Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Paul Veyne

Paul Veyne
Professeur honoraire au Collège de France, Paul Veyne est un des plus grands historiens français de l'Antiquité romaine. Ses nombreuses publications sur la sociologie romaine ou les mythes grecs, rédigés d'une plume alerte et joyeuse, l'ont fait connaître du grand public ("Quand notre m... Voir plus
Professeur honoraire au Collège de France, Paul Veyne est un des plus grands historiens français de l'Antiquité romaine. Ses nombreuses publications sur la sociologie romaine ou les mythes grecs, rédigés d'une plume alerte et joyeuse, l'ont fait connaître du grand public ("Quand notre monde est devenu chrétien", 2006 ; "Foucault, sa pensée, sa personne", 2008 ; "Mon musée imaginaire", 2010, L'Enéide, 2012).

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « René Char en ses poèmes » de Paul Veyne aux éditions Gallimard

    Gael POEZEVARA sur René Char en ses poèmes de Paul Veyne

    René CHAR se méfiait des critiques littéraires, des enseignants et des journalistes qui triturent et dissèquent les oeuvres littéraires. Selon lui, un seul sens possible à donner au texte : le sien, celui que l'auteur a voulu y mettre. Ce qu'il met en mots dans Allégeance :
    "Dans les rues de...
    Voir plus

    René CHAR se méfiait des critiques littéraires, des enseignants et des journalistes qui triturent et dissèquent les oeuvres littéraires. Selon lui, un seul sens possible à donner au texte : le sien, celui que l'auteur a voulu y mettre. Ce qu'il met en mots dans Allégeance :
    "Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe où il va dans le temps divisé. Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus ; qui au juste l'aima ?"
    Paul VEYNE réussit à se faire accepter par le Géant, dans le but non d'expliquer, d'analyser, mais d'éclairer les textes et la langue de René CHAR. Une belle réussite qui permet une approche de l'homme et de l'oeuvre originale et sans trahison.

  • add_box
    Couverture du livre « Palmyre, l'irremplaçable trésor » de Paul Veyne aux éditions Points

    Jean-Paul Degache sur Palmyre, l'irremplaçable trésor de Paul Veyne

    Palmyre, L’irremplaçable trésor. Paul Veyne, dans ce petit livre remarquable avec un cahier central de photos couleur, replace cette cité détruite par l’organisation terroriste Daech au centre de notre héritage culturel : « Malgré mon âge avancé, c’était de mon devoir d’ancien professeur et...
    Voir plus

    Palmyre, L’irremplaçable trésor. Paul Veyne, dans ce petit livre remarquable avec un cahier central de photos couleur, replace cette cité détruite par l’organisation terroriste Daech au centre de notre héritage culturel : « Malgré mon âge avancé, c’était de mon devoir d’ancien professeur et d’être humain de dire ma stupéfaction devant ce saccage incompréhensible… »

    Utilisant un style simple, concis, Paul Veyne rappelle d’abord le supplice, la torture, la décapitation, le 18 août 2015, de l’archéologue palmyrénien, Khalet al-Assaad, resté jusqu’au bout sur place pour tenter de sauver ce patrimoine de l’humanité.
    En plein désert, Palmyre est un site gréco-romain aussi somptueux que Pompéi ou Éphèse en Turquie. On y parlait l’araméen, parfois le grec et le temple de Bêl dont l’architecture rappelle la Perse et d’autres cultures, était le plus important de la ville.
    Alors, l’auteur nous emmène là-bas, après 4 heures d’avion et 200 km de route goudronnée à travers le désert. « Les Palmyréniens n’étaient pas des barbares et ne voulaient pas l’être. » Cette ville comptait quelques dizaines de milliers d’habitants et la majorité du trafic caravanier venant de l’Inde et de l’Arabie passait par là.
    Son origine remonte à plus 4 000 ans mais les monuments connus ont été élevés vers l’an 100 et 200 de notre ère. Dix-sept tribus connues ont vécu là. Ce sont les riches et les notables qui, comme ailleurs, étaient les maîtres de la cité et cherchaient à s’helléniser.
    Ce livre se lit avec un immense plaisir mais avec une douleur immense au fond du cœur en pensant à ce qui s’est passé là-bas. Paul Veyne conte l’épopée palmyrénienne et ne manque pas de s’arrêter sur l’histoire de Zénobie qui tenta d’imposer son fils, Wahballat, comme empereur d’Orient. Zénobie a esquissé le partage entre Orient et Occident et si l’empereur Aurélien a mis fin à son aventure, elle est restée légendaire.
    Paul Veyne n’oublie pas de détailler les sculptures découvertes sur le site. Il précise : « Dieux araméens, mésopotamiens, arabes et même perses ou égyptiens…Tout est venu à Palmyre qui a emprunté de tous côtés. » Le Louvre conserve deux grandes vitrines avec des bustes palmyréniens.

    Palmyre représentait la liberté, le non-conformisme, le multiculturalisme et « …ne connaître, ne vouloir connaître qu’une seule culture, la sienne, c’est se condamner à vivre sous un éteignoir », conclut Paul Veyne.

  • add_box
    Couverture du livre « Palmyre, l'irremplaçable trésor » de Paul Veyne aux éditions Points

    NADIA D'ANTONIO sur Palmyre, l'irremplaçable trésor de Paul Veyne

    Né à Aix-en-Provence, Paul Veyne est un grand historien français spécialiste de la Rome Antique. Il est également un important professeur au Collège de France.
    Certains disent de lui que Palmyre – L’Irremplaçable Trésor est sa réponse à Daech.
    Il a écrit très rapidement ce petit livre après...
    Voir plus

    Né à Aix-en-Provence, Paul Veyne est un grand historien français spécialiste de la Rome Antique. Il est également un important professeur au Collège de France.
    Certains disent de lui que Palmyre – L’Irremplaçable Trésor est sa réponse à Daech.
    Il a écrit très rapidement ce petit livre après cet horrible événement qu’a été le saccage de Palmyre, sa destruction.
    Il rend hommage également au directeur du site de Palmyre, décapité le 18 août 2015 par l’État islamique – préface.
    Ce livre est important car il nous fait comprendre l’histoire de Palmyre et voir que, malgré les interventions de certains hauts dirigeants politiques, les jihadistes ont réduit en poussière ce qui fut autrefois un haut lieu historique et touristique.
    Paul Veyne s’est énormément documenté pour ce livre.
    Il nous décrit une vaste cité très puissante au Ier et IIIème siècle, qui se trouvait en plein désert au centre de la Syrie, d’où son surnom de la Venise du Désert car elle se trouvait sur une route caravanière. Anciennement, elle était nommée Tadmor.
    L’auteur nous raconte la destruction du temple de Bêl somme celui de Baaslshamin et de l’Arc de Triomphe.
    A Palmyre, on parlait aussi bien l’araméen que l’arable, le latin ou le grec.
    Avec la destruction de cette cité, c’est toute une grande partie de notre culture qui a volé en éclats. On ne peut plus voir sa splendeur que grâce à des témoignages – comme ce livre – ou des photos de monuments, comme il s’en trouve au milieu de cet ouvrage.
    Paul Veyne, malgré et grâce à un grand nombre de renseignements historiques, réussit à nous captiver, d’abord parce que cet événement très grave est tout à fait récent, mais aussi parce son écriture est très fluide. Ce n’est jamais ennuyeux, au contraire.
    De plus, nous sommes tellement impuissants devant une telle barbarie que nous en sommes très affectés devant une Palmyre défigurée pour toujours.

    A mon grand regret, je n’avais pas encore lu Paul Veyne, ce voisin, avant cet ouvrage qui m’avait attirée à cause de l’actualité et de son succès bien mérité.
    Il faut également signaler que Mathias Enard, dans Boussole, a écrit de magnifiques lignes sur Palmyre. Un autre livre qui m’attend.

    Critique relevée et que je trouve très juste : Le petit livre de ce grand historien est un vrai trésor.

  • add_box
    Couverture du livre « Palmyre, l'irremplaçable trésor » de Paul Veyne aux éditions Points

    CELINE HUET-AMCHIN sur Palmyre, l'irremplaçable trésor de Paul Veyne

    Palmyre, "trésor" de guerre tombé entre les mains de Daesh en mai 2015. Cet oasis du désert de Syrie est située à 210 km de Damas (qui se trouve seulement à 4h de Paris en avion). Ruines archéologiques irremplaçables, son théâtre antique désormais martyr a servi dans la mise en scène de...
    Voir plus

    Palmyre, "trésor" de guerre tombé entre les mains de Daesh en mai 2015. Cet oasis du désert de Syrie est située à 210 km de Damas (qui se trouve seulement à 4h de Paris en avion). Ruines archéologiques irremplaçables, son théâtre antique désormais martyr a servi dans la mise en scène de l'exécution de vingt prisonniers.
    En août 2015 a eu lieu la décapitation de Khaled al-Asaad, expert de renommée mondiale du monde antique. le livre lui est dédié.

    A travers 141 pages et quelques photographies, l'écrivain fait revivre sa bien-aimée à travers L Histoire avec une plume remarquable de conteur.

    Un petit livre d'une grande importance, afin de ne jamais (l')oublier...

    Ma chronique complète sur http://www.arthemiss.com/palmyre-lirremplacable-tresor-de-paul-veyne/