Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Un juif pour l'exemple

Couverture du livre « Un juif pour l'exemple » de Jacques Chessex aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Né à Payerne, gros bourg vaudois, Jacques Chessex avait huit ans quand les faits relatés dans ce livre ont eu lieu. Les faits ? Nous sommes en 1942, l'Europe est à feu et à sang, la Suisse quoique neutre et sanctuarisée, est travaillée de sombres influences. A Payerne, rurale, cossue, ville de... Voir plus

Né à Payerne, gros bourg vaudois, Jacques Chessex avait huit ans quand les faits relatés dans ce livre ont eu lieu. Les faits ? Nous sommes en 1942, l'Europe est à feu et à sang, la Suisse quoique neutre et sanctuarisée, est travaillée de sombres influences. A Payerne, rurale, cossue, ville de charcutiers " confite dans la vanité et le saindoux ", le chômage aiguise les rancoeurs et la haine ancestrale du Juif. Autour d'un " gauleiter " local, la garagiste Fernand Ischi, sorti d'une opérette rhénane, et d'un pasteur sans paroisse, proche de la légation nazie à Berne, le pasteur Lugrin, s'organise un complot de revanchards au front bas, d'oisifs que fascine la virilité germanique. Ils veulent du sang, du sang juif de préférence, et une victime expiatoire. Ce sera Arthur Bloch, marchand de bestiaux, homme pieux et père de famille, qui visite la foire au bétail de Payerne le 16 avril 1942.
A deux pas de l'abbatiale, dans l'ombre odorante d'une étable, Rue-à-Thomas, il tombe dans le piège. On l'assomme, on l'achève et on le découpe en morceaux, dans une scène d'anthologie décrite par Chessex. Bien sûr, les coupables, dont un semi-débile apprenti-tueur, seront vite retrouvés. Mais le crime, dans toute sa sombre gloire, son dégoûtant théâtre, aura délivré les uns et les autres, qui ne plaignent pas la mort du Juif pour l'exemple.
A la suite du Vampire de Ropraz, c'est un autre chef-d'oeuvre, le mot n'est pas trop fort, d'exactitude et de description, d'atmosphère et de secret, que Jacques Chessex nous donne. Il a huit ans pour toujours, il cauchemarde, les assassins sont dans la ville. Tout est Golgotha.

Donner votre avis

Avis (30)

  • une centaine de pages pour décrire un crime dans une ville suisse Payerne.
    Un récit de la violence "ordinaire" fomenté par un garagiste et un pasteur sans paroisse.
    Une image loin de la vision idyllique d'une Suisse neutre où il fait bon vivre.
    Une ville cossue, bourgeoise, rurale "confite...
    Voir plus

    une centaine de pages pour décrire un crime dans une ville suisse Payerne.
    Un récit de la violence "ordinaire" fomenté par un garagiste et un pasteur sans paroisse.
    Une image loin de la vision idyllique d'une Suisse neutre où il fait bon vivre.
    Une ville cossue, bourgeoise, rurale "confite dans la vanité et le saindoux".
    Proche de l'idéologie nazie, à Berne, le pasteur fomente et met en oeuvre un assassinat bestial; celui d'Arthur Bloch, marchand de bestiaux, justement et juif en particulier.
    Et là l'effet groupe se manifeste d'une façon épouvantable, un bouc émissaire désigné par les opinions et les idées qui se répandent dans une Europe en pleine guerre.Sur fond de misère sociale et de chômage on voit monter en puissance le sentiment de haine contre les Israélites.
    L'auteur avait huit ans au moment des faits.
    Comment ne pas porter en soi une histoire qui s'est déroulée dans sa ville de naissance
    Un fait divers horrible et un témoignage poignant

    comment Commentaire (0)
  • Je continue mes lectures de cet auteur. A nouveau, peu de pages mais quelle intensité dans sa façon de nous narrer une histoire terrible. A Payerne, en 1942, Antoine Bloch a été sauvagement assassiné après être venu pour le marché de bétails. Jacques Chessex est natif de ce village et avait à...
    Voir plus

    Je continue mes lectures de cet auteur. A nouveau, peu de pages mais quelle intensité dans sa façon de nous narrer une histoire terrible. A Payerne, en 1942, Antoine Bloch a été sauvagement assassiné après être venu pour le marché de bétails. Jacques Chessex est natif de ce village et avait à l’âge de ce fait divers huit ans et il raconte simplement, humblement le fait qu’il a connu certains personnages et proches de ce fait divers. Il les a côtoyés à l’école ou dans les rues du village. Il nous décrit très bien en quelques pages le climat politique et social de cette année 1942, en Suisse. Un texte qui se lit d’une traite et qui fait froid dans le dos. Des textes qui nous incite à ne pas oublier et à ne pas laisser dire et prononcer certains propos. « Je raconte une histoire immonde et j’ai honte d’en écrire le moindre mot. J’ai honte de rapporter un discours, des mots, un ton, des actes qui ne sont pas les miens mais qui le deviennent sans que je le veuille par l’écriture. Car Vladimir Jankélévitch dit aussi que la complicité est rusée, et que rapporter le moindre propos d’antisémitisme, ou d’en tirer le rire, la caricature ou quelques exploitation esthétique est déjà en soi, une entreprise intolérable. Il a raison. »

    comment Commentaire (0)
  • Ce livre me rappelle "Le vampire de Ropraz" du même auteur paru en 2007. On y retrouve le même ton, tragique et sinistre.

    Chessex se concentre sur l'essentiel des faits racontés en une centaine de pages. Personnellement, je trouve cela plus concis, plus lisible pour le lecteur.

    À la...
    Voir plus


    Ce livre me rappelle "Le vampire de Ropraz" du même auteur paru en 2007. On y retrouve le même ton, tragique et sinistre.

    Chessex se concentre sur l'essentiel des faits racontés en une centaine de pages. Personnellement, je trouve cela plus concis, plus lisible pour le lecteur.

    À la lecture de ce roman, on devine que ce drame a marqué l'auteur qui l'a vécu à l'âge de 8 ans ; d'autant plus que son père, démocrate et opposé au régime nazi, aurait pu être assassiné par la bande du garagiste.

    Il se range du côté de la victime (le commerçant juif) en lui rendant hommage.

    Comme si l'écriture du livre était nécessaire afin de chasser ses remords, de recevoir de la part de la victime le "pardon" qu'il attendait.

    Bien que la Suisse fût un pays neutre durant la guerre de 1939-1945, l'antisémitisme franchit malgré tout les frontières et frappe là où on ne l'attend pas.

    On plonge petit à petit dans l'horreur dans ce livre conçu comme une spirale infernale dont on ne revient pas totalement "innocent".

    comment Commentaire (0)
  • un livre très rapide et très cru sur l'assassinat barbare d'un juif.J'ai apprécié la description des personnages et de leur motivation, mais faut-il faire aussi sanglant pour marquer les consciences?

    un livre très rapide et très cru sur l'assassinat barbare d'un juif.J'ai apprécié la description des personnages et de leur motivation, mais faut-il faire aussi sanglant pour marquer les consciences?

    comment Commentaire (0)
  • M.P. FAUCON Ce roman de Chessex "Un juif pour exemple" est décrit comme un fait divers: un homme est assassiné, volé et dépecé comme un animal par une bande de son village, MAIS ce fait divers se déroule dans les années 42 et la victime est juive. Ses assassins sont des fanatiques nazis.La haine...
    Voir plus

    M.P. FAUCON Ce roman de Chessex "Un juif pour exemple" est décrit comme un fait divers: un homme est assassiné, volé et dépecé comme un animal par une bande de son village, MAIS ce fait divers se déroule dans les années 42 et la victime est juive. Ses assassins sont des fanatiques nazis.La haine gronde,la peste est partout.Cette histoire a plus de 60 ans, et aujourd'hui ou en sommes nous ?.Ce petit roman de 103 pages, nous décrit avec force cette horreur, d'ailleurs, le narrateur nous pose cette question "Qu'est que l'horreur," (chapitre xv)le "je" ne répondra pas à cette question.V Jankélévitch dira "CE QUI NE SE PARDONNE PAS" Je conseille vivement cette lecture, en effet c'est une réussite.

    comment Commentaire (0)
  • Aprés la lecture de ce livre assez court , je reste déçue , il n'y a rien de sensationnel à narrer une histoire vécue ,et surtout avec une telle froideur !!
    Comme le précise monsieur Léger:"un roman à évocation littéraire , c'est du talent , de l'imagination , une intrigue et des...
    Voir plus

    Aprés la lecture de ce livre assez court , je reste déçue , il n'y a rien de sensationnel à narrer une histoire vécue ,et surtout avec une telle froideur !!
    Comme le précise monsieur Léger:"un roman à évocation littéraire , c'est du talent , de l'imagination , une intrigue et des rebondissements , une fin virtuose..." , tout ce que j'ai trouvé dans le livre d'Yveline Gimbert , auteur peu connu qui mériterait de l'être .

    comment Commentaire (0)
  • Un livre glaçant dont l'écriture dépouillée sert parfaitement le propos. Pas d'effet de style donc, rien de très "romanesque", sa force tient dans le malaise dans lequel il laisse ses lecteurs une fois le livre fermé. Ce n'est pas mon livre préféré de cette rentrée, mais je ne regrette pas de...
    Voir plus

    Un livre glaçant dont l'écriture dépouillée sert parfaitement le propos. Pas d'effet de style donc, rien de très "romanesque", sa force tient dans le malaise dans lequel il laisse ses lecteurs une fois le livre fermé. Ce n'est pas mon livre préféré de cette rentrée, mais je ne regrette pas de l'avoir lu malgré tout.

    comment Commentaire (0)
  • 8 ans, Jacques Chessex avait huit ans lorsque les faits se sont déroulés dans son village à Payerne en Suisse. Il décrit avec force et dureté la montée de la haine envers un peuple - les juifs - Il démontre l'influence néfaste d'un personnage - le Pasteur Lugrin - qui arrive à pousser 5...
    Voir plus

    8 ans, Jacques Chessex avait huit ans lorsque les faits se sont déroulés dans son village à Payerne en Suisse. Il décrit avec force et dureté la montée de la haine envers un peuple - les juifs - Il démontre l'influence néfaste d'un personnage - le Pasteur Lugrin - qui arrive à pousser 5 habitants de Payerne à s'acharner contre celui qui a été désigné pour être massacré au nom du nazisme, le marchand de bétail mais surtout juif suisse, Arthur Bloch.
    J'ai aimé ce roman court mais percutant qi fait ressortir la montée de ce qu'il y a de pire chez l'homme, la haine au nom d'un idéal quel qu'il soit.

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.