Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Isabelle, l'après-midi

Couverture du livre « Isabelle, l'après-midi » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond
  • Date de parution :
  • Editeur : Belfond
  • EAN : 9782714474056
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.

Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a... Voir plus

Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.

Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout quitté pour assouvir ses fantasmes de la Ville Lumière ; elle est française, un peu plus âgée, sophistiquée, mystérieuse et... mariée.

Entre Sam et Isabelle, c'est le coup de foudre.

Commence alors une liaison tumultueuse, des cinq à sept fiévreux, des rendez-vous furtifs, des moments volés. Mais Sam veut plus. Isabelle lui a ouvert les portes d'une autre vie mais est-elle prête à tout lui sacrifier ? La passion saura-t-elle résister au quotidien, aux épreuves et au temps qui passe ?

Donner votre avis

Avis (5)

  • Sam est américain, dans la vingtaine à Paris fin des années 70 . Il rencontre Isabelle, mariée, qui a 15 ans. C’est une relation très charnelle qui s’installe et qui, pour Sam, se développe rapidement en amour malgré le recadrage d’Isabelle qui malgré les arrangements de son couple, souhaite un...
    Voir plus

    Sam est américain, dans la vingtaine à Paris fin des années 70 . Il rencontre Isabelle, mariée, qui a 15 ans. C’est une relation très charnelle qui s’installe et qui, pour Sam, se développe rapidement en amour malgré le recadrage d’Isabelle qui malgré les arrangements de son couple, souhaite un enfant de son mai. Sam doit retourner aux Etats-unis reprendre ses études, lui aussi se construit une vie, un couple, a un enfant. Isabelle reste tout au long de sa vie un point d’ancrage, une pensée, une passion qu’il aime retrouver. Ces deux là se retrouvent de temps en temps constatant le changement de leur corps, les retrouvailles sonnent comme une évidence.
    C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé la plume de Douglas Kennedy et ses personnages idéalistes, passionnés, soumis aux coups durs de la vie, aux déceptions. Douglas Kennedy aborde ici un sujet que j’aime qu’il aborde le couple, l’épreuve du temps et des faiblesses. Il aborde également celui de la maternité, la dépression post-partum son approche à la fin des années 1970 assez effrayante, le coup de massue que peut être la maternité pour une femme et pour un couple l’arrivée d’un enfant.
    Un livre abordé sans lire la 4ème couverture et si ce n'est pas un thriller, il a été un page turner pour moi car je me suis attachée à Sam grâce à la tendresse et le besoin d’amour qui se dégage du personnage. Je me suis accrochée à son histoire voulant savoir si son besoin serait assouvi mais ce sont les drames et les échecs qui accompagnent la lecture la rendant très intense et prenante.
    Un très bon Douglas Kennedy qui m’a comblée, des retrouvailles réussies grâce à la belle plume et l'habileté avec laquelle l’auteur tisse son histoire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le roman millésimé 2020 du prolifique Douglas Kennedy compte l’histoire d’un américain, classe moyenne, étudiant à l’avenir prometteur lorsque l’histoire se met en place. C’est un séjour à Paris, un break avant de se lancer dans le parcours marathonien études-carrière. Sauf que l’escapade va...
    Voir plus

    Le roman millésimé 2020 du prolifique Douglas Kennedy compte l’histoire d’un américain, classe moyenne, étudiant à l’avenir prometteur lorsque l’histoire se met en place. C’est un séjour à Paris, un break avant de se lancer dans le parcours marathonien études-carrière. Sauf que l’escapade va modifier la trajectoire de son destin, en y ajoutant le piment d’une histoire de passion amoureuse, frustrante autant que jubilatoire. La dame est plus âgée que lui, et mène la danse, réduisant leur relation à la portion congrue de cinq à sept répartis au cours de la semaine.

    Mais les études l’attendent de l’autre côte de l’Atlantique. Et quoi de mieux pour atténuer les souffrances d’une passion inassouvie que de s’acoquiner à d’autres demoiselles! Oui mais voilà, notre charmant jeune homme a le don de choisir des donzelles un peu frappées…


    Ça démarre assez lentement, sur le ton d’une bluette, puis le ton roman change, évoluant vers une intensité dramatique, en lien avec la folie des partenaires du narrateur. Malgré tout, c’est le premier amour qui prime…


    Loin des thrillers comme Cul de sac ou Une relation dangereuse, cet opus reste agréable et facile à lire. Avec un bémol sur l’art de s’appesantir sur des détails qui ne font pas avancer l’affaire, comme dans cette scène où le narrateur fait le ménage chez Isabelle, et où l’on a le droit au déroulé et la technique utilisée avec une exhaustivité inutile.


    Avis en demi-teinte donc, pour ce roman qui peut cependant être une excellente lecture d’été, de soleil, de vacances.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Paris. Sam, un jeune américain étudiant en droit, va rencontrer Isabelle, une traductrice quelque peu plus âgée que lui. Dès lors va débuter une passion fulgurante. Pourtant, Isabelle est mariée et leurs rendez-vous se limiteront à des cinq à sept dans un petit appartement, propriété d’Isabelle....
    Voir plus

    Paris. Sam, un jeune américain étudiant en droit, va rencontrer Isabelle, une traductrice quelque peu plus âgée que lui. Dès lors va débuter une passion fulgurante. Pourtant, Isabelle est mariée et leurs rendez-vous se limiteront à des cinq à sept dans un petit appartement, propriété d’Isabelle. Bientôt, Sam en demandera plus.

    Pour avoir lu une bonne partie des romans de Douglas Kennedy, je peux affirmer qu’il s’agit ici de son récit le plus intime, le plus profond et le plus bouleversant. Je ressors séduite par ce roman dans lequel Douglas va réussir à décortiquer les sentiments avec une rare acuité.

    L’histoire de Sam et Isabelle m’a profondément touchée, et pourtant, j’ai eu beaucoup de mal avec Isabelle. Je ne doutais pas de son amour pour Sam, mais le fait qu’elle ne se décide pas à avancer et enferme Sam dans des rendez-vous sporadiques m’a un peu déçue.

    La force de Douglas Kennedy réside indubitablement dans son talent à prendre des scènes quotidiennes et les insérer en les romançant parfaitement dans son récit. Cela lui permet de nous décrire au mieux les avancées de ses personnages, mais surtout de rendre totalement crédible l’histoire. Ici, cela a marché complètement. J’ai été si prise dans cette lecture que j’en suis ressortie chamboulée.

    Au fur et à mesure que j’ai tourné les pages, je me suis rendue compte du choix de Douglas, de nous montrer au mieux les aléas des hasards et des décisions que tout un chacun prend au quotidien. Cette notion est très présente, et les personnages en prennent également conscience, regrettant parfois de ne pas avoir pris une autre direction. Tout cela accorde une dimension psychologique très forte au récit, apportant questionnements et remises en question, et cela m’a particulièrement plu.

    Les personnages sont remarquablement construits. Bien évidemment, l’histoire tourne autour de Sam et Isabelle, mais vers la moitié du roman, cette dernière se fait moins présente, laissant place à d’autres personnages tout aussi torturés et esquissés avec profondeur.

    La plume de l’auteur sonne juste. Douglas réussit à décortiquer les sentiments comme peu d’auteurs savent le faire. D’un style fluide et entraînant, il émane pourtant beaucoup d’élégance dans les mots. C’est plaisant à lire. Les chapitres sont assez longs, et l’usage de la première personne est judicieux, permettant ainsi au lecteur de mieux comprendre les pensées de Sam.

    Un très beau roman, intimiste et profond, où l’auteur décortique les émotions avec brio. Ce roman m’a bouleversée et je ne peux que vous le conseiller.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon premier livre de Douglas Kennedy (mais j'en ai d'autres de côté héhé). Je peux dire que j'ai apprécié son style d'écriture. Je n'ai vraiment pas eu de difficultés à avancer dans la lecture.

    Une histoire d'amour… enfin de passion plutôt.
    Sam, jeune américain, étudiant en droit, de 21 ans...
    Voir plus

    Mon premier livre de Douglas Kennedy (mais j'en ai d'autres de côté héhé). Je peux dire que j'ai apprécié son style d'écriture. Je n'ai vraiment pas eu de difficultés à avancer dans la lecture.

    Une histoire d'amour… enfin de passion plutôt.
    Sam, jeune américain, étudiant en droit, de 21 ans (dans les années 70) décide de partir à Paris pour s'offrir une parenthèse de liberté, avant le retour à sa réalité étudiante. Lors d'une soirée, deux regards se croisent. Des mots échangés. Un numéro. C'est parti pour le "manège" de la passion !

    Je ne suis pas une adepte des romances, mais là ce n'est pas une histoire d'amour plate. C'est un livre qui nous fait suivre deux personnes envahies par la passion, et qui nous montre la dépendance que cela engendre, l'obsession.
    La passion n'est pas le seul sujet décortiqué. Nous suivons aussi Sam essayant de se construire une vie familiale en dehors de la passion. Au fil du livre, il teste un peu toutes les facettes des relations amoureuses finalement.
    D'autres thèmes sont aussi abordés (ce qui n'en rend la lecture que plus riche), mais je ne vais pas tout dévoiler.

    Cette lecture m'a été intéressante grâce à la façon qu'a l'auteur de décortiquer l'âme humaine, la psychologie des personnages, les relations amoureuses...
    Pas déçue donc ! Je suivrai volontiers Douglas Kennedy prochainement dans une lecture. Et je vous conseille de faire de même, si ce que j'ai dit sur ce livre vous parle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jeune étudiant en vadrouille à Paris à la fin des années 70, Samuel rencontre lors d’une soirée littéraire à Saint Germain des Prés (évidemment) l’incendiaire Isabelle. Elle a quinze ans de plus que lui et est mariée. Mais, évidemment, pour une française, toutes ces considérations n’ont que peu...
    Voir plus

    Jeune étudiant en vadrouille à Paris à la fin des années 70, Samuel rencontre lors d’une soirée littéraire à Saint Germain des Prés (évidemment) l’incendiaire Isabelle. Elle a quinze ans de plus que lui et est mariée. Mais, évidemment, pour une française, toutes ces considérations n’ont que peu d’importance et elle lui propose immédiatement trois cinq à sept (littéralement! De 17 à 19 heures) par semaine dans sa garçonnière.
    Samuel est fougueux et désire plus mais finit par rentrer aux Etats-Unis où il se marie et devient avocat sans pour autant couper les ponts avec sa maîtresse et les cendres de leur passion.
    J’avais déjà lu, il a pas loin de vingt ans, un roman de Douglas Kennedy. Je ne m’en souviens pas mais je n’en ai en tout cas pas de mauvais souvenir.
    Il sera plus difficile d’en dire autant de celui-ci que j’ai traîné pendant plusieurs soirs sans joie.
    Quelle vision de la femme! Samuel, irréprochable dans sa passivité, ne rencontre que des femmes inconstantes, matérialistes et obsédées par la maternité (en existe-t-il d’autres?). Il consomme ces femmes tant qu’elles restent des amantes passionnées (leur tempérament est quasiment exclusivement décrit par le prisme de leur sexualité), leur principale qualité étant toujours qu’elles « aiment le sexe » peu importe la façon dont elles le pratiquent bien qu’il établisse plus ou moins un classement en fonction de ça. Puis, la maternité, par lui ou pas, les empêche d’ouvrir les cuisses assez souvent. Devenir mères les rend folles et Samuel part se consoler ailleurs, non sans leur avoir offert les services d’une nurse à temps plein s’il est à l’origine de la maternité. La preuve que c’est un mec bien! Il ne va quand même pas s’emm… avec des hystériques.
    Bref, un roman fort moderne dont je n’ai pas été étonnée que Le Figaro apprécie.
    A lire aux toilettes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.