Yannick Grannec

Yannick Grannec
Yannick Grannec vit à Saint-Paul-de-Vence. "Le Bal mécanique" est son deuxième roman. Son précédent roman "La déesse des petites victoires" a reçu le Prix des Libraires 2013 et le Prix Fondation Prince Pierre de Monaco 2013.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (33)

  • Couverture du livre « Le bal mécanique » de Yannick Grannec aux éditions Anne Carriere

    Emma C sur Le bal mécanique de Yannick Grannec

    La quatrième de couverture dit tout sans rien dévoiler de l’intrigue car c’est un vrai roman à suspens construit en deux parties :
    La première suit Josh Shors et sa femme Vikkie, enceinte, producteurs et réalisateurs d’émissions de téléréalité à Chicago ayant pour objectif de reconstruire des...
    Voir plus

    La quatrième de couverture dit tout sans rien dévoiler de l’intrigue car c’est un vrai roman à suspens construit en deux parties :
    La première suit Josh Shors et sa femme Vikkie, enceinte, producteurs et réalisateurs d’émissions de téléréalité à Chicago ayant pour objectif de reconstruire des familles en difficulté.
    Josh a des relations tendues avec son père Carl, peintre misanthrope qui vit isolé à Saint Paul de Vence.
    Au décès soudain de ce dernier, Josh découvre que son père avait commencé des recherches en vue d’obtenir la restitution d’un tableau de Otto Dix représentant le grand père de Josh, Theo Grenzberg, spolié pendant la guerre. Il décide de poursuivre les recherches et va découvrir l’histoire de sa famille et les secrets qu’elle recèle.

    La seconde partie se focalise sur la vie de Theodor Grenzberg, son activité de marchand d’art pendant l’entre deux guerres à Berlin et ses rencontres avec des artistes précurseurs, tel Paul Klee, qui formeront l’école du Bauhaus et devront s’exiler d’Allemagne lorsque le régime nazi décrètera leur art « dégénéré ».
    Théodor a une fille Magda, artiste elle aussi et qui ne cessera de se battre pour faire reconnaître son droit à intégrer l’école du Bauhaus et à s’accomplir dans son art.
    Un très beau portrait de femme emportée par les évènements politiques de son pays et bientôt de l’Europe entière, et sa passion d’artiste.


    Le talent de Yannick Grannec est de nous faire découvrir tout un pan de l’histoire de l’art, mêlé à une enquête sur les origines et les secrets de la famille Grenzberg.
    Le récit est conduit comme une véritable enquête policière ce qui le rend extrêmement palpitant.

    Un autre aspect du livre m’a beaucoup touché, c’est la réflexion sur la filiation et la transmission d’une génération à une autre des valeurs bien sur, mais aussi de ce qui touche au plus profond des individus, des émotions ressenties devant un tableau ou à la lecture d’un livre ou d’un poème. Mère de deux enfants j’essaye de leur donner des clefs, de leur montrer le chemin, l’accès pour qu’ils puissent construire leur propre échelle du beau. C’est pour cela que la toute fin du livre m’a beaucoup touchée et particulièrement cet extrait où l’auteur s’exprime à la première personne :

    « Je me promets de trainer mes garçons ici. Même si l’idée de visiter-« encore ! »-un musée les fait râler. Même si la définition de la beauté est propre à chaque génération, à chaque individu, il est important de nourrir ses enfants avec celle qu’on croit reconnaître. Leur donner ce cadeau sans étiquette et sans marque est bien plus qu’une consolation, bien plus qu’un dérivatif, bien plus qu’une colère contre un avenir absurde et dangereux. C’est un lien à travers le temps. Regarde le monde, mon fils, et dis-moi comment tu le vois. Ne laisse personne te dire comment tu dois le voir. Pas même moi. Enfin, si. Parfois. Je suis ta mère. »

    Un magnifique voyage au cœur de la création artistique, rempli d’émotions et de découvertes.

  • Couverture du livre « Le bal mécanique » de Yannick Grannec aux éditions Pocket

    Nicole CESSELIN sur Le bal mécanique de Yannick Grannec

    Le Bal mécanique est construit en deux parties l'une se déroulant à notre époque à Chicago et Saint Paul de Vence et l'autre entre 1901 et 1937 en Allemagne et en Suisse. Caque chapitre est intitulé du nom d'un des personnages du roman et d’une date ce qui en facilite la lecture.

    La...
    Voir plus

    Le Bal mécanique est construit en deux parties l'une se déroulant à notre époque à Chicago et Saint Paul de Vence et l'autre entre 1901 et 1937 en Allemagne et en Suisse. Caque chapitre est intitulé du nom d'un des personnages du roman et d’une date ce qui en facilite la lecture.

    La première partie met en scène un couple moderne, Josh et sa femme Vickie, de nos jours à Chicago. Josh est producteur d'une émission de téléréalité à gros succès dont l'objectif est d'accompagner et de réconcilier des familles en crise . Les thérapies familiales appliquées dans le cadre de l'émission passent obligatoirement par un ré agencement complet de leur habitation. Josh entretient par ailleurs des rapports difficiles avec son père, Carl, vieil artiste peintre installé à Saint-Paul de Vence, alcoolique, marqué par la guerre de Corée . Carl a connaissance par un article de presse, de l'existence d' un portrait de Théo Grentzberg réalisé par Otto Dix , retrouvé parmi des centaines d'œuvres d'art cachées par un certain Cornelius Gullit ; Or Theo est le père de Carl . La succession de Carl , après qu'il se soit suicidé va donner à Josh l'opportunité de se pencher sur ses racines. En effet, dans les années 30, Théo Grentzberg avait confié son fils Carl à un couple d'amis américains lorsqu''Hitler est arrivé au pouvoir puis a disparu. L'enquête en vue de la restitution du tableau à ses héritiers met à jour des zones d'ombre dans la généalogie de Carl... et donc de Josh. Magda Grentzberg, présentée comme la sœur de Carl serait en réalité sa mère. Josh aidé de Vickie, se lance donc à la découverte de ses origines.
    La deuxième partie nous plonge au cœur de l’histoire allemande du début du XXe siècle : l’armistice de novembre 1918, la grande inflation de 1923 , la République de Weimar, époque faste pour la vie culturelle et mondaine. Nous suivons Théo, en compagnie de sa femme Luise et de leur fille Magda. Théo est un avant-gardiste, amoureux des arts, découvreur de talents. Son activité de marchand d'art se développe dans les années 20 et il a pour compagnons Paul Klee, Kandinsky ou Otto Dix. C'est la grande époque de l'école du Bauhaus, véritable moteur de l'innovation. Magda qui grandit dans cet environnement, et dont le parrain est Paul Klee, souhaite à son tour intégrer le Bauhaus. Nous vivons l'histoire de cette institution jusqu'à l'arrivée d'Hitler et la mise au ban des artistes dits "dégénérés" et la confiscation de leurs œuvres . Beaucoup de ces artistes auront une fin tragique ou seront contraints à l'exil.

    L'auteur qui tisse une intrigue mêlant réalité et fiction nous fait pénétrer dans les coulisses de l’histoire de l’art, nous met sur les traces de précurseurs passionnément tournés vers l'avenir. Elle nous fait vivre la création du Bauhaus de Nessau , nous fait découvrir son architecture, ses professeurs, ses élèves . On vit avec Paul Klee (le parrain de Magdalena ), Kandinsky, Otto Dix, Gropius, Hannes Meyer. Ce roman très documenté mêle intelligemment les thèmes de l'Histoire, de la politique et de l'Art.

    Un petit plus : en exergue de chaque chapitre est mentionné le nom d'une œuvre: tableau, photographie, en relation avec le thème du chapitre. Autant de tentations pour s'instruire et rechercher l'œuvre en question !!

  • Couverture du livre « Le bal mécanique » de Yannick Grannec aux éditions Pocket

    Sophie Gauthier sur Le bal mécanique de Yannick Grannec

    Un roman que j'ai pu lire grâce à Lecteurs.com. Un grand merci !

    Le roman de Yannick Grannec réussit le défi de nous faire parcourir plus d'un siècle à travers l'Art. Ni promenade muséale, ni histoire des écoles artistiques, ni réflexion esthétique, "Le bal mécanique" parvient à être tout...
    Voir plus

    Un roman que j'ai pu lire grâce à Lecteurs.com. Un grand merci !

    Le roman de Yannick Grannec réussit le défi de nous faire parcourir plus d'un siècle à travers l'Art. Ni promenade muséale, ni histoire des écoles artistiques, ni réflexion esthétique, "Le bal mécanique" parvient à être tout cela à la fois et bien plus encore grâce à sa construction en diptyque et aux larges perspectives qu'il ouvre à notre perception. Deux parties, donc, comme deux romans qui se répondent, se prolongent et s'éclairent mutuellement.

    La première est centrée sur Josh et Vickie, un couple qui a inventé et réalise des émissions de téléréalité, sortes de thérapies familiales fondées sur les théories de l'attachement et de la résilience. Architecte de formation, Josh trouve dans son travail la possibilité non seulement de recréer matériellement l'environnement des familles participantes mais aussi de les aider à reconstruire leur existence. Il a choisi un chemin qui semble à l'extrême opposé de celui qu'a suivi Carl, son père, peintre de renom, pour qui la télévision ne peut être un moyen artistique honorable d'appréhender et de rendre compte du réel. Ce réel qui justement semble lui échapper lorsqu'il découvre le secret de sa naissance.

    Un bond en arrière du temps et la seconde partie du roman nous emmène au début du 20ème siècle à la suite de Théo, le père de Carl. Marchand d'art, ami de Paul Klee, Théo a épousé Luise, riche héritière suisse. Leur indomptable fille, Magda, décide de suivre une formation d'architecte au Bauhaus avant de partir pour l'URSS. En Allemagne, Théo lutte désespérément contre la confiscation de ses biens par les nazis. Pour le protéger, il confie Carl à ses amis qui partent pour l'Amérique. Dans le chaos engendré par la guerre, l'écheveau des existences s'emmêle, se coupe, se noue, aussi mouvant que les créations des artistes.

    Chaque chapitre est irrigué par une oeuvre d'art dont les références nous sont données en exergue. Ce lien indissociable entre les images que font naître les mots et celles que les artistes ont créées est une inépuisable source de réflexion, d'interprétation et d'analyse. Romanesque et érudition sont intimement mêlés dans cette danse éblouissante d'intelligence et de sensibilité.

    Mon seul regret à la lecture de ce roman foisonnant ? Ne pas en posséder toutes les clés culturelles. Si bien qu'il me semble ne pouvoir en explorer véritablement toutes les richesses.

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • A la rencontre des auteurs de la rentrée littéraire : Yannick Grannec se dévoile

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com