Je t'ai oubliée en chemin

Couverture du livre « Je t'ai oubliée en chemin » de Pierre-Louis Basse aux éditions Cherche Midi
Résumé:

Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
« Ce genre d'amour qui meurt fait... Voir plus

Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
« Ce genre d'amour qui meurt fait un bruit d'hôpital. » Fin de partie ? Effondrement brutal. La mort rôde. Pierre pense mettre fin à ses jours. Il va plutôt venir à bout de ce chagrin, l'épuiser, le rincer - en marchant, en écrivant. Le triomphe de la littérature et du corps qui se révolte dans les ténèvres. La vie, tout au bout du chemin.
Pour que le sentiment, enfin, ne devienne plus que le souvenir de ce sentiment.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (14)

  • 2 janvier 2018 - Ana rompt avec Pierre, après 7 ans de passion, par sms.
    Celui-ci s'effondre, pense même mettre fin à ses jours. C'est grâce à l'écriture et à de longues marches dans la forêt d'une petite ville de Normandie que Pierre reprend peu à peu goût à la vie.

    Le thème de la rupture...
    Voir plus

    2 janvier 2018 - Ana rompt avec Pierre, après 7 ans de passion, par sms.
    Celui-ci s'effondre, pense même mettre fin à ses jours. C'est grâce à l'écriture et à de longues marches dans la forêt d'une petite ville de Normandie que Pierre reprend peu à peu goût à la vie.

    Le thème de la rupture amoureuse est universel et a été évoqué maintes fois que ce soit en littérature, au cinéma ou au théâtre.
    En tant que femme, je me suis dis que lire la rupture du point de vue d'un homme pouvait être intéressant et d'un certain côté ...rassurant !

    Je ne vais pas mentir, je suis déçue.

    La lecture de ce court récit est alourdie et rendue peu fluide par de très nombreuses digressions qui m'ont obligée à revenir en arrière plusieurs fois pour comprendre de qui ou de quoi parlait l'auteur. C'est probablement le reflet du tourment dans lequel se trouve Pierre mais j'ai trouvé que cela dessert le récit.
    J'ai eu le sentiment que ce qui blessait le plus Pierre, au delà de la perte de son Amour, c'est que la rupture a été annoncée par sms.
    J'admet que la manière est un peu cavalière et dénuée de courage mais de là à en parler toute les deux pages, agaçant !

    D'autre part, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que c'était une bonne chose pour Pierre que d'être séparé de cette femme qui m'a semblée être plutôt égoïste, inconstante et manipulatrice.

    Sans nier la qualité de l'écriture de Pierre-Louis Basse, je n'ai malheureusement pas été emportée par cette lecture pendant laquelle je me suis ennuyée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'avais très envie de lire Pierre Louis Basse que j'ai apprécié lorsqu'il était journaliste sportif et je souhaitais le lire dans un autre univers différent du sport car j'avais déjà lu Séville 82 et j'avais été "déçue" par les modalités d'écriture. J'en profite pour dire merci à lecteurs.com de...
    Voir plus

    J'avais très envie de lire Pierre Louis Basse que j'ai apprécié lorsqu'il était journaliste sportif et je souhaitais le lire dans un autre univers différent du sport car j'avais déjà lu Séville 82 et j'avais été "déçue" par les modalités d'écriture. J'en profite pour dire merci à lecteurs.com de m'avoir permis de réaliser cette expérience.

    Là, nous sommes face à une rupture subie par l'auteur.
    Je dirais pour résumer ma pensée à la fin de la lecture : So what !?

    En effet, je n'ai pas trouvé l'extraction, l'universalisation à cette histoire.

    Ca me donne le même sentiment que lors de la lecture du précédent évoqué ci-dessus.
    L'écriture est agréable, c'est intelligent mais ça ne fait pas vraiment un livre.
    C'est le travail de préparation d'un livre, pas un livre publié.

    Donc déçue. Même si malheureusement, je le craignais.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre, une marche, une réflexion ..... pourquoi pas oublié un être aimé. Un texte beau, parfois mélancolique ....

    Un livre, une marche, une réflexion ..... pourquoi pas oublié un être aimé. Un texte beau, parfois mélancolique ....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une rupture par texto, ce n'est plus rare mais c'est toujours pire qu'une lettre ou une dernière rencontre. Le SMS est arrivé deux jours après un baiser de Nouvel An sans amour.
    Sept ans de passion et tout est fini!
    Il appelle, elle répond:"je t'ai oublié"
    Tenté par le suicide, submergé par...
    Voir plus

    Une rupture par texto, ce n'est plus rare mais c'est toujours pire qu'une lettre ou une dernière rencontre. Le SMS est arrivé deux jours après un baiser de Nouvel An sans amour.
    Sept ans de passion et tout est fini!
    Il appelle, elle répond:"je t'ai oublié"
    Tenté par le suicide, submergé par une dépression réactionnelle, il va se reconstruire en marchant (je t'ai oubliée EN CHEMIN) et se sauvera par l'écriture.
    Pas inoubliable pour moi, désolée.
    gagné grâce à lecteurs.com; merci ainsi qu'aux éditions du Cherche-midi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après sept années d’amour, Ana, comédienne et chanteuse, rompt avec le narrateur, Pierre, via un SMS le 2 janvier 2018. Tout s’effondre pour lui ; il va tenter de se reconstruire par l’écriture de ce livre et par de très longues marches dans la nature.
    La douleur de la perte d’Ana est...
    Voir plus

    Après sept années d’amour, Ana, comédienne et chanteuse, rompt avec le narrateur, Pierre, via un SMS le 2 janvier 2018. Tout s’effondre pour lui ; il va tenter de se reconstruire par l’écriture de ce livre et par de très longues marches dans la nature.
    La douleur de la perte d’Ana est exacerbée par le procédé utilisé, un SMS, court, tranchant, sans appel, lâche car il exclut tout dialogue, toute explication, toute tentative de ramener Ana à lui. Avec ce SMS comminatoire, il se sent comme « effacé », jeté à la poubelle électronique, comme si ces sept ans d’amour n’avaient jamais existé.
    La modernité, en général, ne trouve pas grâce aux yeux de l’auteur qui déteste l’architecture moderne qui, selon lui, défigure Paris ; il rejette également les réseaux sociaux où l’intimité s’expose sans filtre.
    Pour redonner de la chair, de la réalité à son amour et également pour dépasser la douleur qui l’envahit, Pierre va coucher des mots sur le papier et marcher jusqu’à l’épuisement physique pour anesthésier le corps tout en permettant à l’esprit de vagabonder pour convoquer les souvenirs, leur donner un sens dans ce qui lui arrive.
    Marcher, c’est se (re)connecter avec la vie, avec soi-même, c’est méditer, c’est cheminer moralement et spirituellement, c’est épuiser le corps pour atteindre l’esprit, c’est laisser sur le chemin ce qui vous alourdit, vous freine ; on ne peut s’empêcher de penser aux pèlerins de St Jacques de Compostelle ou à ceux du Tro Breizh, le pèlerinage breton pour lesquels la dimension religieuse n’est pas forcément l’essentiel.
    Ecrire, c’est donner un sens à ce que l’on vit, c’est se vider de la peine, du chagrin, c’est exorciser le malheur, c’est se vider de ce qui fait mal, c’est comprendre.
    Ce roman est une ode à l’espoir car Pierre renaît à la vie, l’écriture et la marche lui ayant permis de dépasser sa douleur.
    Ce texte est aussi prétexte à rendre hommage aux petites villes de province à travers Bernay, dans l’Eure, en Normandie, pleines de charme mais qui se meurent avec les services publics qui disparaissent les uns après les autres, les commerces qui ne résistent pas.
    Le début de l’année 2019 voit les hommes s’épancher sur leur chagrin d’amour, se mettre à nu, exposer leur souffrance dans des textes pleins de déchirement, de mélancolie, de tristesse comme « Rompre » de Yann Moix, « Lettres à Joséphine » de Nicolas Rey et « Sensi » de Serge Bramly ; ces voix d’hommes déchirés démontrent, s’il en était besoin, que ces messieurs peuvent aussi être détruits par un chagrin d’amour, que la douceur n’est pas toujours du côté où on s'attend à la trouver.
    Je remercie lecteurs.com et les éditions du Cherche Midi pour m’avoir offert ce beau moment de lecture d’un texte magnifique même si le caractère très littéraire de l’écriture et quelques digressions dont on comprend mal l'objectif limitent parfois l’empathie que l’on pourrait ressentir pour Pierre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le nom de Pierre Louis Basse me disait quelque chose. En faisant de petites recherches, je me suis souvenu d’avoir entendu ce journaliste lorsqu’il passait à la radio. Je ne savais pas qu’il écrivait, et ce depuis longtemps. J’ai donc comblé mes lacunes avec sa dernière production.

    Ce court...
    Voir plus

    Le nom de Pierre Louis Basse me disait quelque chose. En faisant de petites recherches, je me suis souvenu d’avoir entendu ce journaliste lorsqu’il passait à la radio. Je ne savais pas qu’il écrivait, et ce depuis longtemps. J’ai donc comblé mes lacunes avec sa dernière production.

    Ce court roman traite d’un thème particulièrement éculé en littérature : la rupture amoureuse. Je pensais même que tout avait été dit par les prédécesseurs. La rupture racontée est un peu particulière, parce qu’elle intervient en deuxième partie de vie du narrateur, qu’elle a duré 7 ans et surtout que la bien-aimée y a mis fin avec un simple…SMS ! Cette manière de procéder a déstabilisé le personnage au point de l’interroger sur la signification de ce geste.

    Pour ce faire, il va tout d’abord décider de marcher pour se remémorer. En effet, durant sa promenade, il fait un point sur sa relation achevée : Leur rencontre, leur complicité mais aussi tous les indices d’un éloignement croissant. Il met aussi en perspective les moyens de communication d’aujourd’hui et plus particulièrement le SMS utilisé pour mettre le point final. Ces échanges modernes modifie la temporalité et participe à la nouvelle société du tout, tout de suite. Il va ensuite écrire pour oublier. Le fait de poser cette histoire sur le papier lui permet d’en évacuer la dramaturgie. Il veut que la femme aimée et le drame sentimental qui a suivi, deviennent de simples souvenirs.

    Ce livre est le témoignage d’un homme d’un autre temps qui cherche à se sortir du vide sentimental dans lequel il est tombé. La plume de Pierre-Louis Basse est exigeante, peut-être un peu trop d’ailleurs. Les phrases sont pour la plupart ampoulées et la fluidité de la lecture en est altérée. Il a fallu que je sois concentré afin de ne pas perdre le fil, et dans cette situation, je n’ai pas ressenti les émotions du narrateur. Sans renier la qualité de l’écriture, je ne peux pas dire que ce texte m’ait emballé…


    http://leslivresdek79.com/2019/03/04/438-pierre-louis-basse-je-tai-oubliee-en-chemin/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai lu des chroniques qui ont eu peu de sympathie envers ce roman. Moi j’ai été touchée par ce texte. Un cri, un cheminement de 125 pages, au rythme d’une marche dans la forêt de Bernay, en Normandie française. Marcher pour reprendre vie, contre le désespoir, contre la chute et le...
    Voir plus

    J’ai lu des chroniques qui ont eu peu de sympathie envers ce roman. Moi j’ai été touchée par ce texte. Un cri, un cheminement de 125 pages, au rythme d’une marche dans la forêt de Bernay, en Normandie française. Marcher pour reprendre vie, contre le désespoir, contre la chute et le chagrin.

    Oui c’est décousu, comme tout chagrin qui vous plonge dans un état où le raisonnement du commun des mortels ne fait plus loi; ne vous restent que les souvenirs, comme une déchirure à oublier; les paysages, les choses aimées avec l’être aimé, toutes ces beautés qui font violence et qu’il est urgent et vital d’oublier.

    Oui c’est cru, parfois. Mais j’entends ces passages comme une colère, un besoin illusoirement salutaire de faire mal à celle qui part. Une théorie comme une autre.

    « Je t’ai oubliée en chemin » est un combat pour et contre l’oubli. Cet état bancal et si commun de tous ceux qui ont aimé et qui ont perdu.

    Marcher et écrire pour ne pas sombrer. Un chemin de croix que j’ai emprunté, lectrice silencieuse, aux côtés de Pierre-Louis Basse, avec l’humilité et la gratitude de celle à qui on laisse voir une fragilité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • PL Basse nous entraine dans une histoire d’amour balayée par sms de la part d'Ana .Un amour de 7 années. Le narrateur sera dévasté, puis nous le verrons revivre grâce à de longues marches dans la nature, l’auteur nous fait prendre le temps de la reconstruction. Une belle sensibilité touchante...
    Voir plus

    PL Basse nous entraine dans une histoire d’amour balayée par sms de la part d'Ana .Un amour de 7 années. Le narrateur sera dévasté, puis nous le verrons revivre grâce à de longues marches dans la nature, l’auteur nous fait prendre le temps de la reconstruction. Une belle sensibilité touchante dans les lignes de ce récit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions