Joann Sfar

Joann Sfar
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant d... Voir plus
Dessinateur et scénariste de bande dessinée, romancier et réalisateur
de cinéma (César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque,
du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin), Joann Sfar est
né à Nice en 1971. Intarissable raconteur d'histoires, il puise son
imaginaire délirant dans la fiction populaire (roman d'aventures, films
fantastiques.) et le folklore lié à ses origines juives qui imprègne ses
albums comme Kletzmer ou Le Chat du rabbin (la série qui l'a imposé
auprès du grand public, vendue à plusieurs millions d'exemplaires). Il
a publié chez Albin Michel L'éternel et Le plus grand philosophe de France.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Joann Sfar, le Niçois en colère

    Bande dessinée ? Roman graphique ? Farniente ; le Niçois, le dernier roman de Joann Sfar, n’est en fait ni l'un ni l'autre. Pour en savoir plus, nous avons rencontré l'écrivain-dessinateur lors du Festival Quais du Polar 2018, dont lecteurs.com est...

  • Autour d'un verre avec Jul et sa "Planète des sages"

      Jul qui se défini comme dessinateur de presse, nous parle avec ferveur de son métier. Un entretien dans le quel transparaît sa passion, nous présentant le succès de "La planète des sages" ainsi que ses projets, succès à venir. Cela...

Articles en lien avec Joann Sfar (7)

Avis sur cet auteur (76)

  • add_box
    Couverture du livre « Les fabuleuses aventures d'Aurore t.1 » de Joann Sfar et Douglas Kennedy aux éditions Pocket Jeunesse

    Sophie Wag sur Les fabuleuses aventures d'Aurore t.1 de Joann Sfar - Douglas Kennedy

    Bof, bof. Inconditionnelle de Douglas Kennedy, j'ai voulu essayer ce roman graphique pour la jeunesse. Si je comprends les motivations de l'auteur qui est confronté à l'autisme et qui voulait en faire quelque chose de poétique, ce qu'il a très bien réussi, il n'a pas réussi à me passionner. Je...
    Voir plus

    Bof, bof. Inconditionnelle de Douglas Kennedy, j'ai voulu essayer ce roman graphique pour la jeunesse. Si je comprends les motivations de l'auteur qui est confronté à l'autisme et qui voulait en faire quelque chose de poétique, ce qu'il a très bien réussi, il n'a pas réussi à me passionner. Je n'ai pas accroché à l'histoire que j'ai trouvée un peu mièvre, même si c'est bien écrit et si le but est louable. Les dessins de Sfar sont chouettes mais sont souvent redondants avec l'histoire et du coup n'apportent pas le plus espéré.
    Bref, ce livre s'adresse plutôt à des enfants (mais dans ce cas il est un peu long) pour leur montrer les bons côtés de la différence. Mais j'attendais plus...

  • add_box
    Couverture du livre « Aspirine T.1 » de Joann Sfar et Brigitte Findakly aux éditions Rue De Sevres

    kadeline sur Aspirine T.1 de Joann Sfar - Brigitte Findakly

    Aspirine et Josacyne, deux noms de médicaments, deux prénoms de vampire. Il n'en a pas fallu plus pour attirer mon attention et me donner envie de tenter cette lecture. Aspirine est coincé depuis 300 ans, à l'âge de 17 ans et avec la crise d'adolescence qui va avec. Elle est drôle, cynique,...
    Voir plus

    Aspirine et Josacyne, deux noms de médicaments, deux prénoms de vampire. Il n'en a pas fallu plus pour attirer mon attention et me donner envie de tenter cette lecture. Aspirine est coincé depuis 300 ans, à l'âge de 17 ans et avec la crise d'adolescence qui va avec. Elle est drôle, cynique, caustique, désabusée, au bord de l'explosion permanente et pense que la vie serait plus simple si elle avait l'âge de sa soeur qui semble parfait. Aucun tabou, aucune limite, rien n'arrête Aspirine et passé le premier moment de gêne, qu'est ce qu'on passe un bon moment. Elle rencontre Ydgor. L'étudiant en philo fan de jeu de rôles qui rêve de vivre une aventure magique. Ces deux anti-héros malgré ou à cause de leur comportement sont très attachants. Les couleurs très pop s'accordent très bien à l'ambiance de révolte de l'histoire et les pages sont truffés de références. J'ai beaucoup aimé cette BD merci rue de sèvres et babelio pour cette super découverte.

  • add_box
    Couverture du livre « Vous connaissez peut-être » de Joann Sfar aux éditions Albin Michel

    Les Ô grimoiriens sur Vous connaissez peut-être de Joann Sfar

    Me croirez-vous si je vous dis que j’ai lu ce livre il y a déjà plus de deux mois ? Eh oui, j’étais en vacances en pleine période boulimique de lecture – et de rosé -, j’ai dévoré ce roman en une journée… Et après ? Eh bien, quand j’ai dû me mettre à la rédaction de ma chronique, j’ai tout fait...
    Voir plus

    Me croirez-vous si je vous dis que j’ai lu ce livre il y a déjà plus de deux mois ? Eh oui, j’étais en vacances en pleine période boulimique de lecture – et de rosé -, j’ai dévoré ce roman en une journée… Et après ? Eh bien, quand j’ai dû me mettre à la rédaction de ma chronique, j’ai tout fait pour repousser l’échéance car je ne savais pas par quel bout le prendre, je ne savais pas si j’avais vraiment aimé ou pas, en fait j’étais juste incapable de donner un avis…

    Après de nombreuses hésitations, je crois enfin que je peux y arriver, que j’ai trouvé comment parler de ce roman.

    Comme beaucoup de lecteurs, le nom de Sfar m’évoque le Chat du rabbin, que je trouve extrêmement réussi : j’ai adoré le pitch de départ, l’histoire de ce chat qui après avoir mangé un perroquet acquiert l’usage de la parole… Mais pour ce qui est des romans, j’ai souvent entendu dire que Joann Sfar avait un style particulier et parfois déroutant pour le lecteur !

    J’ai essayé d’entamer ce livre en laissant de côté mes a priori. L’idée de départ ne peut que nous séduire, nous qui sommes des adeptes de réseaux sociaux à outrance et qui sommes très rarement à nous questionner sur les répercussions que peut avoir l’exposition permanente de nos vies sur la toile… Bref, on entame notre lecture avec des tonnes de questions…

    Au bout de quelques pages, on sent bien que ce livre va partir un peu dans tous les sens – serait-ce ça qui rend ce livre si vivant ? Car oui, moi j’ai ressenti une grande proximité avec Sfar : j’ai eu l’impression que nous étions deux amis attablés autour d’un bon verre de vin – de préférence un Vacqueyras ou un Saint-Véran – et qu’il me racontait sa rencontre pour le moins énigmatique avec Lili. Je voyais Marvin, son chien incontrôlable, courir autour de nous. Bref, sa vie ne tourne pas rond : elle tourne autour de Facebook !

    Cette tranche de vie que nous livre Joann Sfar est à la fois drôle et émouvante… Et même si on craint rapidement que son histoire avec Lili ne puisse rien donner de bon, on se laisse surprendre à se dire « et si, et si cette fille était simplement un peu paumée mais pas mythomane… ».

    Le seul bémol, en ce qui me concerne, ce sont les « réflexions philosophiques » qui gravitent autour de l’histoire. Elles instaurent une forme de distance entre l’auteur et le lecteur, sans que leur finalité soit réellement claire !

  • add_box
    Couverture du livre « Les fabuleuses aventures d'Aurore t.1 » de Joann Sfar et Douglas Kennedy aux éditions Pocket Jeunesse

    Jacqueline Fayolle sur Les fabuleuses aventures d'Aurore t.1 de Joann Sfar - Douglas Kennedy

    Absolument jubilatoire ; et ... enthousiasmant de découvrir cette facette là de Douglas Kennedy. Je n'en dirai pas plus, sinon que j'aime cette manière de défendre LE DROIT à la DIFFERENCE!

    Absolument jubilatoire ; et ... enthousiasmant de découvrir cette facette là de Douglas Kennedy. Je n'en dirai pas plus, sinon que j'aime cette manière de défendre LE DROIT à la DIFFERENCE!