Sorj Chalandon

Sorj Chalandon



Après trente-quatre ans à Libération, Sorj Chalandon est aujourd’hui journaliste au Canard enchaîné. Ancien grand reporter, prix Albert-Londres (1988), il est aussi l’auteur de six romans, tous parus chez Grasset. Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006 – prix Médicis), Mon traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011 – Grand Prix du roman de l’Académie française), Le Quatrième Mur (2013 – prix Goncourt des lycéens).







Après trente-quatre ans à Libération, Sorj Chalandon est aujourd’hui journaliste au Canard enchaîné. Ancien grand reporter, prix Albert-Londres (1988), il est aussi l’auteur de six romans, tous parus chez Grasset. Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006 – prix Médicis), Mon traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011 – Grand Prix du roman de l’Académie française), Le Quatrième Mur (2013 – prix Goncourt des lycéens).




Articles (5)

Voir tous les articles

Avis (184)

  • Couverture du livre « Le jour d'avant » de Sorj Chalandon aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.25

    stephanie tranchant sur Le jour d'avant de Sorj Chalandon

    Le jour d’avant est un roman fort qui vous prend aux tripes du début à la fin et, avec en plus ce twist absolument terrible, vous ne pouvez sortir indemne de cette histoire familiale et collective…

    Comme à son habitude, Sorj Chalandon aborde le réel (et ici l’historique) en le mélangeant...
    Voir plus

    Le jour d’avant est un roman fort qui vous prend aux tripes du début à la fin et, avec en plus ce twist absolument terrible, vous ne pouvez sortir indemne de cette histoire familiale et collective…

    Comme à son habitude, Sorj Chalandon aborde le réel (et ici l’historique) en le mélangeant avec des éléments inventés avec une telle crédibilité qu’il est impossible de ne pas imaginer ce Michel Flavent véridique. C’est à travers son histoire personnelle et familiale qu’il vient à évoquer la tragédie (présentée comme une fatalité alors même qu’elle aurait pu être évitée) du 27 décembre 1974 à Liévin, lorsqu’un coup de grisou cause la mort de 42 mineurs. Jojo 27 ans, l’aîné de Michel de 14 ans, est lui aussi une victime de la mine mais ne décède que quelques semaines plus tard, des suites de terrible brûlures. Il ne figurera jamais parmi les victimes de la catastrophe…
    Michel a aujourd’hui la cinquantaine et après la mort de son épouse Cécile, il décide de retourner au pays. La maladie de son épouse a réveillé la rage qui l’habite depuis si longtemps. La vengeance a sonné…
    ...........................................

    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/sorj-chalandon-le-jour-d-avant

  • Couverture du livre « Profession du père » de Sorj Chalandon aux éditions Lgf

    0.25

    Anita Millot sur Profession du père de Sorj Chalandon

    Ma plus belle découverte de l'année 2015 est incontestablement le dernier roman (99% autobiographique …) de Sorj Chalandon.

    On ne sort pas indemne d'une telle enfance, on ne sort pas indemne non plus d'une telle lecture !

    A lire absolument !

    Ma plus belle découverte de l'année 2015 est incontestablement le dernier roman (99% autobiographique …) de Sorj Chalandon.

    On ne sort pas indemne d'une telle enfance, on ne sort pas indemne non plus d'une telle lecture !

    A lire absolument !

  • Couverture du livre « Profession du père » de Sorj Chalandon aux éditions Lgf

    0.2

    Virginie H sur Profession du père de Sorj Chalandon

    Profession du père ? Ni chanteur ni espion, mais mythomane et paranoïaque, à tendance violente !
    Un fou furieux qui fait régner la terreur entre les murs de son appartement à coups de ceinture et de punitions. Un sérieux dingue qui s'invente mille vies, imagine assassiner de Gaulle, écrit des...
    Voir plus

    Profession du père ? Ni chanteur ni espion, mais mythomane et paranoïaque, à tendance violente !
    Un fou furieux qui fait régner la terreur entre les murs de son appartement à coups de ceinture et de punitions. Un sérieux dingue qui s'invente mille vies, imagine assassiner de Gaulle, écrit des lettres de menaces aux ministres, surveille ses voisins et ne reçoit jamais personne chez lui.

    "Mon père, ma mère et moi. Juste nous trois. Une secte minuscule avec son chef et ses disciples, ses codes, ses règlements, ses lois brutales, ses punitions. Un royaume de trois pièces aux volets clos, poussiéreux, aigre et fermé. Un enfer."

    Difficile pour un enfant de grandir dans un tel foyer surtout quand la mère s'efface, accepte le joug et ne protège pas.
    "Tu connais ton père" proféré comme une excuse, presque une absolution pour les souffrances qui sont infligées, en continuant d'éplucher les légumes pour la soupe...

    Drôle de roman qui raconte les années 1950 du point de vue d'un enfant, mélangeant admiration et amertume, tentatives désespérées de plaire à son bourreau (en reproduisant notamment ses élucubrations complotistes auprès d'un camarade de classe), de protéger sa mère qui s'enferme dans une complaisance aveugle alors que son mari perd de plus en plus la raison (la scène chez le psy pour enfant est hallucinante !).

    "J'ai raconté l'angoisse d'un enfant. J'ai raconté l'armoire, la maison de correction. J'ai raconté le pistolet, le béret, Biglioni. J'ai raconté ma mère en épouvante et son fils en effroi."

    C'est un livre fort, dérangeant (j'ai ressenti tantôt de la pitié pour ce gosse, tantôt de la colère envers ses parents) qu'il faut lire, absolument ! L'auteur a attendu le décès de son père pour écrire ce roman dont on devine la part autobiographique. Une part d'intime, très touchante, sans ressentiment et sans haine, malgré les souvenirs douloureux.

Voir tous les avis

Vidéos (2)

  • Parole de Libraire spécial Rentrée Littéraire 2015

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com