Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Françoise Sagan

Françoise Sagan
Issue d'une famille de la grande bourgeoisie, Françoise Quoirez, dite Sagan, passe une enfance épargnée par les pénuries de la Seconde Guerre mondiale. Les années défilent et le triomphe se profile grâce à son roman 'Bonjour tristesse', écrit à l'âge de dix-huit ans. Bien que le public et la crit... Voir plus
Issue d'une famille de la grande bourgeoisie, Françoise Quoirez, dite Sagan, passe une enfance épargnée par les pénuries de la Seconde Guerre mondiale. Les années défilent et le triomphe se profile grâce à son roman 'Bonjour tristesse', écrit à l'âge de dix-huit ans. Bien que le public et la critique soient séduits, cette oeuvre suscite la polémique. Traitant du désir sexuel d'un point de vue féminin, les remarques le concernant sont quelque peu acerbes. Françoise Sagan adopte par la suite un style de vie des plus décalés, tant sur le plan de l'avoir que de l'être. Ses oeuvres s'en inspirent et mettent en exergue l'ennui et la fuite dans l'alcool. Elle incarne une insolence et une fraîcheur qui ne peuvent que choquer les étouffantes années 1950. Tentée par la scène, elle s'essaye à quelques pièces de théâtre : 'Château en Suède', 'la Robe mauve de Valentine', 'L' Excès contraire'... Malgré le succès de ses oeuvres, elle ne reçoit que peu de prix littéraires, mais se voit tout de même décerné en 1985 le prix Monaco, qui vient saluer l'ensemble de son oeuvre. Si l'on peut toujours discuter de sa véritable place dans le panthéon littéraire, Françoise Sagan était avant tout un être vrai et libre. Elle restera dans l'histoire comme un personnage, sans doute plus important que ses livres, un mythe dont la notoriété dépasse les frontières de l'Hexagone, le totem d'une époque faite de liberté et d'insouciance.

Articles en lien avec Françoise Sagan (3)

Avis sur cet auteur (52)

  • add_box
    Couverture du livre « La chamade » de Françoise Sagan aux éditions Pocket

    Mumu Dans le Bocage sur La chamade de Françoise Sagan

    "Ils savaient aussi que ce moment était exceptionnel et que rien de mieux ne pouvait être donné à un être humain que la découverte de son complément. Imprévisible, mais à présent inéluctable, la passion physique allait faire, de ce qui aurait pu être, entre eux, une passade - une véritable...
    Voir plus

    "Ils savaient aussi que ce moment était exceptionnel et que rien de mieux ne pouvait être donné à un être humain que la découverte de son complément. Imprévisible, mais à présent inéluctable, la passion physique allait faire, de ce qui aurait pu être, entre eux, une passade - une véritable histoire. (p68)"

    Il s'agit pour moi d'une relecture. La première avait eu lieu en 2016 et je n'en gardai aucun souvenir (merci mon blog de me le rappeler). L'occasion du challenge Sacrées femmes m'a fait parcourir ma bibliothèque et il m'a paru comme une évidence de lire (ou donc relire) Françoise Sagan qui a marqué une époque mais également un style de littérature.

    Et je vous avoue que cette relecture a été un grand plaisir. Je n'avais qu'une hâte c'était de rejoindre l'histoire de ce quadrille amoureux où jeunesse et âge mûr se confrontent. Les premiers ne résistent pas à la pulsion amoureuse mais sans vouloir faire souffrir pour autant ceux avec qui ils vivent, les seconds, plus au fait de la vie et de ses aléas, pour Diane attendant d'être face à l'évidence, pour l'autre, Charles, faire preuve de sagesse et même s'il souffre, faire confiance à ce qu'il sait de Lucile, de ce qu'elle est et de ce dont elle a besoin, sachant qu'un jour ou l'autre elle lui reviendra.

    Quel très beau roman et à la différence de ma première lecture, j'ai trouvé que la manière dont l'auteure retrace une histoire d'amour sur trois saisons : Printemps avec l'éclosion de l'amour entre Lucile et Antoine, Eté avec son épanouissement et Automne avec son flétrissement, était tout simplement d'une implacable justesse. 

    "-D'où vient l'expression "la chamade" demanda le jeune Anglais à l'autre bout de la table;
    -D'après le Littré, c'était un roulement joué par les tambours pour annoncer la défaite, dit un érudit.(p249)"

    Elle fait évoluer ses personnages dans un univers qu'elle connaît et maîtrise pour y avoir eu ses entrées, la jet-set parisienne, ses codes, ses figures, où l'argent s'expose, est assumé et entretient les liens. Il n'y a pas de jugement mais simplement le constat de ceux qui y vivent mais l'ensemble s'oriente malgré tout vers une certaine mélancolie, un constat doux-amer car elle confronte deux manières de vivre l'amour. La première de façon confortable même s'il ne s'agit pas d'amour fou mais d'amour paisible et l'amour fou, incandescent mais confronté aux réalités de l'existence. 

    Lucile est ce qu'elle est et Charles l'accepte telle qu'elle est alors qu'Antoine voudrait la voir changer, la faire entrer dans son monde à lui, celui où il faut avoir une activité, travailler, s'investir. Tous les personnages sont attachants (peut-être un peu moins Diane car un peu moins présente) et on ne voudrait presque pas les voir souffrir et pourtant la souffrance guette.

    "Elle s'étira, ferma les yeux. Cela devait arriver, elle savait que cela devait arriver, les hommes étaient horriblement fatigants. D'ici après-demain, elle devrait prendre une décision et c'était un des mots de la langue française qui lui faisaient le plus horreur. (p127)"

    Car, nous qui observons, voyons les premiers indices qui apparaissent et annoncent que cette histoire d'amour est promise à s'éteindre par les réactions de Lucile, son regard désabusé sur l'univers d'Antoine, sa chambre, le manque du confort auquel l'a habitué Charles. Elle croit, dans un premier temps, pouvoir passer au-delà de tout cela, n'écoutant que l'appel de ses sens et voulant croire qu'elle peut changer, qu'elle peut être autre différente de la femme-enfant insouciante. L'auteure confronte également la préalable position des deux jeunes amants entretenus chacun par une personne plus âgée, l'un en tant qu'homme et l'autre en tant que femme, cette dernière étant pour Lucile "normale" et pour Antoine "humiliante" :

    "Elle aimait les objets, elle aimait ces fichus objets, il en faisait partie, il une pièce maîtresse de son luxe, il était un jeune homme entretenu. Pas vraiment, non, bien sûr, mais il dînait chez "ses amis", il dormait dans "son appartement", il vivait "sa vie". Il avait beau jeu de juger Lucile. Au moins Lucile était une femme. (p118)"

    J'ai trouvé que le roman était le reflet d'une époque, d'un monde mais également une observation fine des caractères, de leurs attentes à chacun, l'écriture est très fluide, efficace, ne cherchant pas à "enrober" les faits ou les sentiments, mais à les restituer tels qu'ils sont, l'auteure en étant le témoin.. Une histoire d'amour ou plutôt plusieurs histoires d'amour et de comportements amoureux où chacun cherche sa place ou celle qu'il voudrait avoir ou tenir mais qui se confrontera à ce qu'il est vraiment et l'assumer. L'amour est-il toujours synonyme de bonheur ?

    J'ai beaucoup aimé.

  • add_box
    Couverture du livre « Des bleus à l'âme » de Françoise Sagan aux éditions Lgf

    Bill sur Des bleus à l'âme de Françoise Sagan

    Troisième opus de l'auteur dans lequel je me plonge cette année.

    Un roman qui nous propose une tranche de. vie de deux trentenaires suédois, qui mènent à Paris une vie de plaisirs financée par ceux à qui ils accordent leur charmes.

    Roman, donc, mais aussi essai sur la condition de...
    Voir plus

    Troisième opus de l'auteur dans lequel je me plonge cette année.

    Un roman qui nous propose une tranche de. vie de deux trentenaires suédois, qui mènent à Paris une vie de plaisirs financée par ceux à qui ils accordent leur charmes.

    Roman, donc, mais aussi essai sur la condition de l'écrivain Françoise Sagan, ses plaisirs, ses difficultés devant la page blanche, son amour de la vitesse automobile, ses ennuis fiscaux.

    Entre soirées trop arrosées et mises au vert normandes, l'auteur nous raconte ses difficultés à reprendre' l'écriture de ce roman qui traine alors qu'elle en aime bien les deux personnages désabusés et si égoïstes.

    Un roman un peu désabusé, nostalgiques, doux-amer, un roman acide comme un bonbon anglais, un peu sucre mais avec un fond d'amertume qui traine en bouche

    J'apprécie vivement cette (re)lecture des romans de Françoise Sagan. D'autres m'attendent, je ne vais par tarder à m'y plonger.

  • add_box
    Couverture du livre « Les merveilleux nuages » de Françoise Sagan aux éditions Julliard

    Manika sur Les merveilleux nuages de Françoise Sagan

    Josée et Alan sont mariés depuis quelques années. Lassée de vivre dans cette prison dorée où amour et oisiveté finissent par tuer les sentiments, Josée décide d'aller prendre l'air à Paris, revivre quelques moments de liberté et retrouver quelques amis/amants. C'est sans compter sur la jalousie...
    Voir plus

    Josée et Alan sont mariés depuis quelques années. Lassée de vivre dans cette prison dorée où amour et oisiveté finissent par tuer les sentiments, Josée décide d'aller prendre l'air à Paris, revivre quelques moments de liberté et retrouver quelques amis/amants. C'est sans compter sur la jalousie d'Alan qui va la rejoindre un peu trop rapidement.

    C'est un peu toujours le même thème qu'aborde Françoise Sagan, une jeunesse dorée qui est bien handicapée quand il s'agit de vivre simplement les relations amoureuses ou amicales. Ce texte ne déroge pas ! Un "je t'aime, je te fuis, tu me fuis je te cherche" qui n'en finit pas, de jeux de séductions en manipulations. J'ai eu l'impression de tourner en rond avec les personnages,

  • add_box
    Couverture du livre « Aimez-vous Brahms » de Françoise Sagan aux éditions Pocket

    Bill sur Aimez-vous Brahms de Françoise Sagan

    Paule, 39 ans, vit une relation assez libre avec Roger un peu plus âgé qu'elle.

    Relation libre, surtout pour lui qui multiplie les aventures avec de jeunes starlettes, bêtasses, mais qui le distraient et lui donnent l'impression d'être toujours jeunes !

     Paule, décoratrice d'intérieur,...
    Voir plus

    Paule, 39 ans, vit une relation assez libre avec Roger un peu plus âgé qu'elle.

    Relation libre, surtout pour lui qui multiplie les aventures avec de jeunes starlettes, bêtasses, mais qui le distraient et lui donnent l'impression d'être toujours jeunes !

     Paule, décoratrice d'intérieur, rencontre Simon, 25 ans chez une de ses richissimes clientes.

    Avocat en formation, velléitaire, fortement penché sur le whisky, devenu fou amoureux d'elle, Paule se laisse finalement séduire, et rompt avec Roger.

    Mais la jeunesse brûlée de Simon l'agace rapidement, elle renoue avec Roger, éperdu d'amour pour elle tant qu'elle était loin .... 

    Un roman de Françoise Sagan, c'est toujours une plongée dans un monde feutré, un  monde de douceur où percent des épines qui égratignent et mettent à nu.

    Ce monde des années 60 où les hommes pouvaient agir à leur guise, disposant des femmes comme ils l'entendaient sans qu'elles pensent encore à se rebeller.

    D'autres romans de Françoise Sagan m'attendent dans ma liseuse, tels de petits bonbons acidulés que je vais déguster lentement :)