Flappers

Couverture du livre « Flappers » de Renaud Borderie aux éditions L'ire Des Marges
Résumé:

«Nous nous détruisions petit à petit, pire encore, nous nous détruisions l'un l'autre» Francis Scott Fitzgerald.

Gatsby est sur les écrans depuis quelques jours, dans une nouvelle adaptation cinématographique.
À l'instar de son personnage, Francis Scott Fitzgerald nous... Voir plus

«Nous nous détruisions petit à petit, pire encore, nous nous détruisions l'un l'autre» Francis Scott Fitzgerald.

Gatsby est sur les écrans depuis quelques jours, dans une nouvelle adaptation cinématographique.
À l'instar de son personnage, Francis Scott Fitzgerald nous offre l'image flamboyante d'une certaine jeunesse dorée américaine des Années folles.
Mais qui était véritablement Fitzgerald ? Et qui était Zelda Fitzgerald ?
Dans Flappers, Renaud Borderie ouvre une brèche dans la mythologie du dandy flamboyant.
Le «magnifique» cache une part d'ombre, Flappers la révèle.

Bien que destiné à la scène, le théâtre est oeuvre littéraire à part entière. C'est d'ailleurs souvent par le texte qu'il nous interpelle de prime abord. Plus tard viendront les temps de la mise en scène, de l'interprétation et de la représentation. Pour témoigner de ce premier « acte », quelques mots de la comédienne Sophie Robin qui valent au-delà du « je » de sa lecture et du « jeu » à venir... :
« L'auteur de la pièce m'a dit : « Voilà ce texte, je l'ai écrit et j'ai pensé à toi pour le rôle de Zelda ».
Zelda Fitzgerald ? Vaguement entendu parler... Son mari, oui, évidemment, Tendre est la nuit, Gatsby le magnifique, oui... Mais elle ?
Alors je suis entrée dans ce texte comme on plonge dans un bain : je me suis retrouvée dans ce monde incroyable où tout explose, où tout semble permis. Cela m'a enveloppée, c'était brûlant et, le temps de cette lecture, Elle était là. Elle, la femme du grand écrivain, la femme sacrifiée à son mari, à son époque. J'ai eu mal avec elle d'être incomprise et, finalement, niée. Enfermée avec Zelda, je sentais l'haleine chargée d'alcool de Scott/Dyo, qui lui faisait payer cher l'amour qu'il lui portait.
Violence, cris, musique, sexe, amertume, souffrance et destin aboli.
Je ne sais si un jour je jouerai Zelda ou, plus exactement, la Zelda de Renaud Borderie. Toujours est-il que depuis que je l'ai lue, elle ne m'a plus quittée ».

Sophie Robin, comédienne, metteure en scène

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions