La douceur de nos champs de bataille

Couverture du livre « La douceur de nos champs de bataille » de Yiyun Li aux éditions Belfond
  • Date de parution :
  • Editeur : Belfond
  • EAN : 9782714481146
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de pages : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

J'ai failli être à ta place un jour, et c'est pour ça que je me suis permise d'inventer ce monde pour parler avec toi. On peut supporter la tristesse, mais elle est une garnison impuissante contre la cécité de la tragédie. Une mère et son enfant ne peuvent pas être contemporains, quel que soit... Voir plus

J'ai failli être à ta place un jour, et c'est pour ça que je me suis permise d'inventer ce monde pour parler avec toi. On peut supporter la tristesse, mais elle est une garnison impuissante contre la cécité de la tragédie. Une mère et son enfant ne peuvent pas être contemporains, quel que soit l'âge, et pour cette raison même, celle que j'étais à seize ans ne pourrait pas se lier d'amitié avec toi. Chacun refusant d'être sauvé, jeunes nous ne pourrions pas nous sauver l'un l'autre. Plus vieille - et tu étais encore jeune -, j'étais la Reine Blanche qui installait le panneau. Ne laisse pas chère mère nous trouver. C'était toi le plus doué pour se cacher.

Donner votre avis

Avis(5)

  • les 80 premieres pages, explorateurs de la rentrée 2019

    L'auteur a perdu son fils de 16 ans, celui-ci s'est suicidé . Elle entame alors telle une thérapie l'écriture d'un roman à mi-chemin entre le dialogue dans l'au-delà, un chemin de croix, un pêle-mêle de souvenirs . Cet exercice...
    Voir plus

    les 80 premieres pages, explorateurs de la rentrée 2019

    L'auteur a perdu son fils de 16 ans, celui-ci s'est suicidé . Elle entame alors telle une thérapie l'écriture d'un roman à mi-chemin entre le dialogue dans l'au-delà, un chemin de croix, un pêle-mêle de souvenirs . Cet exercice littéraire nous apparaît comme une catharsis mais se révèle rapidement comme un journal intime ... peut-être trop pour le lecteur qui ne connaissait pas NIKOLAÏ...Je poursuis ma lecture !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les explorateurs de la rentrée littéraire page 80 :
    Beaucoup de mal à rentrer dans ce récit. La lettre d'une mère à son fils qui s'est suicidé... mais qui parle à qui ? et de quoi parle-t-on? les deux voies se mêlent et ne font qu'un... je vais essayer de tenir le coup car les quelques...
    Voir plus

    Les explorateurs de la rentrée littéraire page 80 :
    Beaucoup de mal à rentrer dans ce récit. La lettre d'une mère à son fils qui s'est suicidé... mais qui parle à qui ? et de quoi parle-t-on? les deux voies se mêlent et ne font qu'un... je vais essayer de tenir le coup car les quelques critiques que je vois sont excellentes, mais j'avoue que la première approche est difficile... en tous cas pour moi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Explorateurs de la rentrée littéraire 2019 page 80 :
    Yiyun Li a perdu un fils de fils de 17 ans et dans ce récit, pour se reconstruire, elle dialogue avec lui. Avec ce fils qu’elle a sublimé, elle parle de poésie, se chipote sur l’étymologie des mots, les adjectifs, etc…

    Explorateurs de la rentrée littéraire 2019 page 80 :
    Yiyun Li a perdu un fils de fils de 17 ans et dans ce récit, pour se reconstruire, elle dialogue avec lui. Avec ce fils qu’elle a sublimé, elle parle de poésie, se chipote sur l’étymologie des mots, les adjectifs, etc…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Explorateur de la rentrée littéraire 2019 - Étape de la page 80

    Lorsque je l'ai reçu, j'ai regardé sa couverture : elle ne m'évoquait rien. Puis, j'ai lu son titre : il m'évoquait une sorte de poésie. Vint le tour du résumé : il m'évoquait la souffrance et l'indéfectible amour maternel. Je...
    Voir plus

    Explorateur de la rentrée littéraire 2019 - Étape de la page 80

    Lorsque je l'ai reçu, j'ai regardé sa couverture : elle ne m'évoquait rien. Puis, j'ai lu son titre : il m'évoquait une sorte de poésie. Vint le tour du résumé : il m'évoquait la souffrance et l'indéfectible amour maternel. Je l'ai retourné et longuement regardé avant de l'ouvrir : j'étais déjà sûre que ce roman allait m'emporter.
    Un soir à une heure très tardive, allongée dans mon lit, je ne pus m'empêcher de m'y jeter malgré ma fatigue. Je l'ai ouvert et j'ai découvert un poème, qui immédiatement m'a plongé dans une ambiance douce, nostalgique, emplie d'amour et de regrets. Puis, j'ai enchaîné sur la lecture d'un premier chapitre tragiquement poétique et doux. Ce roman avait tout me plaire : il faisait passer des sentiments sans (ab)user de plaintes et de complaintes.
    "Parfois une histoire n'a aucun défaut, sinon d'être ennuyeuse" : celle-ci n'a aucun défaut, même pas l'ennuie. C'est une belle et tragique histoire intelligente. Presque philosophique. Je me suis nourrie de cette lecture, en à peine quelques heures, tant elle était délicieusement agréable et apaisante. Mais comment le suicide d'un enfant peut-il, tout-à-coup, nous paraître si doux ? Je dirais, par la force des mots.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions