Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Les petits garçons

Couverture du livre « Les petits garçons » de Theodore Bourdeau aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234086371
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

C'est l'histoire de deux amis qui traversent ensemble l'enfance, puis l'adolescence, et qui atterrissent à l'âge adulte le coeur entaillé.
C'est l'histoire d'un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
C'est l'histoire d'un... Voir plus

C'est l'histoire de deux amis qui traversent ensemble l'enfance, puis l'adolescence, et qui atterrissent à l'âge adulte le coeur entaillé.
C'est l'histoire d'un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
C'est l'histoire d'un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l'attendent.
C'est aussi l'histoire d'une société affolée par les nouveaux visages de la violence.
C'est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d'amour.
Mais avant tout, c'est l'histoire de deux petits garçons.

Théodore Bourdeau signe un premier roman enlevé, à l'humour réjouissant, qui entremêle la douceur de l'enfance, les erreurs de jeunesse et le nécessaire apprentissage de la vie.

Donner votre avis

Avis (26)

  • « Les petits garçons » est pour moi un livre lent. Il est des livres que je ne peux lâcher, encore une page, encore un chapitre, encore une page… et j’y passe la nuit. « Les petits garçons » est un livre lent, une page, deux, trois et mon esprit s’envole, je le repose. Je suis allée au bout...
    Voir plus

    « Les petits garçons » est pour moi un livre lent. Il est des livres que je ne peux lâcher, encore une page, encore un chapitre, encore une page… et j’y passe la nuit. « Les petits garçons » est un livre lent, une page, deux, trois et mon esprit s’envole, je le repose. Je suis allée au bout (en en lisant 4 autres entre deux pages!) mais je n’ai pas accroché, le narrateur dont on ne connaîtra jamais le nom, m’a ennuyé, il ne m’est pas sympathique. J’attendais quelque chose mais non, pas d’événements importants, pas de rebondissement mais des longueurs, des redites :« le groupe le plus triste du monde » revient un nombre incalculable de fois sans que jamais ne soit mentionné le nom du groupe même si on a les clefs pour le trouver ! Je n’ai pas aimé non plus cette façon de parler d’événements politiques situés en France comme l’élection présidentielle en changeant les noms des candidats.
    C’est un livre qui ne marquera pas mes lectures !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Magnifique roman d'initiation écrit dans un style fluide, maîtrisé et remarquable de justesse. C'est l'histoire, autobiographique mais romancée, d'un petit garçon "né heureux" qui découvre la vie avec des yeux ébahis sur tout ce qui se joue dans le hasard de la vie, les parcours, le cours du...
    Voir plus

    Magnifique roman d'initiation écrit dans un style fluide, maîtrisé et remarquable de justesse. C'est l'histoire, autobiographique mais romancée, d'un petit garçon "né heureux" qui découvre la vie avec des yeux ébahis sur tout ce qui se joue dans le hasard de la vie, les parcours, le cours du temps. Au travers d'une amitié entre deux enfants, différents mais unis par une vraie sensibilité aux choses, c'est une histoire simple, une sorte d'éducation sentimentale contemporaine qui nous va directement au coeur et prend une dimension universelle. C'est enfin un regard tendre et légèrement ironique sur le monde d'aujourd'hui, sa violence, ses déconvenues, ses questionnements sur ce qu'on transmettra, mais aussi sur ce qui persistera toujours d'une indéfectible amitié d'enfance.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Si vous êtes adepte de l'émission Quotidien diffusée sur TMC son nom ne vous sera certainement pas inconnu. Théodore Bourdeau en est le producteur éditorial. Les petits garçons est son premier roman publié aux Éditions Stock. Je l'ai découvert dans le cadre de ma participation aux 68 premières...
    Voir plus

    Si vous êtes adepte de l'émission Quotidien diffusée sur TMC son nom ne vous sera certainement pas inconnu. Théodore Bourdeau en est le producteur éditorial. Les petits garçons est son premier roman publié aux Éditions Stock. Je l'ai découvert dans le cadre de ma participation aux 68 premières fois. Écrire, a priori Théodore Bourdeau il sait puisqu'il est journaliste. Mais écrire un roman est une toute autre histoire, surtout lorsque comme lui, on pense que la littérature est quelque chose de sacré.

    Les petits garçons, c’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le cœur entaillé. C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs. C’est l’histoire d’un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l’attendent. C’est aussi l’histoire d’une société affolée par les nouveaux visages de la violence. C’est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d’amour. Mais avant tout, c’est l’histoire de deux petits garçons. Le narrateur l'affirme, il est né heureux, et après tout s'est compliqué.

    Les petits garçons raconte l'enfance, l'adolescence puis l'entrée dans la vie d'adulte de deux amis, le narrateur et Grégoire. Deux parcours de vie qui se croisent, s'éloignent et se recroisent. Deux garçons radicalement opposés, deux parcours faits de choix différents, deux évolutions aux antipodes. Et pourtant, leur amitié résiste aux épreuves, au temps. L'un est sensible et fragile, ne fait jamais les bons choix, l'autre est brillant à l'avenir prometteur, il réussit tout, réussit vite. Si l'un fascine l'autre, assurément les deux sont liés par une amitié sincère et profonde.

    Les petits garçons est un roman d'apprentissage empreint de romantisme et de nostalgie. Sans jamais dater ni vraiment situer l'histoire, Théodore Bourdeau nous embarque de la douceur de l'enfance à violence de notre société sur fond de crise, de confusion des sentiments, doublé de l'angoisse des attentats. Au final, Les petits garçons est une jolie histoire d'amitié. Bien que l'écriture soit fluide et somme toute agréable, il m'a tout de même manqué l'essentiel, l'émotion. A l'instar de Théodore Bourdeau qui donne l'impression d'avoir écrit ce roman avec un pas de côté, je l'ai lu de côté. J'aurais tellement aimé pouvoir sauter à pieds joints dans cette histoire et être éclaboussée de cette amitié, un peu comme quand enfant on saute dans une flaque d'eau. L'auteur a préféré que nous contournions cette flaque, dommage !

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2019/07/mon-avis-sur-les-petits-garcons-de.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • chronique Nathalie Bullat :
    " je suis né heureux" ainsi commence Théodore Bourdeau pour nous relater le passage du doux cocon de l'enfance aux désordres du monde adulte. C'est un roman générationnel. Nos enfants nés dans les années 80 s'identifieront, ils retrouveront leurs années collèges, la...
    Voir plus

    chronique Nathalie Bullat :
    " je suis né heureux" ainsi commence Théodore Bourdeau pour nous relater le passage du doux cocon de l'enfance aux désordres du monde adulte. C'est un roman générationnel. Nos enfants nés dans les années 80 s'identifieront, ils retrouveront leurs années collèges, la fac, le chanteur aux cheveux blonds crasseux du groupe" le plus triste du monde", les premiers jobs, les compétitions et désenchantements , les morsures de la vie . Mais surtout cette génération "Bataclan" est marquée par la répétition d' attentats " comme des écorchures agaçantes portées sur notre jeunesse ". Ce fléau de notre époque, le terrorisme , ils ne l'attendaient pas !!!!

    Il s'agit surtout d'une amitié indéfectible depuis la maternelle. Les deux amis d'origine différente ( le narrateur plus modeste alors que Grégoire vient de la grande bourgeoisie) traversent les étapes de la vie ensemble. Grégoire est toujours exigeant, prévoyant, studieux, l homme d'une seule femme. Le narrateur est rêveur, mélancolique, tombe amoureux toutes les cinq minutes, cherche sa voix. Pourquoi pas le journalisme ? Alors que Grégoire se dirige vers une carrière politique après de brillantes études. Sauront-ils prendre les bonnes décisions ?
    Que sont devenus ces petits garçons qui étaient "au commencement "vierge du monde, du travail, des amours, des ambitions "
    j'ai beaucoup aimé l'écriture limpide, teintée d'humour et de mélancolie. ( l'auteur est journaliste sur canal +, serait-ce autobiographique ???).
    c 'est une belle découverte !!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans cette très jolie évocation de l’amitié entre deux garçons, née dans leur enfance et poursuivie jusqu’à l’âge adulte, l’un (le narrateur) est plutôt timide, bienveillant et spectateur de sa vie, tandis que l’autre, très volontaire, est élevé pour prendre son avenir en main de façon...
    Voir plus

    Dans cette très jolie évocation de l’amitié entre deux garçons, née dans leur enfance et poursuivie jusqu’à l’âge adulte, l’un (le narrateur) est plutôt timide, bienveillant et spectateur de sa vie, tandis que l’autre, très volontaire, est élevé pour prendre son avenir en main de façon draconienne.
    L’auteur sait rendre les mystères de cette amitié qui défie la logique et le temps, en dépit des vicissitudes, des rencontres amoureuses, des hauts et des bas de l'eistence...
    Il a de très belles pages sur la prime jeunesse, au moment où le cocon familial forge les armes qui protègeront quand on aura grandi, de belles notations aussi sur la belle énergie qui anime les enfants et sur les interrogations à l’âge de l’adolescence, le moment où on se rend compte que la vie vous rattrape, que le monde est dur et qu’il faut le mordre ou accepter d’être mordu...
    Ce roman, qui se lit facilement, est subtil et délicat sans pour autant être léger. Il affirme que, dans un monde impitoyable et une époque sans pitié, la chaleur de l’amitié et les souvenirs d’une enfance entourée d’amour aident à encaisser la tristesse et les échecs.

    Lu dans le cadre des 68 premières fois, ce livre voyagera auprès des nombreux.ses lecteurs/lectrices engagé.e.s dans l'aventure.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je remercie les éditions Stock pour l'envoi, via net galley, du roman Les petits garçons de Théodore Bourdeau.
    C’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le cœur entaillé.
    C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit,...
    Voir plus

    Je remercie les éditions Stock pour l'envoi, via net galley, du roman Les petits garçons de Théodore Bourdeau.
    C’est l’histoire de deux amis qui traversent ensemble l’enfance, puis l’adolescence, et qui atterrissent à l’âge adulte le cœur entaillé.
    C’est l’histoire d’un jeune homme maladroit, le narrateur, un peu trop tendre pour la brutalité du monde, mais prêt pour ses plaisirs.
    C’est l’histoire d’un parcours fulgurant, celui de son ami Grégoire, et des obstacles qui l’attendent.
    C’est aussi l’histoire d’une société affolée par les nouveaux visages de la violence.
    C’est enfin une histoire de pouvoir, de déboires et d’amour.
    Mais avant tout, c’est l’histoire de deux petits garçons.
    Les petits garçons de Théodore Bourdeau est un roman intéressant que j'ai pris plaisir à lire. Il se déroule doucement, on ne peut pas dire qu'il se passe énormément de choses mais malgré un rythme assez lent, cela m'a plu. Nous avons deux petits garçons, notre narrateur et Grégoire, celui qui deviendra son meilleur ami. Grégoire, à qui tout réussit...
    C'est la vie de deux petits garçons qui grandissent, découvrent la vie, l'amour...
    Une histoire simple en somme et qui ressemble à notre vie.
    Il m'est difficile d'en dire plus, car je n'ai pas envie de tout dévoiler sur ce roman.
    J'ai aimé, même si parfois un peu trop lent pour moi. Je préfère quand c'est un peu plus rythmé mais je garderais un bon souvenir de cet ouvrage.
    Ma note : quatre étoiles.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sélection 68premièresfois 2019-1
    Un doux titre "les petits garçons" pour ce premier roman : l'auteur nous décrit la vie de jeunes garçons, "normaux". de la maternelle à l'entrée dans la vie dite active, l'auteur va nous raconter la vie, avec un sensible air du temps. Nous sommes dans les années...
    Voir plus

    Sélection 68premièresfois 2019-1
    Un doux titre "les petits garçons" pour ce premier roman : l'auteur nous décrit la vie de jeunes garçons, "normaux". de la maternelle à l'entrée dans la vie dite active, l'auteur va nous raconter la vie, avec un sensible air du temps. Nous sommes dans les années 2000, et quelques épisodes récents. le narrateur, peut être l'auteur lui même, est un peu en retrait, il fait tranquillement son petit bonhomme de chemin, des études normales puis son entrée dans le monde du journalisme, alors que son meilleur ami depuis la maternelle, Grégoire, a une vie plus flamboyante, un milieu social plus privilégié, des études brillantes (une sorte de bête à concours). L'auteur nous décrit le monde politique, journalistique de notre époque mais aussi de belles pages sur l'enfance, les amitiés qui durent malgré des chemins pris différents. Un texte avec une écriture fluide mais qui a travers certaines lignes décrit très bien l'atmosphère de notre société actuelle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cette ode à l'amitié est une chronique des années 1990/2000.
    Grégoire et le narrateur se sont rencontrés à l'école maternelle et les 2 petits garçons ont partagé tous les moments importants de l'enfance puis de l'adolescence et des débuts de l'âge adulte. Les parents sont aimants, les milieux...
    Voir plus

    Cette ode à l'amitié est une chronique des années 1990/2000.
    Grégoire et le narrateur se sont rencontrés à l'école maternelle et les 2 petits garçons ont partagé tous les moments importants de l'enfance puis de l'adolescence et des débuts de l'âge adulte. Les parents sont aimants, les milieux aisés, même si les familles et l'éducation donnée sont différentes. L'un suit la voie préconisée par son père, l'autre se cherche.
    J’ai ressenti une grande nostalgie de l’enfance et l’auteur a certainement mis beaucoup de lui dans ce récit assez banal mais tellement vrai. Le narrateur vit dans l’ombre de son ami et cependant l’amitié qui les unit est très forte. De ces deux petits garçons l'un reste enfant très longtemps tandis que l'autre mûrit vite. Au fond d’eux-mêmes ils restent toujours les petits garçons qu'ils ont été.
    Ce roman bien ancré dans l'époque, avec le 11 septembre puis les attentats en France, nous parle quel que soit notre âge. Nous sommes tous un peu restés le petit garçon (ou la petite fille) d’avant la confrontation avec le monde réel, quand tout était simple, bien au chaud dans le cocon familial.
    Théodore Bourdeau a certainement gardé son âme d’enfant car son narrateur ne se prend pas au sérieux et ce roman est écrit avec beaucoup d’humour.
    Il y a celui qui a fait l'ENA et celui qui glandouille, celui qui a réussi et celui qui se cherche toujours, Mais au final quel est celui qui vit le mieux sa vie d’adulte ?
    Sélection premier semestre 2019 des 68 Premières Fois
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/04/09/les-petits-garcons-de-theodore-bourdeau/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.