Samuel Beckett

Samuel Beckett
Né à Foxrock le 13 avril 1906 Décédé à Paris, France le 22 décembre 1989 Fils d'une famille protestante aisée, Samuel Beckett passe sa jeunesse à Dublin. Mais c'est à Paris, où il rencontre James Joyce et des artistes d'avant-garde, qu'il vit surtout. Après la mort de son père, il écrit son pre... Voir plus
Né à Foxrock le 13 avril 1906 Décédé à Paris, France le 22 décembre 1989 Fils d'une famille protestante aisée, Samuel Beckett passe sa jeunesse à Dublin. Mais c'est à Paris, où il rencontre James Joyce et des artistes d'avant-garde, qu'il vit surtout. Après la mort de son père, il écrit son premier texte, 'Murphy'. Pendant la guerre, il s'engage dans la Résistance et rejoint le Vaucluse où il écrit son deuxième roman, 'Watt', et invente la figure du 'clochard' que l'on retrouve constamment. Il retourne ensuite à Paris où il écrit des romans, 'Premier amour', 'Molloy'... et des pièces de théâtre, 'Eleuthéria'... C'est en 1953, lors d'une représentation de sa pièce 'En attendant Godot', qu'il acquiert sa renommé mondiale, consacrée par le prix Nobel en 1969. Samuel Beckett consacre la suite de sa carrière à des textes courts, à la traduction de ses textes et à la mise en scène de ses pièces. S'il écrit en français, c'est pour limiter l'usage de la langue. Son oeuvre, austère comme un monologue intérieur, exprime l'impossibilité de vivre en sachant la finitude de l'existence.

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « Premier amour » de Samuel Beckett aux éditions Minuit

    Yves MABON sur Premier amour de Samuel Beckett

    C'est l'une de mes premières rencontres avec Beckett. Il me semble avoir lu l'un de ses livres, il y a longtemps, et puis plus rien, une petit crainte de me confronter avec une œuvre dont j'ai entendu dire partout le plus grand bien ? Je (re)commence donc avec cette nouvelle ou ce court roman...
    Voir plus

    C'est l'une de mes premières rencontres avec Beckett. Il me semble avoir lu l'un de ses livres, il y a longtemps, et puis plus rien, une petit crainte de me confronter avec une œuvre dont j'ai entendu dire partout le plus grand bien ? Je (re)commence donc avec cette nouvelle ou ce court roman publié en 1970 chez Minuit et écrit en 1945. Tout m'y plait : le style, l'absurde, le manque quasi total d'action, la lenteur, l'ambiance. C'est un genre qui peut déplaire voire rebuter surtout de nos jours où tout va vite, très vite, trop vite.

    Je ne ferai pas de grandes phrases, je préfère citer Beckett dans l'une de celles que j'ai notées dans ce livre : "Je me rappelle seulement qu'il y était question de citronniers, ou d'orangers, je ne sais plus lesquels, et pour moi c'est un succès, d'avoir retenu qu'il y était question de citronniers, ou d'orangers, car des autres chansons que j'ai entendues dans ma vie, et j'en ai entendu, car il est matériellement impossible on dirait de vivre, même comme je vivais moi, sans entendre chanter à moins d'être sourd, je n'ai rien retenu du tout, pas un mot, pas une note, ou si peu de mots, si peu de notes, que, que quoi, que rien, cette phrase a assez duré." (p.34/35) Que voudriez-vous que j'ajoute après cela ? Rien, si ce n'est que je vais retourner vite à la bibliothèque fureter à la lettre B comme Beckett.

  • add_box
    Couverture du livre « En attendant Godot » de Samuel Beckett aux éditions Minuit

    LAETITIA MONTOU sur En attendant Godot de Samuel Beckett

    L'absurdité de la vie, l'ennui, l'errance, la déchéance : j'ai tout retrouvé.

    L'absurdité de la vie, l'ennui, l'errance, la déchéance : j'ai tout retrouvé.

  • add_box
    Couverture du livre « En attendant Godot » de Samuel Beckett aux éditions Minuit

    Texane 18 sur En attendant Godot de Samuel Beckett

    Je l'avais lu très jeune et je n'avais pas apprécié ce livre, la maturité venue je vais tenter de nouveau ....

    Je l'avais lu très jeune et je n'avais pas apprécié ce livre, la maturité venue je vais tenter de nouveau ....

  • add_box
    Couverture du livre « Nouvelles et textes pour rien » de Samuel Beckett aux éditions Minuit

    LAETITIA MONTOU sur Nouvelles et textes pour rien de Samuel Beckett

    Non pas du tout pour rein sauf si la solitude, l'ennui, l'errance ne sont rien pour vous ...

    Quelle détresse et quelle souffrance : écrit à la fin de la guerre (1945-1950) : on comprend Beckett
    Quelle folie, quelle insolence pour l'époque

    Non pas du tout pour rein sauf si la solitude, l'ennui, l'errance ne sont rien pour vous ...

    Quelle détresse et quelle souffrance : écrit à la fin de la guerre (1945-1950) : on comprend Beckett
    Quelle folie, quelle insolence pour l'époque