Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Sophie Divry

Sophie Divry

Sophie Divry est née en 1979 à Montpellier. Elle vit actuellement à Lyon. Quand le diable sortit de la salle de bain est son quatrième roman. Son roman La condition pavillonnaire a été finaliste pour le Prix du Monde et a reçu la mention spéciale du Prix Wepler.

 


Photo © Bénédicte Roscot.

... Voir plus

Sophie Divry est née en 1979 à Montpellier. Elle vit actuellement à Lyon. Quand le diable sortit de la salle de bain est son quatrième roman. Son roman La condition pavillonnaire a été finaliste pour le Prix du Monde et a reçu la mention spéciale du Prix Wepler.

 


Photo © Bénédicte Roscot.

Articles en lien avec Sophie Divry (2)

Avis sur cet auteur (86)

  • add_box
    Couverture du livre « Fantastique histoire d'amour » de Sophie Divry aux éditions Seuil

    s.laby sur Fantastique histoire d'amour de Sophie Divry

    Les cristaux scintillateurs sont fabriqués à base de tungstène, d’oxygène et de plomb dans des fours à très haute température au CERN selon le procédé de Czochralski. Rien de romantique là-dedans a priori. De la chimie tout au plus. Pourtant, ce matériau est au cœur de la "fantastique histoire...
    Voir plus

    Les cristaux scintillateurs sont fabriqués à base de tungstène, d’oxygène et de plomb dans des fours à très haute température au CERN selon le procédé de Czochralski. Rien de romantique là-dedans a priori. De la chimie tout au plus. Pourtant, ce matériau est au cœur de la "fantastique histoire d’amour" imaginée par Sophie Divry.

    Attention, c’est bien plus qu’un roman d’amour. C’est une histoire sans niaiserie, sans cliché, avec du vrai, du fantastique, du rythme, de l’humour, de la science, de la drogue, de la vie. Rien n’est attendu et tout semble parfaitement naturel. Même les cambriolages à répétition, les tête-à-tête avec le curé, les excursions en Provence, en Suisse ou en Allemagne, la sensibilité d’un homme, la force d’une femme.

    Bastien a quarante-et-un an. Il est inspecteur du travail (un métier solitaire, “quelque chose entre shérif et assistante sociale”), plus ou moins catholique, fraîchement séparé de sa compagne. Maïa a trente-huit ans. Elle est journaliste scientifique, atteinte de “disparitionnite” (un problème avec ses mains : elle perd tout, depuis toujours), adepte d’une solitude douce et choisie, loin du tumulte des sentiments. Ils mènent des vies parallèles et esseulées, à la fois tristes et heureuses. Ils ne savent même pas qu’ils se croisent, parfois, dans un parc, dans une librairie. “Voilà comment nous vivons tous. Quelque chose cogne à la porte durant des années, mais nous ignorons ce qui cogne.”

    On se doute que ces deux-là sont compatibles chimiquement. Encore faut-il qu’il y ait une rencontre, une collision. C’est là qu’interviennent les cristaux scintillateurs. Dans un sujet d’article sur les accélérateurs de particules pour l’une, autour d’un mystère lié à un accident du travail dans une usine de plastique pour l’autre. Et boum, l’amour. “Juste un mélange d’espoir et d’orgueil.” Ce truc si simple et pourtant si affolant.

  • add_box
    Couverture du livre « Fantastique histoire d'amour » de Sophie Divry aux éditions Seuil

    Ophelie GAUDIN sur Fantastique histoire d'amour de Sophie Divry

    Fantastique ennui cousu de références cultes mal maîtrisées et d'un scénario (ce n'est pas une trame littéraire) avec une ligne pauvre (la "met" / cristal de Breaking bad et le "Précieux" de Golum du Seigneur des Anneaux). Sur cette ligne, l'autrice accroche des morceaux d'histoires pour étoffer...
    Voir plus

    Fantastique ennui cousu de références cultes mal maîtrisées et d'un scénario (ce n'est pas une trame littéraire) avec une ligne pauvre (la "met" / cristal de Breaking bad et le "Précieux" de Golum du Seigneur des Anneaux). Sur cette ligne, l'autrice accroche des morceaux d'histoires pour étoffer le nombre de pages avec un vide sidéral.

    Rien n'est fluide, tout est morcelé. Pourtant, l'histoire a un socle intéressant : le monde du luxe et de la finance créent une brèche par le financement du Cern pour avoir accès aux données des recherches. Ce dernier crée malencontreusement un magnifique cristal bleu (qui pourrait être un saphir synthétique) avec un effet délétère en temps que drogue addictive et systématiquement mortelle. Fantastique double coups financiers.

    Et bien ce socle intéressant représente peut-être 50 pages, tout le reste est constitué de poncifs, de phrases creuses ou moralisatrices. Bastien, l'inspecteur du travail, est décrit entre un shérif et une assistante sociale (sic) mais plutôt une assistante sociale car il y a un parc de voitures de service (navrant !). Il est mou, égoïste, alcoolo, enfant battu qui a besoin d'être câliné et chrétien. Son crédo est : on peut se passer du sexe mais pas de parler à quelqu'un. Maïa est journaliste scientifique indépendante, orpheline de mère, qui a bien sûre une tante fantastique Directrice d'un gros pôle au Cern. Elle finit par avoir un chat et son crédo est : on ne peut pas se passer de sexe, mais on peut se passer de parler à quelqu'un. Conclusion facile comme tout : on ne peut se passer ni de l'un ni de l'autre et ils finissent ensemble. C'est mignon tout plein, et le chat de Maïa regarde tout ça en louant la chaleur humaine.

    Ce ne sont que des évidences, tout est tellement balisés avec de grosses ficelles qu'on sait déjà ce qui va se passer dans les 50 pages qui vont suivre (Kader et Maïa vont planquer dans un van / Oh il y a un combi devant l'entreprise dit Bastien / Non ce n'est pas un combi, c'est un van s'insurge Kader dans la partie "Maïa" = mais quelle surprise de voir tous les trois au même endroit. Même topo en parallèle avec Maglioni, etc.).

    Les 70 dernières pages sont pas mal, là où le socle de l'histoire finit par avoir du sens. Tout le reste est long, simpliste, moralisateur, décousu.

  • add_box
    Couverture du livre « Fantastique histoire d'amour » de Sophie Divry aux éditions Seuil

    Sweetcactus sur Fantastique histoire d'amour de Sophie Divry

    Sans lourdeur , avec légèreté, ça parle d'amour, de solitude, de science, de religion, de patrons et d'ouvriers et d'employés, un peu manichéen je vous dis, de maltraitance ou trauma qui marquent à vie , qq réflexions sur l'amour et la mort qui m'ont touchées, entre tout ça une histoire qui se...
    Voir plus

    Sans lourdeur , avec légèreté, ça parle d'amour, de solitude, de science, de religion, de patrons et d'ouvriers et d'employés, un peu manichéen je vous dis, de maltraitance ou trauma qui marquent à vie , qq réflexions sur l'amour et la mort qui m'ont touchées, entre tout ça une histoire qui se noue autour de cristaux scintillateurs. Des personnages sur le bord du récit qui laissent place à d'autres, deux personnages principaux, un homme, une femme en manque de but ou d'amour, c'est rythmé et ça reste agréable et léger à lire, un roman qui se lit vite au final.

  • add_box
    Couverture du livre « Fantastique histoire d'amour » de Sophie Divry aux éditions Seuil

    Yv Pol sur Fantastique histoire d'amour de Sophie Divry

    Fantastique histoire d’amour, Sophie Divry, Seuil
    Bastien, tout juste quarantenaire quitté par isabelle, est inspecteur du travail. Appelé dans une entreprise pour un accident : un employé mort dans une broyeuse, il peine à se remettre de tous ces événements, sombre dans une dépression.
    Maïa...
    Voir plus

    Fantastique histoire d’amour, Sophie Divry, Seuil
    Bastien, tout juste quarantenaire quitté par isabelle, est inspecteur du travail. Appelé dans une entreprise pour un accident : un employé mort dans une broyeuse, il peine à se remettre de tous ces événements, sombre dans une dépression.
    Maïa est journaliste scientifique, dans une situation professionnelle délicate. Elle se rend au CERN, le centre de recherche nucléaire de Genève, rencontrer sa tante qui travaille sur le cristal scintillateur.
    Pas banal ce roman qui place ses deux héros dans des mondes assez peu fréquentés par les romanciers habituellement. L’inspection du travail et plus généralement le monde du travail, des usines, dans lesquelles les ouvriers sont malmenés, mal considérés et qui, malheureusement pour des manques d’effectifs, ne peuvent compter sur l’implication totale des inspecteurs du travail.
    Et puis, le CERN, la presse scientifique et tout ce qui tourne autour du cristal scintillateur, un nouveau matériau. Malgré mon peu de connaissance, mon intérêt limité et ma compréhension restreinte en la matière scientifique, je n’ai jamais été largué au point de vouloir refermer le livre.
    Car, le sujet principal, c’est quand même la rencontre entre Bastien et Maïa. J’avoue que je ne l’ai pas vue venir -alors que je savais qu’elle adviendrait- et d’un coup, à force d’accumuler les indices, je me suis dit : "Bon sang, mais c’est bien sûr", et moi, alors de jubiler parce que je m’étais bien fait balader et que l’évidence me sautait aux yeux.
    Rondement et joyeusement mené, ce roman qui emprunte au roman policier, au thriller et au roman plus classique se déguste avec avidité, même si la seconde partie m’a semblé plus longue, mais sans doute est-ce dû à mon envie de connaître la fin et, tout fleur bleue que je contesterai être, même sous la torture, de savoir si Bastien et Maïa restent en vie et ensemble.