Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Chambre douze

Couverture du livre « Chambre douze » de Pascal Garnier aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782080679512
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Charles est veilleur de nuit dans un modeste hôtel du treizième arrondissement. Une vie minuscule, que rythment les «bonjour-bonsoir» - ceux des clients, représentants ou étudiants fauchés, ceux de Malika la caissière, ceux de ses copains du Balto. Une vie entre parenthèses, une vie à l'abri de... Voir plus

Charles est veilleur de nuit dans un modeste hôtel du treizième arrondissement. Une vie minuscule, que rythment les «bonjour-bonsoir» - ceux des clients, représentants ou étudiants fauchés, ceux de Malika la caissière, ceux de ses copains du Balto. Une vie entre parenthèses, une vie à l'abri de la vie.
Puis un soir «elle» arrive, improbable dans son grand manteau blanc, anonyme derrière les verres fumés de ses lunettes, protégée par le casque de ses cheveux métal, la locataire de la chambre 12. Sans savoir qui elle est, chacun croit la connaître, car elle est celle que nous attendons tous...
Charles va lui prendre la main pour ne plus la lâcher.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Charles se réveille au son de son radioréveil et commence alors une journée morne qu’il continuera comme veilleur de nuit dans un hôtel du 13ème arrondissement parisien. Rien de fringant chez cet homme fatigué, qui vivote plus qu’il ne vit. Sa seule passion : la lecture. Passion qu’il a...
    Voir plus

    Charles se réveille au son de son radioréveil et commence alors une journée morne qu’il continuera comme veilleur de nuit dans un hôtel du 13ème arrondissement parisien. Rien de fringant chez cet homme fatigué, qui vivote plus qu’il ne vit. Sa seule passion : la lecture. Passion qu’il a contractée en prison. Oui, c’est un ancien taulard qui se méfie de la vie. « Toutes les vies, même la plus nulle, lui paraissaient cent fois supérieures à la sienne. D’ailleurs, il l’avait oubliée. »
    Charles vit entourés de paumés comme lui, sans passé, ou un passé à oublier, au présent terne rien à quoi se raccrocher. Quant à l’avenir, n’en parlons même pas, rien à dire, rien à signaler, ou si peu. Pourtant, ils auront leur petite étincelle de joie, leurs petits bonheurs. C’est peut-être ça qui leur permet de supporter leurs mornes existences… ou pas.
    Rien de bien passionnant et pourtant, Pascal Garnier réussit à m’intéresser à Charles qui est l’archétype du raté. Ce que j’ai aimé dans ce livre ? C’est sa façon d’écrire, de décrire des riens, les gens, de son écriture imagée, sans jamais que ce soit vulgaire. Ainsi la description d’Arlette page 47 « Arlette portait une robe vert pistache auréolée de sueur sous les aisselles, une paire de lunettes noires à monture dorée et un sourire qui la faisaient ressembler à une grenouille épanouie accoudée au guéridon comme à une feuille de nénuphar. Ses chaussures, déformées par tant d'allées et venues, s'étalaient sous la table telle une paire de palme. C’est la description d’un monstre de vulgarité, mais à lire ces lignes, J’ai aimé Arlette. A l’opposé d’Uta, celle que nous attendons tous (4ème de couverture) « Elle était très grande, portait des cheveux blonds cendrés, presque argent, coupé au carré comme un casque, et des lunettes noires. Sa voix teintée d’un léger accent germanique, semblait venir de très loin, grave, plus grave que celle de beaucoup d’hommes. »

    Un très bon livre dans la lignée de « La théorie du panda ».

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.