Alice Zeniter

Alice Zeniter

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (2)

  • Portrait d'Alice Zeniter
    Portrait d'Alice Zeniter

    Normalienne, Alice Zeniter voit son troisième roman, Sombre dimanche (Albin Michel), couronné de trois prix : Prix du livre Inter, Prix de la Closerie des Lilas, Prix des lecteurs de l'Express.

  • Sombre dimanche d'Alice Zeniter
    Sombre dimanche d'Alice Zeniter

    Il y a une chose qu'Alice Zeniter a assimilé très vite : depuis Rimbaud ou Françoise Sagan, la grande littérature s'accommode bien d'une certaine forme de précocité. La jeune femme raconte qu'elle a commencé à écrire dès l'âge de 7 ans, en se promettant de devenir écrivain à l'adolescence – et en effet, elle publia un petit opuscule à 16 ans, aux éditions du Petit Véhicule, aujourd'hui épuisé. 

Voir tous les articles

Avis (53)

  • Couverture du livre « L'art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

    Sophie Gauthier sur L'art de perdre de Alice Zeniter

    Cette fresque admirablement écrite nous fait remonter le cours de l'histoire familiale de Naïma, d'Ali, son grand-père, et d'Hamid, son père. Une histoire familiale entrelacée aux soubresauts de la colonisation de l'Algérie, de la guerre d'indépendance et de l'exil en France. Terre natale, terre...
    Voir plus

    Cette fresque admirablement écrite nous fait remonter le cours de l'histoire familiale de Naïma, d'Ali, son grand-père, et d'Hamid, son père. Une histoire familiale entrelacée aux soubresauts de la colonisation de l'Algérie, de la guerre d'indépendance et de l'exil en France. Terre natale, terre d'exil et entre les deux une fracture bien plus profonde que la Méditerranée. Un gouffre né de la violence, du mépris, de l'insoumission, de la haine, de l'amour et de la mort.

    Le récit démêle lumineusement les paradoxes de cet enchevêtrement historique, sociologique, familial et affectif. Je suis encore subjuguée par la puissance de cette oeuvre qui explore tous les espaces romanesques : du souffle tempétueux de l'Histoire jusqu'à la brise ténue de l'intime. Une lecture extraordinaire !

  • Couverture du livre « L'art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

    Missbook85 sur L'art de perdre de Alice Zeniter

    Alice Zeniter nous livre un récit (d'inspiration autobiographique ?) puissant et sensible, soutenu par une très belle écriture, et recherches historiques à l'appui.
    Naïma, jeune galeriste, retrace la fresque d'une famille harkie kabyle sur trois générations.
    Le patriarche, le fils, la...
    Voir plus

    Alice Zeniter nous livre un récit (d'inspiration autobiographique ?) puissant et sensible, soutenu par une très belle écriture, et recherches historiques à l'appui.
    Naïma, jeune galeriste, retrace la fresque d'une famille harkie kabyle sur trois générations.
    Le patriarche, le fils, la petite-fille : trois personnages, trois époques, trois pans d'histoire et de culture arabe et française.
    Débarqué à Marseille en 1962, le grand-père de Naïma fuit l'Algérie pour échapper aux représailles du FLN et sera parqué dans un misérable baraquement avant d'être expédié, avec femme et enfants, en Normandie dans une cité H.L.M.
    « l'Algérie les appellera des rats. Des traîtres. Des chiens. Des apostats. Des bandits. Des impurs. La France ne les appellera pas, ou si peu. La France se coud la bouche entourant de barbelés les camps d'accueil. »
    Hamid, son père, lui restera à jamais marqué par ces années de jeunesse passées en camp de transit et se fera par conséquent un devoir de réussir.
    "La nuit, au lieu de dormir, il jardine à l'intérieur de lui. Là où c'est noué, il taille. Là où c'est bouché, il creuse. Des interdictions internes qu'il a été capable de déceler, il n'en garde qu'une parce qu'il pense qu'elle l'aide, qu'elle n'est pas une liane mais un tuteur : l'interdiction de ne pas être le meilleur."
    On suivra tout au long de ce roman la lutte perpétuelle de chacun des protagonistes entre, d'une part, le devoir / le désir d'intégration, et d'autre part la nécessité de connaître ses origines et son histoire.
    ".... Naïma réalise à quel point elle ignore tout de l'Algérie historique, politique et géographique, de ce qu'elle va appeler la vraie Algérie en opposition à Yema et au Pont-Féron qui constituent son Algérie personnelle et empirique."
    Ces personnages nous font ressentir de l'intérieur ce que peuvent être la peur, l'exil, la perte, la honte, et, d'une manière plus sociologique, les enjeux d'une intégration trop souvent manquée.
    "... un pays n'est jamais qu'une seule chose à la fois : il est souvenirs tendres de l'enfance tout autant que guerre civile, il est peuple comme il est tribus, campagnes et villes, vagues d'immigration et d'émigration, il est son passé, son présent et son futur, il est ce qu'il est advenu et la somme de ses possibilités."
    Poussée par une mission professionnelle, Naïma retournera en Algérie, presque malgré elle.
    Y trouvera-t-elle enfin les réponses tant attendues....?
    "Elle ne veut plus partir d'ici. Elle veut absolument rentrer chez elle."

  • Couverture du livre « Sombre dimanche » de Alice Zeniter aux éditions Lgf

    Sandrine Fernandez sur Sombre dimanche de Alice Zeniter

    Quand le grand-père du grand-père a acheté un terrain et construit sa maison aux abords de Budapest, il n'y avait que des champs et un vague projet d'agrandissement de la petite gare, un peu plus loin. Mais Nyugati, la gare de l'Ouest, n'a cessé de croître et a étendu ses tentacules de rails...
    Voir plus

    Quand le grand-père du grand-père a acheté un terrain et construit sa maison aux abords de Budapest, il n'y avait que des champs et un vague projet d'agrandissement de la petite gare, un peu plus loin. Mais Nyugati, la gare de l'Ouest, n'a cessé de croître et a étendu ses tentacules de rails jusque dans le jardin des Mandy réduit à un triangle de terre, sans cesse recouvert des détritus jetés par les voyageurs. Mais les Mandy sont des résistants, ils n'ont rien voulu céder aux chemins de fer et vivent depuis des générations au bord des rails, dans le bruit assourdissant des trains de plus en plus nombreux. Imre, son grand-père, ses parents et sa grande sœur Agi se sont adaptés aux horaires des trains, aux ordures, à l'isolement. Unis malgré leurs secrets et leurs silences, ils font face aux aléas de la vie. Marqués par l'Histoire de la Hongrie, la famille vivote, plantée dans son bout de terre, même si les enfants rêvent de liberté, de Californie, de surfeuses ou simplement de quitter la maison au bord des rails.

    A travers les yeux d'Imre, Alice Zeniter raconte l'histoire d'une famille et celle de la Hongrie, petit pays trop souvent malmené...par les autrichiens, les allemands, les soviétiques. Chez les Mandy, on cultive les secrets, les non-dits, les malheurs, les deuils. En grandissant, Imre s'interroge. Pourquoi le grand-père se soûle-t-il chaque année le 2 mai ? Comment a-t-il été blessé à la jambe ? Comment est morte la grand-mère ? Pourquoi son père s'appelle-t-il Pal alors que tous les premiers-nés de la famille sont des Imre ? Les réponses viendront, et avec elles, de douloureux souvenirs. Le sort semble s'être acharné sur les Mandy comme sur la Hongrie. Les hommes en ont pâti, les femmes encore plus. Imre observe, apprend, rêve d'une autre vie. Pourtant, la chute du mur tant attendue sera une autre désillusion. Que faire de cette liberté toute neuve ? Peut-on changer le sombre destin qui semble leur coller à la peau ? Tant d'interrogations et tant de tristesse dans ce livre d'une grande tristesse traversée par des moments de poésie et d'optimisme.
    Personnages attachants, découverte de l'histoire hongroise et belle écriture, concise, précise, pour un roman court, sombre et mélancolique. Une belle découverte.

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Portrait d'Alice Zeniter

Voir toutes les videos

Les dédicaces

Service proposé en partenariat avec Les Dédicaces

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com