Éclipses japonaises

Couverture du livre « Éclipses japonaises » de Eric Faye aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021318494
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

En 1966, un G.I. américain s'évapore lors d'une patrouille dans la zone démilitarisée, entre les deux Corées. Il est considéré comme « missing ».À la fin des années 1970, sur les côtes de la mer du Japon, hommes et femmes, de tous âges et de tous milieux, se volatilisent. Parmi eux, une... Voir plus

En 1966, un G.I. américain s'évapore lors d'une patrouille dans la zone démilitarisée, entre les deux Corées. Il est considéré comme « missing ».À la fin des années 1970, sur les côtes de la mer du Japon, hommes et femmes, de tous âges et de tous milieux, se volatilisent. Parmi eux, une collégienne qui rentrait seule de l'école, un archéologue qui s'apprêtait à poster sa thèse, une future infirmière qui voulait s'acheter une glace. « Cachées par les dieux », ainsi qualifie-t-on en japonais, ces victimes qui ne laissent aucune trace, pas un indice, et qui mettent en échec les enquêteurs. Une à une, les affaires sont classées, les familles abandonnées à l'incompréhension, les disparus oubliés.En 1987, le vol 858 de Korean Air explose en plein vol. Une des terroristes, descendue de l'avion lors d'une escale, est arrêtée. Elle s'exprime dans un japonais parfait. Pourtant, la police finit par identifier une espionne venue tout droit de Corée du Nord.Vingt-cinq ans après, les Japonais « cachés par les dieux » réapparaissent tels des spectres, sur les terres de Kim Jong-un.Puis, c'est au tour du G.I. de resurgir dans un téléfilm nord-coréen de propagande, où la CIA le voit interpréter un rôle d'Américain honni.Toutes ces affaires ont-elles un lien ?Si l'Histoire interviendra soudain pour résoudre le mystère de ces enlèvements, c'est Éric Faye qui, par la grâce du roman, pénètre l'imaginaire et la vie secrète de ces destins cabossés, absorbés, dévorés par un pays impénétrable et un régime ultra-autoritaire.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Des Japonais qui disparaissent du jour au lendemain sans laisser de trace, un militaire américain déserteur, des Agents secrets coréens qui suivent une formation intensive et exigeante...
    Autant de vies au destin radicalement transformé, en rupture parfois totale avec leur passé....
    Quel lien...
    Voir plus

    Des Japonais qui disparaissent du jour au lendemain sans laisser de trace, un militaire américain déserteur, des Agents secrets coréens qui suivent une formation intensive et exigeante...
    Autant de vies au destin radicalement transformé, en rupture parfois totale avec leur passé....
    Quel lien ont-elles ?
    Dans ce roman , le contexte géographique et politique, les thèmes abordés n'avaient rien de très "vendeurs" pour moi... Pourtant, j'ai trouvé ce récit passionnant et prenant. La construction est très intéressante, une polyphonie riche et bien amenée. J'ai découvert une réalité qui m'était totalement inconnue, et qui résonne finalement avec l'actualité.
    Une excellente découverte !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Naoko, Setsuko, Shigeru et Jim. Des prénoms derrière lesquels existent des personnes, aimées par leur famille, appréciées par leurs amis, avec des projets d'avenir, des passions, des agacements, des dégoûts, des rires et des larmes. Et puis un jour comme les autres, un jour qu'absolument rien ne...
    Voir plus

    Naoko, Setsuko, Shigeru et Jim. Des prénoms derrière lesquels existent des personnes, aimées par leur famille, appréciées par leurs amis, avec des projets d'avenir, des passions, des agacements, des dégoûts, des rires et des larmes. Et puis un jour comme les autres, un jour qu'absolument rien ne distingue des autres jours, Naoko, Setsuko, Shigeru et Jim s'effacent totalement. Disparus sans laisser de trace. Gommés de leur existence pour réapparaître dans une autre qui leur est imposée en Corée du Nord. Pendant des décennies ils demeurent transplantés dans une vie qui n'est pas celle que leur naissance laissait présager. Leurs souvenirs sont à la fois toxiques et réconfortants dans cette trajectoire forcée. Otages d'une déraison d'état, ils doivent ramasser tout ce qui constitue leur culture d'origine pour la déverser dans l'esprit de futurs espions infiltrés. Une double torture en quelque sorte.

    J'ai lu le roman d'Eric Faye comme on lit un thriller, sans reprendre souffle. La très habile et audacieuse construction a suscité un effroi glacé, une désespérance d'autant plus saisissante que les faits sont inspirés d'une réalité probablement encore plus monstrueuse que celle qui nous est racontée ici. Des repères brouillés du début jusqu'au déchirement de l'espoir toujours déçu, en passant par les enquêtes en impasses, l'écriture nous porte au coeur des situations et nous amène à en ressentir toute l'absurdité et toute la cruauté. En refusant tout procédé mélodramatique, elle donne au récit la dimension d'un document sans en avoir la froideur ou l'impassibilité. "Eclipses japonaises" possède à la fois l'intégrité d'un témoignage et une force romanesque remarquable.

    Ces "Eclipses japonaises" n'ont pas fini de me hanter !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Au Japon, des femmes, des hommes, jeunes pour la plupart, disparaissent dans une région en bord de mer. Malgré des enquêtes de la police, nulle trace ne peut être trouvée. Mais alors, quel liens entre Naoko Tabane, une collégienne de treize ans qui disparait en 1977, Setsuko Okada, qui disparait...
    Voir plus

    Au Japon, des femmes, des hommes, jeunes pour la plupart, disparaissent dans une région en bord de mer. Malgré des enquêtes de la police, nulle trace ne peut être trouvée. Mais alors, quel liens entre Naoko Tabane, une collégienne de treize ans qui disparait en 1977, Setsuko Okada, qui disparait avec sa mère en 1978 sur l’île de Sado, et avec Jim Selkirk, un GI américain qui disparait à côté de la DMZ entre les deux Corées.
    Pour chacun d’entre eux, la vie change brusquement lorsqu’ils sont brutalement enlevés, jetés dans un sac, puis sur un bateau,. Ils se retrouvent dans un pays inconnu dont ils devront accepter les règles, apprendre la langue, puis former de jeunes coréens à leur langue, leurs coutumes, afin d’en faire de parfaits japonais, ou américains, futur espions qui iront se fondre dans une population qui nous pourra pas soupçonner leur origine.
    L’écriture superbe d’Éric Faye, à la fois fine et parfaitement dosée, avec une grande justesse dans les descriptions des sentiments divers de ces jeunes, nous emporte dans leurs têtes, nous fait comprendre les souffrances, les atermoiements, les doutes, et aussi les espoirs, tout au long de ces longues années loin de chez eux ou chez elles. « Eclipses japonaises » est un roman étonnant, prenant, qui fait passer sous une forme romanesque une vérité et des faits historiques à la fois déconcertants et glaçants d’inhumanité. Car l’auteur dévoile une réalité politique et économique complexe et sombre, particulièrement bien documentée
    https://domiclire.wordpress.com/2017/12/29/eclipses-japonaises-eric-faye/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quand on prend ce livre, on ne sait pas trop à quoi s'attendre. On découvre qu'il traite de faits réels, d'histoires qui se sont réellement passées entre le Japon et la Corée. Des personnes se font kidnapper les unes après les autres, sans motif ou point commun apparent pour ensuite être livrées...
    Voir plus

    Quand on prend ce livre, on ne sait pas trop à quoi s'attendre. On découvre qu'il traite de faits réels, d'histoires qui se sont réellement passées entre le Japon et la Corée. Des personnes se font kidnapper les unes après les autres, sans motif ou point commun apparent pour ensuite être livrées en Corée pour devenir des espions ou des enseignants. Et puis leur vie s'installe dans ce pays qu'ils ne connaissent pas, dans cette langue qu'ils ne maîtrisent pas forcément, dans ces nouvelles activités qui leur sont attribuées ou imposées, ils y vivent et y rencontrent leurs moitiés, ils fondent leurs familles.
    Mais toutes ces personnes qui ont été enlevées, arrachées à leurs proches d'origine, finissent un jour par être recherchées. C'est alors qu'au gré des familles, les recherches sont lancées, les incohérences font surface et ressortent tous ces mensonges pendant toutes ces années d'attente, d'inquiétude et d'espoir.
    Ce livre est surprenant et déconcertant. On a du mal à réaliser que ces faits se sont réellement produits, que ces personnes ont vécu des choses aussi fortes, intenses, démesurées, incompréhensibles pour elles-mêmes. Être catapulté dans une autre vie, dans un autre pays, dans une autre atmosphère, dans un autre environnement qu'on ne connaît pas dans lequel on nous impose des règles que l'on n'a pas d'autre choix que de les suivre.
    Lever le voile sur ce qui est méconnu du grand public, une progression de l'histoire interessante, l'ambiance et l'environnement sont bien installés, sujet fouillé et bien présenté.

    https://littelecture.wordpress.com/2017/12/19/eclipses-japonaises-de-eric-faye/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai commencé ce livre sans avoir lu la 4eme de couverture et il m’a fallu quelques pages avant de comprendre que ce que je lisais et qui était inimaginable était en fait la version romancée d’un fait historique qui m’était totalement inconnu.
    Entre 1977 et 1983, les services secrets...
    Voir plus

    J’ai commencé ce livre sans avoir lu la 4eme de couverture et il m’a fallu quelques pages avant de comprendre que ce que je lisais et qui était inimaginable était en fait la version romancée d’un fait historique qui m’était totalement inconnu.
    Entre 1977 et 1983, les services secrets nord-coréens ont kidnappé plusieurs jeunes citoyens japonais, généralement âgés de 20 à 30 ans. Emmenés en Corée du Nord, ils subissaient dans un premier temps un « lavage de cerveau » pour les faire adhérer à l’idéologie du pouvoir en place. Ils étaient ensuite affectés à différents centres de formation et de renseignement, pour enseigner le japonais et la culture nippone à des agents secrets nord-coréen.
    C’est en partant de ce sujet, qu’Eric Faye a écrit ce roman captivant qui mélange l’histoire, le romanesque et l’enquête policière.
    Un livre qui se dévore et duquel on ressort moins bête..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il est des livres qui vous embarquent dès la 1ère phrase, Éclipses japonaises en fait partie. L'histoire peu banale et pourtant basée sur des faits réels, les personnages, l'écriture et la construction du récit, tout contribue à nous tenir en haleine et à nous captiver (au point d'en manquer le...
    Voir plus

    Il est des livres qui vous embarquent dès la 1ère phrase, Éclipses japonaises en fait partie. L'histoire peu banale et pourtant basée sur des faits réels, les personnages, l'écriture et la construction du récit, tout contribue à nous tenir en haleine et à nous captiver (au point d'en manquer le bon arrêt de bus!). À lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Eric Faye part de faits réels (la disparition inexplicable de citoyens japonais durant les années 70/80, retrouvés bien des années plus tard…en Corée du Nord ; la disparition aussi d’au moins un soldat américain à la frontière entre les 2 Corée) pour bâtir les histoires croisées de plusieurs...
    Voir plus

    Eric Faye part de faits réels (la disparition inexplicable de citoyens japonais durant les années 70/80, retrouvés bien des années plus tard…en Corée du Nord ; la disparition aussi d’au moins un soldat américain à la frontière entre les 2 Corée) pour bâtir les histoires croisées de plusieurs personnages, tous victimes du régime probablement le plus inique du monde.

    Car qu’il s’agisse de ces Japonais (jeunes, moins jeunes, éduqués ou pas, hommes et femmes) enlevés dans leur pays ou de ces Nord-coréens endoctrinés dès l’enfance, tous sont finalement prisonniers de la folie paranoïaque d’une toute petite nomenklatura prête à tout pour faire perdurer sa mainmise sur une population et un Etat exsangues.

    En imaginant leurs vies, leurs destins croisés, l’auteur nous dresse le portrait d’un pays et d’un système qui broient tout le monde, adultes comme enfants, citoyens persuadés de la grandeur de leur dirigeant comme habitants qui ne cherchent qu’à survivre. Il nous démontre aussi la capacité qu’ont certains de survivre malgré tout (enlèvement, séparation, enfermement, faim, isolement, …) ; ceux-là vont réussir à construire un semblant de vie de famille, un semblant de sécurité et de bonheur.

    L’écriture, elle, est fluide, particulièrement agréable à lire, et la manière distanciée choisie par l’auteur pour nous conter cette histoire rend d’autant plus irréaliste et pourtant tout à fait plausible (car tirée de faits réels) le destin de ses protagonistes. On passe par tous les sentiments au cours du récit : étonnement, surprise, incrédulité, incompréhension, espoir, dégout, colère, pitié, tristesse. Par moment on se surprend même à sourire, par exemple quand on découvre ce soldat américain devenu acteur dans des films de propagande. Bienvenue en Absurdie…

    Vous l’avez compris j’ai particulièrement apprécié ce roman d’un auteur que je ne connaissais pas du tout, et je vous le recommande vivement, que vous vous intéressiez (comme moi) au sujet de la Corée du Nord, ou pas.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai beaucoup aimé...le sujet est peu banal et peu connu : Entre les années 1960 et 1980, la Corée du Nord a kidnappé des étrangers, parfois très jeunes, pour en faire des acteurs de films de propagande, ou pour enseigner leur langue et leurs coutumes à de futurs espions de Pyongyang.
    Très...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé...le sujet est peu banal et peu connu : Entre les années 1960 et 1980, la Corée du Nord a kidnappé des étrangers, parfois très jeunes, pour en faire des acteurs de films de propagande, ou pour enseigner leur langue et leurs coutumes à de futurs espions de Pyongyang.
    Très intéressant et lecture agréable.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une page d'histoire qui se déroule et que j'ai découvert, celle des évaporés : ces hommes et femmes enlevés et séquestrés en Corée du Nord pour devenir ensuite de parfaits espions. Si la première partie est très journalistique, petit à petit l'auteur tire les fils des destins individuels et là...
    Voir plus

    Une page d'histoire qui se déroule et que j'ai découvert, celle des évaporés : ces hommes et femmes enlevés et séquestrés en Corée du Nord pour devenir ensuite de parfaits espions. Si la première partie est très journalistique, petit à petit l'auteur tire les fils des destins individuels et là l'émotion l'emporte.
    Je conseille vivement cette lecture. Dommage que ce roman ne soit pas encore récompensé par un prix.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’avais lu il y a quelques années une enquête de L. Mauger et S. Remael intitulée Les Évaporés du Japon ainsi qu’un roman de T B. Reverdy Les Evaporés qui parlaient de ces hommes (90 000 par an, ce n’est pas rien !) qui disparaissaient volontairement pour fuir une société trop stressante, un...
    Voir plus

    J’avais lu il y a quelques années une enquête de L. Mauger et S. Remael intitulée Les Évaporés du Japon ainsi qu’un roman de T B. Reverdy Les Evaporés qui parlaient de ces hommes (90 000 par an, ce n’est pas rien !) qui disparaissaient volontairement pour fuir une société trop stressante, un endettement, une perte d’emploi, un échec à un examen ou une famille dans laquelle ils ne trouvaient plus leur place. Ils se fondaient dans la multitude des mégalopoles. Certains se suicidaient, d’autres refaisaient leur vie. On les retrouvait parfois. Souvent, on ne les revoyait jamais.
    Cependant, pour certaines familles s’ajoutait la crainte d’un enlèvement par la Corée du Nord, fait assez fréquent dans les années 1970-1980.
    J’en étais restée là. Je me souviens que ce phénomène de société, ces gens qui décidaient de plier bagage et de tout quitter volontairement, en une nuit, m’avait fascinée.
    Ce que j’ai découvert dans le livre d’Éric Faye m’a tout autant passionnée : en effet, l’auteur raconte précisément la vie d’hommes et de femmes enlevés par la Corée du Nord pour former des espions nord-coréens en leur apprenant la langue japonaise et les coutumes du pays.
    On les appelle en japonais les « cachés par les dieux ou kamikakushi ».
    Le roman d’Eric Faye, extrêmement bien documenté et très proche de la réalité historique, modifie les noms, bien sûr, mais finalement et sans doute grâce à la fiction, permet d’approcher au plus près des sentiments de celles et ceux qui ont été arrachés à leur famille, à leur pays, à leurs racines pendant plusieurs dizaines d’années et transplantés ailleurs, devenant par là-même étrangers aux leurs et à leur propre culture.
    Naoko Tabane, collégienne de treize ans, rentre de son cours de badminton. Nous sommes en décembre 1977 à Niigata. Elle sera enlevée. En Corée du Nord, elle s’appellera Hyo-sonn et apprendra d’abord la langue de ce pays étranger. A son tour, elle devra enseigner le coréen à une japonaise, elle aussi enlevée. Les échanges des deux jeunes femmes sont étroitement surveillés. Elles doivent apprendre ensuite « la philosophie » du pays, le « Djoutché » (Juche), doctrine officielle développée par Kim Il-sung. Puis, une mission sera confiée à Naoko : face à des Coréens connaissant parfaitement le japonais, elle devra « parler de sa petite enfance », leur apprendre des berceuses, leur raconter les émissions de télévision qu’elle regardait enfant.
    La jeune fille ne comprend pas tout de suite le but de sa mission. « Ils buvaient son enfance » pense-t-elle en voyant ces jeunes adultes pendus à ses lèvres. Mais soudain, elle prend conscience d’une chose terrible, à savoir « qu’elle était peut-être en train d’apprendre des comptines à des tueurs ».
    Le but de tout cela ? Faire de ses auditeurs coréens de parfaits Japonais, dans leurs moindres gestes, leurs moindres mimiques afin qu’ils deviennent des espions modèles et qu’un œil averti soit incapable de soupçonner leur origine.
    « À force de parler, Naoko Tanabe avait la sensation de se vider de sa langue maternelle comme de son enfance », elle « s’écoulait en eux… », « quand ses élèves seraient devenus des Naoko Tanabe, elle-même aurait tari. C’en serait fini d’elle. »
    La prose magnifique d’Eric Faye peint avec finesse et justesse une jeune femme qui se meurt, que l’on tue à petit feu. Sa souffrance paraît insondable.
    Il y aura aussi Setsuko Okada, future infirmière, qui sera enlevée le quinze août 1978 sur l’île de Sado, avec sa mère. Plus tôt, c’est Jim Selkirk, le GI américain, qui disparaîtra le 17 février 1966 pour ne réapparaître que trente-huit ans plus tard…
    Et ces destins vont se mêler, se fondre, se croiser sans que les protagonistes ne puissent se parler vraiment, échanger, dire ce qu’ils ont sur le cœur. Ces gens vont vivre une vie qui n’est pas vraiment la leur, auront des enfants, nés en Corée du Nord, parlant le coréen du Nord, des enfants qui seront un peu étrangers à leurs parents, des enfants à qui on ne pourra pas dire la vérité, qui auront peur du Japon, présenté à l’école comme le pays du diable…
    Quand on dit que la réalité dépasse parfois la fiction…
    Fascinant dans son propos mais aussi dans sa forme, ce roman est construit comme un puzzle, restituant par là même une réalité géopolitique complexe. Petit à petit, le lecteur reconstitue, à travers les différents points de vue sur les événements, une Histoire, des histoires à peines croyables et hélas, encore d’actualité !
    Une œuvre centrée sur un double mouvement vertigineux d’hommes et de femmes qui perdent leur identité : des Japonais devenant bien malgré eux insensiblement Coréens, et d’ autres faisant le trajet inverse, tout aussi peu volontaires, contrairement à ce qu’on pourrait penser. (On ne choisit pas nécessairement d’être espion !)
    Un roman extraordinaire, extrêmement bien documenté, au suspense digne des plus grands romans d’espionnage, qui met en scène des personnages dont la tragédie nous émeut, des êtres exilés sur la planète rouge et qui ont trouvé malgré tout en eux la force incroyable de vivre et d’aimer…
    Un grand cru de la rentrée littéraire 2016…

    Retrouvez Marie-Laure sur son blog: http://lireaulit.blogspot.fr/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions