Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Claire Castillon

Claire Castillon

Claire Castillon est l’auteur de douze romans et recueils de nouvelles, parmi lesquels : InsecteLes cris (Fayard) ou Les merveilles (Grasset). Portée par un ton et un regard très singuliers, son œuvre s’impose comme une des plus originales de sa génération.

... Voir plus

Claire Castillon est l’auteur de douze romans et recueils de nouvelles, parmi lesquels : InsecteLes cris (Fayard) ou Les merveilles (Grasset). Portée par un ton et un regard très singuliers, son œuvre s’impose comme une des plus originales de sa génération.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Claire Castillon (7)

Avis sur cet auteur (50)

  • add_box
    Couverture du livre « Proxima du Centaure » de Claire Castillon aux éditions Flammarion

    Topette sur Proxima du Centaure de Claire Castillon

    Je sens la panne de lecture pointer son nez ... encore un roman qui ne m'a pas convaincu. Est-ce mes attentes qui deviennent trop précises ? Peut-être ! Dans tous les cas, quand on me parle de tétraplégie, j'attends un roman qui soit centré sur ce sujet. Qui soit prenant, plein d'émotions. Un...
    Voir plus

    Je sens la panne de lecture pointer son nez ... encore un roman qui ne m'a pas convaincu. Est-ce mes attentes qui deviennent trop précises ? Peut-être ! Dans tous les cas, quand on me parle de tétraplégie, j'attends un roman qui soit centré sur ce sujet. Qui soit prenant, plein d'émotions. Un roman véridique.

    Ce roman-là m'a parut absolument incohérent ... à la limite du plausible. Je n'ai absolument rien ressenti, ni en bien ni en mal. L'électrocardiogramme d'un mort ! D'accord c'est un roman pour ado mais quand même.

    D'ailleurs, bien que le personnage central soit un garçon, il m'a semblé que c'était une histoire écrite pour les jeunes filles. Même l'écriture était très féminine, très "gnan-gnan". Ok, définitivement : je n'étais pas le public et ce, même plus jeune. Jamais je ne me serais laissé porter par une telle histoire.

    Allez ! Je vais essayer un autre roman ... Panne de lecture à venir, ou pas ? L'avenir proche nous le dira !

  • add_box
    Couverture du livre « Marche blanche » de Claire Castillon aux éditions Gallimard

    Regine B sur Marche blanche de Claire Castillon

    Ce roman est un véritable tour de force de Claire Castillon, qui, en se glissant dans la tête d’une mère effondrée après l’enlèvement non résolu de sa fille, nous fait toucher du doigt cette souffrance proche de la folie.
    La narratrice revient avec une constance obsessionnelle sur les...
    Voir plus

    Ce roman est un véritable tour de force de Claire Castillon, qui, en se glissant dans la tête d’une mère effondrée après l’enlèvement non résolu de sa fille, nous fait toucher du doigt cette souffrance proche de la folie.
    La narratrice revient avec une constance obsessionnelle sur les circonstances du rapt : Hortense, quatre ans, enlevée dans un parc alors qu’elles jouaient toutes les deux à cache-cache.

    Carl, le mari aimant, poursuit le combat à sa manière en placardant des affiches et des photos partout jusque sur les briques de lait, mais il reste impuissant devant les comportements incohérents de sa femme. Il parle bien de voyage pour échapper aux souvenirs étouffants, mais il leur est impossible de s’éloigner de ce lieu où a vécu leur fillette.
    Dix ans après le drame, une famille s’installe dans la maison d’en face, une famille avec deux enfants dont Hélène, une ado de 14 ans, l’âge qu’aurait eu Hortense. Elle ressemble trait pour trait à la fillette disparue. La mère est en pleine confusion sous le regard de Carl impuissant. Il est évident que sa fille a été enlevée pour être vendue à cette famille. Elle cherche à établir le contact avec Hélène, échafaude une évasion, rien qu’elle et sa fille.
    Le roman oscille en permanence entre la réalité : enquête, appels d’illuminés, démarche de journalistes, accusation des proches, marches blanches, et les histoires invraisemblables que se raconte cette mère pour garder la douleur à distance. Mais cette souffrance peut aussi cacher une certaine culpabilité, celle de n’avoir pas toujours été une mère à la hauteur.

    Cette histoire racontée dans de courts chapitres peut parfois dérouter par son cheminement chaotique. On se sent mal à l’aise face à la folie de cette mère tout à la fois touchante et dérangeante.
    Dans un style fluide, les phrases courtes de Claire Castillon font mouche
    Ce roman psychologique, plus noir qu’il n’en a l’air, est percutant et je l’ai lu d’une traite.

  • add_box
    Couverture du livre « Marche blanche » de Claire Castillon aux éditions Gallimard

    Enidan sur Marche blanche de Claire Castillon

    Hortense, une petite fille de 4 ans a disparu lors d'une partie de cache cache avec sa maman dans un parc. Ses parents survivent au drame. Dix ans plus tard, une famille emménage en face de leur maison, l'ainée des enfant, Hélène, a exactement l'âge qu'aurait Hortense. Il n'en faut pas plus à la...
    Voir plus

    Hortense, une petite fille de 4 ans a disparu lors d'une partie de cache cache avec sa maman dans un parc. Ses parents survivent au drame. Dix ans plus tard, une famille emménage en face de leur maison, l'ainée des enfant, Hélène, a exactement l'âge qu'aurait Hortense. Il n'en faut pas plus à la mère pour être persuadée que sa fille est revenue
    Un roman douloureux, Claire Castillon exprime avec justesse le drame d'une mère.

  • add_box
    Couverture du livre « Marche blanche » de Claire Castillon aux éditions Gallimard

    Littéraflure sur Marche blanche de Claire Castillon

    1,2,3… Une petite fille de quatre ans aux yeux bleus, Hortense, est kidnappée dans un parc. 4,5,6… Commence la survie des parents, prisonniers de l’attente, meurtris par chaque espoir déçu. 7,8,9… On suspecte tout le monde, même la sœur, même la mère. 10, 11, 12… Ça fait dix ans que c’est arrivé...
    Voir plus

    1,2,3… Une petite fille de quatre ans aux yeux bleus, Hortense, est kidnappée dans un parc. 4,5,6… Commence la survie des parents, prisonniers de l’attente, meurtris par chaque espoir déçu. 7,8,9… On suspecte tout le monde, même la sœur, même la mère. 10, 11, 12… Ça fait dix ans que c’est arrivé et comme chaque année, une marche blanche est organisée. 13,14,15… Pour la retrouver, on est prêt à tout, à faire parler les cartes, à invoquer les dieux et les diables. 16,17,18… Et cet éditeur qui harcèle la mère pour qu’elle raconte son histoire, pour qu’ainsi le portrait de sa fille disparue soit visible de tous. 19,20,21… De nouveaux voisins ont emménagé dans la maison d’en face, la fille aînée a le même âge qu’aurait Hortense aujourd’hui. 22,23,24… La mère s’est convaincue que la petite voisine est sa fille. Elle en perd la raison. Elle est folle, non, c’est bien pire que ça. 25, 26, 27… À 27, la mère d’Hortense avait rouvert les yeux pour découvrir que sa petite fille n’était plus là. Pourtant le cache-cache n’est pas celui que l’on croit.
    J’ai longtemps hésité avant de lire le dernier roman de Claire Castillon. À cause du sujet, assez dur, et par peur que l’auteure ne soit pas à la hauteur. La capture récente du possible assassin de la petite Maddie m’a convaincue de franchir le pas. La quatrième de couverture ne ment pas. C’est un livre d’une grande maîtrise, et d’une rare finesse psychologique. Pour moi, l’un des meilleurs romans français de cette année 2020.
    Bilan :