La traductrice

Couverture du livre « La traductrice » de Efim Grigor'Evic Etkind aux éditions Interferences
  • Date de parution :
  • Editeur : Interferences
  • EAN : 9782909589244
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Ce tout petit livre nous conte, de façon vivante et concrète, l'étonnante histoire vraie d'une traductrice russe passionnée de poésie anglaise qui, arrêtée pendant la guerre de 40, traduisit le Don Juan de Byron (17 000 vers) dans une cellule du NKVD pendant deux ans.
Le destin de Tatiana... Voir plus

Ce tout petit livre nous conte, de façon vivante et concrète, l'étonnante histoire vraie d'une traductrice russe passionnée de poésie anglaise qui, arrêtée pendant la guerre de 40, traduisit le Don Juan de Byron (17 000 vers) dans une cellule du NKVD pendant deux ans.
Le destin de Tatiana Gnéditch, par ailleurs descendante du traducteur de L'Ilyade en russe, illustre à merveille la place de la poésie dans la résistance intérieure aux dictatures : Tatiana Gnéditch a survécu à la prison et au camp grâce au poème de Byron. Et sa passion pour la littérature est devenue le catalyseur des aspirations à la liberté et à la beauté de ceux qui, plus tard, ont lu les 100 000 exemplaires de sa traduction.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Efim Etkind répond à nos questions ! (13/07/2012)

1) Qui êtes-vous ? ! La traductrice, qui a la chance de n'avoir jamais traduit que des livres qu'elle aime et pour de bons éditeurs, et l'éditrice, qui ne publie que des livres qu'elle a soigneusement choisis. 2) Quel est le thème central de ce livre ? C'est l'histoire, racontée par un traducteur, d'une traductrice qui traduit un long poème de Byron dans une cellule de prison. Il y a donc deux thèmes : la traduction en tant que passion qui peut vous habiter même au fond d'une prison, et le pouvoir salvateur de l'art, en l'occurrence, ici, la poésie. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? La réalité était absurde et ne s'en cachait pas. 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Le Don Juan de Mozart. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Mon émerveillement devant les ressources infinies de l'être humain capable de vivre si intensément pour et par l'art qu'il arrive à transcender des conditions de vie inhumaines, et ma gratitude envers tous les créateurs dont l'oeuvre possède "... une vie, une force grâce auxquelles des gens sont restés des êtres humains", comme l'a écrit un jour Chalamov à Pasternak après dix-sept années dans les camps de la Kolyma.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    Étonnante découverte que la dernière petite merveille des éditions Interférences ! Écrit par un Efim Etkind (1918-1999), grand spécialiste de littérature russe, co-auteur d'une ambitieuse Histoire de la littérature russe éditée chez Fayard, La traductrice se présente comme un récit surprenant...
    Voir plus

    Étonnante découverte que la dernière petite merveille des éditions Interférences ! Écrit par un Efim Etkind (1918-1999), grand spécialiste de littérature russe, co-auteur d'une ambitieuse Histoire de la littérature russe éditée chez Fayard, La traductrice se présente comme un récit surprenant d'une vingtaine de pages qui relate l'histoire de la traductrice du Don Juan de Lord Byron. Arrière-arrière-petite-nièce de Nikolaï Gnéditch, le traducteur de L'Iliade en russe, Tatiana Grigorievna Gnéditch a traduit les quelques 17 000 vers que compte le chef d'oeuvre de Byron dans des conditions quelques peu particulières. Tour à tour enseignante, traductrice et interprète, cette femme à la personnalité des plus tranchées s'est dénoncée elle-même auprès du Régime pour avoir envisagé un peu trop sérieusement de se rendre dans le bloc de l'Ouest. Condamnée à purger une peine de dix ans dans un camp de redressement, elle passa les deux premières années de sa peine dans une cellule du NKVD. Mais un heureux hasard attribua à notre détenue un interrogateur cultivé qui, sensible à son entreprise inédite de traduction, se mit en tête de la faciliter, pour finalement en assurer lui-même la diffusion.

    Comment ne pas penser au Liseur de Schlink et au personnage d'Hanna qui apprend à lire en prison, au célèbre joueur d'échecs de Zweig qui s'est servi de ce jeu pour ne pas sombrer dans la folie pendant toute la durée de son internement et de sa torture, ou encore aux nombreux personnages de bourreaux éclairés qui parsèment la production littéraire du XXe siècle (à l'instar de La liste de Schindler, Les bienveillantes ou encore Le violon d'Auschwitz) ? Mais en dépit de ses faux airs de conte désenchanté, gardez bien à l'esprit que cette histoire est authentique...

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions