Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La confrérie des chasseurs de livres

Couverture du livre « La confrérie des chasseurs de livres » de Raphael Jerusalmy aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330022617
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

François Villon, poète rebelle et brigand condamné à mort, est gracié par le roi Louis xi qui lenvoie en Terre sainte, à la rencontre des chasseurs de livres de la Jérusalem den bas, tenter une alliance contre lomnipotence de Rome. Entre thriller et picaresque, aussi joueur quérudit, lauteur de... Voir plus

François Villon, poète rebelle et brigand condamné à mort, est gracié par le roi Louis xi qui lenvoie en Terre sainte, à la rencontre des chasseurs de livres de la Jérusalem den bas, tenter une alliance contre lomnipotence de Rome. Entre thriller et picaresque, aussi joueur quérudit, lauteur de "Sauver Mozart" met en marche les forces de lesprit contre la toute-puissance du dogme et des armes, pour faire triompher lhumanisme.

Donner votre avis

Articles (3)

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

  • Des livres attendus pour la rentrée littéraire 2014
    Des livres attendus pour la rentrée littéraire 2014

    Comme toute rentrée littéraire de septembre, pointent quelques titres qui d'emblée laissent supposer le succès à venir. Parmi eux, des auteurs incontournables qui semblent une fois de plus très inspirés, des auteurs qui confirment leurs talents. Une rentrée foisonnante où les personnages historiques ont encore breaucoup de choses à révéler, des enchevêtrements familiaux aux sources inattendues, de quoi surprendre et satisfaire la curiosité des lecteurs !  

  • La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy
    La confrérie des chasseurs de livres

    Prendre pour héros François Villon et lui inventer une nouvelle vie, voilà qui ne manque pas de panache ! C'est ce à quoi s'est attelé Raphael Jerusalmy, érudit et aventurier, homme, lui aussi, de plusieurs vies.Avec son premier roman , Sauver Mozart, immédiatement remarqué par la critique, il obtient le prix Roblès 2013.

Avis (12)

  • L'une de mes trouvailles lors de ma dernière virée à la bibliothèque à côté de mon bureau. Le plus souvent j'ai maximum 20 minutes devant moi pour recharger la besace. Je privilégie donc les livres mis en avant. Celui-ci en faisait partie.

    François Villon croupit dans les prisons de Louis XI...
    Voir plus

    L'une de mes trouvailles lors de ma dernière virée à la bibliothèque à côté de mon bureau. Le plus souvent j'ai maximum 20 minutes devant moi pour recharger la besace. Je privilégie donc les livres mis en avant. Celui-ci en faisait partie.

    François Villon croupit dans les prisons de Louis XI lorsque l'évêque de Paris vient le convaincre de participer à une mission qui le mènera au pays des premiers chrétiens. Le but : ramener des livres subversifs qui, imprimés et diffusés subrepticement, affaibliront la papauté et permettront au roi de France de renforcer son pouvoir.
    Accompagné par le fidèle coquillard Colin, François trouvera sur son chemin complots, contre-complots et plus encore.
    Roman formidablement bien écrit, passionnant où l'aventure croise la grande Histoire et les racines de la Chrétienté.

    "Son regard longe les veinures du bois, remontant les rivières qu'elles tracent sur la carte d'un pays inconnu."

    "... pour eux, le destin de Jerusalem n'est point gravé dans les guerres mais dans les textes, les Ecritures. C'est une ville non tant bâtie de pierres et de briques que maçonnée de palabres et de rêves."

    "François observe intensément les paysages qu'il traverse. Il voudrait tant briser le mutisme de cette terre. Il l'entend parfois murmurer dans le bruissement des feuillages, l'appeler d'un claquement d'ailes, l'encourager d'un souffle de vent chaud."

    "La nuit ne tombe pas ici comme à Paris ou en Champagne. Elle s'élève."

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • François Villon attend son exécution lorsque l’évêque de Paris lui confie une mission qui le mènera jusqu’à Jérusalem.
    Partant du vécu de François Villon, l’auteur extrapole sur la suite de sa vie qui n’est en réalité pas connue.
    J’ai été intéressée par la première partie, bien écrite, bien...
    Voir plus

    François Villon attend son exécution lorsque l’évêque de Paris lui confie une mission qui le mènera jusqu’à Jérusalem.
    Partant du vécu de François Villon, l’auteur extrapole sur la suite de sa vie qui n’est en réalité pas connue.
    J’ai été intéressée par la première partie, bien écrite, bien documentée.
    Par contre, son voyage en Palestine prend des tours tellement tortueux que je m’y suis perdue et m’en suis lassée.
    Du coup je l’ai abandonné dans ses tribulations en refermant le livre

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Livre étonnant que La confrérie des chasseurs de livres ? Pas tant que cela si l’on sait que Raphaël Jerusalmy, son auteur, né à Paris en 1954, s’est engagé dans les services de renseignements militaires de l’armée israélienne et surtout, qu’à la retraite, il s’est spécialisé dans les livres...
    Voir plus

    Livre étonnant que La confrérie des chasseurs de livres ? Pas tant que cela si l’on sait que Raphaël Jerusalmy, son auteur, né à Paris en 1954, s’est engagé dans les services de renseignements militaires de l’armée israélienne et surtout, qu’à la retraite, il s’est spécialisé dans les livres anciens.

    En effet, La confrérie des chasseurs de livres est un hommage au livre et à sa diffusion souvent très difficile et très dangereuse, ainsi qu’à la Palestine historique que se disputent juifs, chrétiens, musulmans et à notre grand poète maudit : François Villon.
    C’est lui que l’auteur fait revivre dans cette histoire une peu folle des idées contre les dogmes. Il rend la parole aux poètes, aux créateurs contre les profiteurs de tout poil, ceux qui détournent les plus belles idées à leur seul profit et exploitent leur prochain.
    Quelle imagination ! Faire de François Villon un ambassadeur, un chercheur, un enquêteur, l’amant d’une jeune berbère et toujours un malicieux qui, accompagné de son complice Colin, un coquillard (1) comme lui, va jusqu’en Palestine. Là-bas, ils se retrouvent au cœur de toutes les hostilités possibles qui opposent juifs, mamelouks, prélats mais ils défendent les livres, les idées, la création contre l’Inquisition, la censure, les persécutions de toutes sortes.
    C’est une belle fresque parfois un peu compliquée qui démarre dans un cachot parisien, sous le règne de Louis XI puis nous emmène donc au Moyen-Orient en passant par l’Italie où les Médicis et la papauté s’affrontent, faisant beaucoup de victimes collatérales.
    Dans ce livre, j’ai particulièrement aimé faire plus ample connaissance avec François de Montcorbier, dit Villon. S’il est né en 1431, on sait seulement qu’il est mort après 1463 et j’ai tenté de suivre cette histoire un peu folle qui permet de comprendre tous les obstacles auxquels se sont heurtés les auteurs, les imprimeurs et les libraires. Les puissants que ces écrits dérangeaient, puisqu’ils instruisaient le peuple, n’hésitaient pas à censurer, incarcérer, torturer, exécuter sans oublier de brûler les livres, trésors inestimables perdus à tout jamais. Nous savons tous que de tels faits se sont produits et se produisent encore sous certaines dictatures.
    Je ne sais pas si cette confrérie de chasseurs de livres a existé mais je pense qu’un peu partout en Europe, des passionnés ont pris d’énormes risques pour diffuser la pensée et j’ai apprécié que Raphaël Jerusalmy leur ait rendu hommage dans ce roman plein d’anecdotes et de rebondissements.

    1. Coquillard : nom donné, au XVe siècle, aux mauvais garçons, voleurs, escrocs pouvant aller jusqu’à tuer pour parvenir à leurs fins. François Villon et Colin de Cayeux auraient fait partie d’une bande mais rien n’est vérifié.
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le récit nous entraîne sur les traces de François Villon, lors d'un voyage épique.

    Je ne suis pas du tout rentrée dans ce roman, et regrette d'avoir persévéré jusqu'à la fin.
    Malgré la trame, les rebondissements, l'écriture, rien ne m'a accrochée.

    Le récit nous entraîne sur les traces de François Villon, lors d'un voyage épique.

    Je ne suis pas du tout rentrée dans ce roman, et regrette d'avoir persévéré jusqu'à la fin.
    Malgré la trame, les rebondissements, l'écriture, rien ne m'a accrochée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • François Villon, poète et brigand, est de nouveau incarcéré dans les prisons de Paris sur ordre du Roi Louis XI. Il doit être pendu prochainement. Mais, un soir, il reçoit la visite de Guillaume Chartier, évêque de Paris envoyé par le roi, venu lui proposer d’accomplir une mission pour lui en...
    Voir plus

    François Villon, poète et brigand, est de nouveau incarcéré dans les prisons de Paris sur ordre du Roi Louis XI. Il doit être pendu prochainement. Mais, un soir, il reçoit la visite de Guillaume Chartier, évêque de Paris envoyé par le roi, venu lui proposer d’accomplir une mission pour lui en échange de l’annulation de sa peine. Il doit faire venir à Paris un imprimeur de Mayence qui imprime des livres susceptibles de heurter l’Église Catholique. Louis XI est en effet en « guerre » contre ceux qui sont installés à Avignon. Pour accomplir sa mission, il est accompagné par Colin de Cayeux qui faisait partie comme lui de la Bande des Coquillards.
    Ayant mené à bien leur mission, ils sont ensuite envoyés en Terre Sainte pour rencontrer les commanditaires de l’imprimeur, ceux qui lui fournissent tous ces livres rares à faire imprimer.
    Arrivés dans un monastère perdu dans le désert, ils rencontrent Federico Castaldi, négociant florentin pour le compte de Côme de Médicis qui semble être impliqué dans cette affaire.
    Ils partent avec lui pour Safed afin de rejoindre le rabbin Gamliel Ben Sira qui doit leur donner des informations. Après une mise à l’épreuve assez difficile, ils repartent pour Jérusalem accompagnés d’Aïcha, une esclave qu’ils ont « libérée ». À Jérusalem, ils retrouvent Frère Paul du monastère.
    Et après me demanderez-vous ? Et bien après, je ne sais pas. Je me suis arrêtée là, page 156, car je n’en pouvais plus. Je me suis ennuyée dès le départ. Pourtant le 4e de couverture était alléchant, parlant d’un roman d’aventures palpitant, vif et malicieux, regorgeant de trouvailles et de rebondissements. De plus, le héros est un poète très connu de la fin du Moyen-Âge qui a disparu à l’âge de 31 ans sans laisser de traces après une énième condamnation.
    Enfin, une histoire avec une Confrérie de Chasseurs de Livres ne pouvait être qu’une belle idée à développer et cela me plaisait d’autant que vous savez que j’adore les livres. Mais le roman n’a pas tenu ses promesses (ou alors après la page 156 mais j’en doute fortement).
    Ce livre est une longue liste de descriptions exhaustives de lieux, de personnes, d’actions. Comme si l’auteur avait voulu remplir le maximum de pages pour faire un livre plus gros. Je sais, cela peut paraître dur mais c’est le ressenti que j’en ai eu à la lecture. Ce fut rébarbatif à souhait. Il faut, j’en suis bien consciente, poser les choses et la trame d’un roman, mais là, c’est poussé à l’extrême, cela n’apporte rien à l’histoire et puis de toute façon, de l’action, il n’y en a pas.
    Page 156, la Confrérie apparaît sans plus d’explications, comme un cheveu sur la soupe, même dirais-je et c’est ce détail qui m’a fait lâcher le livre. J’aurais aimé avoir plus d’explications sur cette Confrérie, ses buts, sa création, mais non, le vide intersidéral. Peut être est-ce expliqué plus loin, mais je pense que cela aurait été mieux à cet endroit.
    Raphaël Jerusalmy a écrit d’autres romans et notamment « Sauver Mozart, le journal d’Otto J. Steiner ». Il paraît qu’il est très bien. Malheureusement, vu cette première expérience douloureuse, je n’ai aucune envie de lire un autre de ses romans.
    En tout cas pour l’instant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Comment le célèbre François VILLON pour échapper à la potence, accepte de devenir chasseur de livres pour le compte du roi Louis XI et se mettre à la solde des prêtres et des rabbins, afin d’étendre le pouvoir des livres sur le monde entier. Le but recherché et de mettre à mal l’église...
    Voir plus

    Comment le célèbre François VILLON pour échapper à la potence, accepte de devenir chasseur de livres pour le compte du roi Louis XI et se mettre à la solde des prêtres et des rabbins, afin d’étendre le pouvoir des livres sur le monde entier. Le but recherché et de mettre à mal l’église catholique qui règne en maitresse toute puissante avec l’inquisition et des idées arriérées qui ont grand besoin d’être dépoussiérées, afin de permettre aux sciences et à la connaissance de se faire entendre.
    Un chemin parcouru d’embûches et de pièges, une mission qui lui ouvrira bien des portes, mais surtout celles de Jérusalem la secrète et lui montrera la voie à suivre et ce pour quoi il est naît. Une croisade du savoir passionnante et déroutante, un suspens qui vous tient en alerte jusqu’au bout, un roman d’aventures littéraires passionnant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un titre accrocheur, une image de couverture attirante, un héros nommé François Villon, une intrigue rebondissante, des escarmouches «en veux-tu en voilà», des contrées magiques à visiter, voilà de quoi alpaguer le chaland qui hante les librairies à la recherche de dépaysement.

    Un livre...
    Voir plus

    Un titre accrocheur, une image de couverture attirante, un héros nommé François Villon, une intrigue rebondissante, des escarmouches «en veux-tu en voilà», des contrées magiques à visiter, voilà de quoi alpaguer le chaland qui hante les librairies à la recherche de dépaysement.

    Un livre d’aventures, c’est toujours bon à prendre !

    Le poète-brigand auteur de la célèbre «Ballade des pendus», François Villon, se retrouve, en échange de sa liberté, compromis dans un obscur complot qui va nous mener jusqu’à Jérusalem.

    Raphaël Jérusalmy invente un chemin romanesque là où se perdent les traces de François Villon.

    «Le 5 janvier 1463, le Parlement casse le jugement et le bannit de Paris. Nul ne sait ce qu’il advint de lui par la suite.»
    Il a trente-deux ans.

    Et nous voilà transportés dans le Paris du XVème siècle, la France de Louis XI.
    C’est le temps des premières imprimeries de Mayence, de la sainte Inquisition, des premiers écrits réformistes rédigés par un obscur curé de la Forêt Noire, d’une Jérusalem mystérieuse et ténébreuse dominée par un gouverneur mamelouk.

    Amoureux des livres, ce roman est fait pour vous !

    Promis, vous allez palpiter au fil des pages dans le monde secret de la Confrérie des chasseurs de livres.
    Promis, juré, vous allez vibrer dans le monde tumultueux de l’histoire des idées.
    Promis, juré, craché, vous alllez frémir auprès des hérétiques, des alchimistes, des savants, des imprimeurs clandestins, des Coquillards et des moines copistes.

    Ce roman a un petit air de «Angélique Marquise des Anges» et de «Au nom de la Rose».
    Un très bon moment de lecture, c’est déjà beaucoup, non ?

    Je vous conseille de lire ce livre accompagné du superbe «Quattrocento» de Stephen Greenblatt, l’histoire de Le Pogge, un humaniste florentin qui, en 1417, découvre un manuscrit perdu qui changera le cours de l’Histoire.

    «Frères humains qui après nous vivez
    N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
    Car, se pitié de nous pauvres avez,
    Dieu en aura plus tost de vous merciz.
    Vous nous voyez cy attachez cinq, six
    Quant de la chair, que trop avons nourrie,
    Elle est pieça devoree et pourrie,
    Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
    De nostre mal personne ne s’en rie :
    Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!»

    La ballade des pendus de Villon

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lechoixdeslibraires.com

    Sauver la Parole : c'est la mission de François Villon dans ce roman historique passionnant. Le poète indomptable, brigand condamné à mort, est gracié par le roi Louis XI qui l'envoie en Terre sainte, à la rencontre des chasseurs de livres de la Jérusalem d'en bas. L'idée est de tenter une...
    Voir plus

    Sauver la Parole : c'est la mission de François Villon dans ce roman historique passionnant. Le poète indomptable, brigand condamné à mort, est gracié par le roi Louis XI qui l'envoie en Terre sainte, à la rencontre des chasseurs de livres de la Jérusalem d'en bas. L'idée est de tenter une alliance contre la toute-puissance de Rome. Bon à savoir : l'auteur, Raphaël Jérusalmy, est né à Paris, dans une famille où l'on aime les vieux livres... Jérusalmy met en marche les forces de l'esprit contre le dogme et les armes, afin de faire triompher l'humanisme. Le romancier adore comme nous les histoires et nous entraîne dans un tourbillon d'aventures extraordinaires, où l'on découvre la confrérie des chasseurs de livre, constituée d'érudits, de mercenaires, de mécènes, d'agents secrets. Les manipulations sont nombreuses et complexes. La légende est imprévisible et malicieuse : on ne sait où elle nous mène, jusqu'au dénouement. Page après page, le lecteur est charmé. François Villon est le héros romanesque par excellence. Jerusalmy aime Villon et le trouve tout à la fois téméraire, attachant, tragique, mais aussi farceur, gredin, mystérieux. Le récit puise dans des genres différents : on y découvre un écrit subversif, un traité de bibliophilie, un roman d'espionnage, un essai de psychologie, et quelques poésies.
    Sauver la parole, c'est sauver nos âmes : le souffle du conteur Jerusalmy nous mène à l'essentiel, sous le signe intense de la générosité et de l'amour des livres.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.