Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le laisser aller des éliminés ; lettres à l'abbé Coutant, 1948-1950

Couverture du livre « Le laisser aller des éliminés ; lettres à l'abbé Coutant, 1948-1950 » de Gaston Chaissac aux éditions Le Temps Qu'il Fait
Résumé:

Gaston Chaissac, peintre d'une rare originalité, faisait oeuvre d'art de toutes choses :
Pierres, souches d'arbres, outils hors d'usage et autres débris inutiles qu'il transfigurait à sa fantaisie. Avec le temps, il est devenu une sorte de notable de l'art brut, pour les critiques et les... Voir plus

Gaston Chaissac, peintre d'une rare originalité, faisait oeuvre d'art de toutes choses :
Pierres, souches d'arbres, outils hors d'usage et autres débris inutiles qu'il transfigurait à sa fantaisie. Avec le temps, il est devenu une sorte de notable de l'art brut, pour les critiques et les amateurs.
Découvert par Paulhan et Queneau, il fut aussi un écrivain remarquable. Son oeuvre littéraire, innombrable et facétieuse, est principalement constituée de sa correspondance :
Des milliers de lettres envoyées chaque jour depuis son village vendéen à toutes sortes de correspondants, notoires ou inconnus, auxquels il relatait les « nouvelles locales choisies parmi les moins sensationnelles », ne leur épargnant pas les « idées contradictoires ».
Ce volume groupe une vingtaine de ces lettres, adressées de 1948 à 1950 à l'abbé Coutant qui envisageait de devenir lui aussi artiste-peintre. Outre la savoureuse chronique villageoise, on y trouvera les surprenants avis du « marmiton de lart brut » ( comme il se nomme lui- même ) sur la peinture et sur la religion.

Donner votre avis