Mathias Malzieu

Mathias Malzieu
Mathias Malzieu entame sa carrière d'homme poétique en 1993 en fondant le groupe Dionysos. Depuis, il développe son univers sous forme de livres, de disques, de films : Jedi perdu dans un western sous la neige, monstres amoureux, femme-chocolat ou homme-horloge.
Sa Mécanique du cœur compte plus d... Voir plus
Mathias Malzieu entame sa carrière d'homme poétique en 1993 en fondant le groupe Dionysos. Depuis, il développe son univers sous forme de livres, de disques, de films : Jedi perdu dans un western sous la neige, monstres amoureux, femme-chocolat ou homme-horloge.
Sa Mécanique du cœur compte plus d'un million de lecteurs dans le monde. Publié en même temps que le nouvel album éponyme de Dionysos, Journal d'un vampire en pyjama est son sixième livre.

Vidéos (2)

Articles (3)

Avis (133)

  • add_box
    Couverture du livre « Une sirène à Paris » de Mathias Malzieu aux éditions Albin Michel

    Un brin de Syboulette sur Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

    C’est la première fois que je rentre dans l’univers de Mathias Malzieu auteur et quel univers!! Poétique, amoureux, fantastique, sincère, un univers de conte pas si imaginaire que cela! Mathias sait enchanter son lecteur, sait le transporter dans un autre lieu où le monde a changé de couleur, où...
    Voir plus

    C’est la première fois que je rentre dans l’univers de Mathias Malzieu auteur et quel univers!! Poétique, amoureux, fantastique, sincère, un univers de conte pas si imaginaire que cela! Mathias sait enchanter son lecteur, sait le transporter dans un autre lieu où le monde a changé de couleur, où le possible est réel, où la fantaisie est le maître mot, où la sincérité est la clé! Dans ce roman, l’auteur a su donner tous les sentiments: l’amour, la peur, la tristesse, la détermination, la colère, la vengeance, la bienveillance, la passion. C’est un roman court mais un roman passionné, hors du temps, suspendu au dessus de la Seine. Avec Mathias, nous ne pouvons que croire aux sirènes, que croire à leur chant diabolique car tellement envoutant qu’il entraîne la mort, que croire que l’imaginaire est plus important!

    « Une sirène à Paris » ne se raconte pas. « Une sirène à Paris » se lit. « Une sirène à Paris » se vit. « Une sirène à Paris » se conte. Lire « Une sirène à Paris », c’est découvrir Paris dans une boule magique. Lire « Une sirène à Paris », c’est croire que tout est possible. Lire « Une sirène à Paris », c’est écouter de la musique, c’est lire une fable, c’est passer un moment empli de couleurs! Ce roman est plein d’amour, d’attention, de sensibilité et c’est ce que nous avons tous besoin!! Mathias Malzieu a sa place dans le milieu des surprisiers, c’est-à-dire « ceux dont l’imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde – du moins le leur, ce qui constitue un excellent début »!

  • add_box
    Couverture du livre « Une sirène à Paris » de Mathias Malzieu aux éditions Albin Michel

    Jean-Paul Degache sur Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

    Depuis déjà quelques années, Mathias Malzieu s’inscrit dans le paysage littéraire. Non seulement il est fantastique sur scène avec Dionysos ou en solo mais, en plus, il sait étonner et passionner son lecteur comme je l’ai été par Une sirène à Paris.
    Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance car...
    Voir plus

    Depuis déjà quelques années, Mathias Malzieu s’inscrit dans le paysage littéraire. Non seulement il est fantastique sur scène avec Dionysos ou en solo mais, en plus, il sait étonner et passionner son lecteur comme je l’ai été par Une sirène à Paris.
    Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance car j’ai eu du mal à entrer dans cette histoire passablement déjantée avec un héros, Gaspard, qui se débat pour respecter la mémoire de Sylvia, sa grand-mère. Cette femme qui a créé une péniche salle de spectacle, le Flowerburger, mettait en avant l’imagination, appelant ceux qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus, les Surprisiers.
    Nous sommes le 3 juin 2016. Il pleut sans arrêt et la Seine monte. Gaspard Snow, le dernier des Surprisiers, arrive à la péniche où Henri confectionne des sandwichs aux pétales de fleurs. Gaspard est artiste, compose, chante, enregistre sur cet étonnant appareil, sorte de photomaton pour la voix : le voice-o-graph. Il se déplace à rollers et vit un grand chagrin d’amour, Caroline l’ayant quitté.
    Son père veut vendre la péniche mais Gaspard s’y oppose. Jusque-là, je ne suis pas trop passionné par cette histoire dans laquelle foisonnent les références musicales car l’auteur connaît son sujet. Gaspard appelle son chat Johnny Cash et je croiserai encore Leonard Cohen, Nick Cave, Serge Gainsbourg, June Carter, Nancy Sinatra, Jane Birkin, PJ Harvey, Kylie Minogue… L’auteur a bon goût !
    Tout change lorsque, par un miraculeux hasard, en pleine décrue, Gaspard rencontre une sirène échouée au bord du fleuve : « Ce poisson-fille était si beau que, même les yeux fermés, Gaspard ne parvenait pas à soutenir son regard. »
    Comment mener une histoire avec un pareil personnage imaginaire, la dernière sirène encore en vie ? Mathias Malzieu y parvient très bien, se charge même de détails concrets mais tout se gâte très rapidement. Lula, c’est son nom, est blessée et, naturellement, Gaspard la conduit aux urgences où, faute de carte vitale, il ne peut la faire admettre.
    C’est à partir de là que l’histoire se complique et devient de plus en plus passionnante, palpitante jusqu’au bout. Lula a appris à se défendre des hommes et son chant fait des ravages. Une certaine Milena, urgentiste, ne lui pardonne pas d’avoir causé la mort de son collègue et amant, Victor.
    En cours de lecture, j’aurais bien aimé que Gaspard et Lula vivent heureux ensemble, aient beaucoup d’enfants… mais c’est impossible. Les autres êtres humains s’en mêlent et l’histoire s’emballe. De très poétique, l’histoire se transforme en thriller et il faut s’accrocher pour suivre le tuk-tuk emprunté par Gaspard…
    Une sirène à Paris se termine sur un rythme effréné, les pages tournent à une vitesse folle et notre surprisier se révèle un digne héritier de Sylvia, sa grand-mère.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/07/mathias-malzieu-une-sirene-a-paris.html

  • add_box
    Couverture du livre « Une sirène à Paris » de Mathias Malzieu aux éditions Albin Michel

    Dominique Sudre sur Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

    Le plaisir de lire "Une sirène à Paris" de Mathias Malzieu, parce qu'il n'est jamais trop tard pour découvrir un bon livre ! .
    Depuis son grand chagrin d'amour, Gaspard n'est plus le même. Il se complaît dans le passé, dans ses souvenirs, et veut garder à flot le flowerburger, cette péniche que...
    Voir plus

    Le plaisir de lire "Une sirène à Paris" de Mathias Malzieu, parce qu'il n'est jamais trop tard pour découvrir un bon livre ! .
    Depuis son grand chagrin d'amour, Gaspard n'est plus le même. Il se complaît dans le passé, dans ses souvenirs, et veut garder à flot le flowerburger, cette péniche que lui a légué sa grand mère récemment décédée. Mais les affaires ne sont plus vraiment florissantes et Camille, son père, lui conseille de vendre. .
    Alors qu'il traîne sa mélancolie et son désespoir sur les bords de la Seine en crue, il découvre une jeune femme inanimée... Et décide de la ramener chez lui. .
    Gaspard ne le sait pas encore, mais celle qu'il veut sauver n'est rien de moins que la dernière sirène...
    Mais comment peut on sauver une sirène ?
    Et l'on y retrouve l'amour, la mort, la vie, le don de soi, et toute la poésie de Mathias Malzieu pour faire battre les cœurs de tous ses lecteurs.

  • add_box
    Couverture du livre « Une sirène à Paris » de Mathias Malzieu aux éditions Albin Michel

    Musemania sur Une sirène à Paris de Mathias Malzieu

    Premier livre lu dans le cadre du Grand Prix des Lecteurs de l’Actu Littéraire et c’est déjà un petit coup de coeur pour moi. A nouveau, je succombe au charme poétique de Mathias Malzieu.

    Je connaissais cet auteur, d’abord comme chanteur des Dionysos et ensuite, j’avais découvert sa plume...
    Voir plus

    Premier livre lu dans le cadre du Grand Prix des Lecteurs de l’Actu Littéraire et c’est déjà un petit coup de coeur pour moi. A nouveau, je succombe au charme poétique de Mathias Malzieu.

    Je connaissais cet auteur, d’abord comme chanteur des Dionysos et ensuite, j’avais découvert sa plume dans son auto-biographie, « Un vampire en pyjama ». Il y racontait comment il avait fait face à la découverte de la maladie orpheline dont il souffrait (une aplasie médullaire nécessitant une greffe de moelle osseuse)et le cheminement de son traitement. Il y rendait hommage tant au personnel soignant qu’au personnel médical pour l’aide physique et psychologique prodigués. L’ayant lu après avoir été moi-même gravement malade, il m’avait particulièrement touché par son ode à la vie et par sa manière d’appréhender ce milieu médical.

    Ici, nous nous retrouvons dans une oeuvre de pure fiction. Tout commence par une crue de la Seine sans précédent, inondant de nombreuses rues. Jeune parisien et passionné de musique, Gaspard vit un peu en dehors de la réalité, sur une péniche, théâtre de spectacles hauts en couleurs créé et légué par sa grand-mère. En rentrant un soir chez lui, il découvre une sirène blessée sur les quais et décide aussitôt de la ramener chez lui pour la soigner dans sa baignoire. Tout le monde sait que quiconque entend le chant d’une sirène ne tardera pas à y succomber et à en mourir. Pourtant, tout ne se passera pas comme prévu…

    Avec, au départ, un conte raconté aux enfants dès leur plus jeune âge, Mathias Malzieu arrive à ensorceler même les plus âgés des lecteurs. Des sujets plus brûlants qui ont cours dans notre société actuelle, tels que la peur de l’autre, la difficulté dans l’amour du différent et du non-politiquement correct, sont finalement abordés poétiquement. Ce n’est pas seulement une histoire d’amour mais c’est là tout le talent de cet auteur qui nous transporte dans cet univers si enchanteur.

    Quelle tristesse d’arriver à la fin de cet livre et de devoir le refermer. On aimerait qu’il s’éternise ou en tout cas, qu’il puisse durer plus longtemps. On pourrait s’y perdre encore durant de nombreuses heures et pourquoi pas comme sous le chant d’une sirène…..

    chronique sur mon blog : https://www.musemaniasbooks.be/2019/05/29/une-sirene-a-paris-de-mathias-malzieu-roman/