Karine Giebel

Karine Giebel
"Karine Giébel est née en 1971 dans le Var, où elle vit toujours. Son premier roman, Terminus Elicius (Editions la Vie du rail, 2004) reçoit le Prix Marseillais du Polar en 2005. Suivront Meurtres pour rédemption (Editions la Vie du rail, 2006, et réédité au Fleuve Noir en 2010) qui a été sélecti... Voir plus
"Karine Giébel est née en 1971 dans le Var, où elle vit toujours. Son premier roman, Terminus Elicius (Editions la Vie du rail, 2004) reçoit le Prix Marseillais du Polar en 2005. Suivront Meurtres pour rédemption (Editions la Vie du rail, 2006, et réédité au Fleuve Noir en 2010) qui a été sélectionné pour le Prix Polar Cognac, Les Morsures de l'ombre (Editions Fleuve Noir, 2007) tour à tour lauréat du prix Intramuros, du Prix SNCF 2009 et du Prix Derrière les murs, Chiens de sang (Editions Fleuve Noir, 2008) et Jusqu'à ce que la mort nous unisse (Fleuve Noir, 2009), Lauréat du Prix des Lecteurs au Festival Polar de Cognac. Juste une ombre a reçu le Prix Marseillais du Polar et le Prix Polar de Cognac. Purgatoire des Innocents est son dernier roman paru au Fleuve Noir. www.karinegiebel.fr"

Articles (5)

Voir tous les articles

Avis (213)

  • Couverture du livre « Terminus Elicius » de Karine Giebel aux éditions Pocket

    Roselyne Cribier sur Terminus Elicius de Karine Giebel

    En suivant Jeanne (jeune fille timide,qui vit avec sa mère),dans ses allers et retours en train,je me trouve au coeur de l'intrigue,avec la découverte des mystérieuses lettres rédigées par un tueur.....J'ai bien aimé ce roman,même si le final ne me paraît pas évident.

    En suivant Jeanne (jeune fille timide,qui vit avec sa mère),dans ses allers et retours en train,je me trouve au coeur de l'intrigue,avec la découverte des mystérieuses lettres rédigées par un tueur.....J'ai bien aimé ce roman,même si le final ne me paraît pas évident.

  • Couverture du livre « D'ombre et de silence » de Karine Giebel aux éditions Belfond

    Musemania sur D'ombre et de silence de Karine Giebel

    Merci aux Editions Belfond et à Netgalley de m’avoir fait découvrir ce livre de nouvelles.

    J’avoue que je ne suis pas une lectrice habituée aux nouvelles et pourtant, j’ai dévoré ce livre. Il est rare de savoir apprécier une nouvelle à sa juste valeur car l’auteur doit réussir à passionner...
    Voir plus

    Merci aux Editions Belfond et à Netgalley de m’avoir fait découvrir ce livre de nouvelles.

    J’avoue que je ne suis pas une lectrice habituée aux nouvelles et pourtant, j’ai dévoré ce livre. Il est rare de savoir apprécier une nouvelle à sa juste valeur car l’auteur doit réussir à passionner son lecteur, tout en étant limité en nombre de pages. Ici, le travail est amplement réussi par l’auteure.

    Alors que je possède une dizaine de ses romans, je n’avais pour l’instant que lu « Les morsures de l’ombre », thriller que j’avais par ailleurs adoré.

    Ici, Karine Giébel rassemble 8 de ses nouvelles et chacune est captivante. Chaque histoire se termine par une morale et on en reste troublé. Ce sont des nouvelles noires, sombres où les personnages sont tous des « écorchés » de la vie.

    Le talent de l’auteure réside, selon moi, dans deux choses. Premièrement, elle vous happe dès les premiers mots et vous ne pourrez y résister sans avoir terminé l’histoire. Deuxièmement, elle vous laisse en compagnie du souvenir de ses personnages, même après avoir tourné la dernière page.

    Si vous cherchez un livre « feel good », passez votre chemin car on est en plein polar où les destins tragiques s’entrecroisent. Les fins ne sont pas toujours heureuses et pourtant, vous ne pourrez qu’apprécier la prose de l’auteure. L’écriture est juste, sans ambages. Les bons sentiments n’ont pas leurs places et ce qui laisse pantois, c’est le réalisme des histoires. Après ce genre de lecture, on ne peut que se dire que les petits bobos de la vie ne sont que secondaires.

    Comme vous l’aurez compris, j’ai tout simplement adoré ce livre malgré la noirceur de la trame. Karine Giébel est, selon moi, une auteure qui mérite sa place sur la scène du thriller et du polar français, au même titre que Maxime Chattam ou Franck Thilliez par exemple. Je la remercie, par ailleurs, de m’avoir fait si bien découvrir le monde du genre littéraire des nouvelles.

    Chronique complète : http://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/01/dombre-et-de-silence-de-karine-giebel.html

  • Couverture du livre « Juste une ombre » de Karine Giebel aux éditions Pocket

    Manue sur Juste une ombre de Karine Giebel

    Un très bon livre noir que l'on lit du debout à la fin la boule au ventre...

    Un très bon livre noir que l'on lit du debout à la fin la boule au ventre...

Voir tous les avis

Vidéos (3)

  • #TopduLibraire spécial mois du polar

Voir toutes les videos

Récemment sur lecteurs.com