Je t'ai oubliée en chemin

Couverture du livre « Je t'ai oubliée en chemin » de Pierre-Louis Basse aux éditions Cherche Midi
  • Date de parution :
  • Editeur : Cherche Midi
  • EAN : 9782749161150
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
« Ce genre d'amour qui meurt fait... Voir plus

Le baiser du Nouvel An était sans amour. Funèbre et froid, comme un hiver normand. Deux jours plus tard, par SMS, la femme pour laquelle il nourrit une passion depuis sept ans apprend à Pierre que tout est fini. Il est tout simplement rayé de la carte, effacé.
« Ce genre d'amour qui meurt fait un bruit d'hôpital. » Fin de partie ? Effondrement brutal. La mort rôde. Pierre pense mettre fin à ses jours. Il va plutôt venir à bout de ce chagrin, l'épuiser, le rincer - en marchant, en écrivant. Le triomphe de la littérature et du corps qui se révolte dans les ténèvres. La vie, tout au bout du chemin.
Pour que le sentiment, enfin, ne devienne plus que le souvenir de ce sentiment.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(9)

  • Le nom de Pierre Louis Basse me disait quelque chose. En faisant de petites recherches, je me suis souvenu d’avoir entendu ce journaliste lorsqu’il passait à la radio. Je ne savais pas qu’il écrivait, et ce depuis longtemps. J’ai donc comblé mes lacunes avec sa dernière production.

    Ce court...
    Voir plus

    Le nom de Pierre Louis Basse me disait quelque chose. En faisant de petites recherches, je me suis souvenu d’avoir entendu ce journaliste lorsqu’il passait à la radio. Je ne savais pas qu’il écrivait, et ce depuis longtemps. J’ai donc comblé mes lacunes avec sa dernière production.

    Ce court roman traite d’un thème particulièrement éculé en littérature : la rupture amoureuse. Je pensais même que tout avait été dit par les prédécesseurs. La rupture racontée est un peu particulière, parce qu’elle intervient en deuxième partie de vie du narrateur, qu’elle a duré 7 ans et surtout que la bien-aimée y a mis fin avec un simple…SMS ! Cette manière de procéder a déstabilisé le personnage au point de l’interroger sur la signification de ce geste.

    Pour ce faire, il va tout d’abord décider de marcher pour se remémorer. En effet, durant sa promenade, il fait un point sur sa relation achevée : Leur rencontre, leur complicité mais aussi tous les indices d’un éloignement croissant. Il met aussi en perspective les moyens de communication d’aujourd’hui et plus particulièrement le SMS utilisé pour mettre le point final. Ces échanges modernes modifie la temporalité et participe à la nouvelle société du tout, tout de suite. Il va ensuite écrire pour oublier. Le fait de poser cette histoire sur le papier lui permet d’en évacuer la dramaturgie. Il veut que la femme aimée et le drame sentimental qui a suivi, deviennent de simples souvenirs.

    Ce livre est le témoignage d’un homme d’un autre temps qui cherche à se sortir du vide sentimental dans lequel il est tombé. La plume de Pierre-Louis Basse est exigeante, peut-être un peu trop d’ailleurs. Les phrases sont pour la plupart ampoulées et la fluidité de la lecture en est altérée. Il a fallu que je sois concentré afin de ne pas perdre le fil, et dans cette situation, je n’ai pas ressenti les émotions du narrateur. Sans renier la qualité de l’écriture, je ne peux pas dire que ce texte m’ait emballé…


    http://leslivresdek79.com/2019/03/04/438-pierre-louis-basse-je-tai-oubliee-en-chemin/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai lu des chroniques qui ont eu peu de sympathie envers ce roman. Moi j’ai été touchée par ce texte. Un cri, un cheminement de 125 pages, au rythme d’une marche dans la forêt de Bernay, en Normandie française. Marcher pour reprendre vie, contre le désespoir, contre la chute et le...
    Voir plus

    J’ai lu des chroniques qui ont eu peu de sympathie envers ce roman. Moi j’ai été touchée par ce texte. Un cri, un cheminement de 125 pages, au rythme d’une marche dans la forêt de Bernay, en Normandie française. Marcher pour reprendre vie, contre le désespoir, contre la chute et le chagrin.

    Oui c’est décousu, comme tout chagrin qui vous plonge dans un état où le raisonnement du commun des mortels ne fait plus loi; ne vous restent que les souvenirs, comme une déchirure à oublier; les paysages, les choses aimées avec l’être aimé, toutes ces beautés qui font violence et qu’il est urgent et vital d’oublier.

    Oui c’est cru, parfois. Mais j’entends ces passages comme une colère, un besoin illusoirement salutaire de faire mal à celle qui part. Une théorie comme une autre.

    « Je t’ai oubliée en chemin » est un combat pour et contre l’oubli. Cet état bancal et si commun de tous ceux qui ont aimé et qui ont perdu.

    Marcher et écrire pour ne pas sombrer. Un chemin de croix que j’ai emprunté, lectrice silencieuse, aux côtés de Pierre-Louis Basse, avec l’humilité et la gratitude de celle à qui on laisse voir une fragilité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • PL Basse nous entraine dans une histoire d’amour balayée par sms de la part d'Ana .Un amour de 7 années. Le narrateur sera dévasté, puis nous le verrons revivre grâce à de longues marches dans la nature, l’auteur nous fait prendre le temps de la reconstruction. Une belle sensibilité touchante...
    Voir plus

    PL Basse nous entraine dans une histoire d’amour balayée par sms de la part d'Ana .Un amour de 7 années. Le narrateur sera dévasté, puis nous le verrons revivre grâce à de longues marches dans la nature, l’auteur nous fait prendre le temps de la reconstruction. Une belle sensibilité touchante dans les lignes de ce récit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman est celui d’une rupture et de la longue marche vers l’acceptation puis vers la reconstruction.
    Tout commence le 2 janvier 2018 : le narrateur (que l’on suppose être également l’auteur) reçoit un sms de rupture de la part de la femme qu’il aime, Ana.
    « On enterrait un amour sans...
    Voir plus

    Ce roman est celui d’une rupture et de la longue marche vers l’acceptation puis vers la reconstruction.
    Tout commence le 2 janvier 2018 : le narrateur (que l’on suppose être également l’auteur) reçoit un sms de rupture de la part de la femme qu’il aime, Ana.
    « On enterrait un amour sans prévenir les fossoyeurs. Juste pour commencer l’année de manière un peu différente. Ce fut la double peine »
    Après la sidération, il se remémore des pans de sa vie, va chercher dans les confins et tréfonds de son enfance de son enfance (notamment la relation avec son père) les échos à cet abandon qui le laisse chancelant et auquel il ne pense pas survivre.
    Pour tenter de venir à bout de son immense chagrin, il va …marcher et écrire. Marcher jusqu’à l’épuisement. Se souvenir. Poser des mots. Sur elle. Sur eux. Sur leurs temps heureux. Sur le côté droit du lit désormais vide. Ecrire pour pouvoir dire adieu, rester vivant et que le sentiment ne devienne plus qu’un souvenir.
    « J’étais vivant. Ana était devenue du papier ».
    Un récit (je n’ai trouvé nulle part la mention « roman ») totalement mélancolique. C’est normal, me direz-vous, une rupture, ce n’est jamais bien gai. Superbement écrite, l’histoire n’a cependant pas réussi à m’emporter sur la durée. A mon sens, mais c’est juste mon ressenti, le personnage principal est devenu la dépression de l’auteur. Il m’a manqué cette part de lumière qui aurait pu en faire un coup de cœur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions