Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Ian Manook

Ian Manook
Ian Manook est la révélation du nouveau polar français. Son po-
lar mongol YERULDELGGER a reçu, dès la première année, 16
prix des lecteurs dont les trois plus prestigieux (Prix ELLE, Prix
SNCF et Prix Quais du Polar). Mais pendant 30 ans, il a aus-
si été l'éditeur de magazines jeunesse de Goldorak ... Voir plus
Ian Manook est la révélation du nouveau polar français. Son po-
lar mongol YERULDELGGER a reçu, dès la première année, 16
prix des lecteurs dont les trois plus prestigieux (Prix ELLE, Prix
SNCF et Prix Quais du Polar). Mais pendant 30 ans, il a aus-
si été l'éditeur de magazines jeunesse de Goldorak aux Tortues
Ninja en passant par Ulysse 31, Candy Candy, Winx, Barbie etc.
sans oublier 10 ans de STRANGE à éditer Marvel et DC Comics.
Pour TARKO, Ian Manook s'est inspiré de ses propres aventures
amazoniennes, lui qui a passé, dans sa jeunesse, treize mois en
forêt dans le Mato Grosso brésilien.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Ian Manook (7)

Avis sur cet auteur (139)

  • add_box
    Couverture du livre « L'oiseau bleu d'Erzeroum Tome 1 » de Ian Manook aux éditions Albin Michel

    Spitfire89 sur L'oiseau bleu d'Erzeroum Tome 1 de Ian Manook

    Une saga familiale et historique, dés les premières pages nous sommes plongés avec stupeur dans cette tragédie, les atrocité du génocide Arménien. L’auteur revient dans l’enfance de sa grand mère et sa soeur. Cette trame cruelle historique est un passage obligatoire pour nous livrer cette...
    Voir plus

    Une saga familiale et historique, dés les premières pages nous sommes plongés avec stupeur dans cette tragédie, les atrocité du génocide Arménien. L’auteur revient dans l’enfance de sa grand mère et sa soeur. Cette trame cruelle historique est un passage obligatoire pour nous livrer cette intrigue poignante, grâce à mama Chakée elles réchappent au massacre. Les soeurs d’abord esclaves puis séparé l’une de l’autre, quelles vies les attendent ensuite. On va aussi découvrir d’autres personnages qui nous apporteront aussi de la lumière et de l’espoirs. Un livre qui appel a ne jamais oublié, il est à la fois cruel, difficile, il nous emporte, nous fait réfléchir, mais surtout qu’il ne faut pas se masquer le visage. Souffrance, Amours, Amitié, Courage, Résilience et Humanité.
    Une lecture marquante.

    "Une balle lui perce le cœur au même instant, au beau milieu de la foule sidérée qui se tourne vers les Français. La patrouille s’est déployée, fusils braqués en arc de cercle. Le jeune officier garde son pistolet fumant à bout de bras, défiant la foule qui s’écarte en silence. Alors une femme se faufile entre les hommes immobiles, curieuse et inquiète à la fois, et s’effondre soudain en reconnaissant le corps de son petit garçon. Mort."

  • add_box
    Couverture du livre « L'oiseau bleu d'Erzeroum » de Ian Manook aux éditions Le Livre De Poche

    Spitfire89 sur L'oiseau bleu d'Erzeroum de Ian Manook

    Une saga familiale et historique, dés les premières pages nous sommes plongés avec stupeur dans cette tragédie, les atrocité du génocide Arménien. L’auteur revient dans l’enfance de sa grand mère et sa soeur. Cette trame cruelle historique est un passage obligatoire pour nous livrer cette...
    Voir plus

    Une saga familiale et historique, dés les premières pages nous sommes plongés avec stupeur dans cette tragédie, les atrocité du génocide Arménien. L’auteur revient dans l’enfance de sa grand mère et sa soeur. Cette trame cruelle historique est un passage obligatoire pour nous livrer cette intrigue poignante, grâce à mama Chakée elles réchappent au massacre. Les soeurs d’abord esclaves puis séparé l’une de l’autre, quelles vies les attendent ensuite. On va aussi découvrir d’autres personnages qui nous apporteront aussi de la lumière et de l’espoirs. Un livre qui appel a ne jamais oublié, il est à la fois cruel, difficile, il nous emporte, nous fait réfléchir, mais surtout qu’il ne faut pas se masquer le visage. Souffrance, Amours, Amitié, Courage, Résilience et Humanité.
    Une lecture marquante.

    "Une balle lui perce le cœur au même instant, au beau milieu de la foule sidérée qui se tourne vers les Français. La patrouille s’est déployée, fusils braqués en arc de cercle. Le jeune officier garde son pistolet fumant à bout de bras, défiant la foule qui s’écarte en silence. Alors une femme se faufile entre les hommes immobiles, curieuse et inquiète à la fois, et s’effondre soudain en reconnaissant le corps de son petit garçon. Mort."

  • add_box
    Couverture du livre « Krummavisur » de Ian Manook aux éditions Flammarion

    Mimosa sur Krummavisur de Ian Manook

    Fervente admiratrice de cet auteur,je me suis régalée:dialogues incisifs,humour!,et descriptions parfois même poétiques,gastronomie.J'adore ce nouveau personnage ,le jeune policier,qui "ravigote"la narration.pour la partie politique de l'intrigue,me suis parfois emmêlée les pinceaux dans le nom...
    Voir plus

    Fervente admiratrice de cet auteur,je me suis régalée:dialogues incisifs,humour!,et descriptions parfois même poétiques,gastronomie.J'adore ce nouveau personnage ,le jeune policier,qui "ravigote"la narration.pour la partie politique de l'intrigue,me suis parfois emmêlée les pinceaux dans le nom des personnages:je ne parle pas couramment l'islandais!
    Un excellent moment de lecture...

  • add_box
    Couverture du livre « Le chant d'Haïganouch » de Ian Manook aux éditions Albin Michel

    ziggy sur Le chant d'Haïganouch de Ian Manook

    « Le chant d’Haïganouch » est le second volume qui prolonge de 1947 à 1960 la saga familiale de Ian Manook. Il fait suite à « L’oiseau bleu Erzeroum ».
    Nous y retrouvons Araxie et Assina qui, pour quitter son pays et suivre son esclave Araxie en France, avait pris l’identité d’Haïganouch,...
    Voir plus

    « Le chant d’Haïganouch » est le second volume qui prolonge de 1947 à 1960 la saga familiale de Ian Manook. Il fait suite à « L’oiseau bleu Erzeroum ».
    Nous y retrouvons Araxie et Assina qui, pour quitter son pays et suivre son esclave Araxie en France, avait pris l’identité d’Haïganouch, petite sœur d’Araxie devenue aveugle à la suite d’un coup de sabre lors de l’épuration ethnique puis donnée à un derviche. Sont également présents Haïgaz et Agop nos deux jeunes fédaïs qui eux aussi ont débarqué en France.
    La vie en France n’est pas facile pour la communauté Arménienne qui arrive sans rien , mais ils sont tous de courageux travailleurs ou l’espoir et l’entraide sont leur ciment. Araxie et Assina/Haïganouch vont fonder une famille que nous verrons grandir .
    Pour la véritable Haïganouch que nous retrouvons en URSS, la situation n’est pas la même, il lui faut survivre dans ce pays sous le régime de la terreur où elle n’est qu’une déportée. C’est le destin de cette femme qui occupe la plus grande partie de cet opus alors que de leur côté Haïgaz et Agop mettent secrètement tout en œuvre pour la retrouver. Et là, l’auteur joue avec les nerfs de ses lecteurs en créant les nombreuses occasions manquées d’un dénouement heureux.
    Dans ce second volume, tout aussi pédagogique que le premier, on apprend beaucoup sur les « exactions » du régime totalitaire russe d’après-guerre, sur la terreur que fait régner Staline, sur la complicité du gouvernement français qui, en 1947, envoie en Russie par bateaux entiers les ressortissants arméniens volontaires, leur promettant une vie meilleure dans la nouvelle Arménie et les abandonnent à leur sort. Ils se retrouvent en fait privés de leurs passeports et papiers officiels, parqués dans des camps avant d’être envoyés dans les goulags ou en Sibérie sous de fausses accusations afin de remplacer la main d’œuvre russe décimée durant la guerre.
    Ian Manook nous livre donc encore ici une page bien sombre de l’histoire russe, mais là sans véritable surprise, par contre nous découvrons avec sidération l’action de certains jeunes politiciens français de l’époque, aux dents longues et sans scrupules, qui occultent les conséquences de leurs compromissions avec le régime russe et marchent sur des cadavres sans pour autant mettre en péril leur carrière politique. Comme quoi, tous les chemins, même les plus abjectes, mènent à la Présidence. L’histoire a la mémoire courte et sait, quand il le faut, déchirer quelques pages dérangeantes de son grand livre.
    Ces deux volumes de Ian Mannook, très documentés, racontant l’histoire de sa famille et de ses amis dans le contexte historique de l’époque est d’un grand enseignement pour qui a un minimum de curiosité. L’histoire du génocide arménien, de la Russie de Staline et de la France d’après-guerre se déroule sous nos yeux dans une approche très simple et pédagogique.
    Une saga d’actualité édifiante, à lire en cette période où l’on parle beaucoup des « Fusillés de l’affiche rouge du groupe Manouchian »