Riad Sattouf

Riad Sattouf
Riad Sattouf, né en 1978, est l'auteur de nombreux succès en bandes dessinées : Retour au collège, Pascal Brutal (Fauve d'or 2010 pour le tome 3), La Vie secrète des jeunes et L'Arabe du futur (Fauve d'or 2015 pour le tome 1). Il est également cinéaste (Les Beaux Gosses, César du
meilleur premier ... Voir plus
Riad Sattouf, né en 1978, est l'auteur de nombreux succès en bandes dessinées : Retour au collège, Pascal Brutal (Fauve d'or 2010 pour le tome 3), La Vie secrète des jeunes et L'Arabe du futur (Fauve d'or 2015 pour le tome 1). Il est également cinéaste (Les Beaux Gosses, César du
meilleur premier film et Jacky au royaume des filles).

Vidéos relatives à l'auteur

  • Le métier d'éditeur avec Guillaume Allary et Riad Sattouf

    Ce troisième volet de notre web-série des Carnets de l'édition est consacré au métier d'éditeur avec Guillaume Allary (Allary éditions) à l'occasion de la sortie du roman graphique de Riad Sattouf, L'Arabe du futur 2, paru le 11 juin...

Articles en lien avec Riad Sattouf (3)

Avis sur cet auteur (66)

  • add_box
    Couverture du livre « L'Arabe du futur T.2 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) » de Riad Sattouf aux éditions Allary

    L.B. sur L'Arabe du futur T.2 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) de Riad Sattouf

    J’ai apprécié ce deuxième tome encore plus que le premier, si possible. Peut-être que cela est dû au fait que l’univers graphique m’est désormais familier et que j’ai retrouvé, dès les premières pages, la Syrie dépeinte par Riad Sattouf. Ce tome est tout en poésie et passe avec aisance et...
    Voir plus

    J’ai apprécié ce deuxième tome encore plus que le premier, si possible. Peut-être que cela est dû au fait que l’univers graphique m’est désormais familier et que j’ai retrouvé, dès les premières pages, la Syrie dépeinte par Riad Sattouf. Ce tome est tout en poésie et passe avec aisance et subtilité de l’humour de souvenirs d’enfant légers et attendrissants à d’autres, nettement plus graves, comme ceux liés aux crimes d’honneur. C’est aussi l’occasion de porter un nouveau regard sur la Syrie et d’en apprendre plus à son sujet.

  • add_box
    Couverture du livre « L'Arabe du futur T.1 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) » de Riad Sattouf aux éditions Allary

    L.B. sur L'Arabe du futur T.1 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) de Riad Sattouf

    C’est un premier tome qui se dévore en une seule traite que livre dans un récit autobiographique emplie de réalisme, de poésie et d’humour et de dérision dépit du sérieux de certains sujets. On parcourt avec plaisir ses dessins qui paraissent simples mais qui n’en sont pas moins expressifs et...
    Voir plus

    C’est un premier tome qui se dévore en une seule traite que livre dans un récit autobiographique emplie de réalisme, de poésie et d’humour et de dérision dépit du sérieux de certains sujets. On parcourt avec plaisir ses dessins qui paraissent simples mais qui n’en sont pas moins expressifs et terriblement efficaces et parviennent à nous faire voir, sans peine, le monde de l’auteur tel qu’il le voyait avec ses yeux d’enfant ou ce que lui rappellent ses souvenirs. J’attends impatiemment de découvrir la suite.

  • add_box
    Couverture du livre « L'Arabe du futur T.4 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992) » de Riad Sattouf aux éditions Allary

    Michel Giraud sur L'Arabe du futur T.4 ; une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992) de Riad Sattouf

    Le choc des cultures, qu'on pressentait dans les tomes précédents, arrive à son paroxysme : les parents se déchirent. La mère rentre vivre en France avec ses enfants ; elle y tombe malade, cancer. Le père part enseigner en Arabie Saoudite où il se radicalise. Même quand ils se retrouvent, en...
    Voir plus

    Le choc des cultures, qu'on pressentait dans les tomes précédents, arrive à son paroxysme : les parents se déchirent. La mère rentre vivre en France avec ses enfants ; elle y tombe malade, cancer. Le père part enseigner en Arabie Saoudite où il se radicalise. Même quand ils se retrouvent, en France où en Syrie, la communication ne passe plus. Jusqu'au drame final !

    Le dessin est toujours aussi simple et limpide. Le propos se fait plus grave. Riad Sattouf met en parallèle les déchirements des adultes, que les enfants subissent, et les premiers émois amoureux de son adolescence. Le texte reste clair, sans parti pris, factuel mais sans concession. On souffre avec le petit Riad et sa famille.

    Si le sujet n'était pas aussi grave, j'aurais dit : "jubilatoire" !

  • add_box
    Couverture du livre « Les cahiers d'Esther T.4 ; histoires de mes 13 ans » de Riad Sattouf aux éditions Allary

    EmilieG sur Les cahiers d'Esther T.4 ; histoires de mes 13 ans de Riad Sattouf

    https://wordpress.com/post/dubonheurdelire.wordpress.com/3802

    C’est mon petit péché mignon : m’offrir dès leur sortie les Cahiers d’Esther ! Oui, je suis comme ça ! Je me fais plaisir ! Et d’ailleurs rare est ma déception quand il s’agit du travail de Riad Sattouf !
    Le projet : « Chaque...
    Voir plus

    https://wordpress.com/post/dubonheurdelire.wordpress.com/3802

    C’est mon petit péché mignon : m’offrir dès leur sortie les Cahiers d’Esther ! Oui, je suis comme ça ! Je me fais plaisir ! Et d’ailleurs rare est ma déception quand il s’agit du travail de Riad Sattouf !
    Le projet : « Chaque semaine, la jeune fille anonyme qui se cache derrière Esther se confie à Riad Sattouf. Elle lui raconte son quotidien, ses états d'âme, sa vision du monde. Riad Sattouf les met ensuite en mots et en images pour composer une planche de bande dessinée, prépubliée dans L'Obs. »
    Avec les Cahiers d’Esther, je replonge dans l’innocence et la cruauté de l’enfance et de l’adolescence et je me remets à jour dans mes expressions de jeune ! Et surtout, je ris !
    Je dévore et après je relis chaque planche ! C’est avec beaucoup de finesse que Riad Sattouf nous fait adopter le regard d’Esther sur le monde qui l’entoure et qu’il est bon pour quelques minutes de redevenir une adolescente !
    Mais comme toujours ce plaisir de lecture est bien trop court et je n’ai qu’une hâte que le volume suivant soit publié !
    En résumé : un plaisir lecture que je ne me refuse pas ! (en plus cette année, chanceuse que je suis, j’ai mon exemplaire dédicacé !)