Pactum salis

Couverture du livre « Pactum salis » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude
  • Date de parution :
  • Editeur : Finitude
  • EAN : 9782363390905
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Une histoire d'amitié, d'amitié improbable entre un paludier misanthrope, ancien parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, originaire de la région nantaise, qu'il a fuie pour «réussir» à Paris. Bref, tout oppose Jean et Michel dont la rencontre fortuite dans des... Voir plus

Une histoire d'amitié, d'amitié improbable entre un paludier misanthrope, ancien parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, originaire de la région nantaise, qu'il a fuie pour «réussir» à Paris. Bref, tout oppose Jean et Michel dont la rencontre fortuite dans des marais salants est le point de départ d'une amitié chaotique. Ils vont passer deux semaines ensemble, liés à la fois par une promesse absurde et par une fascination réciproque. Deux semaines où chacun oscillera entre deux mondes. Michel va entraîner Jean dans ses nuits de discothèques, de palace et d'alcool. Et la journée, Jean fera travailler Michel plus dur que jamais dans ses marais salants.

Donner votre avis

Articles (2)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • après Bojangles qui était un fabuleux roman, les marais de Pactum salis m'ont paru un peu fades. Une rencontre entre deux personnes très différentes qui se transforme en rivalité, jalousie et haine. L'histoire est pesante et l'écriture originale et imaginative et prolixe d olivier Bourdeaut ne...
    Voir plus

    après Bojangles qui était un fabuleux roman, les marais de Pactum salis m'ont paru un peu fades. Une rencontre entre deux personnes très différentes qui se transforme en rivalité, jalousie et haine. L'histoire est pesante et l'écriture originale et imaginative et prolixe d olivier Bourdeaut ne suffit pas rendre le metier de paludier passionnant....

  • J'ai été déçue et je me suis ennuyée en lisant ce roman... Je n'ai pas aimé l'histoire, pas aimé les personnages et pas aimé l'écriture.
    J'aurai pu mettre une étoile...
    Quel dommage car j'avais aimé Bojangles...

    J'ai été déçue et je me suis ennuyée en lisant ce roman... Je n'ai pas aimé l'histoire, pas aimé les personnages et pas aimé l'écriture.
    J'aurai pu mettre une étoile...
    Quel dommage car j'avais aimé Bojangles...

  • Comme nombre d’entre vous j’attendais ce livre, comme nombre d’entre vous j’avais hâte de voir ce que pouvait écrire Olivier Bourdeaut après le phénoménal « En attendant Bojangles ».
    Mon avis est fait.
    J’ai lu beaucoup de mauvaises critiques sur ce « Pactum Salis » et je pourrais en étant...
    Voir plus

    Comme nombre d’entre vous j’attendais ce livre, comme nombre d’entre vous j’avais hâte de voir ce que pouvait écrire Olivier Bourdeaut après le phénoménal « En attendant Bojangles ».
    Mon avis est fait.
    J’ai lu beaucoup de mauvaises critiques sur ce « Pactum Salis » et je pourrais en étant objective souscrire à certains des arguments qui font que l’on peut être déçu par ce livre. Mais voilà, moi, j’ai encore passé un bon moment avec la plume de cet auteur. Certes il n’y a ni la même émotion ni la même profondeur que dans le livre précédent et on est bien loin de « Bojangles le retour », mais l’écriture de Bourdeaut fonctionne sur la lectrice que je suis. C’est pétillant, c’est vif. C’est parfois facile mais les phrases claquent et les formules font mouche.
    Cette amitié improbable m’a fait penser à « un singe en hiver ». Ça boit, ça boit beaucoup, ça n’a pas la cuite mesquine ! (désolée, on a les références qu’on peut ).
    Je ferai donc partie de ceux qui achèteront - presque les yeux fermés - le prochain livre de Bourdeaut au risque évident de me lasser de ce petit côté cabotin.

  • Difficile de passer après un "En attendant Bojangles" qui reste un chef d'oeuvre. Avec "Pactum salis" Olivier Bourdeault confirme son talent indéniable d’écrivain . On est dans du beau roman sans aucun doute mais on peut parfois avoir du mal à accrocher son attention dans cette histoire...
    Voir plus

    Difficile de passer après un "En attendant Bojangles" qui reste un chef d'oeuvre. Avec "Pactum salis" Olivier Bourdeault confirme son talent indéniable d’écrivain . On est dans du beau roman sans aucun doute mais on peut parfois avoir du mal à accrocher son attention dans cette histoire d'amitié contradictoire . J'ai compris les divergences d'opinions sur ce roman mais il n'en reste pas moins que le talent de cet auteur est manifeste dans la description de scènes plus que savoureuses (notamment lors de la rencontre entre les deux personnages principaux) et reste maître dans les subtilités d'introspections des ses protagonistes . Certains personnages comme Henri ne sont pas sans rappeler Ignatius (dans "La conjuration des imbéciles" de John Kennedy Toole ) et on regrette une disparition soudaine mais ...l'auteur est roi après tout !
    Trés attirée par le titre je suis restée sur ma fin quant à la viabilité de ce pacte qui pourtant semblait sceller dans un roc à l'apogée de la collaboration mais c'est sans compter sur les "ombres " de la nature humaine qui nous rappelle que le sel sert a faire passer certains mets ...qui se mangent froid !

  • S’il y a un deuxième roman qu’on attendait avec impatience, c’est bien celui d’Olivier Bourdeaut. Après le phénomène En attendant Bojangles, on se demandait bien où l’auteur allait nous embarquer. Je l’attendais avec d’autant plus de fébrilité que lors d’une rencontre, il nous avait révélé que...
    Voir plus

    S’il y a un deuxième roman qu’on attendait avec impatience, c’est bien celui d’Olivier Bourdeaut. Après le phénomène En attendant Bojangles, on se demandait bien où l’auteur allait nous embarquer. Je l’attendais avec d’autant plus de fébrilité que lors d’une rencontre, il nous avait révélé que son deuxième roman aurait pour décor les marais salants de Guérande et plus précisément une exploitation située entre Batz sur Mer et le Croisic, sur les chemins de mon enfance.

    Michel est en vacances à la Baule, à l’hôtel L’hermitage, excusez du peu ! Agent immobilier dans la région nantaise, son but c’est conquérir Paris. Voiture de sport, garde-robe de luxe rien ne manque à sa panoplie de signes extérieurs de réussite. Il compte bien profiter pleinement de ses premières vacances depuis bien longtemps.

    Jean est né à Paris. Son enfance et son adolescence, il les a passées à essayer d’attirer l’attention de ses parents en multipliant les bêtises. Las, il n’avait rien pour susciter l’intérêt de ce père brillant universitaire et de cette mère enseignante. Peu doué pour les études et laissé libre par ses parents, le jeune homme cherchait un but dans sa vie en multipliant les conquêtes féminines et les beuveries jusqu’au jour où le déclic survint suite à une émission de télévision sur les marais salants de Guérande. Sa décision était prise, il avait trouvé sa voie. Il serait paludier. Arrivé à Guérande, Jean s’attèle à la tâche, il aime ce métier physique et solitaire en contact avec la nature. Il ne recherche pas la présence de ses collègues, cette solitude lui convenant très bien.

    Ces deux êtres que tout sépare n’avaient rien pour se rencontrer. Le destin malicieux décide pourtant de mettre son grain de sel pour chambouler leurs vies. Après une rencontre des plus houleuses, les deux hommes vont peu à peu s’apprivoiser. Une étrange « amitié » va naître faite d’un mélange de fascination et d’incompréhension.

    Pactum salis est un bon divertissement, sans plus ! Le principal intérêt ayant été pour moi d’y retrouver les lieux de mon enfance. Le roman se lit bien mais pâtit du cabotinage incessant de l’auteur. Cela se ressent surtout au niveau des dialogues qui m’ont semblé bien artificiels. Au cinéma, on dirait qu’ils sont surjoués, que les acteurs en font des tonnes. Cette surenchère de bons mots, ce manque de réalisme dans les échanges entre les deux compères m’a beaucoup gêné. Un autre aspect qui m’a dérangé, c’est cette affaire criminelle qui jalonne le roman mais qui n’apporte pas grand-chose à l’intrigue. Cet avis n’engage que moi et je vous invite à vous faire votre propre idée. Ce deuxième roman a au moins le mérite d’être très différent d' En attendant Bojangles.

  • après avoir dévoré son premier titre c'est tout naturellement et avec envie que je me suis jetée sur celui ci et le moins que l'on puisse dire c'est que ce Monsieur Bourdeaut, encore inconnu il y a un peu plus d'un an, transforme l'essai.
    J'ai été bluffé par sa gouaille, par son sens de la...
    Voir plus

    après avoir dévoré son premier titre c'est tout naturellement et avec envie que je me suis jetée sur celui ci et le moins que l'on puisse dire c'est que ce Monsieur Bourdeaut, encore inconnu il y a un peu plus d'un an, transforme l'essai.
    J'ai été bluffé par sa gouaille, par son sens de la répartie, par son humour et surtout par sa maîtrise du sucré/salé ou du chaud/froid comme vous préférez. Il est comme un de ces bonbons, vous savez? ceux qui piquent, piquent, piquent, au début puis à mesure qu'on les déguste,on y discerne la douceur sucrée et parfumée qui nous fait replonger la main dans le paquet.
    La thématique ici abordée est l'amitié. Et quelle amitié cela peut bien donner lorsqu'un paludier paumé fuyant la vie moderne et toute sociabilité va surprendre encore éméché de la veille un bon gros parigot dans toute sa splendeur matérialiste, arriviste, carriériste à la porsche rutilante endormi dans l'amas de son labeur ?! Lisez-le pour le savoir, mes zygomatiques s'en souviennent encore!

  • Alors, ma critique va être vite faite.
    Une étoile pour l’écriture plutôt belle et le titre prometteur
    Une étoile pour Guérande, la connaissance et les belles descriptions des marais salants et du métier de paludier.
    Rien d’autre ne m’a plu dans ce roman.
    Une rencontre tirée par les cheveux...
    Voir plus

    Alors, ma critique va être vite faite.
    Une étoile pour l’écriture plutôt belle et le titre prometteur
    Une étoile pour Guérande, la connaissance et les belles descriptions des marais salants et du métier de paludier.
    Rien d’autre ne m’a plu dans ce roman.
    Une rencontre tirée par les cheveux entre un paludier modeste et un riche agent immobilier et des relations qui n’ont rien de vraisemblable.
    Des dialogues déconcertants absolument pas plausibles.
    Une grosse déception pour ce roman que j’avais acheté avec délectation.

  • Olivier Bourdeaut m'avait enchantée avec son premier roman En attendant Bojangles, une histoire tour à tour légère et grave, drôle et poignante. J'attendais avec impatience ce deuxième roman qu'il nous promettait plus sombre. Je ne l'ai pas trouvé si sombre que ça, mais ce qui est certain c'est...
    Voir plus

    Olivier Bourdeaut m'avait enchantée avec son premier roman En attendant Bojangles, une histoire tour à tour légère et grave, drôle et poignante. J'attendais avec impatience ce deuxième roman qu'il nous promettait plus sombre. Je ne l'ai pas trouvé si sombre que ça, mais ce qui est certain c'est que j'ai retrouvé avec plaisir tout ce qui fait le sel de son écriture : un regard vif et tendre sur le monde, d'audacieuses fulgurances et trouvailles langagières et une bonne dose de dérision. Un excellent moment de lecture.



    Olivier Bourdeaut tricote une histoire entre deux personnages, Jean et Michel. Différents dans leur relation au monde et à l'argent, ils sont néanmoins proches dans la manière dont ils gèrent la solitude et leurs rêves. Ce couple improbable, Jean et Michel, ou cette entité particulière "Jean-Michel" comme le pile et le face d'un même désir de vivre sa vie et de la réussir emporte d'emblée l'adhésion du lecteur. Les deux personnages principaux sont très attachants. L'auteur a le don de saisir les détails intimes et sensibles pour décrire cette amitié particulière dont le titre en est l'écho pieu mais peut-être aussi la forme d'un aveu de faiblesse. « Amicitia Factum Salis »

    Plus sur :
    http://lectures2benedicte.com/2018/01/04/olivier-bourdeaut-pactum-salis-rentreehiver2018

  • Le titre est mystérieux et beau "Pactum Salis", la couverture l’est tout autant avec son fond d’un bleu indéfinissable parsemé de mulons de fleur de sel, blancs. Le décor est campé.

    En effet, "Pactum Salis", le nouveau roman d’Olivier Bourdeaut raconte une histoire d’hommes et… de sel....
    Voir plus

    Le titre est mystérieux et beau "Pactum Salis", la couverture l’est tout autant avec son fond d’un bleu indéfinissable parsemé de mulons de fleur de sel, blancs. Le décor est campé.

    En effet, "Pactum Salis", le nouveau roman d’Olivier Bourdeaut raconte une histoire d’hommes et… de sel. Michel, agent immobilier, est citadin, élégant, plutôt aisé, roule en porche et aime boire jusqu’à l’ivresse. Jean a quitté Paris pour se retrouver dans les marais salants de Guérande. Paludier, cueilleur de sel, il aime la nature et son métier. Peu intéressé par la mode, il préfère se balader en Brière plutôt que d’arpenter les avenues chic de La Baule. Il aime bien boire aussi. C’est dire si ces deux personnages sont différents, excepté leur goût commun pour les alcools forts. Leur rencontre, pour le moins originale va donner lieu à des situations mouvementées dont je n’entends pas dévoiler les tribulations. J’oublie le personnage d’Henri, fantasque et lyrique, ami passager de Jean lors de son séjour à Paris et dont je n’ai pas bien compris le rôle.

    Cette lecture me laisse intriguée tant j’ai eu l’impression de nager entre deux eaux, de passer de l’enchantement à la déception, du plaisir à l’agacement, de l’admiration à l’ennui parfois. J’ai beaucoup aimé le décor, de rêve, premier personnage à mes yeux, essentiellement marin malgré quelques incursions dans les rues et les chambres de bonne de la capitale. Les marais salants, le terrain de jeu de mon enfance, le ciel changeant et les clochers du Croisic et de Batz-sur-Mer. Ces marais, aussi beaux que traitres, avec leur croûte sèche et craquelée qui cache une vase lourde et collante, capable de vous engloutir si jamais vous avez la mauvaise idée d’y mettre le pied. Et puis, il y a La Baule et le charme de son fameux palace "L’Hermitage", sa plage de sable fin et le luxe de ses villas.

    Je n’ai pas, en revanche, réussi à m’attacher aux apprécié les personnages, même si celui de Jean a des côtés attachants. Et, si j’ai trouvé dans l’écriture des passages intéressants "Des déclarations de toutes sortes, des fiches de paie, des bons de commande, des relevés bancaires étaient en train de profiter de l’été. Certaines se baignaient en faisant la planche, d’autres bronzaient dans les hautes herbes, certaines déambulaient même le long des talus avec des allures de cerfs-volants miniatures.", ou poétiques, "A ses pieds s’étendait une galerie de miroirs froissés de friselis qui mélangeaient orange et rouge du ciel en une couleur d’orange sanguine.", elle m’a semblé plutôt lourde, ampoulée, trop désuète, trop travaillée pour être fluide. Et malgré les dialogues enlevés elle n’est pas parvenue à m’emporter complètement.

    En un mot, je suis restée sur ma faim et légèrement déçue. Mais restent les marais, véritable sel du roman.

    www.memo-emoi.fr

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com