Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'Arabe du futur T.5 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994)

Couverture du livre « L'Arabe du futur T.5 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994) » de Riad Sattouf aux éditions Allary
  • Date de parution :
  • Editeur : Allary
  • EAN : 9782370733528
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Le cinquième tome du succès mondial L'Arabe du futur couvre les années 1992-1994.
Riad Sattouf y raconte son adolescence.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (8)

  • Ce tome est celui des superstitions et croyances en tout genre et c'est aussi le tome qui m'a le moins intéressée.
    Le père qui cumulé déjà beaucoup de tares : raciste, schizophrène, islamiste en gestation, on peut désormais ajouté Homophobe et Criminel.
    La mère qui comme elle le dit à mis 20...
    Voir plus

    Ce tome est celui des superstitions et croyances en tout genre et c'est aussi le tome qui m'a le moins intéressée.
    Le père qui cumulé déjà beaucoup de tares : raciste, schizophrène, islamiste en gestation, on peut désormais ajouté Homophobe et Criminel.
    La mère qui comme elle le dit à mis 20 ans à se réveiller, se tourne dans ce tome vers sa religion, après avoir affirmé qu'elle n'était pas croyante au départ (tiens ça me rappelle quelqu'un), c'est partie pour toute les arnaques : voyance et pèlerinage à Lourdes (C'est bien de montrer que ce genre de chose ont de l'emprise que sur les gens désespérés et malheureux).
    Sinon les enfants s'en prennent plein la tête, entre l'âge ingrat de l'adolescence et un père enleveur d'enfant parti en Syrie mais dont l'ombre menaçante plante sur eux et leur mère qui se débat avec la justice et qui tient des propos raciste envers le père devant ses enfants ( à moitié arabe).
    Il y a globalement un sentiment de malaise à la lecture de ce livre, c'est criant de vérité du coup on a un peu l'impression d'être un voyeur. Il y a quelque chose de très intrusif.
    Quant au clap de fin, ça me semble complétement rocambolesque que le père change d'avis en 2 secondes, ça metonnerai qu'il tienne parole (mais après tout, la logique et la raison sont loin de le caractériser, alors tout est possible avec la schizophrénie).

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelle vie empêchée !!!
    On peut comprendre cette obsession pour l'âge de l'adolescence ! J'espère qu'il va vite trouver son Annaïck et s'éloigner de Platon !?

    Son père va-t-il finir par ressentir un peu de culpabilité ?

    #Les cahiers d'Esther
    #Les beaux gosses
    #Retour au collège
    #La...
    Voir plus

    Quelle vie empêchée !!!
    On peut comprendre cette obsession pour l'âge de l'adolescence ! J'espère qu'il va vite trouver son Annaïck et s'éloigner de Platon !?

    Son père va-t-il finir par ressentir un peu de culpabilité ?

    #Les cahiers d'Esther
    #Les beaux gosses
    #Retour au collège
    #La vie secrète des jeunes

    Et même
    #Le manuel du puceau
    #Jacky au Royaume des filles

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est toujours un bonheur de retrouver cette série. Nous sommes en 1992, Riad a 14 ans. A la fin du tome précédent, son père a enlevé son petit frère Fadi et a regagné la Syrie. La maman de Riad est désespérée, ses grands-parents seront fort présents pour notre plus grand bonheur.

    Pour...
    Voir plus

    C'est toujours un bonheur de retrouver cette série. Nous sommes en 1992, Riad a 14 ans. A la fin du tome précédent, son père a enlevé son petit frère Fadi et a regagné la Syrie. La maman de Riad est désespérée, ses grands-parents seront fort présents pour notre plus grand bonheur.

    Pour Riad, c'est l'adolescence, le temps de se préoccuper un peu plus de son look, de sdes premières amours. C'est d'office une période compliquée en soi mais les craintes que son père ne revienne pour l'enlever à son tour vont encore compliquer les choses.

    Riad était enfin invité par son premier amour "Annaick" lorsque sa mère décide de l'enlever de l'école, de l'éloigner de ses potes qui trouvaient génial d'avoir un ami syrien , pour le "cacher" dans une maison en Auvergne abandonnant l'école et son entourage.

    C'est aussi à ce moment que Riad va découvrir les auteurs de BD : Bilal, Moebius et l'univers de "Lovecraft", cela changera et affirmera son dessin.

    La période de l'adolescence est aussi celle où Riad fait attention à son apparence, le look devient important tout comme les infleunces musicales, c'est la période de Nirvana, Kurt Cobain, le trash metal.

    Riad va aussi prendre conscience des origines sociales, des bandes d'arabes qui viennent semer la peur dans les bus ou devant l'école, il va se poser des questions sur la magie noire, les croyances lorsqu'il fera avec sa mère un voyage à Lourdes.

    Dans cet album pour la première fois, Riad s'exprime et prend part à sa vie , il verbalise alors qu'auparavant il voyait les choses avec son regard d'enfant.

    Toujours aussi fan de cette série, il nous manque un volume à paraître pour la clôturer.

    Les jolies phrases

    Tu sais, je te conseille de ne pas juger ton père, tout le monde a ses raisons dans la vie.. Tu comprendras ça plus tard... Un père, c'est un père.

    Moi j'envie ceux qui croient parce que ça aide à tenir le coup de croire. Ça doit aider à supporter la vie !

    C'est les gens aisés, ils sont comme ça... ils sont fiers d'eux... Ils ont pas de recul mais ils ont pas un mauvais fond.. c'est des gosses de riches.. comme moi en fait... Ha ha


    https://nathavh49.blogspot.com/2021/03/larabe-du-futur-5-riad-sattouf.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • S il y avait bien une bande dessinée que j’espérais avoir au pied du sapin de Noël, c’était le cinquième tome de l’Arabe du futur. Comme j’ai été très sage, le Père Noël a exaucé ma demande !

    Couverture du livre « L'Arabe du futur T.5 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994) » de Riad...
    Voir plus

    S il y avait bien une bande dessinée que j’espérais avoir au pied du sapin de Noël, c’était le cinquième tome de l’Arabe du futur. Comme j’ai été très sage, le Père Noël a exaucé ma demande !

    Couverture du livre « L'Arabe du futur T.5 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994) » de Riad Sattouf aux éditions Allary
    Riad Sattouf m’avait laissée à la fin du tome 4 avec l’envie d’avoir au plus vite le tome 5 ! C’est inhumain de faire cela à un lecteur ! Finir sur un tel événement et faire patienter pendant un an, c’est digne de la torture !

    Enfin, en ouvrant le tome 5, je retrouvais ce cher Riad, sa famille avec les problèmes de presque toutes les familles et cette fois, j’ai plongé dans l’adolescence du jeune Riad. Premiers émois, les études, les premiers choix à faire, la place au sein de la famille, tels sont les événements qui jalonnent ce nouveau tome – je ne vous en dis pas plus, surtout si vous n’avez pas lu les tomes précédents. Bien évidemment, Riad Sattouf a toujours le trait vif et l’humour grinçant et ça j’adore !

    En revanche, Monsieur Sattouf, c’est encore une fois inadmissible de nous laisser patienter autant avant de lire le tome 6 ! Au moins, le Père Noël sait déjà ce qu’il peut me prendre pour me faire plaisir l’an prochain !!!

    En résumé: Fan !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Humour grinçant....comme on peut attendre de l’auteur d’une autre BD” Brutal”.on aime inconditionnellement.

    Humour grinçant....comme on peut attendre de l’auteur d’une autre BD” Brutal”.on aime inconditionnellement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Riad Sattouf continue la chronique de son enfance. Cet épisode est un peu plus sombre que les précédents. Riad arrive à l'adolescence : l'âge des premiers amours, platoniques ; celui où l'on quitte le collège pour le lycée ; le temps des idées noires ; et surtout, pour l'auteur, le conflit...
    Voir plus

    Riad Sattouf continue la chronique de son enfance. Cet épisode est un peu plus sombre que les précédents. Riad arrive à l'adolescence : l'âge des premiers amours, platoniques ; celui où l'on quitte le collège pour le lycée ; le temps des idées noires ; et surtout, pour l'auteur, le conflit familial. Le père est rentré en Syrie, emmenant avec lui le petit frère, Fadi, que toute la famille veut faire revenir en France ; mais les démarches sont longues...

    J'ai beaucoup aimé les quatre premiers tomes. J'ai été encore plus touché par ce cinquième : quand un ado ne parvient plus à nommer son père "papa" mais seulement "le père Satouff"...
    Il y avait dans les premiers tomes une sorte de détachement : l'auteur portait en quelque sorte un regard extérieur, en recul, sur son enfance. La fin du tome 4 marquait une bascule : le départ du père, enlevant le 3ème fils, plongeait Riad dans le conflit familial.
    Dans le tome 5, l'enfance est terminée. Le gamin n'en a peut-être pas envie, mais il s'implique aux côtés de sa mère, pour retrouver le petit frère plus que contre le père. Cela au tout début de l'adolescence, un moment où il y a la vie que l'on rêve (ou qu'on cauchemarde), et celle, très différente, que l'on vit. Le dessin, qui a gardé toute sa pureté, montre bien ces deux dimensions (fond blanc pour la réalité, fond rouge pour le reste). L'auteur semble plus impliqué dans son texte, moins observateur et plus acteur.
    Textes et dessins constituent un assemblage réussi de transparence et de pudeur : Riad Sattouf nous dit beaucoup, sans doute pas tout, et le fait avec pudeur. Le lecteur n'a jamais le sentiment de devenir voyeur.

    Bref, un album fort, sur une période sans doute difficile de la vie du dessinateur. Excellemment réussi !

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2020/11/27/larabe-du-futur-5-riad-sattouf-allary-editions-fort-et-excellent/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • On ne présente plus cette autobiographie racontée façon BD. On n'a plus la surprise du dessin, du style mais il n'empêche quand on commence... on devient accro.
    En cette période difficile j'ai réussi a trouver une librairie indépendante (j'y tenais) pour l'acheter. Alors le jour où j'ai pu le...
    Voir plus

    On ne présente plus cette autobiographie racontée façon BD. On n'a plus la surprise du dessin, du style mais il n'empêche quand on commence... on devient accro.
    En cette période difficile j'ai réussi a trouver une librairie indépendante (j'y tenais) pour l'acheter. Alors le jour où j'ai pu le récupérer je ne l'ai pas lu, je l'ai regardé comme un trophée mon livre.
    Le lendemain quand je l'ai commencé je me suis efforcée de le lire à petites doses pour faire durer le plaisir. Un vrai bonheur. Certes l'histoire n'est pas toujours très gaie mais Riad Sattouf nous en met de nouveau plein la vue avec ses traits d'humour, ses descriptions autour des personnages, des situations. C'est dense, prenant. Je ne vous raconte rien du déroulement de l'histoire, le quatrième de couverture et là pour ça.
    Bref si vous ne connaissez pas précipitez vous chez votre libraire et achetez le 1, puis la suite !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lu le jour de sa sortie. Trop bien (comme dirait Esther)
    Merci .

    Lu le jour de sa sortie. Trop bien (comme dirait Esther)
    Merci .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.