Fugitive parce que reine

Couverture du livre « Fugitive parce que reine » de Violaine Huisman aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072765629
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l'alcool à 90 °, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l'éther, dans ce flacon d'un bleu céruléen... Voir plus

« Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l'alcool à 90 °, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l'éther, dans ce flacon d'un bleu céruléen comme la sphère vespérale. Cette couleur était la sienne, cette profondeur du bleu sombre où se perd le coup de poing lancé contre Dieu».

Ce premier roman raconte l'amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l'écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d'une femme, une femme avant tout, qui n'a jamais cessé d'affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • S'il y avait un livre qui me tentait dans les parutions de la rentrée littéraire de l'hiver 2018 , c'était Fugitive parce que reine. Je ne savais pas vraiment de quoi il s'agissait et pourtant j'étais très attirée. Il y a des attirances qui ne s'expliquent pas, j'avais peut-être seulement envie...
    Voir plus

    S'il y avait un livre qui me tentait dans les parutions de la rentrée littéraire de l'hiver 2018 , c'était Fugitive parce que reine. Je ne savais pas vraiment de quoi il s'agissait et pourtant j'étais très attirée. Il y a des attirances qui ne s'expliquent pas, j'avais peut-être seulement envie de savoir ce qui se cachait derrière ce titre qui me semblait si mystérieux et original. Aussi, quand j'ai trouvé ce livre dans ma boite aux lettres, je ne m'y attendais pas. Ce titre fait partie de la sélection du coup de coeur des lectrices version Femina, et je l'ai reçu (à ma grande surprise) dans ce cadre.

    Fugitive parce que reine est le premier roman de Violaine Huisman. Elle s'y livre sans fard, ni masque, elle nous raconte son enfance, et l'histoire de sa mère, sa vie sans aucun filtre. Et c'est bouleversant d'émotions, tant le style et l'écriture de l'auteure sont vrais. Les phrases et les paragraphes s'enchaînent, j'ai lu ce livre en quasi apnée. Violaine Huisman raconte les choses telles qu'elle s'en souvient, mélangeant les mots et paroles de sa mère, de son père, sa soeur, avec les faits. Elle intègre les paroles au récit sans retour à la ligne, sans guillemet, sans tiret et cela fonctionne ! J'ai été prise dans le récit dès le début de la première partie, j'ai ressenti les mêmes émotions que Violaine et sa soeur Elsa. Leur amour face à la tempête qu'est leur mère est très fort, très fascinant ; cette mère, absente et là à la fois, personnage haut en couleurs à l'extérieur mais si triste à l'intérieur.

    Dans la deuxième partie, j'ai été emportée dans le tourbillon des tourments de sa mère, cette femme torturée dès sa conception. Ses relations avec ses parents, ses amants, ses maris est toujours dans les extrêmes. Avec la mère de Violaine, c'est tout ou rien. Catherine porte un fardeau et un mal-être qu'elle tente de compenser par l'extravagance, la générosité, la liberté, mais qui s'expriment le plus souvent par des accès de colère ou de folie. Parce que oui, Catherine est une femme impulsive qui vit au rythme de ses idées folles. Toute sa vie ne sera que pulsion avant tout.

    La troisième partie, dont je dévoilerai rien ici, est finalement le déclencheur de l'écriture de ce livre. Mettre des mots, raconter cette femme qui finalement ne voulait qu'être libre et heureuse.

    Si Fugitive parce que reine est un roman brut de décoffrage où tout va à cent à l'heure au gré des folies de la mère de Violaine, c'est surtout un roman de l'amour à l'infini. Un amour inconditionnel d'une mère pour ses deux filles et réciproquement, mais aussi l'amour fraternel entre ses deux soeurs toujours unies, toujours ensemble.

    Je recommande très fortement ce livre qui m'a émue aux larmes, une lecture que je n'oublierai jamais tant elle m'a marquée par l'histoire qu'elle nous rapporte mais également par cette façon unique de présenter les choses. Un coup de coeur, un ouragan d'émotions !

    https://ellemlireblog.wordpress.com/2018/02/26/fugitive-parce-que-reine-violaine-huisman/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il y a des histoires de famille qui vu de l'intérieur, peuvent avoir une résonance dramatique. Il y a des filles qui savent rendre un juste hommage à leur mère quand bien même cette dernière eût été maniaco-dépressive et totalement fantasque. Telle est la démarche de Violaine Huisman qui dédie...
    Voir plus

    Il y a des histoires de famille qui vu de l'intérieur, peuvent avoir une résonance dramatique. Il y a des filles qui savent rendre un juste hommage à leur mère quand bien même cette dernière eût été maniaco-dépressive et totalement fantasque. Telle est la démarche de Violaine Huisman qui dédie son premier roman, à la mémoire de sa mère. Une femme fugitive face à cette vie qui ne la comprend pas, une femme reine pour ses filles et ceux qui l'aiment d'un amour inconditionnel. Une mère Fugitive parce que reine.

    9 novembre 1989, le mur de Berlin s'écroule. Elsa a douze ans, Violaine en a dix. Ni l'une, ni l'autre ne comprend ce qui est en train de se jouer. Au même moment, c'est leur mère, Catherine, qui s'effondre. Maniaco-dépressive, elle est internée à Sainte-Anne. Les deux fillettes sont habituées. Leur mère a toujours été fantasque. Elle a toujours vacillé. Trop de souffrance, trop de folie, trop d'excès en tous genres. Mais tellement d'amour entre cette mère et ces deux petites filles. La première les aime à la folie, les secondes feront tout leur possible pour protéger cette femme fragilisée.

    Violaine Huisman évoque sa mère à travers ses yeux d'enfant puis, c'est en adulte qu'elle s'efforce d'expliquer, de retracer la vie de cette femme excessive et extravagante. Elle raconte les crises qui succèdent aux folles déclarations d'amour et inversement. Elle raconte le parcours de vie d'un être non désiré à la santé fragile, élevé par une mère célibataire et distante. Un être qui finira par devenir une belle femme constamment en quête d'amour et de reconnaissance. Une femme qui multipliera les histoires d'amour, les expériences en tous genres, une femme insaisissable, hors du commun. Une femme qui deviendra mère. Une mère qui aimera ses deux filles à la folie et qui les embarquera dans le tourbillon de sa vie.

    Fugitive parce que reine est une folle histoire d'Amour entre une mère et ses filles. Violaine Huisman explore ses sentiments sans pathos, sans concessions. Le tout est drôle et tragique à la fois, élégant, dérangeant. L'écriture est juste, tantôt poétique et légère, tantôt violente et grave. Fugitive parce que reine est un premier roman parfaitement maîtrisé, bouleversant. Un premier roman à découvrir.


    https://the-fab-blog.blogspot.com/2018/10/mon-avis-sur-fugitive-parce-que-reine.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Rien à faire le livre ne m’a pas touché, ou alors juste de l’agacement.
    Pour moi la première partie est à la limite du lisible, heureusement pour le lecteur tenace la suite est nettement plus agréable dans l’écriture. Mais pour autant j’avoue avoir de plus en plus de mal avec les premiers...
    Voir plus

    Rien à faire le livre ne m’a pas touché, ou alors juste de l’agacement.
    Pour moi la première partie est à la limite du lisible, heureusement pour le lecteur tenace la suite est nettement plus agréable dans l’écriture. Mais pour autant j’avoue avoir de plus en plus de mal avec les premiers romans autobiographiques où les auteurs semblent régler leurs comptes avec leurs familles.
    “Famille, je vous hais” Ok, mais restons en là.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avec ce premier roman, Violaine Huisman offre un bel hommage à sa mère. Une fugitive, une femme insaisissable, « une sirène qui ne sait pas comment vivre dans le monde des humains », mais finalement, une reine, un saxifrage ( « une fleur qui explose la roche ») tant elle dispose d’une force de...
    Voir plus

    Avec ce premier roman, Violaine Huisman offre un bel hommage à sa mère. Une fugitive, une femme insaisissable, « une sirène qui ne sait pas comment vivre dans le monde des humains », mais finalement, une reine, un saxifrage ( « une fleur qui explose la roche ») tant elle dispose d’une force de vie malgré son parcours difficile.
    Enfant non désirée, fruit d’un viol, Catherine voit le jour en 1947. A la suite d’une méningite à l’âge de dix-huit mois, elle vit à l’hôpital jusqu’à l’âge de cinq ans.
    « Pour fabriquer de l’humain, il faut le contact du corps, sa chaleur, son odeur, le bruit de son souffle… »
    Rien de tout cela pour Catherine. Lorsqu’elle retrouve son père biologique, il se glisse dans son lit. Elle aurait pu trouver le bonheur auprès de Paul, un homme du Sud qui l’adore et l’aide à réaliser son projet d’ouverture d’une école de danse.
    Mais Catherine, d’une beauté stupéfiante attire l’oeil des hommes. Elle tombe dans les filets d’un mondain intellectuel richissime. Elle, qui vient du Carreau du Temple, ne résiste pas au luxe et quitte le gentil Paul pour l’extravagant Antoine.
    « Avec Antoine la vie va devenir ce grand n’importe quoi dont elle a toujours rêvé, parce qu’ils peuvent se payer le luxe de faire du quotidien un bordel permanent… »
    Même avec ses deux filles, Elsa et Violaine, Catherine mène la grande vie. L’alcool et les amphétamines la rendent violente. Elle enchaîne les aventures et les mariages ratés jusqu’à l’internement à Sainte -Anne.
    C’est pourtant ses filles qui lui donneront la force de continuer.
    « On n’a pas le droit de baisser les bras, ces bras qui entourent pour donner de l’amour à nos enfants quand ils appellent au secours. »
    Le récit se découpe en trois parties.
    Violaine Huisman ouvre le roman avec sa perception en tant qu’enfant de dix ans alors que sa mère maniaco-dépressive est au creux de la vague. Au final, cette partie me semble un peu superflue.
    La puissance narrative est surtout dans la partie centrale que j’ai préférée, celle qui déroule la vie de cette femme qui n’a jamais su choisir entre son rôle de mère et celui de l’amante.
    La dernière partie concrétise l’hommage des filles devenues des jeunes femmes à une mère qui a voulu vivre son destin dans l’excès, le risque s’affranchissant de toutes les normes.
    Ce premier roman, bel hommage sensible d’une fille à sa mère, me laissera le souvenir d’une femme exceptionnelle, sulfureuse, se brûlant les ailes pour oublier ses blessures d’enfance.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La mère Catherine racontée par sa fille Violaine. Une vie bien particulière aussi bien pour ces petites filles que pour la mère mais personnellement je n'ai pas vraiment accroché .

    La mère Catherine racontée par sa fille Violaine. Une vie bien particulière aussi bien pour ces petites filles que pour la mère mais personnellement je n'ai pas vraiment accroché .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Qu'il est difficile d'écrire avec impartialité et objectivité sur les "mères" nos mères.
    L'auteur le fait avec habileté, elle évoque sa mère, la relation avec sa soeur, ce trio de femmes qui sont en même temps filles, soeurs et mère les unes pour les autres avec tout ce que cela implique...
    Voir plus

    Qu'il est difficile d'écrire avec impartialité et objectivité sur les "mères" nos mères.
    L'auteur le fait avec habileté, elle évoque sa mère, la relation avec sa soeur, ce trio de femmes qui sont en même temps filles, soeurs et mère les unes pour les autres avec tout ce que cela implique d'adaptation, de masques, de précaution...
    Mais au final, chacune demeure femme avec ses multiples facettes et parfois sa fragilité qu'il est difficile de cacher.
    J'ai personnellement été touchée en lisant cet ouvrage, j'ai aimé que Violaine présente sa mère mais surtout la femme loin des clichés de perfection tant attendus du monde sociétal et du poids qui pèse sur les mères qui doivent avant tout être uniquement des mères... Pour cela je dis merci, être mère est un rôle difficile qui doit souvent dans l'imaginaire collectif être le premier rôle que la femme doit endosser en oubliant tous les autres... Et au final, une mère reste une mère....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Vous n'allez peut être pas me croire, mais au moment où je commence ce commentaire..je ne sais pas encore ce que je vais écrire..
    Une chose est sûre, ce n'est pas un coup de cœur, loin de là !! j'hésite entre le rejet, la pitié et l'horreur ...sentiments en général assez éloignés de mon...
    Voir plus

    Vous n'allez peut être pas me croire, mais au moment où je commence ce commentaire..je ne sais pas encore ce que je vais écrire..
    Une chose est sûre, ce n'est pas un coup de cœur, loin de là !! j'hésite entre le rejet, la pitié et l'horreur ...sentiments en général assez éloignés de mon vocabulaire.
    Je n'ai pas aimé ce livre, pas du tout, je l'ai posé plusieurs fois dans la première partie, écœurée, troublée, gênée et je dois dire parfois incrédule. Trop c'est trop et en même temps pas assez.. ces petites ne se sont jamais révoltées ? N’ont jamais eu envie de dire «  assez » à ces fous d'adultes, tous autant qu'ils sont !! En grandissant, ados, n'ont elles jamais eu aucun mouvement de rejet, elles ont tout compris, tout le temps ??

    Bien sûr leur mère avait toutes les raisons de péter un plomb et même plusieurs..changer de noms ainsi 7 fois, bien sûr on ne sait plus qui on est, bien sûr . Elle est une femme rejetée et tant aimée aussi, un objet qu'on ballotte mais qui balade les autres également, elle avait déjà une faille certainement, aggravée par sa vie de dingue, tout cet alcool, cette drogue, ces excès. Pourquoi n'a t-elle pas su s’arrêter ?? par amour pour ses filles ?oui pourquoi ??

    question idiote.. Je pense qu'une des raisons pour lesquelles je n'ai pas aimé ce livre est tout simplement que j'ai une amie comme elle, et que les péripéties racontées par les filles me rappellent trop !! celles vécues par les filles de mon amie qui elle a eu la chance de retrouver un amour stable et c'est pourquoi je suis

    Incrédule et en même temps atterrée..que leur père n'ait pas pris la relève, qu'il soit en fait aussi déjanté que leur mère, d'ailleurs j'ai vérifié.. s'il a eu 8 enfants en tout !! 2 seulement sont nommés dans sa bio !! révélateur !! Il était lui aussi bien trop occupé !!

    Vous voyez, j'écris et ce n'est pas organisé..comme ce livre, le chaos, à l'intérieur comme à l'extérieur.
    Le seul personnage stable de ce charivari..Nini, disparaît avant la fin, non, elle ne meurt pas, elle fait un pas de coté, car pour elle aussi.. trop c'est trop !
    Vite poser ce livre, faire un pas de coté, prendre le dernier d'Ormesson et … soupirer !

    Je dois cependant reconnaître un style fluide et une écriture serrée, proche du sujet abordé.. Je peux même le recommander par comparaison avec «  les rêveurs » mais j’ai été trop usée par le sujet,

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un grand merci aux 68 premières fois (association soutenant les premiers romans et les nouveaux auteurs) de m'avoir fait découvrir "Fugitive parce que reine", premier roman de Violaine Huismans aux Editions Gallimard. Roman vers lequel, de mon propre chef, je ne me serais peut-être pas tournée!...
    Voir plus

    Un grand merci aux 68 premières fois (association soutenant les premiers romans et les nouveaux auteurs) de m'avoir fait découvrir "Fugitive parce que reine", premier roman de Violaine Huismans aux Editions Gallimard. Roman vers lequel, de mon propre chef, je ne me serais peut-être pas tournée! Sur le même sujet, j'avais peut-être tout simplement envie de donner l'exclusivité au magnifique et bouleversant roman de Delphine de Vigan "Rien ne s'oppose à la nuit". Cela aurait été bien dommage!

    Une lecture, pour moi, difficile et perturbante! Mais un roman tout à fait étonnant que j'ai refermé avec émotion!

    Violaine Huismans y raconte une partie de sa vie avec sa soeur Elsa. Violaine y raconte surtout sa mère Catherine. Une femme libre, fantasque, pleine de rêves. Mais aussi une femme instable et bipolaire. Une vie difficile pour elle et pour ses filles. Mais un si bel amour entre ces trois personnages. Un hymne à l'Amour avec un grand A.

    Un roman totalement étonnant car durant le voyage, je suis passée par différentes phases, différentes émotions. Je ne me souviens pas avoir déjà vécu cela avec un roman.
    1ère partie. Violaine nous présente sa mère avec sa vision d'enfant. Pour moi, une étape longue et confuse. pleine d'éléments que l'on ne rassemblent pas vraiment. C'est le flou artistique et je frôle l'abandon! Mais les belles critiques lues et entendues, les 68 également et notre engagement de lire et chroniquer, me forcent à poursuivre. Merci!
    2ème partie. C'est Catherine qui nous raconte sa vie et son histoire. Ces racines. Son besoin de liberté. Ses rêves. Ses frasques aussi. Peu à peu, on comprend mieux, on se sent mieux installée dans cette histoire autobiographique. Et on passe par plein d'émotions. Catherine on la comprend, on arrive à lui pardonner et à l'aimer. Mais on la déteste aussi. Et un sentiment d'indignation a alors monté en moi.
    3ème partie. Violaine raconte la fin de Catherine et sa vie ensuite avec l'absence. Le manque pour elle et sa soeur Elsa. Un magnifique final dans lequel transparaît toute la solidarité entre ces deux soeurs et tout l'amour dans ce trio. Un final qui fait finalement oublier tout le reste! Mais un final qui fait aussi mieux comprendre tout le reste!

    Un roman absolument bien bâti. Une plume élégante, fine, sensible, troublante. Un hymne à l'Amour. Un bel hommage à une maman qui a fait de son mieux avec ce qu'elle avait. Je suis bien contente d'avoir persévéré. Un roman qui a laissé une trace. Allez y. Chaque expérience est différente!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est superbement écrit.
    Dans un premier temps l'auteur nous raconte son enfance et celle de sa sœur auprès d'un mère maniaco dépressive; puis dans un second la vie de sa mère de sa naissance à sa mort.
    Cela m'a fait penser à "rien ne s'oppose à la vie" de Delphine DE VIGAN: la vie auprès 'une...
    Voir plus

    C'est superbement écrit.
    Dans un premier temps l'auteur nous raconte son enfance et celle de sa sœur auprès d'un mère maniaco dépressive; puis dans un second la vie de sa mère de sa naissance à sa mort.
    Cela m'a fait penser à "rien ne s'oppose à la vie" de Delphine DE VIGAN: la vie auprès 'une mère malade et excessive.
    Cela permet de comprendre ce que signifie vivre avec cette maladie et l'impact sur les proches.
    Les mots sont forts, parfois difficiles... a lire

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 256 pages !

    256 pages où chaque détail compte !

    256 pages où chaque sentiment, du plus déroutant au plus marquant s'invite chez vous !

    256 pages où vous serez touchés !

    256 pages d'amour filial...

    Vous faut-il d'autres arguments pour vous convaincre d'ouvrir ce premier roman...
    Voir plus

    256 pages !

    256 pages où chaque détail compte !

    256 pages où chaque sentiment, du plus déroutant au plus marquant s'invite chez vous !

    256 pages où vous serez touchés !

    256 pages d'amour filial...

    Vous faut-il d'autres arguments pour vous convaincre d'ouvrir ce premier roman ?

    Ce roman est particulièrement intense, s'y mêle l'autobiographie d'une relation ultra compliquée et / ou fabuleuse : la relation mère-fille.

    Violaine Huisman nous propose un récit percutant qui va nous emmener dans le quotidien de deux jeunes filles avec une mère originale. Originale dans sa façon d'être car elle sera toujours là où on s'y attend le moins.

    Catherine, la maman, a une façon tout à fait singulière d'élever ses filles. Elles apprendront tôt l'autonomie, la gestion des émotions et comment on élève sa mère !

    Car oui, le texte nous sera parfois dur à comprendre et à imaginer tant on est loin du cliché classique de la maman qui prend soin absolument tout le temps de ses enfants en s'oubliant. Mais personne n'est parfait et lorsque l'on devient parent on doit être prêt à assumer ce que l'on est. On ne peut pas mentir à un enfant !

    Violaine Huisman nous décrit plutôt une maman qui au-delà de la maternité cherche finalement qui elle est.

    Vous ne trouverez pas dans ce roman de faux-semblants, Violaine Huisman vous livre son histoire telle qu'elle l'a vécue. Avec des bons mais aussi de mauvais moments. Ce qui fait la richesse de cet ouvrage réside dans cela, une sincérité qui parfois vous poussera dans vos retranchements, vous fera remettre douter, vous remettre en question, vous fera verser une larme aussi.

    C'est un premier roman riche d'émotions qui vous colleront à la peau. La relation mère-fille est la première relation de votre vie finalement et c'est celle qui vous accompagnera toute votre vie.

    Ce roman m'a happée et m'a beaucoup touchée, de part le sujet mais également parce que c'est aussi la première fois que je lis un livre dont l'héroïne porte le même prénom que moi. C'est assez troublant par moment car mon prénom est peu commun alors je crois que c'est ce qui a fait aussi de cette lecture un moment unique.


    Laissez-vous porter par les mots de Violaine Huisman et vous ne serez pas déçus, un gros coup de cœur pour moi en tout cas !


    Ce roman figure dans la sélection de janvier 2018 des 68 premières fois et fait partie de mon top 3 pour l'instant !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com