Jacques Chessex

Jacques Chessex
Né en 1934 à Payerne et décédé le vendredi 9 octobre, lors d'une conférence à Yverdon-les-Bains, romancier, poète, peintre, Jacques Chessex était l'un de nos plus grands écrivains de langue française. On lui doit, entre autres, L'ogre (1973, Prix Goncourt), Monsieur (2001), L'économie du ciel (20... Voir plus
Né en 1934 à Payerne et décédé le vendredi 9 octobre, lors d'une conférence à Yverdon-les-Bains, romancier, poète, peintre, Jacques Chessex était l'un de nos plus grands écrivains de langue française. On lui doit, entre autres, L'ogre (1973, Prix Goncourt), Monsieur (2001), L'économie du ciel (2003), Le vampire de Ropraz (2007), et Un juif pour l'exemple (2008). Ses livres sont traduits dans de nombreuses langues.

Avis (37)

  • Couverture du livre « Un juif pour l'exemple » de Jacques Chessex aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Veronique Donard sur Un juif pour l'exemple de Jacques Chessex

    une centaine de pages pour décrire un crime dans une ville suisse Payerne.
    Un récit de la violence "ordinaire" fomenté par un garagiste et un pasteur sans paroisse.
    Une image loin de la vision idyllique d'une Suisse neutre où il fait bon vivre.
    Une ville cossue, bourgeoise, rurale "confite...
    Voir plus

    une centaine de pages pour décrire un crime dans une ville suisse Payerne.
    Un récit de la violence "ordinaire" fomenté par un garagiste et un pasteur sans paroisse.
    Une image loin de la vision idyllique d'une Suisse neutre où il fait bon vivre.
    Une ville cossue, bourgeoise, rurale "confite dans la vanité et le saindoux".
    Proche de l'idéologie nazie, à Berne, le pasteur fomente et met en oeuvre un assassinat bestial; celui d'Arthur Bloch, marchand de bestiaux, justement et juif en particulier.
    Et là l'effet groupe se manifeste d'une façon épouvantable, un bouc émissaire désigné par les opinions et les idées qui se répandent dans une Europe en pleine guerre.Sur fond de misère sociale et de chômage on voit monter en puissance le sentiment de haine contre les Israélites.
    L'auteur avait huit ans au moment des faits.
    Comment ne pas porter en soi une histoire qui s'est déroulée dans sa ville de naissance
    Un fait divers horrible et un témoignage poignant

  • Couverture du livre « Un juif pour l'exemple » de Jacques Chessex aux éditions Grasset Et Fasquelle

    catherine airaud sur Un juif pour l'exemple de Jacques Chessex

    Je continue mes lectures de cet auteur. A nouveau, peu de pages mais quelle intensité dans sa façon de nous narrer une histoire terrible. A Payerne, en 1942, Antoine Bloch a été sauvagement assassiné après être venu pour le marché de bétails. Jacques Chessex est natif de ce village et avait à...
    Voir plus

    Je continue mes lectures de cet auteur. A nouveau, peu de pages mais quelle intensité dans sa façon de nous narrer une histoire terrible. A Payerne, en 1942, Antoine Bloch a été sauvagement assassiné après être venu pour le marché de bétails. Jacques Chessex est natif de ce village et avait à l’âge de ce fait divers huit ans et il raconte simplement, humblement le fait qu’il a connu certains personnages et proches de ce fait divers. Il les a côtoyés à l’école ou dans les rues du village. Il nous décrit très bien en quelques pages le climat politique et social de cette année 1942, en Suisse. Un texte qui se lit d’une traite et qui fait froid dans le dos. Des textes qui nous incite à ne pas oublier et à ne pas laisser dire et prononcer certains propos. « Je raconte une histoire immonde et j’ai honte d’en écrire le moindre mot. J’ai honte de rapporter un discours, des mots, un ton, des actes qui ne sont pas les miens mais qui le deviennent sans que je le veuille par l’écriture. Car Vladimir Jankélévitch dit aussi que la complicité est rusée, et que rapporter le moindre propos d’antisémitisme, ou d’en tirer le rire, la caricature ou quelques exploitation esthétique est déjà en soi, une entreprise intolérable. Il a raison. »

  • Couverture du livre « Le vampire de Ropraz » de Jacques Chessex aux éditions Lgf

    Emmanuelle GERBER sur Le vampire de Ropraz de Jacques Chessex

    Ce court "roman" est vraiment intéressant car il ne semble en rien fictionné. Il s'agit plutôt d'un documentaire qui présente de façon quasi chirurgicale les événements qui ont bouleversé la région de Ropraz (Suisse) en 1903



    J'ai adoré l'écriture de ce roman, sa précision, les doutes et...
    Voir plus

    Ce court "roman" est vraiment intéressant car il ne semble en rien fictionné. Il s'agit plutôt d'un documentaire qui présente de façon quasi chirurgicale les événements qui ont bouleversé la région de Ropraz (Suisse) en 1903



    J'ai adoré l'écriture de ce roman, sa précision, les doutes et les certitudes et j'ai surtout adoré la fin époustouflante qui laisse perplexe...



    Je comparerai bien ce roman à celui de Jean Teulé : "Manngez le si vous voulez" car la cruauté des actes et le décryptage sont à un niveau exceptionnels pour l'un comme pour l'autre !



    Bonne lecture !

  • Couverture du livre « Hosanna » de Jacques Chessex aux éditions Lgf

    Christophe CORRE sur Hosanna de Jacques Chessex

    Considéré comme l’un des plus grands écrivains de la Suisse romande, Jacques Chessex, né en 1934 est décédé en octobre 2009.

    Cet ouvrage de Jacques Chessex, publié à titre posthume, ne m'a pas autant plu que ses précédentes œuvres telles que 'Le Vampire de Ropraz', 'Un juif pour l'exemple' ou...
    Voir plus

    Considéré comme l’un des plus grands écrivains de la Suisse romande, Jacques Chessex, né en 1934 est décédé en octobre 2009.

    Cet ouvrage de Jacques Chessex, publié à titre posthume, ne m'a pas autant plu que ses précédentes œuvres telles que 'Le Vampire de Ropraz', 'Un juif pour l'exemple' ou encore l'excellent 'Le dernier crâne de M. de Sade' que je vous recommande au passage. Néanmoins il demeure un bon livre.
    Au fil de la lecture on reconnaît le style de l’auteur : pas de doute c'est bien du Chessex ! Ce récit comporte des thèmes chers à ce dernier comme la mort, la vie, le passé, la religion...
    Le décès d'un de ses voisins lui donne l’occasion de réfléchir, méditer sur la mort, de faire le bilan de sa propre vie en évoquant des souvenirs plus ou moins agréables.
    Rappelons pour finir que HOSANNA est un nom masculin (de l’hébreu 'hoscha na' : sauve-nous maintenant) qui se définit comme étant une acclamation de la liturgie juive passée dans la liturgie chrétienne. Au sens littéraire, il s'agit d'un cri de joie, d'un chant de triomphe [Source : Petit Larousse illustré 2012].

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com