Martin Winckler

Martin Winckler
Martin Winckler, de son vrai nom Marc Zaffran, est né en 1955 à Alger. Après son adolescence à Pithiviers (Loiret) et une année à Bloomington (Minnesota), il fait des études de médecine à Tours entre 1973 et 1982. Ses premiers textes paraissent dans Nouvelles Nouvelles et la revue Prescrire au mi... Voir plus
Martin Winckler, de son vrai nom Marc Zaffran, est né en 1955 à Alger. Après son adolescence à Pithiviers (Loiret) et une année à Bloomington (Minnesota), il fait des études de médecine à Tours entre 1973 et 1982. Ses premiers textes paraissent dans Nouvelles Nouvelles et la revue Prescrire au milieu des années 80 et son premier roman, La Vacation (P.O.L), en 1989. Entre La Maladie de Sachs (P.O.L, Livre Inter 1998, adapté au cinéma en 1999 par Michel Deville) et Les Trois Médecins (P.O.L, 2004), il a publié une trentaine de romans et d'essais, consacrés au soin et aux arts populaires. En 2001 et 2002, il est le premier écrivain français à prépublier en feuilleton interactif, sur le site de P.O.L, deux grands livres autobiographiques: Légendes et Plumes d'Ange. Médecin à temps partiel et écrivain à temps plein, il anime en outre le Winckler's Webzine, un site personnel très fréquenté.

Vidéos (1)

Articles (1)

Avis (77)

  • add_box
    Couverture du livre « Il fallait que je vous le dise » de Martin Winckler et Aude Mermilliod aux éditions Casterman

    Mes écrits d'un jour sur Il fallait que je vous le dise de Martin Winckler - Aude Mermilliod

    L’intention de l’autrice est claire en quatrième de couverture :
    « J’avais 24 ans. C’était mon choix.
    Un choix que je n’ai jamais regretté depuis.
    Cela ne veut pas dire que ça a été facile.
    J’ai été bouleversée par cette décision,
    et très seule face à des émotions que je ne m’expliquais...
    Voir plus

    L’intention de l’autrice est claire en quatrième de couverture :
    « J’avais 24 ans. C’était mon choix.
    Un choix que je n’ai jamais regretté depuis.
    Cela ne veut pas dire que ça a été facile.
    J’ai été bouleversée par cette décision,
    et très seule face à des émotions que je ne m’expliquais pas.
    Des années plus tard, j’ai décidé d’écrire tout cela.
    De dite toutes ces choses que l’on garde silencieuses,
    dans l’espoir que mon témoignage sera utile et rassurant pour d’autres. »

    Aude Mermilliod avait 24 ans lorsqu’elle a pris la décision d’avorter. Un choix fait seule parce qu’elle en a le droit, en France, là où dans d’autres pays le débat fait rage. L’autrice a choisi d’aborder ce sujet délicat, tabou dans un magnifique roman graphique à double voix.

    Dans la première moitié « Aude », l’autrice se raconte, se livre et se confie sur cet évènement et ce corps qui n’appartiennent qu’à elle. Elle dévoile ses émotions sans filtre pour nous en faire ressentir les moindres secousses. Frissons garantis. Elle ose et s’impose dans une société où la liberté féminine peine encore à trouver sa place. Les dessins sont criants de vérité, à la fois angéliques et brutes, chauds et froids, épousant le corps de la femme à chaque exposition.
    Dans la deuxième moitié « Marc » le professionnel de santé fait référence à Martin Winckler, médecin et écrivain. Il raconte ses débuts de praticien face à la pratique des IVG, son positionnement et ses convictions. Il prône une prise en charge bienveillante, c’est « un homme qui écoute les femmes ».

    Il fallait que je vous le dise a été écrit pour les femmes par une femme mais pas seulement. C’est un texte universel car ce sujet, l’avortement, ne se vit pas seul dans un coin. La femme est la première concernée on est d’accord mais l’homme y a aussi sa place, sauf dans certains cas bien évidemment, alors ce texte peut être utile pour comprendre et accompagner. Aucune femme ne devrait vivre cet évènement traumatique seule, dans la peur du regard et du jugement sur soi-même. Un témoignage poignant, tout en sensibilité pour poser des mots sur les maux de l’autrice et de tant d’autres femmes. Pour faire prendre conscience que l’avortement est un droit de fille, de femme, de mère, unique et personnel. L’émotion de cet album me poursuit encore aujourd’hui. Le partager, en parler pour que chacune comprenne que notre corps nous appartient, du début à la fin.

  • add_box
    Couverture du livre « Il fallait que je vous le dise » de Martin Winckler et Aude Mermilliod aux éditions Casterman

    Amélie Le nez dans les bouquins sur Il fallait que je vous le dise de Martin Winckler - Aude Mermilliod

    Un immense coup de cœur pour ce roman graphique. Sans tabou, l’autrice nous expose son expérience de l’IVG, des violences obstétricales, du non-dit, du poids du silence.

    Ce roman m’a touché au plus profond car il a chaviré mon cœur de maman et mon corps de femme qui a été, comme beaucoup...
    Voir plus

    Un immense coup de cœur pour ce roman graphique. Sans tabou, l’autrice nous expose son expérience de l’IVG, des violences obstétricales, du non-dit, du poids du silence.

    Ce roman m’a touché au plus profond car il a chaviré mon cœur de maman et mon corps de femme qui a été, comme beaucoup d’autres, si souvent malmené par le corps médical. Beaucoup de larmes ont coulé parce que tout reste toujours ancré, malgré tout. Ce livre ne s’adresse pas qu’aux femmes qui ont avorté mais à toutes les femmes. Vraiment. Et aux hommes aussi. Pour comprendre.

    Ce qui m’a le plus touché c’est la partie où Martin Winckler (nom de plume du Dr Marc Zoffran), qui raconte son expérience de médecin qui pratique les IVG, explique à quel point il a essayé de se mettre à la place des femmes. Monter sur la fameuse table où elles exposent leur intimité face à des inconnus, ressentir leur douleur en tenant leurs mains, ne pas juger. Si seulement tous les médecins gynécologues, hommes ou femmes, pouvaient penser et agir ainsi…

    Aude Mermilliod montre, à travers son expérience à elle, à quel point une femme peut être jugée dans ces circonstances, à quel point elle peut être envahie par les conseils des autres, à quel point la question est balayée d’un revers de main par certains hommes. Elle montre aussi combien un IVG qui dure tout au plus 10 petites minutes, peut avoir des répercussions sur une vie entière. Malgré tout, elle parle de l’entraide, de l’amitié, d’hommes sensibles qui sont juste présents, de femmes-soeurs qui aident par les mots ou par les gestes. Elle parle. Parce qu’il fallait qu’elle nous le dise.

  • add_box
    Couverture du livre « Il fallait que je vous le dise » de Martin Winckler et Aude Mermilliod aux éditions Casterman

    Jen sur Il fallait que je vous le dise de Martin Winckler - Aude Mermilliod

    « Il fallait que je vous le dise » est à découvrir assurément !

    C’est un roman graphique explorant des tranches de vies avec douceur. Une simple énonciation de besoins, d’émotions, sans jugements aucuns.

    Des expériences intimes sublimées pour narrer, expliquer, être passeur de message...
    Voir plus

    « Il fallait que je vous le dise » est à découvrir assurément !

    C’est un roman graphique explorant des tranches de vies avec douceur. Une simple énonciation de besoins, d’émotions, sans jugements aucuns.

    Des expériences intimes sublimées pour narrer, expliquer, être passeur de message tout en bienveillance et lucidité.

    L’intime comme possibilité d’universalité.

    Des illustrations tendres pour un sujet douloureux.

    Un récit essentiel pour protéger des droits péniblement acquis, le droit des femmes à disposer de leur corps même si ce n’est pas de gaietés de cœur, le droit des femmes à ne pas mourir de ne pas souhaiter un enfant, le droit des femmes à l’égalité entre elles malgré leur différence de milieu, le droit des femmes à choisir.
    Il faut le lire, il faut le dire, pour ne surtout pas oublier, pour toujours rester éveillé, prêt à défendre nos libertés.


    Autour de cette lecture :

    Le numéro 6 D’America : Ladies First, sortie pendant l’été 2018 plutôt visionnaire sur l’évolution (en autre) des droits à l’IVG au Etats-Unis America est une revue trimestrielle littéraire évoquant l’Amérique pendant le règne de Trump.
    Un documentaire : Lake of fire de Tony Kaye qui bien que de 2008 dénonçaient déjà des difficultés particulièrement criantes concernant l’accès à l’IVG de façon égalitaire pour toutes les femmes en fonction des états.
    Un roman: Le choeur des femmes de Martin Winckler
    Un film : 4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS de Cristian Mungiu, 2007
    Le discours de Simone Veil évidemment le 26 novembre 1974 devant l’assemblée : https://www.youtube.com/watch?v=cTAmCUgoSZ4
    Ou en version manuscrite par l’éditeur point : « Elles sont 300 000 chaque année : Suivi de Accéder à la maternité», par Simone Veil et Lucien Neuwirth

  • add_box
    Couverture du livre « Il fallait que je vous le dise » de Martin Winckler et Aude Mermilliod aux éditions Casterman

    Manika sur Il fallait que je vous le dise de Martin Winckler - Aude Mermilliod

    On commence cette BD par le témoignage de l'auteure sur son IVG, comment elle s'est rendu compte qu'elle était enceinte, comment a t elle pris la décision, comment se sont passé les rdv et l'intervention. C'est interessant mais en tant que femme, on a déjà été confronté à ce genre de témoignage...
    Voir plus

    On commence cette BD par le témoignage de l'auteure sur son IVG, comment elle s'est rendu compte qu'elle était enceinte, comment a t elle pris la décision, comment se sont passé les rdv et l'intervention. C'est interessant mais en tant que femme, on a déjà été confronté à ce genre de témoignage soit parce qu'on l'a vécu personnellement soit par l'intermédiaire d'une autre femme.

    C'est donc la seconde partie qui plus intéressante en portant le témoignage d'un soignant, comment il est en venu à aider les femmes, quelle compréhension en a t il, quelles difficultés a t rencontré ...

    De son apprentissage en fac de médecin, à la pratique des IVG, en passant par la loi Veil, Martin Winkler apporte un éclairage sur ce qui se passe dans la tête de celui qui pratique l'IVG, autant dans l'accompagnement et le respect de la malade que dans la pratique de l'acte.

    Il revient ainsi sur ses textes publiés qui racontent son parcours... j'ai beaucoup entendu parlé de ces écrits sans en avoir encore lu (enfin pas sur ce sujet) mais cette BD m'a bien donné envie de remédier à cette lacune !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !