Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Et les six finalistes du Prix Orange du Livre en Afrique 2021 sont…

Une 3e édition empreinte de diversité

Et les six finalistes du Prix Orange du Livre en Afrique 2021 sont…

Après trois mois de lecture passionnée, les comités de lecture africains ont délibéré et choisi les 6 livres finalistes de la troisième édition du Prix Orange du Livre en Afrique. Le lauréat sera désigné par un jury international au mois de juin.

 

Marquée par une belle parité femmes/hommes, mais aussi géographique, avec autant de livres retenus dans les trois pays du Maghreb qu’en Afrique subsaharienne, cette sélection nous donne à voir (et à lire) des récits riches d’un dialogue entre les époques, les cultures et les lieux. Il est question des maux de l’Afrique, mais aussi de la condition, universelle, de l’Homme.

 

 

Les finalistes de la 3e édition du Prix Orange du Livre en Afrique sont :

- Ahmed GASMIA, Les peuples du ciel, éditions Frantz Fanon, Algérie

- Ibrahima HANE, L’écume du temps, éditions L’Harmattan, Sénégal

- Monique ILBOUDO, Carrefour des Veuves, éditions Les lettres Mouchetées, Congo

- Davina ITTOO, Misère, éditions L’Atelier des nomades, Maurice

- Sami MOKKADEM, Le secret des Barcides, éditions Pop Libris, Tunisie

- Loubna SERRAJ, Pourvu qu’il soit de bonne humeur, éditions La Croisée des Chemins, Maroc

 

 

 

Des récits riches et divers

Dans son premier roman, Pourvu qu’il soit de bonne humeur, la marocaine Loubna Serraj nous embarque dans les couloirs du temps pour une magnifique ode à la liberté. A travers un récit poignant, Carrefour des Veuves de la romancière Burkinabè Monique Ilboudo, raconte une région du Sahel où conflits communautaires, fléau djihadiste et impuissance des dirigeants forment un triangle de la mort. Le secret des Barcides, de Sami Mokkadem, est un polar tunisien palpitant qui nous renvoie aux temps d’Hannibal Barca et du Roi Salomon. Misère, de Davina Ittoo, nous parle de l’île Maurice, encore hantée par les spectres de la colonisation. Avec son deuxième roman, L’écume du temps, Ibrahima Hane relate une saga familiale sénégalaise et nous plonge dans la réalité socio-politique de son pays post indépendance. Dans Les peuples du ciel, Ahmed Gasmia, auteur prolifique en Algérie, nous projette dans un futur terrifiant où, sur une autre planète, deux peuples issus des Terriens n’en finissent pas de se faire la guerre.

 

Le lauréat sera proclamé fin juin

Les 6 livres finalistes sont désormais entre les mains d’un jury international présidé par Véronique Tadjo. Ce jury désignera le lauréat du 3e Prix Orange du Livre en Afrique. Le prix sera remis fin juin à Tunis.

Le lauréat recevra une dotation de 10 000 euros et bénéficiera d’une campagne de promotion de son ouvrage. Les éditeurs des livres finalistes bénéficieront quant à eux de rencontres professionnelles élaborées en fonction de leurs besoins exprimés.

 

 

Les 6 finalistes du Prix Orange du Livre en Afrique 2021

 

Ahmed GASMIA, Les peuples du ciel, éditions Frantz Fanon, Algérie

 
 

Ahmed GASMIA est journaliste de profession. Il vit et travaille à Alger. Auteur de romans d’aventures, il est aussi passionné de cinéma d’action. Une passion qui transparait dans ses textes à travers un style d’écriture visuel. Les peuples du ciel raconte l’histoire d’une planète, au 24e siècle, où deux communautés refont le parcours de l’humanité depuis l’âge de pierre jusqu’au Moyen Age. Ils sont discrètement suivis par des scientifiques de différentes nationalités depuis une station spatiale en orbite…

 

Ibrahima HANE, L’écume du temps, éditions L’Harmattan, Sénégal

 
 

Banquier à la retraite, Ibrahima HANE, Sénégalais, se consacre désormais essentiellement à l’écriture. Son premier livre, Errance, publié en 2016, a été remarqué au Sénégal et en Afrique. Dans L’écume du temps, il raconte l’histoire de Demba Dia, banquier puissant, craint et respecté. Du jour au lendemain, à la suite d’une cabale politicienne, il est éjecté de la banque. Il se retrouve seul devant sa famille qu’il avait presque sacrifiée sur l’autel de ses ambitions. La solitude, l’amertume, la maladie s’invitent alors.

 

 

Monique ILBOUDO, Carrefour des Veuves, éditions Les lettres Mouchetées, Congo

 
 

Universitaire et femme de lettres burkinabè, Monique ILBOUDO est engagée dans la promotion de la citoyenneté des femmes dans son pays. Eloignée un temps de l’écriture, elle renoue avec sa passion et publie Si loin de ma vie en 2018. À travers le récit poignant et sans concession de Tilaine, Carrefour des Veuves apparaît comme le triangle de la mort de cette région du Sahel où s’entremêlent confusément les conflits communautaires, le fléau djihadiste et l’impuissance des dirigeants de la région et du monde.

 

Davina ITTOO, Misère, éditions L’Atelier des nomades, Maurice

 
 

Davina ITTOO est née et vit à l’île Maurice. Après un doctorat de Lettres à la Sorbonne, elle est chargée de cours à l’Open University of Mauritius. La Proscrite et autres nouvelles, remporte en 2015 le prix Jean Fanchette présidé par J.M.G. Le Clézio. Dans Misère, elle raconte l’île Maurice, hantée par les spectres de la colonisation et de l’indépendance, où le destin des habitants aux cœurs affamés de liberté se noue autour d’un être mystérieux… Misère a obtenu le Prix Indianocéanie 2019.

 
 

Sami MOKKADEM, Le secret des Barcides, éditions Pop Libris, Tunisie

 
 

Sami MOKKADEM est né en 1982. Expert-comptable, il fuit le monde des chiffres pour l’écriture et publie ses premières nouvelles sur les réseaux sociaux. Le secret des Barcides raconte l’incroyable héritage antique qu’Hannibal Barca a légué à l’humanité. C’est un thriller historique palpitant, qui vient conclure la trilogie de Carthage, dont le premier tome, Dix-neuf, avait obtenu en Tunisie le Prix Comar, section découverte.

 

 

Loubna SERRAJ, Pourvu qu’il soit de bonne humeur, éditions La Croisée des Chemins, Maroc

 
 

Loubna SERRAJ est éditrice et chroniqueuse radio au Maroc où elle tient un blog dans lequel elle livre ses « élucubrations » sur des sujets d’actualité avec un regard volontairement décalé. Dans son premier roman, Pourvu qu’il soit de bonne humeur elle interroge : comment être libre quand l’idée même de liberté n’est pas envisageable ? Deux femmes. Deux époques. Une intensité. Celle que provoque la liberté.

Publié au Maroc en février 2020 aux éditions La croisée des chemins, Pourvu qu’il soit de bonne humeur est publié en France en mars 2020 aux éditions Au diable vauvert.

 

 

Les livres sont disponibles à la vente sur Africavivre

Ils sont également disponibles en version numérique sur Youscribe

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Prix Orange du Livre Afrique"

Commentaires (6)