Olivier Guez

Olivier Guez

Olivier Guez est journaliste (Frankfurter Allgemeine Zeitung, Le Monde, New York Times...).Il est l’auteur de L’Impossible retour, une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945 (Flammarion), Éloge de l’esquive (Grasset) et Les Révolutions de Jacques Koskas (Belfond).
Il a reçu en 2016 le prix allemand du meilleur scénario pour le film Fritz Bauer, un héros allemand.
 

Olivier Guez est journaliste (Frankfurter Allgemeine Zeitung, Le Monde, New York Times...).Il est l’auteur de L’Impossible retour, une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945 (Flammarion), Éloge de l’esquive (Grasset) et Les Révolutions de Jacques Koskas (Belfond).
Il a reçu en 2016 le prix allemand du meilleur scénario pour le film Fritz Bauer, un héros allemand.
 

Articles (6)

Voir tous les articles

Avis (28)

  • Couverture du livre « La disparition de Josef Mengele » de Olivier Guez aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.25

    Olivia Cheucle sur La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez

    Josef Menegele, l'ange de la mort d'Auschwitz, n'a jamais été traduit devant un tribunal pour ses crimes contre l'humanité. Au camp, il condamnait des trains entiers de déportés en les envoyant directement à la chambre à gaz. En tant que médecin spécialisé dans la pureté de la race, il menait...
    Voir plus

    Josef Menegele, l'ange de la mort d'Auschwitz, n'a jamais été traduit devant un tribunal pour ses crimes contre l'humanité. Au camp, il condamnait des trains entiers de déportés en les envoyant directement à la chambre à gaz. En tant que médecin spécialisé dans la pureté de la race, il menait des expérimentations terribles (fécondation forcée de jumeaux, sevrage total d'un nourrisson pour voir combien de temps il survivrait, etc.). La guerre finie, Mengele part en cavale, il se cache, d'abord dans une ferme en Allemagne avant de gagner l'Argentine. Là-bas, il se tisse un réseau d'anciens nazis et autres fascistes rassurés par les grandes idées de Peron. Ses amis sont avant définis par le nombre d'innocents qu'ils ont envoyé à la mort, le plus assidu est considéré comme le meilleur soldat, le plus fidèle à leurs idées. Mengele s'installe, divorce, se remarie avec sa belle-soeur, profite des moyens financiers pharamineux de sa famille pour s'acheter une grande maison. Jusqu'à ce que sa tête soit mise à prix pour de bon. Il se réfugie au Paraguay, puis au Brésil, terrifié à l'idée d'être enlevé par le Mossad, comme Eichmann. Jusqu'à sa mort, Mengele refuse de faire face à la justice. Seul, abandonné de tous et malade, il continue de justifier ses crimes comme un devoir à sa patrie. Jusqu'au bout, il aura refusé d'admettre qu'il était un bourreau.
    Cette vie de fugitif traqué et apeuré valait-elle mieux que la mort? Valait-elle mieux qu'une reconnaissance de ses crimes? La fuite n'aura apporté à Mengele que la peur et l'angoisse, elle l'empêché de vivre, elle l'a détourné des siens, elle lui a détruit la santé. Tellement certain de son bon droit, il n'a jamais cessé d'affirmer qu'il était une victime, il n'a jamais remis en question son comportement présent ou ses crimes passés. Mengele avait l'impunité de ceux qui se sont sentis supérieurs toute leur vie.
    Mengele est un personnage tellement détestable, un archétype de psychologie de boulevard : imbu de lui-même jusqu'à l'extrême, il a trouvé dans l'idéologie nazie le tremplin parfait pour servir ses ambitions. Olivier Guez joue ici sur notre envie de haïr ce criminel de guerre, en le présentant souvent comme un homme perdu, victime de sa situation, et en nous rappelant l'instant suivant sa nature profondément pernicieuse qui l'amène à se mêler de tout, à faire la leçon à tout le monde en permanence.
    On retrouve ici encore la notion de « banalité du mal« : Mengele est persuadé de n'avoir fait que « son devoir« , comme il l'indique à son fils quand celui-ci vient chercher des réponses. Il se présente lui-même comme un exécutant, là où il a souvent été l'instigateur – notamment pour toutes les expériences inhumaine infligées aux prisonniers des camps. Il parvient magnifiquement à justifier ses crimes, dans leur contexte, dans leur nécessité et leur cohérence, et nous ne pouvons nous empêcher d'admirer sa logique, toute cruelle et aberrante qu'elle soit.
    Olivier Guez a réussi à donner vie ici à Josef Mengele, dans toute la complexité de ce personnage simplement honni, et pourtant terriblement complexe. C'est un roman qui sent l'exactitude historique à plein nez, avec des citations réelles, des anecdotes contextuelles à propos, mais c'est heureusement un roman, sans les travers que je reproche souvent aux reconstitutions historiques : nous, lecteurs, n'avons pas l'impression de lire un documentaire. Il distille habilement les informations sur les exactions commises par Mengele, pour qu'on ne le haïsse pas tout de suite, pour qu'on ait pitié, puis il assène comme un coup de grâce le détail de ses expérimentations au camp. A la fin, aucun doute, on regrette que Mengele n'ait jamais eu à répondre de ses crimes. Surtout lorsque quelques dates présentées dans l'épilogue nous rappellent que tout cela n'a eu lieu que qu'une ou deux dizaines d'années avant notre naissance, que le fils de Mengele est toujours vivant, ainsi que d'autres personnages de ce récit.
    Comme le souligne parfaitement Olivier Guez dans sa conclusion, les hommes ont l'oubli facile : même les pires atrocités sont finalement laissées de côté, oubliées. Qui, dans ma génération, celle des enfants du XXIème siècle, connait Josef Mengele? Je vous l'avoue, ce n'était pas un nom qui m'était familier avant de lire ce récit. Désormais, c'est un nom que je n'oublierai pas.

  • Couverture du livre « La disparition de Josef Mengele » de Olivier Guez aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.15

    Lindsay Hardy sur La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez

    Ne rêve-t-on pas tous un jour de se venger de nos ennemis ? Ou du moins que justice soit faite ? Olivier Guez s'occupe de venger toutes celles et ceux, vivants ou morts, qui ont été victimes du médecin bourreau d'Auschwitz, j'ai nommé l'affreux, le vilain Josef Mengele. En choisissant d'écrire...
    Voir plus

    Ne rêve-t-on pas tous un jour de se venger de nos ennemis ? Ou du moins que justice soit faite ? Olivier Guez s'occupe de venger toutes celles et ceux, vivants ou morts, qui ont été victimes du médecin bourreau d'Auschwitz, j'ai nommé l'affreux, le vilain Josef Mengele. En choisissant d'écrire le récit d'une des traques les plus célèbre de l'histoire moderne, l'auteur choisi de se ranger du côté de l'horreur et de l'indicible en une plongée spectaculaire dans un esprit nébuleux. Précision et rigueur rythment le roman d'Olivier Guez qui pratique le détachement et la froideur d'une personnalité ombrageuse autant que lâche. Rencontre avec un personnage qui ne fut, malheureusement pas, que fiction. 

    La Seconde Guerre Mondiale terminée, l'heure des comptes a sonné. Josef Mengele, médecin tortionnaire d'Auschwitz n'est qu'aux prémices de sa longue traversée du désert. Après s'être caché au nord de l'Allemagne puis obtenu un passeport italien, il opte pour le nouveau monde : l'Argentine. Fraîchement débarqué en 1949, il rêve d'une nouvelle vie à Buenos Aires auprès d'anciens camarades de guerre. Tout avait pourtant bien commencé : un pays avec à sa tête un couple sympathisant et admirateur d'Hitler et Mussolini, les Perón, des amis qui vous veulent du bien, un avenir professionnel... c'était sans compter sur la traque du Mossad comme de la justice allemande et internationale. Durant trente ans, de planque en planque, d'un pays à l'autre, le médecin vacille entre inquiétude et paranoïa. Du port de la moustache à celui des chapeaux, l'homme dont tout le monde veut la tête passera entre les mailles du filet, et ce, jusqu'au dénouement final.

    Récit très documenté ou biographie romancée, on peut affirmer la volonté de l'auteur de décrire un homme convainquant et convaincu d'une idéologie néfaste et mensongère en mettant sur pied les pires expérimentations connues. En se penchant sur sa propre perception de l'homme qu'il fut, le romancier interroge non seulement l'homme, mais aussi les actes. 

    Dans un premier temps, on découvre un homme craintif de voir sa véritable identité dévoilée mais néanmoins heureux d'une liberté retrouvée, d'un métier a nouveau pratiqué et une vie sociale et confortable assouvie. Toutefois, une pointe de nostalgie, qui le poursuivra toute sa vie, l'empêche de jouir pleinement de sa nouvelle autorité. 

    En le présentant comme un homme en proie aux doutes, l'image de Mengele s'étiole. De plus en plus acculé, le criminel de guerre cède à la panique puis la paranoïa. Entouré de sa seconde femme, qui n'est autre que la veuve de son frère, d'amis fidèles et d'une famille protectrice, l'homme commence à sombrer. Colérique, froid et lâche, son entourage supporte de moins en moins cet homme fourbe et manipulateur. 

    A l'aube de la fin, l'homme fort et autoritaire n'est plus que l'ombre de lui même. Bercé par ses gloires d'antan, il n'est plus qu'un homme dépassé par son temps et par une vie de fuite. La fuite rattrape l'homme et l'homme essaie tant bien que mal de rattraper le passé. Pitoyable, il regarde un monde qu'il ne comprend plus.

    Des chapitres courts, parfois ardus, cadence le roman et mettent en lumière la rapidité des mouvements du personnage sur sa traque. A chaque nouvelle identité, chaque déménagement, j'ai cru en son arrestation imminente comme on croit au Père Noel. J'ai maudit ces réseaux tentaculaires, des administrations à l'Eglise, qui ont joué un rôle décisif à sa liberté. J'ai maudit ces hommes et ces femmes libres, jouissant d'une vie de pacha où l'argent coule à flots. Oui, c'est peut-être ça le plus pénible : l'insouciance, même le plus petit répit, de tous ces êtres dénués de cœur et de raison.

    Olivier Guez a su confondre à ce personnage toute la bestialité et la froideur des sentiments qui le caractérise. A l'image du monstre se découpe l'image d'une nouvelle génération qui, elle, refuse toutes ambiguïtés et assimilations aux actes de leurs pères. 

    Afin de palier à l'antipathie de cet affreux personnage, je vous conseille du sucre, du sucre et encore du sucre ! Une challah aux fruits secs (gâteaux polonais, et toc Mengele !) ainsi qu'un thé Honeybush d'English Tea Shop compléteront une rugueuse lecture.
    http://bookncook.over-blog.com/

  • Couverture du livre « La disparition de Josef Mengele » de Olivier Guez aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.2

    Pascale Pay sur La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez

    La disparition de Josef Mengele est l'un de ces livres dont on connaît la fin, et pourtant, tout au long de sa lecture, on n'a de cesse d'espérer qu'il se fera coincer par le Mossad, ou n'importe qui d'ailleurs, pour (enfin) payer ses crimes.
    Les souffrances physiques et psychologiques...
    Voir plus

    La disparition de Josef Mengele est l'un de ces livres dont on connaît la fin, et pourtant, tout au long de sa lecture, on n'a de cesse d'espérer qu'il se fera coincer par le Mossad, ou n'importe qui d'ailleurs, pour (enfin) payer ses crimes.
    Les souffrances physiques et psychologiques générées par son exil forcé et sa décadence semblent une bien faible peine au regard de ses crimes et ne suscitent aucune pitié. Au contraire, elles sont presque jouissives.

    La part de romanesque ne nous permet pas de savoir s'il n'avait réellement aucun remords et justifiait sans cesse ses actes par l'obéissance au Reich, mais quand bien même il aurait éprouvé de profonds regrets, aucune absolution n'était envisageable.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com