Bonjour tristesse

Couverture du livre « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266195584
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont... Voir plus

La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d'une femme de coeur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

C'était l'été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d'un « charmant petit monstre » qui allait faire scandale. La deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l'image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Premier essai, premier coup de maître : des débuts fracassants
    Premier essai, premier coup de maître : des débuts fracassants

    Pour certains, leur premier opus a fait mouche. Leur livre a séduit l’éditeur qui a accepté de le publier et la notoriété leur est tombée dessus. On a tout de suite crié au succès, au génie…. ou au scandale. La presse les a encensé de critiques dithyrambiques ou au contraire porté leur œuvre au pilori mais ils sont devenu célèbres grâce à un talent d’écriture. Ils ont su surprendre. Certains ont écrit d’autres livres à succès et d’autres sont entrés dans la légende avec un seul….ou tombés dans l’oubli. Petit florilège de pépites.

Avis (18)

  • A l’heure où sort le dernier roman de Françoise Sagan, lors d’une publication posthume qui remet sur le devant de la scène cette auteure, moi, je me replonge dans le roman qui a fait de Françoise Sagan une figure de la littérature française, Bonjour Tristesse.
    Voici la présentation des...
    Voir plus

    A l’heure où sort le dernier roman de Françoise Sagan, lors d’une publication posthume qui remet sur le devant de la scène cette auteure, moi, je me replonge dans le roman qui a fait de Françoise Sagan une figure de la littérature française, Bonjour Tristesse.
    Voici la présentation des éditions Pocket :
    La villa est magnifique, l'été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l'amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s'amusent, ils n'ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d'une femme de coeur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.
    Je me suis posée la question de proposer ce roman à mes élèves de première en complément de l’étude de La Princesse de Clèves. Le regard que Françoise Sagan portait sur le monde petit bourgeois avait bouleversé le monde littéraire lors de la publication de Bonjour Tristesse. Mais aujourd’hui ce roman aurait-il le même impact ? la même force sur les lecteurs adolescents que j’ai chaque jour en face de moi ?
    Je ne pense pas… Qui pourrait se reconnaître dans l’histoire de Cécile, dans l’ambiguïté de la relation qu’elle entretient avec son père ? Mais je peux comprendre que ce roman ait pu avoir un parfum de scandale lors de sa sortie. Une jeune auteure, du flirt, un stratagème pour briser un mariage, une relation entre amour et haine, la découverte des plaisirs du corps, autant d’éléments qui ont pu il y a quelques années bouleverser le paysage littéraire. Mais aujourd’hui, on regarde ce roman avec distance et on se laisse bercer par une sorte de nostalgie littéraire…
    En résumé : un roman qui fut scandaleux et qui est devenu patrimonial.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cela fait longtemps que je vois les livres de Françoise Sagan dans la bibliothèque et j'avoue avoir été légèrement déçue à la fin du livre et finalement moins avec le recul. Remis dans le contexte que, pour mes parents, le livre en plus d'être écrit par une jeune fille de 18 ans est sorti alors...
    Voir plus

    Cela fait longtemps que je vois les livres de Françoise Sagan dans la bibliothèque et j'avoue avoir été légèrement déçue à la fin du livre et finalement moins avec le recul. Remis dans le contexte que, pour mes parents, le livre en plus d'être écrit par une jeune fille de 18 ans est sorti alors qu'ils étaient enfants, je comprends que je n'ai pas retrouvé l'émotion qu'ils en avaient.
    Ce roman est court, très fluide et la description tellement parlante, qu'on imagine très bien les scènes. L'analyse des personnages est très poussée et l'auteure exprime un va-et-vient intéressant entre l'amour et la haine qu'elle leur porte, entre la logique et l'illogique, ce qui est conventionnel et ce qu'elle défend.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai bien aimé l'histoire de Cécile. Ce pouvait être Françoise Sagan à cet âge. Cet ouvrage se lit gentiment. Il est presque à l'eau de rose mais on se dit que le stratagème peut tourner au vinaigre, et c'est là tout le talent de cette toute jeune auteure qui a publié ce premier livre en 1954....
    Voir plus

    J'ai bien aimé l'histoire de Cécile. Ce pouvait être Françoise Sagan à cet âge. Cet ouvrage se lit gentiment. Il est presque à l'eau de rose mais on se dit que le stratagème peut tourner au vinaigre, et c'est là tout le talent de cette toute jeune auteure qui a publié ce premier livre en 1954. Je possède la première édition (le 300 e/1000 livre) imprimé par Blondin à Paris, qu'on vendait à l'époque 390 frs. Les tranches ne sont pas massicotées. Je puis vous le céder, s'il vous intéressait ! Faire offre, port compris. J'allège ma bibliothèque et je suis pour le partage. C'est l'occasion aussi d'investir dans d'autres titres.
    Oui, Françoise Sagan aurait pu être cette fille qui pensait à 17 ans avoir déjà tout compris des aléas que la vie nous sert, au hasard de ses chemins épineux, fleuris d'églantines. J'ai eu l'impression que je revivais un peu mes dix-sept ans. L'écriture révèle l'âge de l'auteure. Le style est frais et attachant, à travers une certaine désinvolture inconsciente qui amène les regrets, d'où le titre prend toute son importance. Je ne vous en dirai pas plus à ce propos. Je donne juste un avis.
    Son attachement à son papa volage va la pousser à concocter un plan machiavélique pervers.
    Ce livre n'est pas triste, ne croyez pas cela. Il a la fraîcheur de la jeunesse et même si la vérité et l'intégrité que je prône n'est pas au rendez-vous, il vaut le coup de le lire et de reconnaître le talent de cette auteure. Cette œuvre a connu un succès de scandale foudroyant et a été récompensée du prix des Critiques la même année. Son titre est tiré du deuxième vers du poème « À peine défigurée » du recueil La Vie immédiate de Paul Eluard.

    Je vous le recommande vivement.
    Léa Colett (Auteure de Bon grain, mal grain - Primé Vice Finaliste Prix Fondcombe en 2014).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je me souviens vaguement avoir lu ce roman il y a très longtemps, il ne m’avait pas particulièrement marquée et avoir pensé : mais pourquoi parle-t-on tant de ce roman, qu’a-t-il d’exceptionnel ? J’ai profité du thème de la prochaine rencontre du club de lecture pour le relire, ayant, malgré...
    Voir plus

    Je me souviens vaguement avoir lu ce roman il y a très longtemps, il ne m’avait pas particulièrement marquée et avoir pensé : mais pourquoi parle-t-on tant de ce roman, qu’a-t-il d’exceptionnel ? J’ai profité du thème de la prochaine rencontre du club de lecture pour le relire, ayant, malgré tout, un peu le sentiment d’être passé à côté….

    Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. C’est un sentiment si complet, si égoïste que j’en ai presque honte alors que la tristesse m’a toujours paru honorable. Je ne la connaissais pas, elle, mais l’ennui, le regret, plus rarement le remords. Aujourd’hui, quelque chose se replie sur moi comme une soie, énervante et douce, et me sépare des autres. (p11)

    Ces quatre premières lignes résument presque à elles seules ce roman. Françoise Sagan fait de Cécile, l’archétype de la jeune fille de 17 ans, oisive et insouciante, qui profite de la liberté que lui offre son père, Raymond, bien plus occupé par ses conquêtes qu’à surveiller celle-ci. Ils sont complices, Raymond trouvant dans la jeunesse de sa fille et celle de ses liaisons une vitalité qu’il voit s’éloigner à la quarantaine.

    C’est un été de rencontres décisives pour le père et la fille. Tout d’abord celle avec Cyril, un étudiant plus âgé qu’elle, avec qui elle flirte. Puis l’arrivée d’Anne, à l’invitation de son père, amie de sa mère. C’est une femme calme, mûre, sûre d’elle, qui va bouleverser leur quotidien et le couple formé par le père et la fille. Cécile supporte mal la présence de cette femme belle, élégante, responsable. Elle lui reproche d’accaparer son père et surtout de se mettre en tête de régenter la vie de Cécile. L’annonce de leur mariage va pousser la jeune fille à tout mettre en œuvre pour retrouver sa vie légère et sans contrainte qu’ils avaient instaurée.

    Françoise Sagan décrit avec précision et justesse le contexte : en quelques phrases précises et justes on se glisse dans la villa, on s’immisce dans leur quotidien estival, grâce à Cécile, qui raconte comment ses sentiments évoluent, passant de l’insouciance à la révolte, installant ses pions pour manipuler à la fois Elsa, la jeune femme qui accompagnait son père avant l’arrivée d’Anne, et Cyril qui y consent naïvement, par amour pour elle, mais aussi sur ce qu’elle ressent profondément, partagée entre des sentiments ambivalents.

    Cette lucidité n’était-elle pas la pire des erreurs ? Je me débattais des heures entières dans ma chambre pour savoir si la crainte, l’hostilité que m’inspirait Anne à présent se justifiaient ou si je n’étais qu’une petite jeune fille égoïste et gâtée en veine de fausse indépendance. (p72)

    La chaleur de l’été et la froideur des échanges entre Cécile et Anne, l’insouciance des journées puis les restrictions instaurées par Anne, la révolte de Cécile, elle qui se laissait porter par la vie, elle qui découvre qu’elle est capable de manipulations, de vengeance, d’hypocrisie donne à l’ensemble un récit tout en contrastes. L’orage menace, les prémices sont là, la situation échappe un peu à la jeune fille et elle fait même preuve de lâcheté en laissant ensuite chacun décider de leur sort.

    Parallèlement à la situation, Cécile découvre le plaisir dans les bras de Cyril tombé amoureux d’elle et qui veut l’épouser. Pour elle il ne s’agit pas d’amour mais de plaisir, de douceur, de découverte. Elle se sent devenir Femme, ne prend pas position par rapport à la demande de Cyril, elle ne veut penser qu’à son plaisir.

    J’éprouvais, en dehors du plaisir physique et très réel que me procurait l’amour, une sorte de plaisir intellectuel à y penser. Les mots « faire l’amour » ont une séduction à eux, très verbale, en les séparant de leur sens. Ce terme de « faire », matériel et positif, uni à cette abstraction poétique du mot « amour », m’enchantait, j’en avais parlé avant sans la moindre pudeur, sans la moindre gêne et sans en remarquer la saveur. (p114)

    Françoise Sagan, dont c’était le premier roman qui fit beaucoup de bruit lors de sa sortie et la propulsa comme représentante de la jeunesse, avait pratiquement l’âge de son héroïne quand elle écrit ce roman. Je pense qu’elle a mis beaucoup d’elle-même dans le ressenti de son héroïne, à la fois une certaine maturité dans ses réflexions et une insouciance par rapport aux faits, aux événements et leurs conséquences.

    Elle fait de son roman une étude psychologique et sociétale, restituant parfaitement, malgré son jeune âge, toute l’ambivalence d’une jeune fille, confortablement installée dans une vie de privilèges, égoïste et capricieuse, qui ne voit que son propre bien être tout en disséquant, presque au microscope, sa découverte des sentiments humains et de leurs conséquences.

    J’ai trouvé la construction remarquable : une écriture précise, directe, allant à l’essentiel, faisant passer dans ses mots l’ambiance, les sentiments et la chaleur de cet été.

    Malgré le drame père et fille continueront leurs vies comme avant, mais auront connu la tristesse.

    Quelque chose monte alors en moi que j’accueille par son nom, les yeux fermés : Bonjour Tristesse. (p154)

    Contente d’avoir ressorti ce roman de mes étagères, de le relire, il y a un moment pour chaque livre et je comprends mieux après cette lecture l’engouement qu’il a suscité à l’époque, j’ai été séduite par cette écriture efficace, directe, où je retrouvais le rythme de sa voix.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • J'ai eu un peu de mal à accrocher avec ce livre. C'est une bien jolie histoire, mais je n'ai pas réussi à me plongé dedans. Je l'ai lu jusqu'au bout, mais aujourd'hui j'ai bien du mal à me souvenir de ce qu'il raconte vraiment. A relire je pense.

    J'ai eu un peu de mal à accrocher avec ce livre. C'est une bien jolie histoire, mais je n'ai pas réussi à me plongé dedans. Je l'ai lu jusqu'au bout, mais aujourd'hui j'ai bien du mal à me souvenir de ce qu'il raconte vraiment. A relire je pense.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un classique (que je viens de relire) qui n'a pas pris une ride !

    Un classique (que je viens de relire) qui n'a pas pris une ride !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre scandaleux lorsqu'il est paru. J'aime le style de Françoise SAGAN rempli de paradoxe , d'ambiguïté ,
    Les personnages sont d'une forte qualité comme l'écriture de cette grande dame. Un bel ouvrage.

    Un livre scandaleux lorsqu'il est paru. J'aime le style de Françoise SAGAN rempli de paradoxe , d'ambiguïté ,
    Les personnages sont d'une forte qualité comme l'écriture de cette grande dame. Un bel ouvrage.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman scandaleux du milieu des années 50, j'ai longtemps attendu avant de lire ce tumultueux classique de la littérature française. Je m'attendais en effet à devoir suivre les premiers émois amoureux d'une jeune femme de 17 ans, quelque peu farouche et écervelée, ce qui aurait été pour moi...
    Voir plus

    Roman scandaleux du milieu des années 50, j'ai longtemps attendu avant de lire ce tumultueux classique de la littérature française. Je m'attendais en effet à devoir suivre les premiers émois amoureux d'une jeune femme de 17 ans, quelque peu farouche et écervelée, ce qui aurait été pour moi source d'un ennui profond.
    Mais je dois bien reconnaitre que ce court roman n'est pas sans qualité. Premièrement, j'ai aimé le style imagé, vif et poétique de Sagan. Je suis très sensible à la magnifique résonance de la première phrase du livre qui a elle seule vous fera aimer ou détester l'auteure.
    Par ailleurs, j'ai trouvé que l'idylle de Cécile la protagoniste, était bien plus anecdotique pour la lectrice de 2017 que je suis par rapport au drame personnel et moral qui se joue dans l'esprit de la jeune femme. Evidemment, cette vision décomplexée de la sexualité et de l'amour notamment pour les femmes a du choquer à l'époque de sa parution mais elle relève de la simple banalité aujourd'hui.
    Et puis, il y a cette ambiance un peu "spleenarde" qui transparait et ces personnages si irritants et attachants à la fois.
    C'est finalement une bonne surprise pour moi et je me laisserai sans doute tenter par une autre oeuvre du "charmant petit monstre".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions