Toutes blessent, la dernière tue

Couverture du livre « Toutes blessent, la dernière tue » de Karine Giebel aux éditions Belfond
  • Date de parution :
  • Editeur : Belfond
  • EAN : 9782714479501
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Je connais l'enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler...

Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié,... Voir plus

Je connais l'enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler...

Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin...

Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu'au dernier.

Gabriel est un homme qui vit à l'écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D'où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel n’est, pour moi, pas vraiment un thriller, en tous cas pas celui auquel on s’attend mais c’est un roman difficilement qualifiable. C’est une histoire passionnante, émouvante, violente qui traite de l’esclavage «moderne» et qui se dévore très vite....
    Voir plus

    Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel n’est, pour moi, pas vraiment un thriller, en tous cas pas celui auquel on s’attend mais c’est un roman difficilement qualifiable. C’est une histoire passionnante, émouvante, violente qui traite de l’esclavage «moderne» et qui se dévore très vite. L’auteure a un talent certain pour surprendre son lectorat… une lecture que j’ai énormément aimée.

    Je n’ai finalement lu que peu de romans de cette auteure et jusqu’à ce jour, chacune de mes lectures a été une belle découverte même si pour celle-ci il y a bien failli y avoir un MAIS…

    C’est une histoire violente tant physiquement que moralement que nous raconte l’auteure, celle de Tama, 9 ans, que son père a laissé partir en France en espérant qu’elle aurait une meilleure vie que celle qui l’attend au pays et qui se retrouve enfermée dans un placard, esclave d’une famille bien sous tous rapports, vivant chaque jour un enfer. C’est horrible à lire, on a beaucoup de mal à imaginer que des humains puissent être aussi méchants, violents et considérer autrui comme une chose…bref, c’est violent à lire dès les premières pages on s’attache à Tama, on a envie de rentrer dans le livre pour la sauver et on attend fébrilement et avec impatience de voir si et comment elle va s’en sortir.

    En parallèle, l’auteure nous montre un homme, Gabriel, dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’il tue des gens et qui se retrouve devant une situation qui va bouleverser sa vie et nous par la même occasion.

    Le problème de ce roman est qu’il est long, très long et même si j’ai dévoré les 740 pages en 3 jours parce que j’ai aimé particulièrement l’histoire de Tama, force est de reconnaître, objectivement qu’il n’y avait pas besoin de consacrer autant de pages à la vie de Tama, moitié moins auraient suffi à nous faire prendre la mesure de toute l’horreur qu’elle a subie.

    L’alternance des chapitres entre la vie de nos deux personnages est disproportionnée, pour 20 pages de Tama on en a 2 de Gabriel et les pages de Gabriel sont tellement peu instructives qu’elles agacent, on veut retourner avec Tama. J’avoue qu’au bout d’un moment ça m’a un peu lassée, j’avais même une idée du déroulement de l’intrigue et j’attendais avec appréhension de voir si j’avais raison. Bon après c’est aussi là le talent de l’auteure qui arrive toujours à surprendre son lectorat par des twists inattendus ce qui a été le cas ici et a redonné à cette lecture un regain de suspens et de tension.

    Au final et malgré une petite baisse de régime au milieu, j’ai énormément aimé cette lecture parce que j’aime les “belles” histoires avec des personnages attachants et profonds qui m’embarquent dans leur vie et c’est ce que l’auteure a su m’offrir avec Tama dans un premier temps puis avec Gabriel qui se révèle dans le dernier tiers du roman. Il y a du suspens pour savoir comment tout cela va finir, c’est captivant et la tension est maintenue jusqu’à la toute dernière page.

    Encore une belle découverte de la plume de l’auteure même s’il y a un petit bémol.

    https://mllejavottebooks.wordpress.com/2019/01/11/toutes-blessent-la-derniere-tue-karine-giebel/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans Toutes blessent la dernière tue, Karine Giebel traite d'un sujet malheureusement d'actualité : l'esclavage moderne.
    Tama est arraché aux siens, elle quitte le Maroc car elle a été vendue par son père. Elle arrive en France, dans une famille : Les Charandon. Ils en font leur esclave, elle...
    Voir plus

    Dans Toutes blessent la dernière tue, Karine Giebel traite d'un sujet malheureusement d'actualité : l'esclavage moderne.
    Tama est arraché aux siens, elle quitte le Maroc car elle a été vendue par son père. Elle arrive en France, dans une famille : Les Charandon. Ils en font leur esclave, elle doit faire la cuisine, le ménage, s'occuper des enfants... Elle a interdiction de se montrer, de sortir au grand air, bref elle n'a pas le droit d'exister !
    Parallèlement à son histoire, nous découvrons Gabriel, un tueur, qui a la surprise de voir arriver chez lui une jeune femme. Celle ci tombe par hasard, ne se souvient de rien au réveil... Que va t'il faire d'elle ?
    Evidemment, à un moment on découvre un lien...
    J'ai adoré ce roman. Comme d'habitude Karine Giebel a réussie à me captiver de la première à la dernière page. D'ailleurs, j'ai lu ce pavé en seulement une journée et demie !
    Tout m'a plu, les personnages, l'histoire. Bien sur, par moment c'est violent voir insoutenable ! Ce que vit Tama est à vomir. Âmes sensibles s'abstenir. Mais on sait très bien que sous cette fiction il y a une certaine vérité, car il y a réellement des petites filles qui sont esclaves d'adultes sans scrupules, chez nous, en France !
    Une fois encore, l'auteure a réussir à me faire frissonner d'horreur, et je serais au rendez-vous quand elle publiera son prochain roman !
    Je mets cinq étoiles, évidemment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman dont le sujet ne peut pas laisser indifférent. Il révèle une terrible vérité, car si on sait que l’abolition de l’esclavage date de 1848, ce n’est 2013 qu’elle est notifiée dans le Code Pénal. Qui peut de nos jours exercer la pire des trahisons envers son espèce ? L’esclavage moderne...
    Voir plus

    Un roman dont le sujet ne peut pas laisser indifférent. Il révèle une terrible vérité, car si on sait que l’abolition de l’esclavage date de 1848, ce n’est 2013 qu’elle est notifiée dans le Code Pénal. Qui peut de nos jours exercer la pire des trahisons envers son espèce ? L’esclavage moderne existe de nos jours et souvent débute dès l’enfance pour avoir encore plus d’emprise. Une des faces cachées de la nature humaine nous est ainsi révélée avec la terrible histoire de Tama.
    Rien ne lui sera épargné et par voie de conséquence à nous non plus. Les lecteurs ont intérêt à avoir le cœur bien accroché car c’est une montée en puissance de violence et de sévices qui va défiler sous nos yeux. Un style percutant et tranchant, c’est cash et direct. Une inventivité sans cesse renouveler de la part des bourreaux dont le privilège n’est pas réservé aux hommes, il y a là quelques spécimens féminins à vous faire froid dans le dos. Les personnages sont forts bien construits, à aucun moment je n’ai douté de leur crédibilité, que ce soient les bourreaux pervers et barbares ou bien la victime que l’on voit grandir malgré tout. L’auteur nous dresse une galerie de personnages plus vraie que nature où parfois même les bourreaux en ont au dessus d’eux un plus fort. On va ainsi entrer dans l’intimité d’une famille franco-marocaine qui va s’offrir les services d’une esclave d’à peine 9 ans et l’enfer peut commencer…
    Parallèlement nous allons découvrir un autre personnage, Gabriel, solitaire, taiseux mais surtout malheureux. Heureusement qu’il y a ce versant de l’histoire qui vient équilibrer les atrocités que l’on ingurgite plus ou moins bien et pourtant on sent bien que viendra le moment où les deux tracés vont se rejoindre.
    J’ai dévoré ce livre en deux jours, pas très digeste et pour tout dire les personnages viennent encore quotidiennement me rendre visite. A peine avais-je commencé à lire le prologue que j’étais déjà dedans. 744 pages que je n’ai pas vu défiler tant l’intensité de l’histoire et le talent de l’auteur pour nous tenir en haleine de bout en bout ont bien fonctionné avec moi. Un livre malaisant et bouleversant mais nécessaire pour dénoncer et réveiller les consciences. Bonne lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Elle est la reine incontournable du moment. Encore un grand moment de lecture avec ce dernier opus. J'ai eu mal, j'ai eu peur, j'ai tremblé comme quasiment tous ses livres. encore une fin qui marque et qui laisse des traces.

    Elle est la reine incontournable du moment. Encore un grand moment de lecture avec ce dernier opus. J'ai eu mal, j'ai eu peur, j'ai tremblé comme quasiment tous ses livres. encore une fin qui marque et qui laisse des traces.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bonjour, j'ai lu ce livre en 48 heures. Époustouflant, violent, addictif...malgré ses 780 pages je n'ai pas senti le temps passer. J'ai vraiment adoré ce livre. Je recommande à 100%

    Bonjour, j'ai lu ce livre en 48 heures. Époustouflant, violent, addictif...malgré ses 780 pages je n'ai pas senti le temps passer. J'ai vraiment adoré ce livre. Je recommande à 100%

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il s'agit ici de ma troisième lecture de Karine Giebel et je dirais juste waouaou !
    Le thème abordé, l'esclavage moderne, permet de découvrir les travers de l'être humain, son fond noir.
    L'auteure a su me faire languir, je me suis énormément attachée à Tama et Izri.
    Ne voulant pas terminer ce...
    Voir plus

    Il s'agit ici de ma troisième lecture de Karine Giebel et je dirais juste waouaou !
    Le thème abordé, l'esclavage moderne, permet de découvrir les travers de l'être humain, son fond noir.
    L'auteure a su me faire languir, je me suis énormément attachée à Tama et Izri.
    Ne voulant pas terminer ce livre, j'ai lu la fin par petits morceaux afin de rester le plus longtemps possible avec les personnages du roman.
    Bravo et merci pour ce bon moment de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • j'attendais depuis un bon moment que ce livre revienne de prêt à la bibliothèque
    Dés les premières pages, on découvre la vie de Tama petite Algérienne qui va être arrachée à sa famille, vendue pour quelques euros avec la promesse d'une meilleure vie et surtout d'un accès à l'école.
    Et dès son...
    Voir plus

    j'attendais depuis un bon moment que ce livre revienne de prêt à la bibliothèque
    Dés les premières pages, on découvre la vie de Tama petite Algérienne qui va être arrachée à sa famille, vendue pour quelques euros avec la promesse d'une meilleure vie et surtout d'un accès à l'école.
    Et dès son arrivée en France, elle va être séquestrée dans une famille, corvéable à merci, frappée, affamée.
    Dix euros seront envoyés à son père les premiers mois, puis on va dire à son père qu'elle a quitté l'école, qu'elle est une enfant à problèmes.
    Elle n'a que 8 ans, les mois passent et les années.
    Une suite épouvantable de sévices, de tortures, inimaginables de méchanceté et de folie, qui vont s'inscrire sur son corps.
    On en a presque du mal à à comprendre ce qu'on lit , même,tant ce déchaînement de violence gratuite est dur
    à supporter.
    Comment ne pas être touchée par cette toute petite fille, si seule, mais qui apprendra à lire et à écrire.
    Qui, parfois, se rebelle au prix de châtiments violents et inhumains
    Du coup, lorsque la rencontre arrive avec Gabriel, on est, déjà, dans une telle horreur, un peu larguée et envahit par une violente domestique ordinaire, on se surprend à trouver , presque normal, sa profession de tueur à gages.
    Et, ma foi, que lui, aussi, veuille la tuer, l'enterrer au milieu d'une forêt, coule presque de source.
    Parce que les chapitres sont courts, les personnages décrits par une jeune enfant, les faits sont bruts, on se trouve emporté dans une lecture très difficile à interrompre.
    Comme l'écrit la petite fille, bien que l'esclavage soit aboli depuis des années, que tout travail mérite salaire, combien de Tama vivent un tel quotidien ?
    Une lecture qui fait frémir, qui pousse à la réflexion, qui donne la chair de poule.
    Et qui renvoie, aussi, parfois, à certains faits d'actualité où là la réalité dépasse la fiction.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je connaissais pas Karine Giebel, cela a été un choc. Un roman poignant, violent ou l'on ne sait jamais qui sont les gentils et les méchants

    Je connaissais pas Karine Giebel, cela a été un choc. Un roman poignant, violent ou l'on ne sait jamais qui sont les gentils et les méchants

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Plonger dans un pavé est un vrai plaisir pour moi ! Oui je suis fana de ces pavés qui font peur… Plus le truc est gros (je vous vois venir ! Rien de sexuel…) plus je m’éclate ! Bref, ce n’est donc pas le nombre de page qui me freine… Mais qui dit gros pavé, dit que je suis plus exigeante dans la...
    Voir plus

    Plonger dans un pavé est un vrai plaisir pour moi ! Oui je suis fana de ces pavés qui font peur… Plus le truc est gros (je vous vois venir ! Rien de sexuel…) plus je m’éclate ! Bref, ce n’est donc pas le nombre de page qui me freine… Mais qui dit gros pavé, dit que je suis plus exigeante dans la lecture. Il faut que l’auteur arrive à m’accrocher et surtout ne pas me perdre en route. J’ai déjà eu le plaisir de découvrir la plume de l’auteur, avec « Juste une ombre » et sur quelques nouvelles, j’attendais donc beaucoup de cette lecture… Pour autant, c’est en demi-teinte que je termine ce livre.Une lecture qui a mis du temps à se digérer… Une lecture dont le sujet touche, mais une lecture aux parties inégales.

    Karine Giebel, nous embarque dans une intrigue touchante, avec sujet principal l’esclavage moderne. Et même si cela semble tout droit sorti de l’imagination de l’auteur, on sait malheureusement que l’horreur existe.

    La première partie campe l’intrigue et Tama, personnage principal est décrite avec empathie. Sa vie est un calvaire et ce qu’elle vit est le summum de la noirceur dont l’être humain est capable. Le sujet est grave et touche à la corde sensible du lecteur.

    Je me suis même demandée, si ce n’était pas le parti pris de l’auteur… A la sortie du livre, j’ai eu la sensation que plusieurs livres traitaient du sujet… Je venais de lire « dans la cave » de Minette Walters… Peut-être un trop plein d’émotions… Je ne sais pas, mais toujours est-il que dans l’ensemble, je suis passée à côté !

    J’ai survolé des passages entiers, car même si les descriptions sont importantes et parfois riches de surprises, j’ai trouvé ici que certaines étaient superflues et l’ennui m’a guetté à plusieurs reprises !

    Dans la première partie, l’auteur arrive à jouer avec nos nerfs et quelques passages font repartir l’intrigue, mais entre temps, j’ai réussi à perdre le fil, sans surprise, l’auteur dévoilant trop ses cartes…

    Je ne me suis pas sentie embarquée… Plus je tournais les pages et plus je me sentais perdue… Je sais que le sujet est grave, mais pourquoi l’auteur a-t-elle pris le parti de trop en faire ? Pourquoi autant de violence… Une violence gratuite, dans la seconde partie… Avec Gabriel… Même si on sait qu’une victime a du mal à sortir de ce cercle infernal… Mais pourquoi ne pas dénoncer l’esclavage d’une manière plus subtile.

    Pourquoi retourner la situation et faire de Tama un personnage aussi naïf ? Je n’ai pas compris, j’ai longtemps cherché la réponse… Et j’ai arrêté de chercher… La romance qui a pointé son nez va supplanter l’intrigue et me vriller les neurones ! Encore une fois, l’auteur m’a perdu… Même si le parallèle entre les deux parties a une raisonnance entre esclavage et amour toxique, cela ne l’a pas fait et l’auteur s’est fourvoyée…

    Je n’ai eu aucune surprise avec ce final prévisible…

    Une déception et j’en suis la première navrée… J’attendais beaucoup de ce livre, qui pourtant est très dur, sans concession et d’une rare cruauté, mais le tout est balayé par cette déception et cette sensation d’avoir tourné en rond sur plus de 700 pages…

    En bref, une lecture que je vais vite oublier…

    Je remercie les éditions Belfond pour leur confiance réitérée

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Peut-être le savez-vous déjà, je suis exigeante en ce qui concerne les romans de la catégorie Thriller/policier.
    Désormais, celui-ci fait partie de mes préférés !
    Une lecture à couper le souffle...
    Une histoire intense qui me restera longtemps en mémoire.

    En toute franchise, âme...
    Voir plus

    Peut-être le savez-vous déjà, je suis exigeante en ce qui concerne les romans de la catégorie Thriller/policier.
    Désormais, celui-ci fait partie de mes préférés !
    Une lecture à couper le souffle...
    Une histoire intense qui me restera longtemps en mémoire.

    En toute franchise, âme sensible s’abstenir….

    Un roman qui peut déranger, car rien ne sera épargné au lecteur, des scènes violentes et de tortures y sont décrites. C'est une lecture difficile, une histoire terrible et poignante qui nous plonge dans l’inhumain.

    Deux personnages principaux : la jeune Tama, petite fille marocaine vendue pour servir d’esclave et Gabriel, un homme dangereux vivant à l'écart du monde, ne sortant que lorsqu'il doit tuer une cible.
    Et puis il y a tous les autres mais chut....

    C’est sombre, éprouvant, glaçant, mais tellement ADDICTIF ! Une fois commencé, malgré les 744 pages et quelques redondances, il est impossible de le lâcher.

    Un roman INCROYABLE ! J'ai eu le cœur qui battait à 100 à l'heure, passant par des moments d'angoisses dus à des rebondissements impensables. Mes doigts crispés sur les pages, me demandant si mon petit cœur n'allait pas me lâcher et priant à la fois, de lire à la page suivante, un déroulement plus heureux.

    Je me suis complètement plongée dans cette histoire où une puissante tension monte crescendo, où la violence est permanente, où le suspense est à son apogée !

    Une histoire qui prend incontestablement aux tripes.

    Une prise de conscience indiscutable à la lecture de cet ouvrage.

    FAUT le lire pour comprendre...

    La suite sur mon blog https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2018/08/toutes-blessent-la-derniere-tue.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com