Joann Sfar

Joann Sfar
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant d... Voir plus
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant dans la fiction populaire (roman d'aventures, films
fantastiques.) et le folklore lié à ses origines juives qui imprègne ses
albums comme Kletzmer ou Le Chat du rabbin (la série qui l'a imposé
auprès du grand public, vendue à plusieurs millions d'exemplaires). Il
a publié chez Albin Michel L'éternel et Le plus grand philosophe de France.

Vidéos (2)

  • Joann Sfar, le Niçois en colère

  • Autour d'un verre avec Jul et sa "Planète des sages"

Articles (6)

Avis (72)

  • Couverture du livre « Vous connaissez peut-être » de Joann Sfar aux éditions Albin Michel

    Michele66 sur Vous connaissez peut-être de Joann Sfar

    L’auteur, que vous connaissez surement pour ses BD, notamment le Chat du Rabbin, relate ici un moment de sa vie des moins agréables. Victime, comme bon nombre de célébrités d’une usurpatrice répondant au nom de Lili, Joann Sfar décide de raconter son histoire.

    » Il y a beaucoup de Juifs et...
    Voir plus

    L’auteur, que vous connaissez surement pour ses BD, notamment le Chat du Rabbin, relate ici un moment de sa vie des moins agréables. Victime, comme bon nombre de célébrités d’une usurpatrice répondant au nom de Lili, Joann Sfar décide de raconter son histoire.

    » Il y a beaucoup de Juifs et d’Arabes parmi les victimes. Lili a un goût pour cette population. Elle ne les a pas choisis par hasard. Elle aurait pu prendre des hommes plus riches, ou plus célèbres. C’est ce qui me passionne. Son mobile n’est pas l’argent. »

    Ce récit a certainement une valeur cathartique pour l’auteur mais il lui permet par la même occasion de nous mettre en garde sur les dangers du net. L’écriture est parfois crue et cinglante mais c’est justement ce qui donne autant d’authenticité au témoignage de l’auteur qui se confie sans faux semblant.

    » Ca a commencé avec une photo sur Facebook et ça s’est terminé au commissariat de police. Tout est vrai, sinon, ce n’est pas drôle. »

    Sous couvert « d’enquête », car on souhaite tout de même savoir qui se cache derrière Lili, Joann Sfar traduit à merveille la confusion des sentiments et l’attachement de plus en plus grandissant (et inquiétant!) que l’on accorde au virtuel.

  • Couverture du livre « Aspirine t.1 » de Joann Sfar aux éditions Rue De Sevres

    Miss Wonder sur Aspirine t.1 de Joann Sfar

    On retrouve dans cet album le coup de crayon si caractéristique de Joann Sfar. Une fois n'est pas coutume, on suit les pas d'un vampire, mais il s'agit cette fois-ci d'une adolescente vampire rebelle énervée contre la terre entière. Afin de passer ses nerfs durant son éternelle crise...
    Voir plus

    On retrouve dans cet album le coup de crayon si caractéristique de Joann Sfar. Une fois n'est pas coutume, on suit les pas d'un vampire, mais il s'agit cette fois-ci d'une adolescente vampire rebelle énervée contre la terre entière. Afin de passer ses nerfs durant son éternelle crise d'adolescence, elle n'hésite pas à se laisser aller à ses pulsions meurtrières. Mais sa rencontre avec Ydgor, jeune asocial fan de jeux de rôles, va peut-être changer la donne...

    On se laisse facilement embarquer par l'histoire de Joann Sfar et par ses anti-héros Aspirine et Ydgor. On ne peut qu'espérer une suite à cet univers rocambolesque et fantastiquement noir.

  • Couverture du livre « À cause de la vie » de Joann Sfar et Veronique Ovalde aux éditions Flammarion

    Les Lectures de Sophie sur À cause de la vie de Joann Sfar - Veronique Ovalde

    [concerne la version poche aux éditions J'ai Lu]

    Je suis une fois de plus agréablement surprise de la qualité de ce roman graphique au format poche. Pour moins de 8€, le format est certes semi-poche, mais la couverture est à rabat, et le papier de bonne qualité, évitant les problèmes de...
    Voir plus

    [concerne la version poche aux éditions J'ai Lu]

    Je suis une fois de plus agréablement surprise de la qualité de ce roman graphique au format poche. Pour moins de 8€, le format est certes semi-poche, mais la couverture est à rabat, et le papier de bonne qualité, évitant les problèmes de transparence qui peuvent gâcher la lecture d’un livre, spécialement au format poche. Ce papier est très blanc, ce qui permet un bon rendu des couleurs de Brigitte Findakly.

    D’ailleurs, parlons de ces couleurs… Les tons sont assez doux, et Nathalie / Sucre de pastèque est représentée en camaïeu de bleu, ce qui met en avant sa mélancolie. Les dessins sont caractéristiques de Joann Sfar, avec des personnages aux grands bras, des visages simples mais expressifs, pleins de poésie je trouve...

    ...Le choix d’alterner les pages de récit et les pages de dessins permet de mettre ces derniers en valeur. Ça donne un effet de miroir très intéressant. D’un côté le texte et en face la planche correspondante…

    Nathalie est une ado solitaire, en décalage par rapport à ses camarades de classe. D’ailleurs elle évite autant que possible d’aller en cours… La rencontre avec Eugène va illuminer ses journées, lui donnant l’occasion de jouer avec les sentiments de ce dernier. Elle rêve comme beaucoup du prince charmant, et il faut qu’Eugène sache surmonter les épreuves…

    On a deux enfants (oui, les adolescents sont encore des enfants) un peu perdus et solitaires, qui ont du mal à trouver leur place dans la société. Sucre de pastèque vit seule avec sa mère dans un appartement envahi de cartons jamais défaits, quand Eugène se sent isolé dans sa famille… Nathalie créé des épreuves incongrues pour Eugène, dont certaines pourraient se révéler dangereuses… mais le jeune homme est prêt à tout pour être à la hauteur des sentiments de la demoiselle en détresse. Où les mènera cet amour de jeunesse ?

    L’histoire se passe au début des années 80, et j’ai adoré les clins d’œil à l’époque, le poste à cassette sur lequel Eugène doit enregistrer son silence, par exemple… Ce sont des références qui me parlent, question de génération ! Quel enfant ou adolescent des années 80 n’a pas enregistré sa voix ou de la musique sur des cassettes ? Et puis il n’y avait pas d’internet, on prenait le temps de rêver, de s’ennuyer… nostalgie, quand tu nous tiens^^ Ce n’est pas un cadeau pour nos ados que de ne pas connaître les temps morts.

    J’ai trouvé la plume de Véronique Ovaldé pleine de douceur et de poésie, tout en étant parfois cruelle avec les sentiments des adolescents. Elle se marie à merveille avec les dessins de Joann Sfar. Leurs deux univers se répondent d’une manière qui semble naturelle. Le texte est mis en valeur par les dessins de l’illustrateur. On est vraiment dans un roman graphique, ou texte et images se partagent la place quasiment moitié/moitié.

    C’est un joli conte moderne, bien que doux-amer, qui nous est proposé ici. La fin est un peu abrupte à mon goût, mais colle bien avec l’ambiance générale de l’histoire.

    https://leslecturesdesophieblog.wordpress.com/2019/01/20/a-cause-de-la-vie-veronique-ovalde-et-joann-sfar/

  • Couverture du livre « Le chat du rabbin ; INTEGRALE T.1 A T.5 » de Joann Sfar et Brigitte Findakly aux éditions Dargaud

    Lleyinna sur Le chat du rabbin ; INTEGRALE T.1 A T.5 de Joann Sfar - Brigitte Findakly

    LA BD incontournable de Joann Sfar ! Un bonheur à lire !!!

    LA BD incontournable de Joann Sfar ! Un bonheur à lire !!!

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com