Douglas Kennedy

Douglas Kennedy
Douglas Kennedy vit entre New York, Le Maine et Montréal, et il séjourne régulièrement en Europe. Auteur des récits de voyage Au pays de Dieu (2004) et Au-delà des pyramides (2010), il s'est imposé avec, entre autres, L'homme qui voulait vivre sa vie (1998, réédition en 2005), La Poursuite du bo... Voir plus
Douglas Kennedy vit entre New York, Le Maine et Montréal, et il séjourne régulièrement en Europe. Auteur des récits de voyage Au pays de Dieu (2004) et Au-delà des pyramides (2010), il s'est imposé avec, entre autres, L'homme qui voulait vivre sa vie (1998, réédition en 2005), La Poursuite du bonheur (2001), Les Charmes discrets de la vie conjugale (2005), La Femme du Ve (2007), Piège nuptial (2008), Quitter le monde (2009), Cet instant-là (2011), ou encore Mirage (2015), tous parus chez Belfond et repris chez Pocket.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Conversation virtuelle avec Douglas Kennedy

    Auteur francophile, le public le lui rend bien puisque chaque roman est un best-seller. Mirage, son dernier roman devrait suivre la même trajectoire !Se situant au Maroc, Douglas Kennedy, en expert du suspens psychologique emmène ses protagonistes, Robyn et Paul, un couple,...

  • Autour d'un verre avec Douglas Kennedy à propos de "Cet instant là"

      Voués au succès, tous ses romans sont plébiscités. Son dernier livre, Cet instant là, ne déroge pas à la règle. La sortie de son livre est l'occasion de s'entretenir avec Douglas Kennedy au Café "Les Editeurs" à Paris....

Articles en lien avec Douglas Kennedy(8)

  • Conversation virtuelle avec Douglas Kennedy
    Vidéo - Conversation virtuelle avec Douglas Kennedy

    Auteur francophile, le public le lui rend bien puisque chaque roman est un best-seller. Mirage, son dernier roman devrait suivre la même trajectoire !Se situant au Maroc, Douglas Kennedy, en expert du suspens psychologique emmène ses protagonistes, Robyn et Paul, un couple, dans un voyage assez inattendu…Lectrice inconditionnelle de l'auteur, Sophie, a engagé une conversation virtuelle avec lui. Saura-t-elle lever le mystère des ressorts d'un succès assuré ?Vous en saurez plus en regardant cet entretien.

  • The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?
    The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?

    Londres, une ville cosmopolite où tous les styles sont permis. Une ville chargée d’Histoire et d’histoires aux personnages réels ou imaginaires. Entre Jack l'éventreur, Miss Marple, Mary Poppins où Simon Templar, c’est une foule de héros qui peuple l’imaginaire collectif. Alors, afin de savourer cette mémorable « british touch » dont, seuls, les formidables auteurs britanniques ont le secret, un petit city tour s’impose !

  • Berlin, atypique et éclectique : une sélection de livres sur la capitale allemande
    Berlin, atypique et éclectique : une sélection de livres sur la capitale allemande

    Fondée en 1244, Berlin a traversé au cours de près de huit siècles, des périodes très contrastées qui ont bouleversé le devenir de l'Europe. Tour à tour capitale royale qui inaugure la porte de Brandebourg, république de Weimar, théâtre de la Nuit de cristal, foyer de la guerre froide, Berlin se relève toujours, même de son mur de la honte construit en août 1961 et détruit en novembre 1989. Une Histoire qui inspire des histoires…  

  • Douglas Kennedy
    Douglas Kennedy, auteur de best-seller

    Ecrivain américain à succès, Douglas Kennedy est né le 1er janvier 1955 à Manhattan. Il fait ses études à New York et Dublin, entreprend le métier de régisseur de théâtre puis se lance dans l’écriture.

Avis sur cet auteur (247)

  • add_box
    Couverture du livre « La symphonie du hasard T.3 » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond

    Cathfd sur La symphonie du hasard T.3 de Douglas Kennedy

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques...
    Voir plus

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques années que je n'avais pas lu Douglas Kennedy et cette trilogie m'a emballée !

    Elle dresse le portrait d'une jeune femme terriblement attachante Alice Burns, que l'on va suivre depuis la fin du lycée jusqu'à son entrée dans la vie active en tant qu'éditrice. Et suivre Alice, c'est suivre sa famille, une famille de la middle class américaine, mère juive, père catholique, une famille pleine de névroses aux relations complexes dont Alice n'aura de cesse de s'éloigner tout en restant d'une loyauté à toute épreuve envers elle.
    C'est ensuite suivre l'évolution de la société américaine sur une vingtaine d'années, des années Nixon à l'émergence de Trump en passant par Carter, Reagan. Une époque où le féminisme était balbutiant, où l’homosexualité était tenue pour une maladie mentale, où le racisme était encore l’ordinaire au quotidien...
    Dans le second tome, Alice, brillante étudiante en littérature poursuit ses études à Trinity College en Irlande et cela permet à l'auteur de dresser un état des lieux d'un pays déchiré par l'IRA sur fond de scandale du Watergate aux USA tandis qu'au Chili gronde l'opposition à Pinochet.

    C'est un magnifique portrait de femme, dotée d'une résilience qui force l'admiration et c'est absolument passionnant de la voir évoluer, s'affirmer tout au long des 1220 pages de cette trilogie. Si j'ai pu trouver quelques longueurs dans le premier tome, il installe néanmoins ses personnages de telle façon qu'on a qu'une envie : connaitre la suite. Et les deux tomes suivants sont addictifs, tout aussi passionnants l'un que l'autre. C'est avec regret que l'on voit cette histoire complexe d'une très grande force narrative s'achever ...

  • add_box
    Couverture du livre « La symphonie du hasard T.2 » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond

    Cathfd sur La symphonie du hasard T.2 de Douglas Kennedy

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques...
    Voir plus

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques années que je n'avais pas lu Douglas Kennedy et cette trilogie m'a emballée !

    Elle dresse le portrait d'une jeune femme terriblement attachante Alice Burns, que l'on va suivre depuis la fin du lycée jusqu'à son entrée dans la vie active en tant qu'éditrice. Et suivre Alice, c'est suivre sa famille, une famille de la middle class américaine, mère juive, père catholique, une famille pleine de névroses aux relations complexes dont Alice n'aura de cesse de s'éloigner tout en restant d'une loyauté à toute épreuve envers elle.
    C'est ensuite suivre l'évolution de la société américaine sur une vingtaine d'années, des années Nixon à l'émergence de Trump en passant par Carter, Reagan. Une époque où le féminisme était balbutiant, où l’homosexualité était tenue pour une maladie mentale, où le racisme était encore l’ordinaire au quotidien...
    Dans le second tome, Alice, brillante étudiante en littérature poursuit ses études à Trinity College en Irlande et cela permet à l'auteur de dresser un état des lieux d'un pays déchiré par l'IRA sur fond de scandale du Watergate aux USA tandis qu'au Chili gronde l'opposition à Pinochet.

    C'est un magnifique portrait de femme, dotée d'une résilience qui force l'admiration et c'est absolument passionnant de la voir évoluer, s'affirmer tout au long des 1220 pages de cette trilogie. Si j'ai pu trouver quelques longueurs dans le premier tome, il installe néanmoins ses personnages de telle façon qu'on a qu'une envie : connaitre la suite. Et les deux tomes suivants sont addictifs, tout aussi passionnants l'un que l'autre. C'est avec regret que l'on voit cette histoire complexe d'une très grande force narrative s'achever ...

  • add_box
    Couverture du livre « La symphonie du hasard T.1 » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond

    Cathfd sur La symphonie du hasard T.1 de Douglas Kennedy

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques...
    Voir plus

    "Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées ».

    Cela faisait quelques années que je n'avais pas lu Douglas Kennedy et cette trilogie m'a emballée !

    Elle dresse le portrait d'une jeune femme terriblement attachante Alice Burns, que l'on va suivre depuis la fin du lycée jusqu'à son entrée dans la vie active en tant qu'éditrice. Et suivre Alice, c'est suivre sa famille, une famille de la middle class américaine, mère juive, père catholique, une famille pleine de névroses aux relations complexes dont Alice n'aura de cesse de s'éloigner tout en restant d'une loyauté à toute épreuve envers elle.
    C'est ensuite suivre l'évolution de la société américaine sur une vingtaine d'années, des années Nixon à l'émergence de Trump en passant par Carter, Reagan. Une époque où le féminisme était balbutiant, où l’homosexualité était tenue pour une maladie mentale, où le racisme était encore l’ordinaire au quotidien...
    Dans le second tome, Alice, brillante étudiante en littérature poursuit ses études à Trinity College en Irlande et cela permet à l'auteur de dresser un état des lieux d'un pays déchiré par l'IRA sur fond de scandale du Watergate aux USA tandis qu'au Chili gronde l'opposition à Pinochet.

    C'est un magnifique portrait de femme, dotée d'une résilience qui force l'admiration et c'est absolument passionnant de la voir évoluer, s'affirmer tout au long des 1220 pages de cette trilogie. Si j'ai pu trouver quelques longueurs dans le premier tome, il installe néanmoins ses personnages de telle façon qu'on a qu'une envie : connaitre la suite. Et les deux tomes suivants sont addictifs, tout aussi passionnants l'un que l'autre. C'est avec regret que l'on voit cette histoire complexe d'une très grande force narrative s'achever ...

  • add_box
    Couverture du livre « La symphonie du hasard T.3 » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond

    Carrie sur La symphonie du hasard T.3 de Douglas Kennedy

    J'ai terminé hier le livre trois de la symphonie du hasard et mon avis portera sur l'ensemble de la trilogie même si cette dernière lecture est évidemment plus fraîche (et c'est celle qui m'a le moins plu).

    J'ai beaucoup aimé Douglas Kennedy, je me rappelle notamment du roman Cinq jours qui...
    Voir plus

    J'ai terminé hier le livre trois de la symphonie du hasard et mon avis portera sur l'ensemble de la trilogie même si cette dernière lecture est évidemment plus fraîche (et c'est celle qui m'a le moins plu).

    J'ai beaucoup aimé Douglas Kennedy, je me rappelle notamment du roman Cinq jours qui m'avait beaucoup plu grâce notamment au dénouement qui n'était pas celui qu'on pouvait espérer à la lecture mais qui était très réussi d'après moi (et le meilleur choix que pouvait faire l'auteur).
    Là, j'avoue, la mayonnaise a moins pris et je commence à me lasser.

    On suit donc sur trois livres la vie d'Alice Burns, de l'adolescence à l'âge adulte dans l'Amérique des années 60, 70 et début des années 80, même si le deuxième tome se passe en très large partie en Irlande. Et si ça se lit très facilement, je n'ai pas adhéré plus que ça à l'histoire. Chose très rare chez moi, je n'ai ressenti que très peu d'empathie – et encore moins de sympathie – pour l'héroïne que j'ai trouvée très « mère la morale », particulièrement dans ce troisième livre. Et que dire des autres protagonistes, très antipathiques ou caricaturaux : le frère très inhibé qui deviendra d'un coup d'un seul, par on ne sait quel miracle, un as de Wall Street ; l'autre frère qui trahira les siens ; le copain homo ultra sympa et ultra cool ; le petit flirt de la fac qui deviendra un homme torturé mais qui changera comme par magie au contact d'Alice ; la mère hystérique, femme au foyer esseulée, qui se changera en reine de l'immobilier new-yorkais, j'en passe et des meilleures... Bref, rien de bien nouveau sous le soleil.

    Quant au style de l'auteur – ou cela vient-il peut-être de la traduction – je l'ai trouvé très plat et une catastrophe quant aux dialogues qui sonnent très très faux. Je ne sais pas vous mais moi je n'emploie pas à chaque conversation avec mes amis, ma famille ou des collègues les mots, entre autres, tautologie, ploutocrates, nihilisme,... qui polluent à outrance le texte. J'ai l'impression d'un placement de produit, de mots en l'occurrence, à chaque phrase.
    Le style m'a fortement déçue même s'il est vrai que lorsque j'ouvre un Douglas Kennedy je ne m'attends pas non plus à lire du Edith Wharton ou même du Philip Roth pour donner une référence plus récente. J'en attendais quand même un peu plus.

    Enfin, dernière chose qui m'a fortement déplu est ces références (pseudo-)littéraires ou (pseudo-)culturelles qu'on trouve régulièrement au fil des pages, ce n'est pas propre à Douglas Kennedy car nombre d'auteurs contemporains en font l'usage. Forcément, à un moment donné, il faudra que l'un des personnages rencontre, fortuitement ou non, quelqu'un de célèbre ou à la mode. Je n'en vois pas l'intérêt quand ça ne sert pas le livre. Ici, la scène où les personnages rencontrent Donald Trump tombe comme un cheveu sur la soupe (et c'est pas bon) et m'a fait lever les yeux aux ciel... Sans intérêt, aucun.

    Bref, cette trilogie m'a semblé longue et fastidieuse et il y a de bien meilleurs romans pour parler de ces époques (lisez plutôt Pastorale américaine ou La tache de Philip Roth ; ou encore certains romans de Joyce Carol Oates pour ne citer que ceux-là). Douglas Kennedy excelle quand il s'agit de conter l'histoire d'une personne, d'une famille, d'un instant de vie. Il est nettement moins bon, de mon point de vue, lorsqu'il décide de l'y mêler à la grande Histoire.