Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le choeur des femmes

Couverture du livre « Le choeur des femmes » de Martin Winckler aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072722677
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de «Médecine de La Femme»,... Voir plus

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de «Médecine de La Femme», dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit? Qu'il va m'enseigner mon métier? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

Donner votre avis

Avis (31)

  • A offrir et à s offrir pour une ode à la féminité et l intimité.

    A offrir et à s offrir pour une ode à la féminité et l intimité.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L’auteur nous plonge dans un service gynécologique, au plus proche des femmes. En filigrane, il traite d’un sujet plus important dont je ne peux vous parler au risque de révéler le secret de Jean, son interne misogyne, qui va révéler son véritable don pour écouter les femmes et les...
    Voir plus

    L’auteur nous plonge dans un service gynécologique, au plus proche des femmes. En filigrane, il traite d’un sujet plus important dont je ne peux vous parler au risque de révéler le secret de Jean, son interne misogyne, qui va révéler son véritable don pour écouter les femmes et les soigner.

    Je comprends l’engouement pour ce roman, dans l’ensemble, très intéressant et très instructif sur de nombreux points. Il y a une grande bienveillance envers les femmes, leurs maux et leurs corps. Néanmoins, même si la lecture a été plaisante, j’y mettrai quelques bémols. Des longueurs, certains passages à l’eau de rose (voire « cucul la praline ») et une fin assez rocambolesque, quoique émouvante !

    Un livre que je vous recommande néanmoins pour ses qualités humanistes.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai rencontré ce livre au festival de Namur.
    La lecture était à 2 voix, celle de Martin Winckler lui même et Mélanie Doutey.
    Alors quand j'ai constaté que le livre audio était lu par Mélanie. Aucun doute, je devais me lancer dans la lecture intégrale.
    Quel régale !!! La voix de Mélanie...
    Voir plus

    J'ai rencontré ce livre au festival de Namur.
    La lecture était à 2 voix, celle de Martin Winckler lui même et Mélanie Doutey.
    Alors quand j'ai constaté que le livre audio était lu par Mélanie. Aucun doute, je devais me lancer dans la lecture intégrale.
    Quel régale !!! La voix de Mélanie associé au raisonnement fin et aiguisé de Martin

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne sais comment parler de ce roman que j'ai dévoré malgré l'objet livre qui n'avait rien pour rendre la lecture confortable.
    Dans le choeur des femmes, on découvre via Jean, interne en chirurgie gynécologique, le service de médecine des femmes du Dr Karma. Loin des bistouris et de la gloire,...
    Voir plus

    Je ne sais comment parler de ce roman que j'ai dévoré malgré l'objet livre qui n'avait rien pour rendre la lecture confortable.
    Dans le choeur des femmes, on découvre via Jean, interne en chirurgie gynécologique, le service de médecine des femmes du Dr Karma. Loin des bistouris et de la gloire, ce service est dénigré et met la parole au coeur des consultations.
    On découvre tout un panel d'histoires de femmes, des petites interrogations au grands drames, de devenir femme à la ménopause, de la contraception au problème de genre…
    Jean est un cliché de médecin qui croit tout savoir et part du principe que seuls les symptômes comptent. L'évolution de ce personnage est vraiment chouette et on ne peut que souhaiter qu'il y ait plus de Dr Karma et d'internes qui se convertissent à sa façon d'envisager la médecine.
    Bien qu'à certains moments j'étais aussi blasée que Jean face à certains récits de femmes, j'ai adoré la construction du récit et la variété des thèmes abordés et traité avec bienveillance envers le patient et rage face aux maltraitances que certains médecins font subir. C'est dur, c'est beau et à mettre entre toutes les mains.
    Je vais me le procurer en poche pour l'avoir dans ma bibliothèque.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Martin Winckler est un humaniste; plus, un féministe (oui car j'imagine qu'il parle de lui, dans ce roman).

    Jean veut devenir médecin, en chirurgie, la crème de la crème. Avant cela, Jean doit passer six mois dans l'unité des femmes et suivre le Dr Karma qui, selon Jean, passe beaucoup plus...
    Voir plus

    Martin Winckler est un humaniste; plus, un féministe (oui car j'imagine qu'il parle de lui, dans ce roman).

    Jean veut devenir médecin, en chirurgie, la crème de la crème. Avant cela, Jean doit passer six mois dans l'unité des femmes et suivre le Dr Karma qui, selon Jean, passe beaucoup plus de temps à jouer à l'assistante sociale qu'à pratiquer la médecine. Car oui, le Dr Karma, écoute, compatit, fait preuve d'une grande empathie envers toutes ces femmes qui viennent le voir pour parler de leurs problèmes de femme, mais pas que.

    Roman social, on suivra le quotidien de ce médecin et de ses patientes qui viennent autant le voir pour la pose d'un stérilet que pour parler des maltraitances qu'elles vivent à la maison, d'avortement ou pour se faire accompagner dans le cancer qui les ronge.

    Le lecteur est plongé dans la réalité de ce que peut être cette médecine de l'ombre dont les praticiens manquent cruellement de la reconnaissance de leurs pairs.
    Une anecdote (réelle) me revient. Une de mes collègues souffre d'endométriose sévère, c'est à dire que non seulement elle est stérile (à 28 ans, ça fait mal d'entendre ça) mais qu'en plus sa maladie commence à s'attaquer à d'autres organes, comme ses reins. UN gynécologue (et j'insiste sur le masculin ici) lui a dit: "on commence à n'en parler que depuis quelques années alors que l'endométriose existe depuis très longtemps. Mais bon, comme c'est une maladie uniquement féminine, ça n'intéressait pas grand monde". Voilà ce dont parle ce roman.

    Je l'ai lu il y a quelques années maintenant et je le recommande vivement. Je l'ai fait lire à ma mère, ma soeur, ma nièce, ... et à mon beau-frère et mon neveu.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Si vous aviez aimé ses précédents livres, “la maladie de Sachs” étant sans doute le plus connu puisqu’il avait fait l’objet d’une adaptation cinématographique, vous ne pourrez pas ne pas aimer ce roman généreux, foisonnant, émouvant, bouleversant aussi, une ode aux femmes et un plaidoyer pour...
    Voir plus

    Si vous aviez aimé ses précédents livres, “la maladie de Sachs” étant sans doute le plus connu puisqu’il avait fait l’objet d’une adaptation cinématographique, vous ne pourrez pas ne pas aimer ce roman généreux, foisonnant, émouvant, bouleversant aussi, une ode aux femmes et un plaidoyer pour une médecine plus proche des patients, pour une écoute plus attentive des soignants... ce sont là les thèmes chers à Martin Winckler, récurrents dans l’ensemble de ses écrits jusque dans les romans policiers... ne pas oublier qu’avant tout, il a exercé la médecine pendant 25 ans et n’a eu de cesse de s’élever contre le mandarinisme et la soi disant toute puissance des médecins souvent trop imbus de leur savoir et trop formatés par la faculté pour entendre vraiment leurs patients et voir en eux autre chose qu’un cas médical sorti du contexte de l’être humain dans sa globalité.

    Jean Atwood, brillante interne des hôpitaux, futur professeur en chirurgie gynécologique doit, avant d’obtenir le poste qu’elle convoite, passer par un stage de six mois dans un service de Médecine de la femme, dirigé par un médecin généraliste à la réputation sulfureuse, Franz Karma, chantre d’une médecine modeste, à l’écoute de ses patientes qui l’adorent, entouré d’un personnel entièrement dévoué qui l’appelle par son prénom... du jamais vu pour cette interne carrièriste, aux dents longues qui n’a pas de temps à perdre à écouter les nanas lui raconter leurs jérémiades, elle ce qu’elle veut, c’est du scalpel, des écarteurs, des compresses, des maladies des vraies... la confrontation ne se passera pas du tout comme elle avait imaginé et elle va être amenée à réviser ses positions et ses à-priori ...Ce roman fourmille de mille histoires, que l’on suit comme un feuilleton, il résonne de voix de femmes entendues par milliers. Martin Winckler n’a rien perdu de sa colère et de sa fougue contre la misogynie qui règne dans ces services qui devraient être au service de la femme et où les médecins se comportent en dieux tous puissants, c’est un roman écrit dans une langue formidablement juste, “qui parle, pleure, chante, s'enflamme, crie et passe sans crier gare par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. “(Télérama)...

    J’adhère totalement aux idées de cet humaniste qu’est le docteur Marc Zaffran alias Martin Winckler et j’ai adoré ce pavé de 608 pages qui se dévore de façon addictive et dessine à travers les histoires chorales qui le composent le portrait de ce que pourrait bien être le médecin idéal...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Manifeste égotiste, « Le choeur des femmes » est une alcôve de vicissitudes dont les cris à tous crins composent une partition transpirant de sincérité et d’humilité. L’auteur, à la fauconnerie chevronnée, décrit l’univers médical et met en relief une véritable mine d’informations à travers des...
    Voir plus

    Manifeste égotiste, « Le choeur des femmes » est une alcôve de vicissitudes dont les cris à tous crins composent une partition transpirant de sincérité et d’humilité. L’auteur, à la fauconnerie chevronnée, décrit l’univers médical et met en relief une véritable mine d’informations à travers des portraits de femmes et de nombreux témoignages qui rouvrent les affres que subissent les femmes au quotidien, que ce soit dans le domaine privé et/ou médical. Ce récit est un chant polyphonique partagé entre deux ritournelles, d’une part le choeur des femmes à la liturgie soufflante de douleurs et de tendresse, d’autre part l’histoire d’une interne au caractère suffisant, agressif et antipathique mais qui se révèle n’être qu’une apparence façonnée. Ces deux rhapsodies, au canyon factice, se signalent être intriquées l’une à l’autre, participant à une métamorphose réciproque. Cette dans une conviction aguerrie que Martin Winckler offre au·à la lecteur·rice un délicat pamphlet sur la médecine gynécologique dont la mélopée pétrie d’espérance interroge le·a lecteur·rice. Petit bémol toutefois sur la fin de l’ouvrage qui semble relâchée et traitée de manière expéditive, à cause duquel le récit perd de sa dimension authentique et réelle.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Alors ce roman fait partie intégrante de mon top 10 à coup sûr ! C'est un gros pavé mais qui se lit très facilement, je n'ai pas vu défiler les pages tant j'ai été embarquée dans cette histoire à couper le souffle.
    Génie des mots, l'auteur nous embarque dans un moment de réflexion, d'altruisme...
    Voir plus

    Alors ce roman fait partie intégrante de mon top 10 à coup sûr ! C'est un gros pavé mais qui se lit très facilement, je n'ai pas vu défiler les pages tant j'ai été embarquée dans cette histoire à couper le souffle.
    Génie des mots, l'auteur nous embarque dans un moment de réflexion, d'altruisme et nous fait pénétrer le monde de la médecine avec grandeur.
    Un monde subtilement orchestré par ce médecin. Une rencontre entre lui, elle et a salle d'attente remplie de ces femmes qui viennent consulter un médecin gynécologue - drôle d'affaire !
    Cette écoute, cette douceur qui ressort de chacun de ses gestes a eut raison de ma soif de lecture. J'aime ce contact et c rapport qui ne fait pas mention de dominant et de dominé et bel et bien les histoires de plusieurs rencontres aussi surprenantes les unes que les autres.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com