Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Derrière le rideau

Couverture du livre « Derrière le rideau » de Sara Del Giudice aux éditions Dargaud
  • Date de parution :
  • Editeur : Dargaud
  • EAN : 9782205200980
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

À la fin des années 1930, dans un village provençal, Yaël et sa petite soeur Émilie, croquent la vie à pleines dents. Malheureusement, leur vie va basculer lorsque leur mère meurt et que leur père se remarie quelques mois plus tard avec Ophélie. Pour les deux petites filles, jamais cette bêtasse... Voir plus

À la fin des années 1930, dans un village provençal, Yaël et sa petite soeur Émilie, croquent la vie à pleines dents. Malheureusement, leur vie va basculer lorsque leur mère meurt et que leur père se remarie quelques mois plus tard avec Ophélie. Pour les deux petites filles, jamais cette bêtasse ne pourrait remplacer leur maman adorée !

Pourtant, à mesure que Yaël grandit, la dure réalité de la guerre et des lois raciales antisémites vont la rattraper. La jeune fille prend douloureusement conscience de son identité et de sa religion.

Donner votre avis

Lire un extrait offert de Derrière le rideau

En cliquant sur le bouton ci-dessous, découvrez immédiatement et sans engagement un extrait offert par Izneo !

Articles (1)

Avis (8)

  • 1937, Un été dans le Sud de la France. La nature est gorgée de soleil. Yaël est ravie : on fête ses huit ans, elle joue à cache-cache avec ses cousins. Innocente et insouciante, elle ne saisit pas parfaitement ce que son père fait, caché lui aussi, avec une jeune femme derrière un rideau....
    Voir plus

    1937, Un été dans le Sud de la France. La nature est gorgée de soleil. Yaël est ravie : on fête ses huit ans, elle joue à cache-cache avec ses cousins. Innocente et insouciante, elle ne saisit pas parfaitement ce que son père fait, caché lui aussi, avec une jeune femme derrière un rideau.

    1939, Yaël a dix ans. Sa maman décède d’un cancer ; fin de l’insouciance. La fillette ne comprend pas le refus de ses grands-parents paternels de les rencontrer pour une histoire de religion et commence à s’interroger sur sa judéité.

    1940, Yaël a onze ans, son père est parti au front. Le monde autour d’elle devient (vert de) gris et oppressant.

    1941, Yaël a douze ans. Elle grandit. Elle éprouve les bouleversements de l’adolescence mais surtout du monde qui l’entoure : les lois sur les statuts des juifs sont promulguées. Ses questionnements se multiplient…

    La jeune autrice Sara del Guidice, si elle s’inspire d’anecdotes qui lui ont été racontées par ses grands-parents, choisit de le faire à hauteur d’enfant en prenant comme narratrice un personnage fictif crée pour l’occasion : la petite Yaël. Son récit est finement construit car elle nous relate à la fois les bouleversements ordinaires dans la vie d’un enfant durant ces années charnières que sont le passage de l’enfance à l’adolescence mais également son regard de plus en plus aiguisé sur le monde qui l’entoure. Sa candeur initiale quand elle découvre son père en charmante compagnie peut prêter à sourire mais son regard innocent sur les événements dramatiques des années 1940 confère à ceux -ci une portée encore plus grande et une dimension tragique. Yaël est « derrière le rideau », c’est-à-dire un peu cachée et avec un angle de vue qui n’est pas tout à fait le même que celui des autres spectateurs. L’on peut comprendre cela comme une métaphore de la démarche de l’autrice. Les bandes dessinées sur la Seconde Guerre Mondiale abondent, c’est presque un genre à part entière, et il faut désormais trouver un nouvel angle pour aborder ces épisodes dont l’aspect terrible est quelque peu émoussé par les clichés. Sara Del Giudice ne fait pas de grands effets de manche et ne se complaît pas dans le pathos. Au contraire. Elle adopte parfois une écriture blanche et sait aussi très bien mettre à profit l’ellipse si emblématique dans le 9 e art dans une fin qui devrait vous marquer longtemps.

    Son dessin est tout aussi pudique que son écriture. La douceur et la rondeur des traits contrastent d’autant plus avec la menace qui se précise. Elle joue avec virtuosité des couleurs, des ombres, des lumières et même des textures (intégrées par Photoshop sur une base au crayon) pour suggérer un intérieur chaleureux ou au contraire le dénuement qui s’installe. Grâce à la lisibilité du trait, à la sobriété des dialogues et surtout au glossaire final (initialement envisagé pour la version italienne de l’album et donc à destination d’un public qui ne connaissait pas forcément l’histoire de France), cette œuvre participe pleinement au devoir de mémoire. Elle pourra sans nul doute être très utile en cette période du triste anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv pour faire découvrir à tous, enfants et adultes, des épisodes de notre histoire qu’il ne faut pas oublier.

    Merci à Dargaud et à Netgalley France pour m’avoir fait découvrir cette première œuvre très prometteuse.

    thumb_up J'aime comment Commentaires (2)
  • Vous souvenez-vous de ces conversations d’adultes que vous écoutiez enfant, et dont vous ne compreniez que des bribes ?

    Yaël et sa petite sœur sont deux fillettes comme les autres, mais leur enfance va être bouleversée par la mort de leur mère, puis par l’arrivée de la Seconde Guerre...
    Voir plus

    Vous souvenez-vous de ces conversations d’adultes que vous écoutiez enfant, et dont vous ne compreniez que des bribes ?

    Yaël et sa petite sœur sont deux fillettes comme les autres, mais leur enfance va être bouleversée par la mort de leur mère, puis par l’arrivée de la Seconde Guerre mondiale. A travers leurs yeux, nous découvrons un monde qui s’obscurcit. Yaël perd peu à peu, une part d’enfance au moment où l’antisémitisme gonfle. Elle qui est juive par sa mère, découvre jour après jour, la haine qu’une simple religion peut engendrer.

    La justesse du récit est renforcée par des illustrations en adéquation avec le regard naïf que les enfants portent sur le monde, et l’époque du récit.

    Je crois avoir rarement vu un album retranscrire aussi fidèlement les questions et les sentiments propres à l’enfance. Je ne veux pas vous en dire trop pour ne rien gâcher, mais je peux vous dire qu’en refermant cette BD j’étais ébranlée comme rarement. J’ai d’ailleurs prévu de la faire lire à mon fils de 9 ans.

    Une expérience de lecture immersive et saisissante que je ne peux que vous recommander !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L'histoire commence en 1937. Yaël et Emilie sont sœurs, elles vivent des jours paisibles en famille mais l'insouciance de l'enfance va vite disparaitre à la mort de leur mère et au regard des évènements qui se profilent, à plus forte raison quand on sait que la famille maternelle des 2 jeunes...
    Voir plus

    L'histoire commence en 1937. Yaël et Emilie sont sœurs, elles vivent des jours paisibles en famille mais l'insouciance de l'enfance va vite disparaitre à la mort de leur mère et au regard des évènements qui se profilent, à plus forte raison quand on sait que la famille maternelle des 2 jeunes filles est de confession juive...

    C'est une histoire que j'ai trouvée très touchante et qui m'a rappelé "Le journal d'Anne Frank" dans l'approche qu'en fait l'auteure (nous présenter les évènements à travers le quotidien d'une enfant).
    Les dessins assez naïfs et les couleurs douces offrent une certaine sobriété à l'ensemble qui, à mon sens, sert l'histoire, d'autant plus que celle-ci nous est livrée à travers le regard de Yaël qui n'est qu'une enfant de huit ans quand tout commence. On pourra donc observer son évolution et sa compréhension des évènements qui secouent le monde.
    J'ai été très surprise de lire que c'était la 1ère BD de Sara Del Guidice et qu'elle l'avait réalisée dans le cadre de son projet de fin d'étude car j'ai trouvé celle-ci très aboutie tant par le scenario que par les graphismes : j'étais persuadée que c'était l'œuvre de quelqu'un de très expérimenté.

    Un très beau roman graphique à découvrir en famille et une auteure à suivre!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Provence 1938, Yaël et sa sœur Émilie vivent une enfance heureuse mais pour combien de temps... Nées d'une mère juive et d'un père "goy", elles grandissent entre secrets inavouables, décès précipité de leur mère et conflit familial. Et pour finir, la Seconde Guerre mondiale, l'Occupation, les...
    Voir plus

    Provence 1938, Yaël et sa sœur Émilie vivent une enfance heureuse mais pour combien de temps... Nées d'une mère juive et d'un père "goy", elles grandissent entre secrets inavouables, décès précipité de leur mère et conflit familial. Et pour finir, la Seconde Guerre mondiale, l'Occupation, les lois anti-juifs... Comment se construire, comment grandir, comment être là pour protéger sa petite sœur... Comment s'en sortir ?

    Voilà une lecture que j'ai vu passer de nombreuses fois sur les réseaux et qui, à chaque avis, m'a donné encore plus envie de la lire. C'est à mon tour aujourd'hui et j'espère qu'il en sera de même pour vous. Avec ce titre et cette couverture, Sara Del Giudice, pour sa première BD, nous intrigue. Et pourtant elle nous donne des indices que l'on découvre une fois les pages tournées, c'est finement joué. Avec un graphisme doux et sensible, elle nous parle de guerre, de la condition des Juifs mais pas seulement... Elle aborde également la vie, l'amour, la mort, la peur sous un angle que l'on a rarement vu.

    Petit à petit, l'histoire se met en place, la France est envahie, la répression est plus grande, même en zone "libre"... Et que dire de cette fin ?? Cette fin est tout simplement à couper le souffle... Je l'ai déjà dit, mais j'aime les petites histoires dans la grande Histoire et celle-ci est vraiment bien réalisée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avoir 8 ans en 1937, c’est l’âge de l’insouciance pour Yaël.
    Elle ne comprend pas parfaitement ce que son papa fait derrière un rideau avec une jolie jeune femme.

    Avoir 10 ans en 1939 et perdre sa maman des suites d’une longue maladie, c’est pour Yaël une part de son insouciance qui...
    Voir plus

    Avoir 8 ans en 1937, c’est l’âge de l’insouciance pour Yaël.
    Elle ne comprend pas parfaitement ce que son papa fait derrière un rideau avec une jolie jeune femme.

    Avoir 10 ans en 1939 et perdre sa maman des suites d’une longue maladie, c’est pour Yaël une part de son insouciance qui disparaît à jamais.
    Dorénavant, elle et Émilie sa petite sœur font un pas hors de l’enfance joyeuse qui était la leur.
    Quant en plus, leurs grands-parents paternels refusent de les rencontrer parce que la religion de leur maman ne correspondait pas à leurs attentes, alors pour Yaël, le besoin d’en savoir plus devient pressant.

    Avoir 11 ans en 1940 et ressentir l’absence de son papa parce qu'il est parti au front, pour cette guerre qu’on qualifie de drôle, c’est définitivement basculer dans un univers où le gris va prendre la place des chaudes couleurs provençales chères à Van Gogh et Cézanne.

    Avoir 12 ans en 1941 et réaliser, avec la promulgation de lois sur le statut des Juifs, que dorénavant certains enfants n’existent plus en fonction de leur âge mais de leur appartenance religieuse.
    Comment à cet âge envisager son avenir ?

    Quelle judicieuse idée a eue l’autrice, Sara del Guidice, de faire passer cette part sombre de notre Histoire à travers un regard enfantin ! La perception de Yaël sur les événements politiques est source d’interrogations pour elle et permet d’envisager cette lecture, en accompagné, avec des enfants.

    L’antagonisme entre l’horreur des faits historiques et la beauté des dessins contribue aussi à mettre cet album à portée de tous, comme pour faciliter un devoir de mémoire collectif.
    Un autre élément marquant de cet album est le soin apporté par l’autrice aux détails, tels que les tissus, les tentures et les tapisseries. C’est criant de vérité.

    À la fin de ce magnifique album figure également un glossaire expliquant des fêtes juives, le rôle de personnages historiques important pendant la Seconde Guerre mondiale ou les lois raciales mises en place par le régime de Vichy.

    Un complément d’information vraiment très utile pour parler d’une période qui peut nous sembler, encore aujourd’hui, difficilement appréhendable.

    Un album à découvrir absolument !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous sommes dans la seconde moitié des années 1930, dans un village du sud-est de la France.
    Yaël et Émilie, deux jeunes sœurs nées d’un père français et d’une mère juive française, voient leur vie basculer lorsque leur maman décède d’une maladie. Leur papa se remarie quelques mois après avec...
    Voir plus

    Nous sommes dans la seconde moitié des années 1930, dans un village du sud-est de la France.
    Yaël et Émilie, deux jeunes sœurs nées d’un père français et d’une mère juive française, voient leur vie basculer lorsque leur maman décède d’une maladie. Leur papa se remarie quelques mois après avec une femme qui ne pourra jamais remplacer leur mère adorée.
    En parallèle, des dangers menacent : le nazisme et ses lois antisémites mises en place. Yaël grandit et mûrit. Cette guerre lui fait prendre conscience de sa religion et du même coup de son identité.

    Une bande dessinée remarquable qui nous trace la vie de 2 petites filles à qui tout devrait sourire mais qui doivent affronter des événements douloureux dès leur plus jeune âge.
    Cette histoire racontée à travers les yeux d’une enfant est magnifiquement bien écrite et illustrée. Les dessins sont sobres, tout à fait de circonstance avec l’ambiance voulue. Le texte est à la portée de tout public.
    La fin est marquante.
    Derrière le rideau est une bande dessinée touchante, à mettre entre toutes les mains.

    Merci aux éditions Dargaud et à #netgalleyfrance pour la découverte de cette lecture.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout commence et se fini derrière un rideau

    Yaël voit le monde changer autour d'elle, alors elle se questionne et pose des questions, elle écoute en cachette les adultes parler, elle est témoin de scènes qu'elle ne comprend pas vraiment.

    Si elle ne comprend pas tout ce qui se joue dans son...
    Voir plus

    Tout commence et se fini derrière un rideau

    Yaël voit le monde changer autour d'elle, alors elle se questionne et pose des questions, elle écoute en cachette les adultes parler, elle est témoin de scènes qu'elle ne comprend pas vraiment.

    Si elle ne comprend pas tout ce qui se joue dans son paysage elle saisit que c'est important: la maladie de maman, papa caché derrière un rideau, papa qui se remarie, et puis la guerre, les interdits découlant de loi antisémite, papa qui part à la guerre…
    Yaël grandit et prend petit à petit conscience de son identité sans vraiment comprendre le pourquoi de tout ce qui se joue.

    C'est un album jeunesse à la fois délicat et d'une grande force. L'autrice/illustratice a voulu un dessin aux traits délicats sans fioritures mais sans pour autant rien cacher de la situation de l'époque dans son propos.

    C'est un récit intimiste qui nous est raconté par Yaël et, même si elle porte, de part son jeune âge, un regard parfois candide sur la situation, celui-ci apporte une réelle intensité au récit à mesure que l'on tourne les pages.

    Le choix d'un enfant pour narrateur est très judicieux et pertinent, cet album s'adressant à un jeune public afin de leur faire connaître, et de les sensibiliser.

    Cette lecture est une très agréable surprise.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Août 1942, Yaël est cachée derrière le rideau avec sa sœur Emilie. C’est ici que tout commence et tout se termine. Yaël va tout nous raconter.

    Depuis 1937, elle voit le monde changer autour d’elle. Son monde d’abord… la mort de sa maman va bouleverser son quotidien, puis le monde des adultes...
    Voir plus

    Août 1942, Yaël est cachée derrière le rideau avec sa sœur Emilie. C’est ici que tout commence et tout se termine. Yaël va tout nous raconter.

    Depuis 1937, elle voit le monde changer autour d’elle. Son monde d’abord… la mort de sa maman va bouleverser son quotidien, puis le monde des adultes aussi, la guerre approche, la chasse aux juifs aussi. Juif ? Yaël est-elle juive ? Elle prend conscience de ce qu’elle est, du regard des autres, à l’école, dans la rue… Le danger approche, son père doit partir à la guerre.

    Quelle surprise que ce premier album de Sara Del Giudice ! Un récit bouleversant tout en subtilité et délicatesse, un travail graphique magnifique, très « jeunesse », qui permet d’aborder ce récit poignant avec distance et finesse.

    Un album brillant qui s’accompagne de pages éclairantes sur les personnages politiques et sur les évènements croisés dans les pages, une idée intelligente qui apporte pédagogie à cette histoire qui prend aux tripes.

    Au final, je déclenche l’alerte pépite avec ce « Derrière le rideau » qui m’a emballé, retourné, impressionné…. Tu as compris qu’il te le fallait absolument ?!

    Après ma lecture, je n’ai eu qu’une envie, découvrir son autrice, elle a accepté de répondre à mes questions : interview à suivre sur ma page instagram !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.