Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La côte 400

Couverture du livre « La côte 400 » de Sophie Divry aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264055699
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Elle rêve d'être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Esseulée, soumise aux lois de la classification de Dewey et à l'ordre le plus strict, elle cache ses angoisses dans un métier discret. Les années passent, elle renonce aux hommes, mais un jour un beau chercheur... Voir plus

Elle rêve d'être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Esseulée, soumise aux lois de la classification de Dewey et à l'ordre le plus strict, elle cache ses angoisses dans un métier discret. Les années passent, elle renonce aux hommes, mais un jour un beau chercheur apparaît et la voilà qui remet ses bijoux. Bienvenue dans les névroses d'une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, flâneurs, chacun dans son univers.
Mais un jour ce bel ordre finit par se fissurer.

Donner votre avis

Avis (7)

  • Il ne s'attendait pas à ce qui allait lui arriver à son réveil, cet homme qui s'est endormi au sous-sol d'une bibliothèque de quartier, lieu réservé au stockage d'ouvrages variés, difficiles à classer ailleurs !
    Simone, la responsable de ce rayon, ayant découvert là cette sorte de passager...
    Voir plus

    Il ne s'attendait pas à ce qui allait lui arriver à son réveil, cet homme qui s'est endormi au sous-sol d'une bibliothèque de quartier, lieu réservé au stockage d'ouvrages variés, difficiles à classer ailleurs !
    Simone, la responsable de ce rayon, ayant découvert là cette sorte de passager clandestin deux heures avant l'ouverture officielle de la bibliothèque l'a non seulement chargé de trouver au plus vite un ouvrage de philosophie égaré au milieu de ceux d'histoire ou de géographie , mais l'a aussi contraint à écouter son long monologue de récriminations .

    Reléguée depuis des années dans « fourre-tout » elle s'ennuie, Simone !
    Pour une fois qu'elle a face à elle, dans le huis clos de ce sous sol, à sa merci pendant deux heures, une oreille dans laquelle elle va pouvoir déverser tout ce que lui inspire sa fonction de bibliothécaire, elle lâche la bonde !
    Quelle logorrhée !

    Elel est proche de la retraite, Simone , et elle en a des choses à raconter sur l'univers impitoyable des bibliothèques modernes !
    Les temps ont changé ! Les abonnés aussi ! Et elle est « de la vieille école » !

    Dire qu'il y en a qui ne viennent pas y emprunter des livres , mais des DVD  !
    Et les classiques n'ont plus la cote ! Qui emprunte encore des romans de Maupassant ou de Simone de Beauvoir ?
    On leur préfère les derniers publiés « tous ces livres niaiseux qui envahissent les librairies alors qu'ils ne sont, quelques mois plus tard, plus bons qu'à se vendre au kilo. Les pires, ce sont les livres-express, les livres d'actualité : sitôt commandés, sitôt écrits , sitôt imprimés , sitôt télévisés, sitôt achetés, sitôt retirés, sitôt pilonnés »

    Grandeur et misère de sa condition  !
    «  Etre bibliothécaire n'a rien de valorisant, je vous le dis, c'est proche de la condition d'ouvrier....il faut aimer l'idée de classement et être quelqu'un d'obéissant «  …....... »
    Et pourtant , la bibliothèque est le lieu de « l'inépuisable lait de la culture humaine mis à notre portée » . Et pour Simone qui a « besoin de grandes choses » qui vit seule depuis des années car « avec les hommes, c'est fini », c'est dans les livres qu'elle trouve l'amour, c'est là qu'elle se console, c'est là qu'elle n'est plus seule.

    Vous saurez tout sur les conditions actuelles du métier de bibliothécaire ! Tout sur les coulisses de ce lieu « d'abondance culturelle » !   Tout , même le principe de rangement des ouvrages ,« la classification décimale » instaurée par l'américain Dewey au 19e siécle .

    LA COTE 400 est un ouvrage savoureux ! C'est le monologue nostalgique, la complainte désenchantée d'une employée « inaperçue , invisible », en quête de reconnaissance , frustrée, aigrie de ne pas être responsable des rayons nobles, ceux des étages supérieurs où se pressent les lecteurs.

    Un vrai personnage, cette Simone ! Elle peut sembler agaçante à se lamenter sans cesse, mais elle est touchante aussi !
    Un personnage théâtral que je verrais bien incarné sur scène par Muriel Robin Pas vous ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sophie Divry nous livre un court (95 pages) roman, une friandise douce amère, un récit "défouloir" sur le thème de la bibliothèque.
    Par celles des grandes villes, la bibliothèque d'une préfecture de Province fréquentée par..... (c'est bien là le problème !)
    Le monologue d'une bibliothécaire...
    Voir plus

    Sophie Divry nous livre un court (95 pages) roman, une friandise douce amère, un récit "défouloir" sur le thème de la bibliothèque.
    Par celles des grandes villes, la bibliothèque d'une préfecture de Province fréquentée par..... (c'est bien là le problème !)
    Le monologue d'une bibliothécaire -rayon Géographie- femme invisible, seule (ou plutôt, non; bien accompagnée par ses meilleurs amis les Livres)
    Une quinqua , pas indifférente aux hommes mais qui intellectualise à outrance la relation.
    Un pamphlet contre l'hypocrisie de nos sociétés en quête de Culture mais qui fréquentent les musées au pas de charge, qui "consomment" de la Culture.
    Le maire veut sa bibliothèque, on débat sur l'élargissement des horaires d'ouverture mais personne n'y met jamais les pieds. Et ceux qui la fréquentent ne le font pas toujours pour de bonnes raisons (...)
    La 4 ième de couverture fait état d'une "femme un peu dérangée"....Pour ma part, je la trouve plutôt lucide et clairvoyante.

    Alllez-y, c'est un pur moment de bonheur, une petite douceur à savourer avant les grandes agapes du réveillon de Noël !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J'ai lu ce roman lors d'un court séjour du côté de la Belgique.
    J'avais emmené plusieurs lectures, et j'avais choisi ce livre court que je pensais lire d'une traite. 96 pages, ça va en effet généralement assez vite, alors je m'étais dit que c'était un format idéal après une journée de...
    Voir plus

    J'ai lu ce roman lors d'un court séjour du côté de la Belgique.
    J'avais emmené plusieurs lectures, et j'avais choisi ce livre court que je pensais lire d'une traite. 96 pages, ça va en effet généralement assez vite, alors je m'étais dit que c'était un format idéal après une journée de randonnées plutôt fatigante.

    Eh bien j'ai vite déchanté, j'ai même fait quelques pauses, je n'ai vraiment pas accroché. J'ai presque failli abandonner, mais vu le nombre de pages, je voulais tout de même aller au bout de ma lecture.
    J'y suis parvenue, mais je dois dire que je me suis ennuyée.

    On découvre le monologue d'une bibliothécaire aigrie qui traîne en longueur pour une lecture pourtant assez courte. Ce n'est pas sans intérêt, l'idée est bonne, mais ce discours ne m'a pas particulièrement emballée.
    J'attendais peut-être que cette vision de ce métier soit moins étriquée et plus approfondie.
    Bref, une déception.

    http://www.livraddict.com/biblio/livre/la-cote-400.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Il fallait oser ! Écrire à propos de la classification décimale des livres mise au point par Melvil Dewey, Sophie Divry l’a réussi superbement avec un humour qui fait du bien.

    Les amateurs de lecture qui fréquentent les bibliothèques n’y font pas forcément attention mais tous les documents...
    Voir plus

    Il fallait oser ! Écrire à propos de la classification décimale des livres mise au point par Melvil Dewey, Sophie Divry l’a réussi superbement avec un humour qui fait du bien.

    Les amateurs de lecture qui fréquentent les bibliothèques n’y font pas forcément attention mais tous les documents sont cotés et le système adopté est valable partout : « Parce que, théoriquement, que vous alliez à Paris, à Marseille, à Cahors, à Mazamet ou à Dompierre-sur-Besbre, vous devez trouver toujours le même livre au même endroit… À tous les coups ça marche. »
    L’auteure, par l’intermédiaire de sa narratrice, détaille ce qui a permis de classer «méthodiquement l’ensemble du savoir humain. » Tout cela est agrémenté de phrases très fortes sur les livres : « Eux, ils m’élèvent. » Les confidences se poursuivent avec sincérité et justesse, sans concession pour les lecteurs qu’elle surveille de près : « Ils déclassent, ils volent, ils écornent, ils dérangent. Il y en a même qui arrachent des pages »… sans oublier ceux qui ne se gênent pas pour surligner, pour annoter…
    Au passage, notre bibliothécaire livre ses sentiments sur la Révolution et cite les trois événements qui, pour elle, ont façonné notre histoire : la Révolution, les massacres de la guerre de 14 et la pilule. Napoléon en prend pour son grade, qualifié de fossoyeur de la lecture : « Faire lire le peuple, ce n’était pas son truc, il préférait trucider la jeunesse en marchant dans la neige. Saviez-vous que les guerres napoléoniennes ont tué plus de petits Français que la Première guerre mondiale ?... Quand je vois tous les bouquins qui sortent chaque année sur ce nabot mal élevé, je ne comprends pas cette fascination…»
    La vie au jour le jour, au milieu des livres, peut réserver des surprises, comme ce Martin qui revient régulièrement et dont elle ne comprend pas l'indifférence. Elle peste contre ceux qui n’empruntent que des « dévédés », explique que, pendant l’hiver, le chauffage attire les plus démunis mais ajoute aussi : « C’est fou le nombre de chômeurs, retraités, Cotorep, érémistes qu’on croise ici, l’été. » Ce qui l’amène à déplorer : « Quand je pense que certains maires osent fermer les bibliothèques au mois d’août ! »
    La cote 400 est donc un petit trésor de réflexions bien senties comme cet encouragement pour la lecture qu’il faut citer encore : « Empruntez, car autant l’accumulation matérielle appauvrit l’âme, autant l’abondance culturelle l’enrichit. » Voilà une petite sucrerie bien délicieuse qui apporte plaisir, réflexion et sourire… ingrédients fort précieux.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Très joli petit ouvrage, drole , intelligent et pertinent. Cerise sur le gâteau, on y apprend beaucoup sur les bibliothèques et les états d âmes de ses bibliothequaires. Sophie Divry gagne à être connue ..et lue, 'la condition pavillonnaire ´ est un très bon roman également.

    Très joli petit ouvrage, drole , intelligent et pertinent. Cerise sur le gâteau, on y apprend beaucoup sur les bibliothèques et les états d âmes de ses bibliothequaires. Sophie Divry gagne à être connue ..et lue, 'la condition pavillonnaire ´ est un très bon roman également.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La cote 400 est un long monologue d'une bibliothécaire qui a loupé son Capes... Je dois avouer que je suis un peu déçue, je m'attendais à un long roman, plein d'anecdotes...



    Ce roman est un long monologue de 100 pages qui s'ouvre sur la découverte d'un lecteur oublié par une...
    Voir plus

    La cote 400 est un long monologue d'une bibliothécaire qui a loupé son Capes... Je dois avouer que je suis un peu déçue, je m'attendais à un long roman, plein d'anecdotes...



    Ce roman est un long monologue de 100 pages qui s'ouvre sur la découverte d'un lecteur oublié par une bibliothécaire plus ou moins désabusée, invisible pour tous qui dénigre son travail, tout ça sur fond de pseudo-histoire d'amour...



    J'ai aimé le style d'écriture mais pour être honnête je n'ai pas accroché à ce livre. Plus j'y pense, plus je me dis que je n'aurais même pas du l'emprunter...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lechoixdeslibraires.com

    Quand la bibliothèque est fermée, les bibliothécaires parlent...
    Cote 400, un premier roman, qu'on ne remisera pas de si tôt dans la cave d'une bibliothèque de province...
    Parce qu'elle a échoué au certificat pour devenir professeur, Simone est devenue bibliothécaire. Aujourd'hui...
    Voir plus

    Quand la bibliothèque est fermée, les bibliothécaires parlent...
    Cote 400, un premier roman, qu'on ne remisera pas de si tôt dans la cave d'une bibliothèque de province...
    Parce qu'elle a échoué au certificat pour devenir professeur, Simone est devenue bibliothécaire. Aujourd'hui cinquantenaire, devenue «la femme invisible, la responsable du rayon géographie» dans une petite bibliothèque municipale, elle explose quand elle découvre qu'un homme a passé la nuit dans son rayon.
    Sophie Divry nous convoque à un flot de paroles tantôt essoufflé, tantôt cinglant, toujours très théâtral. S'adressant à nous directement, elle fait tout aussi bien défiler les habitants de ce temple des savoirs les disséquant sans concession qu'elle transforme amicalement les livres en être de chair. Et, si l'auteur semble se réjouir de nous perdre dans des sujets très éclectiques, c'est pour mieux expliquer la situation de Simone, femme seule parmi les livres. D'une langue déliée, à la fois mutine et nostalgique, cette dernière dévoile toutes ses angoisses liées à la cote 400 -désormais vacante- qui ne sont, en réalité, que les prémisses des obsessions d'une femme invisible. Invisible aux yeux des lecteurs de tout ordre, mais surtout invisible aux yeux de Martin. Dans cette logorrhée d'une femme qui cherche à se faire désirée, très sarcastique mais non dénuée d'humour, Sophie Divry substitue surtout la bibliothèque en une allégorie cocasse de notre société trop rationnalisée. Avec Cote 400 Sophie Divry livre un récit, très court, mais très costaud !

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions (1)

Récemment sur lecteurs.com