Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Svetlana Alexievitch

Svetlana Alexievitch

Née en Ukraine, en 1948, Svetlana Alexievitch a passé son enfance et sa jeunesse en Biélorussie. Journaliste de formation, elle débute dans la littérature à la faveur de la perestroïka gorbatchévienne, en 1985. Son précédent ouvrage paru en français, La guerre n'a pas un visage de femme, a été sa...

Voir plus

Née en Ukraine, en 1948, Svetlana Alexievitch a passé son enfance et sa jeunesse en Biélorussie. Journaliste de formation, elle débute dans la littérature à la faveur de la perestroïka gorbatchévienne, en 1985. Son précédent ouvrage paru en français, La guerre n'a pas un visage de femme, a été salué par l'ensemble des médias et édité dans une vingtaine de pays. Lauréate du prestigieux Prix Remarque, en Allemagne et du Prix Témoin du Monde de Radio France Internationale, elle reçoit le 8 octobre 2015 le Prix Nobel de littérature.

Articles en lien avec Svetlana Alexievitch (1)

Avis sur cet auteur (25)

  • add_box
    Couverture du livre « La supplication ; Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse » de Svetlana Alexievitch aux éditions J'ai Lu
  • add_box
    Couverture du livre « La supplication ; Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse » de Svetlana Alexievitch aux éditions J'ai Lu

    Christlbouquine sur La supplication ; Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse de Svetlana Alexievitch

    Le 26 avril 1986 a eu lieu une catastrophe nucléaire sans précédent. La centrale de Tchernobyl se trouvait dans ce qui était à l’époque la république socialiste soviétique d’Ukraine, en URSS. Elle est devenue l’emblème d’une tragédie humaine, écologique, sanitaire, économique et politique et...
    Voir plus

    Le 26 avril 1986 a eu lieu une catastrophe nucléaire sans précédent. La centrale de Tchernobyl se trouvait dans ce qui était à l’époque la république socialiste soviétique d’Ukraine, en URSS. Elle est devenue l’emblème d’une tragédie humaine, écologique, sanitaire, économique et politique et aura eu des répercussions peut-être pas encore toutes établies.

    Si nous savons à peu près tout sur ce qui est survenu à la centrale, et cela malgré les mensonges et les secrets dont l’événement est entouré, les conséquences sur ceux qui ont vécu ces instants, en ont été les témoins, les acteurs et les victimes sont restées assez longtemps inconnues.

    Dans ce livre magistral, paru dix ans après la catastrophe, Svetlana Alexievitch donne la parole à ces hommes et femmes qui étaient au cœur du drame. Elle a recueilli les témoignages précieux de ceux qui ont vécu ce moment. Peur, inconscience, incrédulité, courage, rejet, culpabilité, incompréhension, colère, résignation... chacun a vécu différemment ces instants. Mais chaque témoignage est bouleversant, dressant le portrait d’un peuple sacrifié au secret et à la raison d’état.
    Le drame de Tchernobyl et les voix que Svetlana Alexievitch nous donne à entendre décrivent avant tout un pays et une époque encore largement soumis à la guerre froide (le mur de Berlin tombera trois ans après Tchernobyl). Avec toutes les conséquences que cela engendre de désinformation et de mensonges.

    Svetlana Alexievitch a mené un véritable travail journalistique, allant chercher des scientifiques, des habitants évacués, des liquidateurs (en charge de « nettoyer » les abords de la centrale et les villes et villages autour), des parents d’enfants malades, des chercheurs, des médecins, des familles de pompiers... Toute une population victime d’une mauvaise foi et d’un aveuglement forcenés.

    Comment ne pas être révolté quand on apprend que les populations ont continué à se nourrir de ce qui sortait de cette terre contaminée ? Que des hommes ont été envoyés sans protection dans des zones dont l’irradiation était telle que les dosimètres ne pouvaient même pas la mesurer ?

    Même si depuis plus de trente ans que cette catastrophe a eu lieu, des paroles se sont libérées, le livre de Svetlana Alexievitch lu aujourd’hui donne une intensité incroyable à toutes ces voix qui ont été étouffées. On sent à travers ces pages et la qualité de l’écriture de l’auteure toute l’attention et la proximité qu’elle a pu entretenir avec ses interlocuteurs.

    Ce livre donne une dimension humaine à un drame contemporain dont on a l’impression que tout a été fait pour justement le déshumaniser et le réduire à des proportions uniquement techniques et technologiques. Il redonne sa vraie densité à une tragédie qui n’a probablement pas fini d’avoir des retombées, d’autant que le site de Tchernobyl est loin d’être assaini et que d’autres catastrophes ne sont peut-être pas inévitables.

  • add_box
    Couverture du livre « La supplication » de Svetlana Alexievitch aux éditions J'ai Lu

    Jean-Paul Degache sur La supplication de Svetlana Alexievitch

    Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature en 2015, a donné la parole à une quantité de personnes de tous bords pour cette supplication, La supplication, Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse.
    Elle aurait pu écrire une fiction, romancer ce drame survenu le 26 avril 1986, en...
    Voir plus

    Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature en 2015, a donné la parole à une quantité de personnes de tous bords pour cette supplication, La supplication, Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse.
    Elle aurait pu écrire une fiction, romancer ce drame survenu le 26 avril 1986, en Ukraine, tout près de la Biélorussie, au temps ancien de l'Union Soviétique, l'Urss. Elle qui est originaire de cette région, aurait pu aussi effectuer un reportage sur les lieux mais elle a choisi de laisser parler les gens, de recueillir une quantité impressionnante de témoignages dont se dégage une immense douleur, une formidable incompréhension devant cette catastrophe nucléaire mettant à bas la foi de l'homme dans sa maîtrise de la technique, de la physique, de cette énergie que beaucoup ont considéré, considèrent encore comme miraculeuse, produisant tant d'énergie pour si peu de combustible.
    Toutes les précautions étaient prises, les sécurités assurées, les ingénieurs préparés et tout a foiré en quelques minutes causant une catastrophe d'autant plus incompréhensible et dangereuse que ses conséquences sont invisibles et pourtant bien réelles, loin du réacteur en fusion, arrivant même jusqu'en France.
    En lisant ce livre si poignant, si bouleversant, j'ai retrouvé beaucoup d'éléments mis en scène dans la série Chernobyl. Craig Manzin, le réalisateur, s'en est inspiré pour le personnage de Lyudmilla Ignatenko, l'épouse du pompier Vasily Ignatenko parti combattre l'incendie alors qu'il était de repos et qui périt, comme beaucoup d'autres, dans d'atroces souffrances, jamais abandonné par son épouse.
    Beaucoup de livres ont été écrits à ce sujet, d'autres le seront et il le faut. Des films ont été consacrés à cela, une série évoquée déjà mais il fallait donner la parole à celles et à ceux qui ont subi, subissent encore des dégâts matériels et surtout physiques et psychologiques irréparables.
    Le mot qui ressort de tous ces témoignages, c'est souffrance. Qu'ils soient travailleurs de la centrale, enfants, anciens fonctionnaires du parti, médecins, soldats, émigrants, croyants, athées, paysans ou intellectuels, la catastrophe nucléaire a détruit des vies, brisés de simples bonheurs familiaux, pollué une terre immense, réduit la ville de Pripiat, construite pour abriter les employés de la centrale, à une ville fantôme, pour une éternité.
    Il fallait faire ce travail et Svetlana Alexievitch l'a accompli remarquablement pendant trois années entières. Cela donne une suite de monologues et un choeur d'enfants, chacun avec un titre et une signature précise. Si elle laisse la conclusion à Valentina Timofeïevna Panassevitch, épouse d'un liquidateur, c'est pour mieux montrer la douleur, la souffrance intolérable d'une femme qui a accompagné son mari jusqu'au bout alors que tout le monde la suppliait de l'abandonner puisqu'il n'y avait plus rien à faire. Quel amour, profond, sincère, admirable !
    Alors, un court épilogue, une annonce d'agence de voyages de Kiev promet : « … pour de l'argent. Visitez La Mecque du nucléaire. » Ces visites ont été montrées à l'écran. Alexandra Koszelik a très bien raconté cela dans À crier dans les ruines mais rien ne remplacera jamais tous ces témoignages recueillis par Svetlana Alexievitch, témoignages débordant d'une douleur incroyable dans un pays immense où la centralisation bureaucratique permettait tant d'erreurs et de mauvaises décisions.
    En terminant ces lignes, l'émotion me brise en pensant à toutes ces vies sacrifiées ou saccagées et à tous ces gens qui souffrent encore…
    Merci à Élodie de m'avoir permis de lire ce livre.

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « La supplication » de Svetlana Alexievitch aux éditions J'ai Lu

    Djelae sur La supplication de Svetlana Alexievitch

    Un recueil de témoignages des oubliés de Tchernobyl nécessaire et intense. Le lecteur se retrouve au plus près de ces hommes, femmes et enfants qui ont vécu la catastrophe et ses suites.

    Un recueil de témoignages des oubliés de Tchernobyl nécessaire et intense. Le lecteur se retrouve au plus près de ces hommes, femmes et enfants qui ont vécu la catastrophe et ses suites.