Diên Biên Phu

Couverture du livre « Diên Biên Phu » de Marc Alexandre Oho Bambe aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

"Depuis vingt ans mon esprit erre en ce lieu, qui me hante. J'y reviens enfin, pour retrouver des souvenirs perdus. En exil de moi-même. Je suis de retour ici pour une femme flamme, rencontrée pendant la guerre. Nous nous étions aimés, sans bruit ni fureur, avant de nous séparer, contraints.... Voir plus

"Depuis vingt ans mon esprit erre en ce lieu, qui me hante. J'y reviens enfin, pour retrouver des souvenirs perdus. En exil de moi-même. Je suis de retour ici pour une femme flamme, rencontrée pendant la guerre. Nous nous étions aimés, sans bruit ni fureur, avant de nous séparer, contraints. Dans la stridence du silence. J'étais jeune et mal marié, rêveur, avide de voyages et d'aventures, de douces drogues dures et d'écriture.
Passions voraces et dévastatrices pour les âmes comme la mienne, en recherche d'absolu, inatteignable. En quête de moi-même, j'avais trouvé Maï Lan. Frêle et mystérieuse jeune femme, qui allait s'éprendre d'un soldat en guerre contre son pays. Et contre lui-même. Il y a des êtres qu'on rencontre trop tard pour ne pas les aimer. Maï Lan." Vingt ans après la défaite des troupes françaises à Diên Biên Phù, en mai 1954, Alexandre, un ancien soldat, revient au Viêtnam sur les traces de Maï Lan, la femme qu'il a follement aimée.
L'horreur et l'absurdité de cette guerre sont vite apparues au jeune homme qui, pour échapper à un mariage de convenance, avait cédé à la propagande colonialiste. Au coeur de l'enfer, il va pourtant faire la connaissance des deux êtres qui modèleront celui qu'il est devenu, un journaliste engagé dans les luttes anticoloniales : Maï Lan, et " son sourire aux éclats d'arc-en-ciel ", et Alassane Diop, son camarade de régiment sénégalais, qui lui a sauvé la vie lors de l'attaque d'un pont et dont il épaulera la lutte pour l'indépendance de son pays.
Avec ce roman vibrant, intense, rythmé par les poèmes qu'Alexandre a pendant vingt ans écrits à l'absente, Marc Alexandre Oho Bambe nous embarque dans une histoire d'amour éperdu, qui est aussi celle de la rencontre d'un homme avec la vérité de ses sentiments et de ses combats.

Donner votre avis

Articles (5)

Avis (39)

  • Diên Biên Phu, un nom chantant pour une ville d’Indochine tristement célèbre pour la bataille meurtrière qui y a eu lieu et qui marquera le déclin de l’empire colonial français. Marc Alexandre Oho Bambé est camerounais et le décor de ce premier roman est un écho aux frémissements de révoltes...
    Voir plus

    Diên Biên Phu, un nom chantant pour une ville d’Indochine tristement célèbre pour la bataille meurtrière qui y a eu lieu et qui marquera le déclin de l’empire colonial français. Marc Alexandre Oho Bambé est camerounais et le décor de ce premier roman est un écho aux frémissements de révoltes dans les colonies africaines. La bataille de Diên Biên Phu annonce les prochains revers des Français en Algérie et en Afrique noire. L’auteur aborde ainsi les questions de colonialisme et d’impérialisme propres à son pays en en décrivant la situation vécue plus tôt par la population vietnamienne et en y délocalisant son action.

    Dans cette histoire de fiction sur fond d’Histoire avec un grand H, nous suivons la quête d’Alexandre qui revient sur le théâtre de la guerre d’Indochine dans laquelle il était impliqué pour retrouver le coup de foudre de sa vie, Maï Lan. Après avoir vécu l’enfer sur place avec son frère d’armes sénégalais Diop, il est rentré en France aux côtés de sa femme et de ses enfants mais n’a jamais pu oublier ce visage de lune. Il s’exile donc des années plus tard au Vietnam et tente par tous les moyens de la retrouver. En marge de cette quête amoureuse, il se cherche également lui-même, se remet en question ainsi que son existence et ses actes durant la guerre. Il y est aussi question de volonté d’indépendance des peuples et du sentiment de liberté.

    À travers les souvenirs du protagoniste, on découvre petit à petit son histoire pendant cet épisode traumatisant pour lui tout comme pour les ennemis d’en-face. Le récit est poignant et l’auteur mêle habilement le roman et la poésie. C’est la force de ce livre ! A priori, je ne suis pas sensible à la poésie mais, ici, j’ai été transportée par les nombreux poèmes qui parsèment le récit. Le roman en tant que tel est aussi un poème en prose tant les figures de style sont présentes et tant l’auteur attache de l’importance à la forme. Tout est très bien décrit et j’ai trouvé le récit très visuel, on se sent en permanence aux côtés d’Alexandre. C’est simple, écrit avec une sensibilité manifeste mais cela reste percutant !

    Je pense que je n’aurais pas été de moi-même vers ce roman en lisant la quatrième de couverture d’autant qu’il s’agit d’un premier roman et que l’auteur m’était inconnu. J’en avais entendu parler sur lecteurs.com l’année passée, j’étais donc curieuse de le lire. Quand je l’ai vu dans la sélection pour le Club Livresque, je me suis dit que c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort et je me réjouis aujourd’hui de cette curiosité. N’hésitez donc pas à découvrir une très belle plume africaine qui va sans nul doute vous ouvrir à d’autres horizons ! Une excellente découverte !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre m'a été offert par une amie très proche dont le nouveau compagnon est libraire (quel bonheur!)

    Sceptique au départ (l'auteur est poète et j'avoue être très peu réceptive à la poésie), je me suis lancé avec délice dans ce roman à la langue magnifique. L'écriture est maîtrisée et...
    Voir plus

    Ce livre m'a été offert par une amie très proche dont le nouveau compagnon est libraire (quel bonheur!)

    Sceptique au départ (l'auteur est poète et j'avoue être très peu réceptive à la poésie), je me suis lancé avec délice dans ce roman à la langue magnifique. L'écriture est maîtrisée et d'une beauté incroyable, j'en fus émue aux larmes.

    L'histoire est belle, douce, tendre, bienveillante, romanesque, dure parfois. Elle réserve aussi son lot de surprises.

    Un gros coup de coeur pour ce joli roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le poète et slameur, Marc Alexandre Oho Bambe, né au Cameroun a fait avec Diên Biên Phù une très belle première incursion dans l'univers du roman en mars 2018 chez Sabine Wespieser éditeur.

    Alexandre, le narrateur retourne au Vietnâm, vingt après Diên Biên Phù, pour retrouver cette femme...
    Voir plus

    Le poète et slameur, Marc Alexandre Oho Bambe, né au Cameroun a fait avec Diên Biên Phù une très belle première incursion dans l'univers du roman en mars 2018 chez Sabine Wespieser éditeur.

    Alexandre, le narrateur retourne au Vietnâm, vingt après Diên Biên Phù, pour retrouver cette femme qu'il a aimé dans l'horreur de la guerre, Maï Lan. Il décide de quitter son épouse et ses enfants et se rappelle le passé, rencontre des personnes qui vont tâcher de l'aider dans sa quête amoureuse. Notre narrateur se rappelle sur les lieux du passé à la fois ses rencontres avec Maï Lan et des épisodes de la guerre. Ce roman est à la fois un très beau texte sur l'amour passionnel qui ne s'est jamais éteint et ne s'éteindra jamais, sur l'amitié et l'altérité, sur le sens du devoir. René Char imprègne ce roman par ailleurs et il s'agit d'un des poètes qui ont bercé l'auteur. Cela n'est donc pas surprenant qu'il y ait des références à sa poésie au coeur du roman.

    J'ai été particulièrement sensible à la construction romanesque mêlant poèmes à l'être aimée, lettres échangées entre le narrateur et son ami sénégalais Diop, dialogues et narration interne. L'écriture rappelle à plusieurs moments le slam effectivement, il y a un travail sur les échos et la répétition également. Beaucoup de phrases sont très courtes. J'ai trouvé ce roman touchant et j'espère que l'auteur en écrira un second.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre touchant, plein de poésie, et qui pose de grandes questions avec simplicité et douceur. La colonisation, la place de l'homme dans la guerre, la place que l'on donne aux autres et celle qu'ils veulent bien nous donner. Les choix que l'on fait. Et l'honneur. Une lecture marquante.

    Un livre touchant, plein de poésie, et qui pose de grandes questions avec simplicité et douceur. La colonisation, la place de l'homme dans la guerre, la place que l'on donne aux autres et celle qu'ils veulent bien nous donner. Les choix que l'on fait. Et l'honneur. Une lecture marquante.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un premier roman magistralement réussi, qui traite de l’amour, de l’amitié, de la guerre tout en poésie

    Un premier roman magistralement réussi, qui traite de l’amour, de l’amitié, de la guerre tout en poésie

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Diên Biên Phù, joli nom pour un naufrage". C’est ainsi que débute le récit. Son narrateur a combattu là-bas, au Vietnam et y a connu l’enfer. Il y a aussi rencontré un soldat sénégalais devenu un frère et l’amour de sa vie Maï-Lan. Mais il est revenu en France où l’attendait une vie toute...
    Voir plus

    "Diên Biên Phù, joli nom pour un naufrage". C’est ainsi que débute le récit. Son narrateur a combattu là-bas, au Vietnam et y a connu l’enfer. Il y a aussi rencontré un soldat sénégalais devenu un frère et l’amour de sa vie Maï-Lan. Mais il est revenu en France où l’attendait une vie toute programmée avec Mireille sa si croyante épouse, dieu, et leurs enfants. 20 ans plus tard, toujours hanté par ce passé, il laisse sa famille et décide de retourner au Vietnam, espérant renaître là où sa vie s'est interrompue.

    C’est un livre court, trop court ... et pourtant je l’ai dégusté, j’ai relu plusieurs fois certaines de ces pages poétiques où l’auteur fait danser les mots et, de refrain en refrain joue avec nos émotions de façon brillante.

    C’est un beau livre, une histoire puissante et un style totalement hors conventions. Une fiction sur la guerre qui ne parle pas tant des combats que des blessures qui subsistent longtemps après la paix. Une histoire d’amour, la quête interminable et déraisonnable à l’absente.

    Ce livre m’a un peu fait penser à « Petit Pays » de Gaël Faye … décidemment, le slam mène à de bien belles lectures !
    Merci à Lecteurs.com et à Sabine Wespieser pour cet envoi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Diên Biên Phù est une magnifique claque ! Rares sont les livres qui me tiennent autant en émois. La passion d'Alexandre et cette quête de sa bien aimée et de lui même, et l'histoire d'amitié qui s'invite avec son camarade de régiment sénégalais m'ont saisi. On retrouve aussi le Vietnam...
    Voir plus

    Diên Biên Phù est une magnifique claque ! Rares sont les livres qui me tiennent autant en émois. La passion d'Alexandre et cette quête de sa bien aimée et de lui même, et l'histoire d'amitié qui s'invite avec son camarade de régiment sénégalais m'ont saisi. On retrouve aussi le Vietnam authentique, les images de Hanoï, de Mui Ne sont délicieusement dépeintes. C'est un roman que je compte offrir à mes amis. L'auteur nous a fait un véritable cadeau, à nous de le partager.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.