouvel ouvrage " Le jour d'avant ". Il a pour décor le bassin houiller du nord de la France, où se...
    Voir plus

    Voici deux ans, j'avais lu " Profession du père " de Sorj Chalandon. Son roman autobiographique décrivant un père mythomane et brutal m'avait fortement impressionné et m'a incité à lire son nouvel ouvrage " Le jour d'avant ". Il a pour décor le bassin houiller du nord de la France, où se déroula la dernière grande catastrophe minière de notre pays, le 27/12/1974. Quarante-deux mineurs sont morts à la suite à un coup de grisou. Comme toujours, le rendement au détriment de la sécurité. L'auteur centre son histoire sur une famille de paysans dont le fils aîné travaillait dans la fosse sinistrée. Le frère cadet, le narrateur de ce récit, ne supportera jamais la mort de son héros qu'il admirait depuis son plus jeune âge et dont il voulait embrasser la profession. C'est une histoire sombre, dure et violente. Le travail des " gueules noires" est raconté avec la précision d'un reportage. Dans un style sec et incisif, l'auteur en colère dénonce l'injustice de la condition des mineurs près de cent ans après Zola. Au mieux, ils sont condamnés à la silicose et à une fin de vie misérable. Seul l'amour entre les deux frères, décrit avec une grande tendresse, nous donne de l'espoir. Vers la fin de sa vie, le survivant exilé reviendra au pays afin de venger le disparu. Un procès aura bien lieu et au cours des débats, l'avocat général assènera une vérité, qui déclenchera un coup de théâtre à la Hitchcock, changeant complètement le sens de cette tragédie et nous plongeant dans les abîmes de l'âme humaine.

  • 0.25

    Comment Sorj Chalandon arrive-t-il à nous rendre sympathiques des traîtres( Retour à Killybegs) des extémistes ( le quatrième mur) ou un homme tel que Michel qui semble vouloir, sa vie durant, abriter sa culpabilité sous un coup de grisou ??
    C'est écrit avec un luxe de détails, aussi bien dans...
    Voir plus

    Comment Sorj Chalandon arrive-t-il à nous rendre sympathiques des traîtres( Retour à Killybegs) des extémistes ( le quatrième mur) ou un homme tel que Michel qui semble vouloir, sa vie durant, abriter sa culpabilité sous un coup de grisou ??
    C'est écrit avec un luxe de détails, aussi bien dans la description de ces cités minières qui laissent leur empreinte à jamais sur les populations qu'elles ont abritées (ou parquées ?), aussi bien disais-je que dans les esprits comme celui de Michel qui a entendu dès son plus jeune âge traiter cette mine de meurtrière.
    C'est écrit aussi avec une attention et un regard à l'autre peu ordinaires, c'est écrit comme, seul, Sorj Chalandon sait le faire.

  • 0.25

    Roman magnifique de Sorj Chalandon, jamais déçue par la lecture de ses romans je ne m'attendais donc pas à sortir indemne de celle-ci.
    Joseph Flavent devenu mineur à la fosse Saint-Aimé de Liévin-Lens dans le Nord-Pas-de-Calais, il a pas vraiment choisi ce métier mais disons que par la force...
    Voir plus

    Roman magnifique de Sorj Chalandon, jamais déçue par la lecture de ses romans je ne m'attendais donc pas à sortir indemne de celle-ci.
    Joseph Flavent devenu mineur à la fosse Saint-Aimé de Liévin-Lens dans le Nord-Pas-de-Calais, il a pas vraiment choisi ce métier mais disons que par la force des choses c'est comme un chemin tracé dans la poussière de charbon qui recouvre la ville. Pourtant son désir était tout autre, féru de mécanique il se rêvait dans un stand de Formule 1, pilote de bolides, entraînant son petit frère Michel dans ce rêve fou.
    La vie en aura décidé autrement, vivre sous terre, respirer la poussière et côtoyer la mort tel était donc son nouvel environnement et malgré les réticences d'un père ayant perdu un frère à cause des mines et craignant de perdre aussi un fils.

    Le 27 décembre 1974, un coup de grisou dans la fosse Saint-Aimé tue 42 mineurs, ravage des familles et assomme une ville. Un détail m'a marqué et profondément troublé réveillant ma colère: sur le dernier salaire du défunt était déduit le prix de la tenue de travail détruite lors de l'incendie.
    C'est quarante ans plus tard que nous retrouvons Michel, il est devenu routier et parcours l'Europe à bord de son poids lourd dont la bâche est à l'effigie de Steve McQueen dans le film Le Mans. Depuis toujours il combat l'oubli de ce jour funeste collectionnant tout objet relatif à la mine et aux mineurs qu'il entrepose dans un local avec les affaires de son frère, une sorte de mausolée à la gloire de son martyr: casque, lampe, habits, savon... mais aussi coupure de journaux, photos et ses fameux carnets dont le premier a été constitué le lendemain de la catastrophe.

    Au fil des pages on en découvre plus sur cette famille dont le père s'est suicidé peu de temps après la mort d'un de ses fils, la fuite de la mère face à la perte et au chagrin, et Michel qui aujourd'hui fait de nouveau face à la mort avec la disparition de sa femme. Il quitte Paris et retourne d'où il vient pour accomplir le désir d'un père: "Venge nous de la mine". Il va rester des mois pour retrouver le coupable de la mort de son frère, les houillères sont fermées, les poulies de la mine amusent les touristes maintenant. A qui s'en prendre? Ou trouver la vérité? c'est sur cette dernière question que le roman se concentre, remontant le fil du temps, rassemblant les détails de la catastrophe, et le passé des protagonistes jusqu'à révéler une horreur, un gouffre au cœur plus profond qu'une mine.

    Un retournement de situation vient bouleverser nos pronostics, des coupables il y en a mais ce ne sont pas eux, comment est-ce possible? Sorj Chalandon bouleverse le lecteur "jouant" sur nos émotions comme un pianiste, il dénonce et réconcilie des êtres, rend hommage à un bassin minier mais nous laisse complètement estomaqué. Impossible de ne pas dire que c'est un coup de cœur parce que c'est là que j'ai été profondément touchée.

  • 0.25

    Gros coup de ❤️
    Il y a des livres dont tout le monde parle et qui finissent par faire peur. Et si je n'aimais pas ce livre qui est encensé ? Comment je vais expliquer que ça ne l'a pas fait pour moi? Et si c'était juste du marketing sur le nom d'un grand écrivain? Parce que Sorj Chalandon c'est...
    Voir plus

    Gros coup de ❤️
    Il y a des livres dont tout le monde parle et qui finissent par faire peur. Et si je n'aimais pas ce livre qui est encensé ? Comment je vais expliquer que ça ne l'a pas fait pour moi? Et si c'était juste du marketing sur le nom d'un grand écrivain? Parce que Sorj Chalandon c'est quand même quelqu'un. Il en a décroché des prix littéraires! Et puis moi une histoire sur les mineurs, ça me tente pas. La fille d'agriculteurs du sud-ouest que je suis, elle y connaît rien au charbon, elle n'a pas ça dans les gènes, cette mémoire collective sur les travailleurs de fond. Mais bon quand ton libraire préféré (au passage plutôt branché littérature américaine) te dis que c'est indéniablement un des meilleurs livres de cette rentrée, y'a plus le choix.
    Et en effet, c'est un superbe roman. J'ai été touchée au cœur par cette histoire passionnante et par l'écriture magistrale de Sorj Chalandon. L'auteur fait revivre le monde des corons et des mineurs à travers l'histoire d'un frère disparu lors de la catastrophe de Liévin en 1974. Ce 27 décembre, 42 mineurs vont périr dans la fosse 3-3bis. Michel Flavent y perdra son grand frère, son idole. Toute sa vie sera marquée, hantée par cette journée et par les derniers mots de son père "venge-nous de la mine".
    On se dit alors que l'on est dans un livre sur la vengeance mais ce n'est pas si simple... c'est un livre sur la culpabilité...et la clé du roman est dans le titre.
    Émue par l'histoire et envoûtée par l'écriture, je l'ai terminé à regret. Ce livre mérite tous les éloges que j'avais entendu et j'y joins les miens. Juste grandiose.

  • 0.25

    Le jour d’avant est un roman fort qui vous prend aux tripes du début à la fin et, avec en plus ce twist absolument terrible, vous ne pouvez sortir indemne de cette histoire familiale et collective…

    Comme à son habitude, Sorj Chalandon aborde le réel (et ici l’historique) en le mélangeant...
    Voir plus

    Le jour d’avant est un roman fort qui vous prend aux tripes du début à la fin et, avec en plus ce twist absolument terrible, vous ne pouvez sortir indemne de cette histoire familiale et collective…

    Comme à son habitude, Sorj Chalandon aborde le réel (et ici l’historique) en le mélangeant avec des éléments inventés avec une telle crédibilité qu’il est impossible de ne pas imaginer ce Michel Flavent véridique. C’est à travers son histoire personnelle et familiale qu’il vient à évoquer la tragédie (présentée comme une fatalité alors même qu’elle aurait pu être évitée) du 27 décembre 1974 à Liévin, lorsqu’un coup de grisou cause la mort de 42 mineurs. Jojo 27 ans, l’aîné de Michel de 14 ans, est lui aussi une victime de la mine mais ne décède que quelques semaines plus tard, des suites de terrible brûlures. Il ne figurera jamais parmi les victimes de la catastrophe…
    Michel a aujourd’hui la cinquantaine et après la mort de son épouse Cécile, il décide de retourner au pays. La maladie de son épouse a réveillé la rage qui l’habite depuis si longtemps. La vengeance a sonné…
    ...........................................

    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/sorj-chalandon-le-jour-d-avant

  • 0.2

    Sorj Chalandon, chaque fois que je lis, je m'interroge ! Comment cet écrivain fait-il pour me retourner le coeur ? Cette fois, j'y allais un peu à reculons, pas trop envie de me frotter à cette histoire de mineurs sans pouvoir me l'expliquer. Et puis...

    Je me suis laissée entraîner par cette...
    Voir plus

    Sorj Chalandon, chaque fois que je lis, je m'interroge ! Comment cet écrivain fait-il pour me retourner le coeur ? Cette fois, j'y allais un peu à reculons, pas trop envie de me frotter à cette histoire de mineurs sans pouvoir me l'expliquer. Et puis...

    Je me suis laissée entraîner par cette histoire où un gamin, par amour pour son frère, décide de le venger en tuant le contremaître qui n'a pas assuré la sécurité des hommes qu'il envoyait au fond du puits de mine.

    42 morts +1.

    Sauf que...

    Sorj Chalandon offre un rebondissement étonnant à ce récit, plonge le lecteur dans le doute et la perplexité, rebat les cartes de son poker-menteur ! Et en profite pour interroger sur la responsabilité, sur le remords, la justice, la vérité et nos petits arrangements de conscience, offrant un personnage extraordinairement complexe.

    Une parfaite réussite, une lecture en apnée (et j'avoue, quelques larmes...)

    "Tu sais quoi ? disait mon père. Tu n'iras pas au charbon,tu iras au chagrin."

  • 0.25

    Le Jour d’avant signe ma première rencontre avec Sorj Chalandon et sûrement pas la dernière, car cette lecture m’a bouleversée.

    Dans ce roman, l’auteur nous conte l’histoire de deux frères, Michel et Joseph, qui vont être touchés par la terrible tragédie de la fosse de Liévin qui a coûté la...
    Voir plus

    Le Jour d’avant signe ma première rencontre avec Sorj Chalandon et sûrement pas la dernière, car cette lecture m’a bouleversée.

    Dans ce roman, l’auteur nous conte l’histoire de deux frères, Michel et Joseph, qui vont être touchés par la terrible tragédie de la fosse de Liévin qui a coûté la vie à 42 mineurs le 27 décembre 1974.

    Quarante plus tard, Michel est toujours hanté par la disparition de son frère. Il n’a qu’une idée en tête : faire payer les responsables de ce drame qui aurait pu être évité.

    La plume percutante de Sorj Chalandon nous restitue avec une grande justesse toute l’atmosphère de cette époque et de cette ville minière typique du nord de la France.

    Une histoire de vengeance, de culpabilité et de mensonges mais aussi un roman sur la fraternité empreint de chagrin et de colère. L’auteur explore avec brio l’âme humaine par le biais de ce récit prenant, sombre et plein de surprises.

    A travers cette bouleversante histoire de vengeance, Sorj Chalandon rend un vibrant hommage aux 42 mineurs morts dans la fosse de Liévin. Un roman magistral, poignant et captivant.

  • 0.25

    Depuis « Mon traître », je suis devenu un adepte de Sorj Chalandon. J’ai lu quatre de ses livres qui m’ont tous enthousiasmé. Avec une plume minimaliste, cet écrivain sait parfaitement retranscrire les émotions des personnages et m’entraîne à chaque fois dans son univers au plus près des...
    Voir plus

    Depuis « Mon traître », je suis devenu un adepte de Sorj Chalandon. J’ai lu quatre de ses livres qui m’ont tous enthousiasmé. Avec une plume minimaliste, cet écrivain sait parfaitement retranscrire les émotions des personnages et m’entraîne à chaque fois dans son univers au plus près des sentiments. Pour ce nouvel ouvrage, il s’est intéressé à une catastrophe oubliée.

    J’ai vraiment été emballé par la première partie du roman. Même si les drames autour du narrateur se cumulent et l’addition des morts asphyxie un peu le lecteur, c’est dans ces 200 premières pages que le talent incomparable de Sorj Chalandon fait le plus merveille. Avec son style toujours épuré, il entre au centre du drame, dans l’esprit d’une victime collatérale de l’accident. En empathie totale, on éprouve tous les souvenirs du narrateur et on comprend son ressentiment. On vit ses épreuves et on veut être à ses côtés pour venger son frère.

    A cet instant de l’histoire, un évènement (assez surprenant) va chambouler nos convictions et le livre va alors basculer dans une dernière tranche tout à fait différente. Elle se passe au tribunal où l’acteur principal va être jugé pour ses actes. Cette accusation va permettre de placer le débat au-dessus de ce simple forfait et de mettre en exergue le drame humain dans sa globalité. J’ai trouvé ce troisième tiers moins émotionnel, plus bavard et finalement plus stérile dans son discours. L’auteur cherche à rendre justice aux défunts mais n’obtient pas vraiment l’effet escompté. Dans cette procédure judiciaire, les discussions tournent un peu en rond, on perd un soupçon d’intérêt. Mais ce n’est qu’un petit bémol et ça n’endommage en rien le rendu global.

    A l’instar de ses précédentes productions, Sorj Chalandon s’attaque à un thème assez dur. Nos émotions sont mises à rudes épreuves et j’en ressors comme toujours emballé. L’auteur a su me transporter à une période et dans un monde que je n’ai pas connu. Avec des phrases courtes mais percutantes, il m’a immergé dans l’atmosphère étouffante et meurtrière des mines de charbon, pour apporter un témoignage fort sur les conditions de travail de l’époque et rendre hommage aux oubliés de cette tragédie. Encore un livre qui compte !

  • 0.25

    Un coup de coeur !

    Particulièrement touchée par cette histoire, j'habite près de Lens et mon grand père était mineur, ce livre rend un très bel hommage à ma région et surtout à ces hommes fiers et forts.

    Michel ,après la mort de sa femme, se retrouve seul et décide d'accomplir sa...
    Voir plus

    Un coup de coeur !

    Particulièrement touchée par cette histoire, j'habite près de Lens et mon grand père était mineur, ce livre rend un très bel hommage à ma région et surtout à ces hommes fiers et forts.

    Michel ,après la mort de sa femme, se retrouve seul et décide d'accomplir sa vengeance. En effet en 1974 la mine a tué son frère...

    Il retourne donc dans sa région d'origine qu'il avait quitté suite au drame qui avait coûté la vie à son frère mais aussi un an plus tard à son père et cherche les responsables du drame de la fosse 3 , 3 bis de 1974.

    Il y avait eu un procès à l'époque mais aucun responsable n'avait payé. Seul au monde, n'ayant plus rien à perdre Michel revit le drame et nous aussi par la même occasion ...

    Je ne vous en direz pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture mais sachez que c'est plus qu'une histoire de vengeance, il y a des retournements de situation , de l'histoire et beaucoup d'émotions...

    Je dirais juste un grand merci à l'auteur qui a su restituer l'ambiance et le caractère de ces hommes formidables et leur rendre un grand hommage avec son style simple et en même temps fort comme ses héros.

    Je vous recommande vivement la lecture de ce livre qui est pour moi l'un de mes gros coups de coeur de l'année.

  • 0.25

    "Notre pays parlait de terre et de charbon", et Joseph, le fils aîné, le grand frère, choisira de descendre à la mine. Mais le 27 décembre 1974, c'est la catastrophe et 42 personnes trouvent la mort au fond.
    Alors, "le beau rire du grand frère" se transforme en requiem, et Michel le petit frère...
    Voir plus

    "Notre pays parlait de terre et de charbon", et Joseph, le fils aîné, le grand frère, choisira de descendre à la mine. Mais le 27 décembre 1974, c'est la catastrophe et 42 personnes trouvent la mort au fond.
    Alors, "le beau rire du grand frère" se transforme en requiem, et Michel le petit frère n'aura de cesse 40 ans durant de nourrir se colère, de préparer sa vengeance. Il veut punir les responsables, ceux qui n'ont pas été inquiétés, sous les traits d'un ancien porion.
    Une vie construite sur un deuil impossible, la grande histoire du bassin minier mêlée à un destin particulier.
    Ce roman puissant, à l'écriture magnifique, parle de filiation, de lien fraternel, de culpabilité. Il rend un hommage vibrant aux gueules noires, fières et nobles, malgré leurs conditions de travail terrifiantes.
    Vivant sur ces territoires, mon émotion a donc été tout particulièrement intense, les Mines faisant forcément partie, de manière plus ou moins directe, de notre héritage... J'ai refermé ce livre le souffle court et les larmes aux yeux, avec l'envie de questionner ceux qui ont encore la mémoire du temps des Houillères...

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Les articles associés

Du même auteur

Mon traître Sorj Chalandon LGF

4.3125

Voir tous les livres de Sorj Chalandon

Présent dans les listes

Récemment sur lecteurs.com