Alice Zeniter

Alice Zeniter

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Vidéos relatives à l'auteur

  • Portrait d'Alice Zeniter

    Normalienne, Alice Zeniter voit son troisième roman, Sombre dimanche (Albin Michel), couronné de trois prix : Prix du livre Inter, Prix de la Closerie des Lilas, Prix des lecteurs de l'Express. Ecrivain et dramaturge, son dernier roman se situe en Hongrie de 1978 à nos...

Articles en lien avec Alice Zeniter (2)

  • Portrait d'Alice Zeniter
    Portrait d'Alice Zeniter

    Normalienne, Alice Zeniter voit son troisième roman, Sombre dimanche (Albin Michel), couronné de trois prix : Prix du livre Inter, Prix de la Closerie des Lilas, Prix des lecteurs de l'Express.

  • Sombre dimanche d'Alice Zeniter
    Sombre dimanche d'Alice Zeniter

    Il y a une chose qu'Alice Zeniter a assimilé très vite : depuis Rimbaud ou Françoise Sagan, la grande littérature s'accommode bien d'une certaine forme de précocité. La jeune femme raconte qu'elle a commencé à écrire dès l'âge de 7 ans, en se promettant de devenir écrivain à l'adolescence – et en effet, elle publia un petit opuscule à 16 ans, aux éditions du Petit Véhicule, aujourd'hui épuisé. 

Avis sur cet auteur (64)

  • add_box
    Couverture du livre « Sombre dimanche » de Alice Zeniter aux éditions Lgf

    Sophie Wag sur Sombre dimanche de Alice Zeniter

    Le jeune Imre est né en 1978 à Budapest en Hongrie, dans une minuscule maison près de la gare, au bord des rails où vit toute sa famille, la famille Mandy. Il y a là Agi, sa grande sœur bien aimée, ses parents Pal, son père, un taiseux sombre et torturé par le souvenir de Sara, sa propre mère, ...
    Voir plus

    Le jeune Imre est né en 1978 à Budapest en Hongrie, dans une minuscule maison près de la gare, au bord des rails où vit toute sa famille, la famille Mandy. Il y a là Agi, sa grande sœur bien aimée, ses parents Pal, son père, un taiseux sombre et torturé par le souvenir de Sara, sa propre mère, sa mère Ildiko douce et bienveillante, et son grand-père qui est paralysé d'une jambe perdue lors du soulèvement de 1956 et dont le propre père qui s'appelait également Imre a construit cette maison à une époque lointaine où il n'y avait pas encore cette gare qui a poussé trop près d'eux. Leur vie est rythmée par le passage des trains, vie de misère sans espoir où le seul être un peu lumineux est le jeune Imre.
    A travers les difficultés de cette famille, Alice Zeniter nous montre les stigmates d'une Hongrie malmenée au cours de l'Histoire, tour à tour par l'Autriche, l'Allemagne et l'Union Soviétique. Un roman bien sombre comme l'annonçait le titre...

  • add_box
    Couverture du livre « L'art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

    Eny-Dane sur L'art de perdre de Alice Zeniter

    Je suis tout à fait d'accord avec les deux commentaires, (Elisabeth et Farida) car je n'y arrive pas non plus. J'ai vécu la même expérience. Plusieurs fois j'ai ouvert ce livre, essayé de m'y lancer, de me concentrer, mais j'ai abandonné à chaque tentative, et puis j'ai recommencé quelques temps...
    Voir plus

    Je suis tout à fait d'accord avec les deux commentaires, (Elisabeth et Farida) car je n'y arrive pas non plus. J'ai vécu la même expérience. Plusieurs fois j'ai ouvert ce livre, essayé de m'y lancer, de me concentrer, mais j'ai abandonné à chaque tentative, et puis j'ai recommencé quelques temps après, pour arriver à la même évidence : quelque chose me bloque... Non, rien n'y fait, je ne peux pas lire ce livre aux très prestigieux prix ! Pourtant, moi aussi le sujet me passionne ! Alors pourquoi ? Trop froid peut-être, un regard trop éditorial, documenté, "listé", journalistique, je ne sais pas, mais je ne m'attache pas : ni au style, ni au ton, ni aux personnages... Les prix reçus par ce livre ont dû suivre un mouvement, une surenchère, une côte professorale...

  • add_box
    Couverture du livre « L'art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

    Valérie971 sur L'art de perdre de Alice Zeniter

    Passionnant de découvrir cette partie de l'histoire de l'Algérie et de la France.

    Passionnant de découvrir cette partie de l'histoire de l'Algérie et de la France.

  • add_box
    Couverture du livre « L'art de perdre » de Alice Zeniter aux éditions Flammarion

    Pascal Gillet sur L'art de perdre de Alice Zeniter

    C'est une Algérie aussi ! Quittée à regret, est-elle oubliée pour autant?
    Naïma et sa famille restent pris dans les rets de l'Histoire, ces Harkis vont devoir se greffer en terre française, avec tous les fracas et les impasses que pareil drame implique.
    l'écriture est fine lumineuse, ne...
    Voir plus

    C'est une Algérie aussi ! Quittée à regret, est-elle oubliée pour autant?
    Naïma et sa famille restent pris dans les rets de l'Histoire, ces Harkis vont devoir se greffer en terre française, avec tous les fracas et les impasses que pareil drame implique.
    l'écriture est fine lumineuse, ne s'offrant pas d'effets de manche pour nous plonger dans la vie de ces gens-là, la guerre d'Algérie passe par là et les voilà toute set tous tentant de reprendre leur souffle à l'abri.
    Le style est fluide, presque indolore,
    On reste attentif à un pourquoi du comment rare sur le sujet.
    Alice Zeniter nous en offre une version passionnante.