Laetitia Colombani

Laetitia Colombani

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (57)

  • Couverture du livre « La tresse » de Laetitia Colombani aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.15

    Lindsay Hardy sur La tresse de Laetitia Colombani

    D'une sensibilité époustouflante, comment ne pas aimer La tresse de Laetitia Colombani ? En nous embarquant sur trois continents, l'auteure souffle un vent de fraîcheur malgré des sujets douloureux. De l'Inde à la Sicile, en passant par Montréal, l'émancipation féminine, la misogynie et le...
    Voir plus

    D'une sensibilité époustouflante, comment ne pas aimer La tresse de Laetitia Colombani ? En nous embarquant sur trois continents, l'auteure souffle un vent de fraîcheur malgré des sujets douloureux. De l'Inde à la Sicile, en passant par Montréal, l'émancipation féminine, la misogynie et le sexisme sont autant de figures représentés à travers trois personnages que tout semble opposer. Un point commun les rassemble : leur volonté. Qu'elle soit imposée ou choisie, leur force réside dans leurs faiblesses. D'une simplicité déconcertante, ce roman n'en est pas moins simpliste sans toutefois manquer de reliefs. Un roman chorale donc, où la dureté de la vie côtoie la tendresse pour en dévoiler l'essentiel : l'amour. L'amour maternel, l'amour des autres, l'amour de la vie. Loin d'être sentimentaliste, ce roman est sobrement humain.

    Sur trois continents, trois destins féminins vont se jouer.

    En Inde, Smita est une Intouchable. Considérée comme impure, passant ses journées à ramasser les déjections des autres membres du village, elle rêve d'un autre destin pour sa fille Lalita. Elle décide, avec l'accord de son mari, d'offrir toutes leurs maigres économies à l'instituteur afin d'envoyer Lalita à l'école. Mais le premier jour d'école ne se passe pas comme prévu.

    En Sicile, Giulia travaille dans l'atelier de traitement de cheveux de son père lorsque celui-ci, victime d'un accident, tombe dans le coma. En cherchant des documents, elle découvre que l'entreprise familiale est au bord du gouffre. C'est alors que le destin met sur sa route Kamal, un sikh fuyant le Cachemire, son pays natal.

    Au Canada, Sarah, une avocate ambitieuse et réputée, travaille d'arrache-pied pour décrocher sa promotion. Divorcée deux fois, mère de trois enfants, elle vit une vie "d'executive women" jusqu'à ce qu'elle apprenne être atteinte du cancer du sein. Véritable malédiction dans sa famille, elle pense mener de front, et la maladie, et son job.

    Roman lumineux malgré des sujets sensibles, ce récit est porté par la voix de l'auteure qui intègre ses pensées entre quelques chapitres. Comme un maillon de cette chaîne qu'elle tisse par l'écriture, Laetitia Colombani nous fait part de l'émotion qui l'assaille à travers ses écrits. Et de l'émotion, elle sait l'écrire et surtout la partager. Tout d'abord avec Smita. Évoquer cette femme remisée au banc de la société, mû par la volonté de rompre avec la fatalité est beau. Avoir comme rêve d'offrir la scolarité à sa fille, l'est encore plus. Mais défier l'autorité et bousculer les principes est tout simplement courageux.

    Le portrait de Giulia comporte, lui aussi, son lot d'émoi. Prendre à vingt ans la responsabilité de l'entreprise familiale, chercher à redresser la barre tout en évitant la banqueroute s'avère un pari osé. Le soutien d'un nouvel ami n'est pas négligeable, surtout lorsque l'amour pointe le bout de son nez. Mais en s'interdisant une liaison sérieuse par peur des transgressions ethniques, ne s'interdit-elle pas de vivre ? 

    Enfin, l'image de working girl de Sarah perd vite de sa splendeur. Avocate avant tout, elle semble être de tous les fronts sauf celui de sa famille. L'apparition de la maladie va la confronter à la réalité du monde de l'entreprise face à cette déferlante. Vivre et se battre pour garder son statut ne sont pas forcément les meilleurs choix. 

    Mais alors, quel est le point commun entre toutes ces femmes ? Si les cheveux semblent tout indiqués, la force de leur résilience est encore plus audacieuse.

    D'une écriture simple et abordable, l'auteure reste toutefois en surface. J'aurais aimé un peu plus de profondeurs, de nuances pour explorer ces thèmes actuels. Néanmoins, j'ai apprécié la construction et les courts chapitres qui mesure le roman pour une lecture rapide. Trop rapide ? Sans tomber dans le pathos, Laetitia Colombani à su tirer profit de ses personnages pour exprimer la solidarité, la défiance et insuffler l'espoir qui anime le genre humain.

    Pour accompagner cette lecture quoi de mieux qu'un thé à la menthe Betjeman & Barton et son muffin croquant au beurre de cacahuètes ? 
    http://bookncook.over-blog.com/2018/02/la-tresse.html

  • Couverture du livre « La tresse » de Laetitia Colombani aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.1

    Valérie L. sur La tresse de Laetitia Colombani

    Je n'avais pas envie de lire ce roman, je sentais bien qu'il n'était pas pour moi. Mais il fait partie de la sélection du Prix Audiolib auquel je participe et j'ai tenté d'oublier mes a priori. Je ne l'ai pas du tout aimé. J'ai trouvé l'ensemble mièvre, sans intérêt, je n'ai rien appris sur les...
    Voir plus

    Je n'avais pas envie de lire ce roman, je sentais bien qu'il n'était pas pour moi. Mais il fait partie de la sélection du Prix Audiolib auquel je participe et j'ai tenté d'oublier mes a priori. Je ne l'ai pas du tout aimé. J'ai trouvé l'ensemble mièvre, sans intérêt, je n'ai rien appris sur les Intouchables que je ne sache déjà et comme il est court et découpé en trois parties, je ne me suis pas attachée à ces trois femmes. Dans l'entretien, l''intervieweuse se demande si on peut qualifier ce roman de féministe. Alors, si être féministe, c'est juste mettre en scène trois femmes qui se débattent contre des hommes (ce qui d'ailleurs, n'est pas tout à fait exact parce que Sarah trouve une vive opposition dans un personnage féminin), c'est très réducteur. Vous l'avez compris, inutile de m'étendre, ce roman, que j'ai fini pourtant, m'a laissée de marbre. Je me rends compte en écrivant ce billet que je ne m'étais même pas rendue compte qu'il y avait trois lectrices différentes (dont l'auteure), j'avais l'impression d'avoir été agacée par la même voix tout au long de l'écoute.

  • Couverture du livre « La tresse » de Laetitia Colombani aux éditions Grasset Et Fasquelle

    0.2

    CHRISTINE LEGENDRE sur La tresse de Laetitia Colombani

    un livre agréable à lire
    le personnage qui m'a le plus touchée est celui de l'indoue
    que dire de plus , j'ai prété ce livre deja 5 ou 6 fois et chaque fois les retours sont positifs,donc n'hesitez pas et profiter de ce jolimoment de lecture dont le fils conducteur"la tresse" est original.

    un livre agréable à lire
    le personnage qui m'a le plus touchée est celui de l'indoue
    que dire de plus , j'ai prété ce livre deja 5 ou 6 fois et chaque fois les retours sont positifs,donc n'hesitez pas et profiter de ce jolimoment de lecture dont le fils conducteur"la tresse" est original.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com