Joann Sfar

Joann Sfar
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant d... Voir plus
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant dans la fiction populaire (roman d'aventures, films
fantastiques.) et le folklore lié à ses origines juives qui imprègne ses
albums comme Kletzmer ou Le Chat du rabbin (la série qui l'a imposé
auprès du grand public, vendue à plusieurs millions d'exemplaires). Il
a publié chez Albin Michel L'éternel et Le plus grand philosophe de France.

Articles (6)

Voir tous les articles

Avis (65)

  • Couverture du livre « Comment tu parles de ton père » de Joann Sfar aux éditions Lgf

    Liza Aggoune sur Comment tu parles de ton père de Joann Sfar

    Pas mal. Livre émouvant et très bien écrit !

    Pas mal. Livre émouvant et très bien écrit !

  • Couverture du livre « Petit Vampire T.1 ; le serment des pirates » de Joann Sfar et Sandrina Jardel aux éditions Rue De Sevres

    Laulau Bob sur Petit Vampire T.1 ; le serment des pirates de Joann Sfar - Sandrina Jardel

    Je découvre la saga Petit Vampire avec ce premier tome revisité publié aux éditions Rue de Sèvres.

    Je dois bien avouer que les premières pages m'ont quelques peu rebutée, je ne suis pas du tout habituée aux traits de dessins flous, qui donne la sensation d'être réalisés avec rapidité voire...
    Voir plus

    Je découvre la saga Petit Vampire avec ce premier tome revisité publié aux éditions Rue de Sèvres.

    Je dois bien avouer que les premières pages m'ont quelques peu rebutée, je ne suis pas du tout habituée aux traits de dessins flous, qui donne la sensation d'être réalisés avec rapidité voire bâclés. Cependant, m'ôtant les habitudes visuelles de mon esprits acquises au cours de mes dernières lectures, je me suis finalement laissée tenter par les illustrations que j'ai appris à regarder d'un œil différent et auxquelles j'ai trouvé un style original voire une façon d'appréhender les personnages différentes de ce que l'on peut voir aujourd'hui.

    Petit point sur l'histoire. Pandora s'apprête à se faire "jeter" dans le trou d'un Dieu du néant par, apparemment, un amoureux éconduit. Elle somme quiconque se trouve présent de sauver son fils en échange de sa propre vie. C'est là qu'apparaît un personnage qui ressemble comme deux gouttes d'eaux (pour ne pas dire d'os) à un célèbre musicien du 18ème siècle et qui la sauve des griffes de l'amant qui fera tout pour assouvir sa vengeance même si cela induit de vendre son âme à la plus infâme créature jamais dessinée. Cependant ce sauvetage a un prix : Pandora et son fils doivent en contrepartie rester immortels à jamais et conserver leur âge pour toujours. Pour certain cela peut représenter un avantage, mais pour le petit garçon qui est donc devenu un "Petit Vampire", les décennies sont longues et l'ennui le taraude. C'est pourquoi il décide d'aller à l'école pour casser la routine et découvrir la vie en dehors du château dans lequel il vit entouré de monstres plus atypiques les uns que les autres (je pense notamment à Marguerite qui prend les traits d'un Frankenstein un peu lourd). Mais l'insouciance et les cachotteries de Petit Vampire vont permettre à l'amant haineux qui répond au nom de Gibbous (qui a revêtu une apparence particulière et qui s'avère entouré d'esclaves ressemblant à des cafards), de retrouver sa trace et de peaufiner sa vengeance...

    Au niveau des illustrations les couleurs sont un peu sombres à mon goûts mais se combinent bien avec l'ambiance du livre qui se trouve dans un endroit profond. J'ai trouvé le scénario assez entraînant avec quelques pointes d'humour bienvenues et quelques clins d'oeil aux lecteurs dans les paysages qui m'ont donné le sourire. Les personnages sont attachants, avec de la personnalité et des nuances. Cette bande-dessinée a vraiment un style particulier et casse un peu les genres (principalement au niveau des illustrations) et mérite qu'on s'y attarde ne serait-ce que pour le personnage de Petit Vampire qui est plein d'humanité et d'espérance.

  • Couverture du livre « Le chat du rabbin T.1 ; la bar-mitsva » de Joann Sfar et Brigitte Findakly aux éditions Dargaud

    Carine Urvoaz sur Le chat du rabbin T.1 ; la bar-mitsva de Joann Sfar - Brigitte Findakly

    J'aime beaucoup la plume affûtée de Joann sfar . Ce chat qui devient doué de parole entame avec son maître un rabbin un échange sur la religion judaïque. Ils discourent sur ses fondements, sa pratique de manière drôle et incisive.

    J'aime beaucoup la plume affûtée de Joann sfar . Ce chat qui devient doué de parole entame avec son maître un rabbin un échange sur la religion judaïque. Ils discourent sur ses fondements, sa pratique de manière drôle et incisive.

Voir tous les avis

Vidéos (2)

  • Joann Sfar, le Niçois en colère

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com